Santé Canada propose des règles plus strictes en matière de publicité pour contrer le vapotage chez les jeunes

Communiqué de presse

Le Ministère lance aussi une campagne de sensibilisation publique pour encourager les adolescents à penser aux conséquences du vapotage.

5 février 2019 - Ottawa (Ontario) - Santé Canada

Au Canada, le marché du vapotage évolue rapidement et de nouvelles données probantes laissent entendre que les jeunes utilisent de plus en plus les produits de vapotage. Santé Canada passe à l’action pour s’attaquer à cette tendance préoccupante.

L’honorable Ginette Petitpas Taylor, ministre de la Santé, a annoncé aujourd’hui de nouvelles mesures pour contrer le vapotage chez les jeunes. Il s’agit entre autres d’une proposition concernant des restrictions supplémentaires relativement à la publicité des produits de vapotage et une nouvelle campagne de sensibilisation publique ciblant les jeunes.

Le Canada dispose déjà d’un cadre réglementaire rigoureux imposé par la Loi sur le tabac et les produits de vapotage, qui interdit la publicité attrayante pour les jeunes. Afin de renforcer davantage ce cadre, Santé Canada a publié un avis d’intention dans lequel il présente les nouvelles règles relatives à la publicité qu’il envisage de mettre en place. Les règles proposées limiteraient les endroits où les publicités pourraient être affichées afin de réduire leur visibilité auprès des jeunes, exigeraient que les publicités autorisées comportent des mises en garde et restreindraient l’étalage de produits de vapotage dans les points de vente.

La publication de l’avis d’intention amorce une période de consultation de 45 jours. Santé Canada tiendra compte des commentaires reçus lors de cette consultation pour élaborer le projet de règlement. La population canadienne est invitée à donner son avis sur les propositions visant à protéger les jeunes et les non-fumeurs contre les méfaits et les risques associés aux produits de vapotage.

En plus de l’avis d’intention publié aujourd’hui, Santé Canada mettra aussi en ligne, en mars 2019, un autre document de consultation dans le but d’obtenir des commentaires sur d’autres mesures envisagées pour renverser les récentes tendances en matière de vapotage chez les jeunes. Parmi ces mesures supplémentaires, on compte l’examen du rôle que jouent les saveurs, la teneur en nicotine et l’apparence des produits de vapotage dans l’attrait qu’ils suscitent chez les jeunes et les non-fumeurs.

La ministre Petitpas Taylor a également fait intervenir ses collègues provinciaux et territoriaux pour appuyer les efforts fédéraux de lutte contre le vapotage chez les jeunes. Santé Canada continue d’être d’avis qu’il faut simultanément dissuader les jeunes et les non-fumeurs de vapoter et inciter les fumeurs à renoncer à la cigarette.

Cette semaine a aussi lieu le lancement officiel de la nouvelle campagne de sensibilisation publique du gouvernement du Canada visant à faire mieux connaître, en particulier aux jeunes, les méfaits et les risques associés au vapotage. La campagne invite les jeunes à penser aux conséquences du vapotage et donne aux parents et autres adultes de confiance des outils et des ressources pour faciliter les conversations avec les adolescents sur les risques du vapotage pour la santé. La campagne se poursuivra tout au long de 2019.

  Citation

« Je suis fortement préoccupée par les récentes informations selon lesquelles le vapotage gagne en popularité chez les jeunes. Il s’agit notamment d’histoires provenant d’écoles de partout au Canada et de nouvelles données qui laissent entendre que le rythme auquel les jeunes Canadiens s’initient au vapotage est effarant. Des parents, des éducateurs et des professionnels de la santé m’ont dit avoir les mêmes inquiétudes que moi à propos de cette activité. Nous ne pouvons pas laisser ces produits miner les gains que nous avons si durement acquis en matière de lutte contre le tabac. Les mesures réglementaires que nous proposons et notre campagne de sensibilisation publique feront bien passer notre message : Si vous ne fumez pas, ne vapotez pas. » 
L’honorable Ginette Petitpas Taylor
Ministre de la Santé

Faits en bref

  • Le vapotage peut entraîner une dépendance à la nicotine, car il apporte de la nicotine au cerveau de l’utilisateur, ce qui le rend de plus en plus avide de nicotine. Il peut aussi augmenter l’exposition à des substances chimiques et des métaux dangereux et avoir un effet néfaste sur le développement du cerveau des adolescents.
  • Des risques pour la santé sont aussi associés à d’autres composantes des produits de vapotage, notamment des métaux et des contaminants dangereux comme le nickel, l’étain et l’aluminium, et des substances chimiques nocives, comme le formaldéhyde et l’acroléine.
  • Nous n’avons pas terminé d’apprendre quelle est l’influence du vapotage sur la santé. Ses effets à long terme sont encore inconnus.
  • L’Enquête canadienne sur le tabac, l’alcool et les drogues chez les élèves révèle qu’en 2016‑2017, 10 % des élèves de la septième à la douzième année (secondaire I à V au Québec) avaient utilisé une cigarette électronique au cours des 30 jours précédents. Ce taux était de 6 % en 2014-2015.

Liens connexes

Thierry Bélair
Cabinet de Ginette Petitpas Taylor
Ministre de la Santé
613-957-0200

Relations avec les médias
Santé Canada
613-957-2983
hc.media.sc@canada.ca

Renseignements au public 
613-957-2991 
1-866-225-0709

Citations


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :