Histoire du drapeau national du Canada

Le drapeau du Canada est le fruit de nombreuses contributions qui s’étendent sur plus d’un siècle. La sélection du modèle a cependant été un long processus qui a soulevé un débat national.

Le processus a commencé en 1895 lorsqu’Edward M. Chadwick, passionné d’héraldique, a recommandé au gouvernement du Canada de doter le pays de son propre drapeau, orné d’une feuille d’érable. Près de 30 ans plus tard, en 1925, un comité du Conseil privé a commencé à chercher de possibles modèles. Le comité n’a toutefois jamais terminé son travail. Un comité parlementaire s’est vu confier le même mandat en 1946, mais le Parlement n’a jamais été appelé à voter officiellement sur les quelque 2 600 dessins reçus.

Au début de l’année 1964, le premier ministre Lester B. Pearson a informé la Chambre des communes que le gouvernement souhaitait adopter un drapeau national distinctif. Par conséquent, un comité du Sénat et de la Chambre des communes a été formé et un nouvel appel de propositions a été lancé.

Création du drapeau

Tout au long du processus, la feuille d’érable et les couleurs rouge et blanche étaient des thèmes communs et récurrents chez les experts et les passionnés d’héraldique. Après de nombreuses discussions au fil du temps, on a sélectionné trois concepts finaux parmi lesquels on devait choisir :
  • un Red Ensign orné de la fleur de lys et du drapeau royal de l’Union;
  • un drapeau comptant trois feuilles d’érable liées entre deux bandes bleues;
  • un drapeau arborant une seule feuille d’érable stylisée entre deux bandes rouges.

Alan Beddoe, capitaine de vaisseau à la retraite et conseiller héraldique de la Marine royale canadienne a proposé les trois feuilles d’érable liées. C’était le concept que privilégiait le colonel Fortescue Duguid, héraldiste et historien.

Mais, il ne s’agissait pas de la première fois que l’idée d’une seule feuille d’érable stylisée était proposée. En 1919, le major général (plus tard, l’honorable) Sir Eugene Fiset avait suggéré le motif d’une seule feuille d’érable rouge sur un fond blanc comme emblème du Canada. Ce motif est porté par les athlètes olympiques canadiens depuis 1904. Le même concept est à nouveau proposé pour le drapeau national par George Stanley en 1964.

John Matheson, député en Ontario et secrétaire parlementaire du premier ministre, a joué un rôle déterminant dans la création et la sélection du drapeau. Il a supervisé et coordonné la recherche et les propositions tout au long du processus, puis il a présenté le motif d’une seule feuille d’érable, un motif ancré dans l’histoire de notre pays. La combinaison du rouge, du blanc et du rouge est apparue pour la première fois sur la Médaille du service général du Canada créée par la reine Victoria. En 1921, le rouge et le blanc sont devenus les couleurs officielles du Canada par la proclamation du roi George V.

Le concept final de la feuille d’érable stylisée a été créé par Jacques St-Cyr, les dimensions exactes du rouge et du blanc ont été proposées par George Bist et la description technique de la teinte précise de rouge a été définie par Günter Wyszecki.

Un vendredi après-midi, à la fin de l’automne 1964, Ken Donovan a reçu à son bureau une demande urgente de la part du premier ministre Lester B. Pearson. À l’époque, M. Donovan était directeur adjoint du service des achats de la Commission des expositions qui est plus tard devenu le ministère de l’Approvisionnement et des Services.

Le premier ministre voulait les prototypes des propositions pour le nouveau drapeau pour les apporter à sa résidence située à Harrington Lake le lendemain matin. Il y avait trois propositions :

  • un Red Ensign orné de la fleur de lys et de l’Union Jack;
  • un drapeau comptant trois feuilles d’érable rouges;
  • un drapeau rouge arborant une seule feuille d’érable stylisée sur un fond carré blanc.

Les seuls exemples de motifs existants étaient des dessins sur papier. Malgré cela, M. Donovan et son équipe de concepteurs ont réussi à faire l’impossible, les prototypes de drapeaux ont été assemblés en seulement quelques heures. Les artistes visuels et artisans en sérigraphie Jean Desrosiers et John Williams, ont été rappelé au travail dans la soirée du vendredi et comme aucune couturière n’a pu être trouvée, les drapeaux ont été cousus par la jeune Joan O’Malley, la fille de Ken Donovan. Après beaucoup de travail, le drapeau national du Canada a été adopté par proclamation de Sa Majesté la reine Elizabeth II le 28 juillet 1965 et il a été hissé pour la première fois lors d’une cérémonie d’inauguration sur la Colline du Parlement le 15 février 1965.

Un des trois dessins retenus : un Red Ensign avec des fleurs de lis et l'Union Jack
Un des trois dessins retenus : trois feuilles d'érable entre deux bordures bleues
Un des trois dessins retenus : une feuille d'érable sur un carré blanc entre deux bordures rouges

Symbole de l’identité canadienne

Le drapeau national du Canada est adopté par la Chambre des communes le 15 décembre 1964 et par le Sénat le 17 décembre 1964. La proclamation est signée par Sa Majesté la reine Elizabeth II, reine du Canada, et entre en vigueur le 15 février 1965. C'est le même jour que se déroule la cérémonie d'inauguration du drapeau canadien sur la colline du Parlement à Ottawa.

On descendit d'abord le Red Ensign, portant l'Union Jack et l'écu des armoiries royales du Canada. Puis, sur le coup de midi, on hissa l'unifolié. La foule entonna ensuite l’hymne national « Ô Canada! » suivi de l'hymne royal « Dieu protège la Reine ».

Les paroles que prononçait en ce jour mémorable Maurice Bourget, président du Sénat, donnent un sens encore plus symbolique à notre drapeau : « Le drapeau est le symbole de l'unité de la nation.

Il représente sans l'ombre d'un doute tous les citoyens du Canada, sans distinction de race, de langue, de croyance ou d'opinion ».

Premiers drapeaux canadiens

Ci-dessous apparaissent les drapeaux utilisés par les Canadiens au cours des 400 dernières années. Le Red Ensign n’a jamais été officiellement adopté comme drapeau du pays. Jusqu’à ce qu’on choisisse le drapeau actuel, le drapeau royal de l’Union était le seul autre drapeau national du Canada.

Fleur de lis (1647)

La fleur de lis a été un symbole de la souveraineté française au Canada de 1534, lorsque Jacques Cartier débarque au pays et proclame l’appartenance du Nouveau Monde à la France, jusqu’au début des années 1760, lorsque le Canada devient possession britannique. Même si on se servait, au cours de la même période, d’un certain nombre de drapeaux militaires français au Canada, y compris le drapeau blanc de la Marine royale après 1674, la fleur de lis a toujours occupé une place prépondérante.

La fleur de lis de 1647

Croix de Saint-Georges (1577)

Les origines de la croix de Saint-Georges remontent à la légende de Saint-Georges, patron de l'Angleterre au bas Moyen Âge. En 1274, durant le règne d'Édouard Ier, la croix rouge qui le représente est devenue emblème national courant de l'Angleterre.

La croix de Saint-Georges apparaît pour la première fois au Canada dans une aquarelle de John White illustrant une escarmouche survenue entre un groupe d'explorateurs anglais et des Inuits, vraisemblablement sur l'île de Baffin, au cours de l'expédition de Frobisher, en 1577. Jean Cabot l’a aussi portée à son arrivée sur la côte est canadienne en 1497.

La croix de Saint-Georges de 1577

Drapeau royal de l’Union (1707-1801)

Au début des années 1760, le drapeau officiel britannique, le drapeau de l’Union royale (communément connu sous le nom d’Union Jack), était composé de deux croix.

Le drapeau royal de l'Union de 1707 à 1801

Le Red Ensign (1707)

Le Red Ensign, un drapeau rouge portant l’Union Jack au coin gauche supérieur, a été créé en 1707 comme pavillon de la marine marchande britannique.

Le Red Ensign de 1707

Drapeau royal de l’Union (1801-1965)

À la suite de la signature de l’Acte d’Union entre la Grande-Bretagne et l’Irlande en 1801, la croix diagonale de Saint-Patrice est incorporée à la croix de Saint-Georges d’Angleterre et à la croix de Saint-André d’Écosse, conférant sa forme actuelle au drapeau de l’Union royale. Ce drapeau a été utilisé partout en Amérique du Nord et au Canada, même après la Confédération, en 1867, et jusqu’à 1965.

Le drapeau royal de l'Union de 1801 à 1965

Obtenez plus de renseignements sur le drapeau royal de l’Union.

Le Red Ensign (1871-1921)

Le Red Ensign a été conçu de façon à ce que les armoiries de l’Ontario, du Québec, de la Nouvelle-Écosse et du Nouveau-Brunswick apparaissent sur son battant en 1871. De 1873 à 1921 environ, à mesure que de nouvelles provinces se joignent à la Confédération ou qu’elles se voient attribuer un emblème distinctif (parfois inspiré de leur propre sceau), cet emblème est incorporé à l’écusson du drapeau. En 1921, le drapeau est constitué des armoiries des neuf provinces membres de la Confédération. Il a servi de façon non officielle de drapeau canadien sur mer et sur terre.

Le Red Ensign de 1871 à 1921

Le Red Ensign canadien (1921-1957)

En 1921, l’écusson figurant sur ce modèle non officiel du Red Ensign est changé par décret pour l’écusson des armoiries royales du Canada. Au même moment, on autorise son utilisation sur les édifices du gouvernement du Canada à l’étranger. En 1945, un décret autorise son utilisation sur les édifices fédéraux au Canada jusqu’à l’adoption d’un nouveau drapeau national.

Le Red Ensign canadien de 1921 à 1957

Le Red Ensign canadien (1957-1965)

En 1957, les feuilles d’érable qui figurent sur le Red Ensign canadien passent de vert à rouge conformément à l’interprétation artistique approuvée des armoiries du Canada.

Le Red Ensign canadien de 1957 à 1965

Drapeau de cérémonie

Un drapeau peut être garni d'une frange dorée, pour des raisons d'ordre cérémonial, mais ses dimensions ne doivent jamais être modifiées.

La frange d'un drapeau ne comporte aucun symbolisme juridique ni historique. Chacun est libre d'y voir ce qu'il veut, mais sans la caution d'un symbolisme inhérent ou universel.

On remarque souvent des drapeaux frangés chez les militaires et dans des contextes civils officiels (défilés, salles de réunion, bureaux de hauts fonctionnaires, etc.), de même que dans le secteur privé.

De tous les temps, la frange n'a été qu'un élément ornemental ajouté, après l'achat du drapeau, pour en améliorer l'apparence.

La proclamation royale sur le drapeau national du Canada ne dit rien au sujet de la pointe ou du pommeau de la hampe, du manchon du drapeau, des franges, des cordons et glands, ni d'autres accessoires. En effet, il est universellement reconnu que le symbolisme d'un drapeau tient à ses couleurs et à ses représentations graphiques, et non à ses caractéristiques matérielles, par exemple la frange qu'on peut vouloir y ajouter avant de l'arborer.

Le déploiement d'un drapeau de cérémonie n'est pas dicté par l'étiquette, mais laissé au gré de l'utilisateur. Cependant, l'étiquette demande que le drapeau flotte librement (sans épinglage ni écriture, etc.).

Inclinaison du drapeau

Incliner un drapeau lors d'une parade signifie le baisser d'une position verticale à une position d'environ 45 degrés de l'horizontal, ou encore plus, jusqu'à le faire toucher au sol.

Le drapeau national du Canada, lorsqu'il est porté dans une parade, n'est jamais incliné ou baissé jusqu'au sol.

Certaines unités militaires des Forces canadiennes n'ont pas de « couleurs » (expression qui désigne le drapeau d'une unité militaire, souvent utilisée au pluriel puisqu'il n'est pas rare qu'une paire de drapeaux soit attribuée). Pendant les parades, les unités portent soit le drapeau national du Canada, soit le pavillon des Forces canadiennes. Au moment du salut, les drapeaux sont déployés plutôt que d'être descendus. Le porte-drapeau étend son bras et laisse les drapeaux flotter librement. À la fin du salut, les drapeaux sont repliés. Cette procédure s'applique aux inspections et aux défilés.

Salut

Il n'y a pas de formule officielle de « Salut » au drapeau. Aucune loi ou aucun règlement n'empêche une association ou un individu d'adopter une formule de salut répondant à leurs besoins spécifiques.

Utilisation commerciale du drapeau

La Loi sur les marques de commerce protège le drapeau national du Canada contre tout usage commercial non autorisé. Les demandes d'utilisation du drapeau canadien doivent être faites auprès du :

Cérémonial d'État et symboles canadiens

Ministère du Patrimoine canadien

Gatineau, Québec K1A 0M5
Téléphone :
819-953-6800
Télécopieur :
819-997-8550
Courriel :
PCH.ceremonialetsymboles-ceremonialandsymbols.PCH@canada.ca

Veuillez noter qu’une esquisse de l’utilisation prévue doit être soumise par courriel ou télécopieur. Le délai de réponses est de dix (10) jours ouvrables.

Le drapeau national doit toujours être utilisé en respectant les règles du bon goût. Il ne doit en aucun temps être souillé, taché, signé, collé d'illustrations ou camouflé par des objets. Il doit être déployé d'une manière qu'on pourrait décrire comme haute et libre et toutes les parties symboliques doivent être identifiables.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :