La caféine et les boissons gazeuses (juillet 2010)

Il est permis depuis plusieurs années d’ajouter jusqu’à 200 ppm de caféine ou de citrate de caféine aux boissons gazeuses de type cola. En mars 2010, après un examen complet de toute la documentation scientifique consultable, Santé Canada a élargi l’autorisation d’ajouter de la caféine et du citrate de caféine à toutes les boissons gazeuses (qu’elles soient ou non de type cola). Dans les boissons gazeuses de type cola, la teneur maximale permise est de 200 ppm et dans toutes les autres boissons gazeuses, de 150 ppm.

Lorsque de la caféine est ajoutée aux boissons gazeuses, elle doit figurer dans la liste des ingrédients. Santé Canada a aussi demandé à l’industrie alimentaire d’indiquer volontairement la quantité réelle de caféine ajoutée aux boissons (la quantité de caféine par portion déterminée). Ce renseignement figurant sur l’étiquette permet à la population canadienne de faire des choix éclairés.

Santé Canada incite les Canadiens et les Canadiennes en général à modérer leur apport quotidien en caféine et à éviter d’en consommer des quantités élevées. De fait, le guide Bien manger avec le Guide alimentaire canadien publié par Santé Canada recommande que les Canadiens et les Canadiennes préfèrent l’eau aux autres boissons et qu’ils se tournent vers d’autres choix de boissons santé telles que le lait, les boissons au soya enrichies ou les jus purs. La consommation d’autres boissons, y compris de boissons gazeuses, devrait être limitée.

Les questions suivantes et leur réponse ont été inspirées par les questions posées par le public après l’annonce de mars 2010 selon laquelle il serait désormais permis d’ajouter de la caféine en quantité déterminée aux boissons gazeuses en général.

Questions et réponses

Question 1. Pourquoi Santé Canada permet-il l’ajout de caféine aux boissons gazeuses autres que les colas?
Réponse 1.
Au Canada, la caféine est régie par le Règlement sur les aliments et drogues à titre d’additif alimentaire, lequel détermine à quels aliments et en quelle quantité les additifs alimentaires peuvent être ajoutés. Lorsque Santé Canada reçoit des demandes pour de nouvelles utilisations d’additifs alimentaires, il doit se pencher sur chaque demande et réaliser une évaluation complète de l’innocuité en examinant les données scientifiques consultables. Une fois que Santé Canada a déterminé que toutes les exigences figurant dans le Règlement à l’égard des demandes relatives aux additifs alimentaires sont satisfaites, il doit envisager de le modifier afin de permettre l’ajout de l’additif alimentaire en question dans un ou des aliments particuliers, et ce, en quantité jugée sans danger par le Ministère.

Santé Canada a déterminé qu’ajouter de la caféine à titre d’additif alimentaire aux boissons gazeuses autres que les colas en concentration n’excédant pas 150 parties par million (ppm) ne comporte aucun risque pour la santé des gens qui consomment de la caféine avec modération, soit qui observent les recommandations de Santé Canada en matière d’apport maximal quotidien en caféine. À cet égard, Santé Canada incite les Canadiens et les Canadiennes à surveiller leur apport quotidien en caféine afin d’en éviter la consommation excessive.

Actuellement, les dispositions réglementaires sur l’étiquetage exigent que la caféine ajoutée figure dans la liste des ingrédients. Cependant, Santé Canada a transmis à l’industrie alimentaire une lettre l’exhortant à aller au-delà de ces exigences en matière d'étiquetage et à déclarer sur l'étiquette du produit la quantité totale de caféine qu’il contient (la quantité de caféine par portion déterminée). Les lignes directrices préliminaires destinées à l’industrie suggèrent que la quantité de caféine indiquée corresponde à toute la caféine présente dans le produit, qu’elle s’y trouve à cause d’un ajout direct à titre d’additif alimentaire ou de l’utilisation d’ingrédients naturels tels que le guarana. Qui plus est, Santé Canada a demandé à l’industrie d’indiquer volontairement la présence de caféine dans l’espace principal de l’étiquette (étiquette sur le devant de l’emballage) de toute boisson généralement reconnue comme ne contenant pas de caféine, mais dont la composition sera modifiée en y en ajoutant. L’étiquetage sur le devant de l’emballage aidera les consommateurs à repérer sans équivoque les produits qui contiennent désormais de la caféine.

Question 2. La caféine crée-t-elle une dépendance?
Réponse 2.
La caféine n’est pas considérée comme une substance engendrant une dépendance. Il s’agit d’un stimulant léger qui peut produire des effets passagers sur l’humeur, le rendement et le comportement. Chez les personnes qui consomment de grandes quantités de caféine pendant de longues périodes, certains aspects de la dépendance peuvent se manifester et elles peuvent en ressentir des effets tels que des maux de tête, de l’irritabilité et de la fatigue lorsqu’elles cessent complètement d’en consommer du jour au lendemain. Toutefois, ces effets sont généralement légers et passagers et ne persistent pas pendant plus d'une semaine. Qui plus est, la consommation de caféine n’entraîne pas l’incapacité de cesser d’en consommer. Par conséquent, elle n’est pas perçue comme une substance créant une dépendance.

Question 3. La caféine produit-elle des effets secondaires?
Réponse 3.
Les effets secondaires engendrés par la consommation de caféine varient grandement d’un individu à l’autre. Une faible quantité de caféine contenue dans une seule tasse de café peut augmenter la vivacité d’esprit d’une personne alors que chez une autre, elle provoquera de la nervosité, un mal de tête et de l’irritabilité. En matière de consommation de caféine, chacun devrait être conscient de ses propres limites. Santé Canada a publié des recommandations au sujet de la quantité maximale de caféine qui peut être consommée en une journée par différents groupes de la population. Toutefois, les personnes très sensibles à la caféine pourront toujours en ressentir des effets même si elles se conforment à la recommandation sur la quantité maximale de caféine.

Question 4. La caféine est-elle une substance stimulante?
Réponse 4.
Oui, la caféine peut augmenter la vivacité d’esprit et combattre la somnolence, mais elle a aussi des propriétés diurétiques (elle augmente la sécrétion urinaire). Également, la caféine peut provoquer des effets secondaires tels que de l'insomnie, des maux de tête, de l'irritabilité et de la nervosité chez les personnes qui y sont sensibles. Bien que d’autres facteurs peuvent contribuer à de tels symptômes, Santé Canada estime que limiter sa consommation de caféine constitue une sage précaution.

Question 5. Les boissons gazeuses contenant de la caféine sont-elles sans danger pour les femmes enceintes?
Réponse 5.
Les femmes enceintes qui consomment trop de caféine courent plus de risque de faire une fausse couche et d’accoucher de bébés de poids plus faible à la naissance. Santé Canada estime que jusqu’à 300 mg de caféine par jour sont sans danger pour les femmes enceintes. Cette quantité équivaut à environ six cannettes de boisson gazeuse (de 355 ml chacune). Toutefois,  Santé Canada recommande que les femmes enceintes limitent leur consommation de boissons gazeuses, car elles risquent de supplanter des aliments de plus grande valeur nutritive.

Question 6. La caféine affecte-t-elle la fonction rénale?
Réponse 6.
Les données publiées donnent à penser que l’augmentation de l’apport en caféine est associée à une légère détérioration de l’équilibre calcique. La majorité des données probantes indique que cette détérioration est provoquée par l’hypercalciurie (excrétion excessive de calcium dans l’urine) causée par la caféine. L’association entre l’hypercalciurie et la formation de calculs rénaux est reconnue. Cependant, il n’existe que peu de preuves permettant d’affirmer que la caféine entraîne la formation de calculs rénaux. Au contraire, plusieurs études ont démontré qu’elle produit un effet protecteur sur ce plan.

Question 7. Permettre l’ajout de caféine à toutes les boissons gazeuses limitera-t-il la présence sur le marché des boissons gazeuses sans caféine destinées aux consommateurs qui doivent ou souhaitent éviter la caféine?
Réponse 7.
Selon les études publiées, sur le marché américain, où l'ajout de caféine aux boissons gazeuses autres que les colas est permis depuis des années, celles-ci ne contiennent pas toutes de la caféine. Par exemple, aucune boisson gazeuse citron-limette n’y contient de caféine, et la majorité des marques de racinettes et de boissons gazeuses agrumes-orange qu’on y vend n’en contiennent pas davantage. Au Canada, la distribution des boissons gazeuses entre celles qui contiennent et celles qui ne contiennent pas de caféine devrait être assez semblable à celle qui est observée aux États-Unis.

Question 8. Comment les consommateurs de boissons gazeuses qui sont sensibles à la caféine pourront-ils l’éviter? Est-il obligatoire de déclarer la présence de caféine?
Réponse 8.
Au Canada, les fabricants d’aliments doivent indiquer la présence des additifs alimentaires, dont la caféine, dans la liste des ingrédients sur l’étiquette de la plupart des aliments préemballés. Ainsi, la caféine doit figurer dans la liste des ingrédients des boissons gazeuses qui en contiennent. De plus, Santé Canada exhorte l’industrie alimentaire à : (1) déclarer sur l’étiquette du produit la quantité totale de caféine contenue dans le produit (quantité de caféine par portion déterminée); et (2) indiquer la présence de caféine dans l'espace principal de l'étiquette des produits dont la composition a été modifiée de sorte qu'ils contiennent désormais de la caféine. Ces deux mesures sont volontaires. La seconde mesure aidera les consommateurs à repérer sans équivoque les produits qui contiennent désormais de la caféine. Un document d’orientation sur l’étiquetage de la caféine est consultable sur le site Web de Santé Canada. Santé Canada surveillera les pratiques de l’industrie à cet égard afin de déterminer si un règlement sera nécessaire pour faire en sorte que l'information sur la caféine qui figure sur l'étiquette soit fournie aux consommateurs avec plus de constance et d’uniformité.

Question 9. L’indication de la présence de caféine sur l’étiquette du devant de l’emballage des boissons auxquelles elle a été ajoutée récemment y figurera-t-elle en permanence?
Réponse 9.
Dans le document d’orientation sur l’étiquetage de la caféine, Santé Canada recommande qu’une déclaration figure sur l’étiquette sur le devant de l’emballage des produits auxquels de la caféine a été ajoutée récemment et qui n'en contenaient pas auparavant pendant une période suffisante pour avertir les consommateurs que le produit contient désormais de la caféine. Ainsi, il n'est pas prévu que cet aspect de l'étiquetage de la caféine devienne une mesure permanente. Lorsque ces produits auxquels de la caféine a été ajoutée pour la première fois auront été présents sur le marché pendant un certain temps, les consommateurs sauront que ces produits contiennent de la caféine, tout comme actuellement, les gens savent généralement que les colas contiennent de la caféine. Quant à la déclaration de la caféine dans la liste des ingrédients, elle constitue une exigence permanente. La mesure qui consiste à indiquer la quantité de caféine contenue dans le produit sur son étiquette, laquelle est volontaire en ce moment, constitue aussi une attente permanente.

Question 10. Comment l’étiquetage protégera-t-il les enfants et les adolescents qui peuvent acheter librement des boissons gazeuses tout en étant incapable de surveiller de manière autonome leur apport en caféine?
Réponse 10.
Santé Canada encourage les parents à éduquer leurs enfants au sujet des saines habitudes alimentaires et de la consommation d'aliments qui contiennent de la caféine. Santé Canada recommande que toute la population canadienne adopte une alimentation équilibrée qui comprend une variété d’aliments conformément à Bien manger avec le Guide alimentaire canadien. Le guide alimentaire recommande que les Canadiens et les Canadiennes préfèrent l’eau aux autres boissons et qu’ils se tournent vers d’autres choix de boissons santé telles que le lait, les boissons au soya enrichies ou les jus purs. La consommation d’autres boissons, y compris de boissons gazeuses, devrait être limitée.

Le site Web de Santé Canada présente de l’information sur la caféine. Par exemple, on y trouve un document de la série Votre santé et vous sur la caféine et une fiche informative qui traite de la consommation de caféine et de la teneur en caféine d'origine naturelle de denrées alimentaires telles que le café, le thé et le chocolat.

Question 11. Comment l’ajout de caféine aux boissons gazeuses aidera-t-il SC à réaliser son mandat qui consiste à aider la population canadienne à maintenir et à améliorer son état de santé?
Réponse 11.
Les additifs alimentaires sont utilisés pour diverses raisons. Certains, tels ceux que l’on utilise pour prévenir la croissance de pathogènes d’origine alimentaire, sont clairement avantageux pour la santé des Canadiens et des Canadiennes. D’autres additifs alimentaires modifient la texture ou la couleur des aliments. Bien qu’il n'y ait pas toujours de bienfaits santé associés à l’utilisation des additifs alimentaires, Santé Canada doit, conformément au Règlement sur les aliments et drogues, se pencher sur les demandes concernant de nouvelles utilisations d’additifs alimentaires et réaliser une évaluation complète de leur innocuité en examinant toutes les données scientifiques consultables relatives à ces utilisations. L’évaluation que réalise Santé Canada de tels produits permet à l’industrie alimentaire d'avoir recours à des additifs alimentaires dans la préparation de plusieurs des produits transformés qui sont actuellement en demande et, concurremment, de veiller à ce que la façon dont les additifs alimentaires sont utilisés soit sans danger et qu'elle ne comporte pas de risque pour la population canadienne. Les Canadiens et les Canadiennes sont libres de faire leurs propres choix alimentaires, mais Santé Canada veille, en collaboration avec l’Agence canadienne d’inspection des aliments, à ce que les aliments offerts sur le marché puissent être consommés sans danger. Santé Canada diffuse aussi de l’information éducative et des conseils en matière de consommation alimentaire pour aider la population canadienne à faire des choix éclairés qui lui permettent de maintenir et d’améliorer son état de santé.

Question 12. Santé Canada a-t-il examiné toutes les études scientifiques publiées sur l’innocuité de la caféine?
Réponse 12.
Comme pour tous les additifs alimentaires, dont la caféine, Santé Canada doit, conformément au Règlement sur les aliments et drogues, réaliser une évaluation complète de l'innocuité en examinant les données scientifiques consultables pertinentes. En 2000, un examen complet de la documentation scientifique sur la caféine a été entrepris par Santé Canada, et un rapport définitif évalué par des pairs sur l’examen de plus de 300 documents a été publié en 2003 dans la revue scientifique Food Additives and Contaminants. Depuis, Santé Canada a continué à évaluer les nouvelles publications scientifiques sur la caféine au fur et à mesure de leur diffusion.

Question 13. La possibilité de voir augmenter le nombre de boissons gazeuses contenant de la caféine sur le marché fera-t-elle en sorte que les enfants et les personnes sensibles à la caféine en dépasseront l’apport maximal quotidien?
Réponse 13.
La quantité de caféine qu’il est permis d’ajouter aux boissons gazeuses autres que les colas, laquelle est comparable à la quantité de caféine actuellement présente dans les colas, n’est pas préoccupante. Les inquiétudes provoquées par la caféine ont trait à la surconsommation éventuelle de produits qui en contiennent, et ce, particulièrement par les groupes vulnérables comme les enfants et les femmes enceintes. Santé Canada incite toute la population canadienne à adopter une alimentation équilibrée qui comprend une variété d’aliments conformément à Bien manger avec le Guide alimentaire canadien. Le guide alimentaire recommande que les Canadiens et les Canadiennes préfèrent l’eau aux autres boissons et qu’ils se tournent vers d’autres choix de boissons santé telles que le lait, les boissons au soya enrichies ou les jus purs. La consommation d’autres boissons, y compris des boissons gazeuses, devrait être limitée.

Question 14. Quel est l’objectif d'ajouter de la caféine aux boissons gazeuses?
Réponse 14.
Plusieurs pays dans le monde, y compris les États-Unis, le Royaume-Uni et les membres de l’Union européenne, considèrent la caféine comme un ingrédient aromatisant lorsqu’elle est ajoutée en quantité semblable à celle que contiennent habituellement les boissons gazeuses. Par conséquent, ils en permettent une utilisation générale dans ces produits. Des organismes reconnus internationalement tels que le comité d’experts de la Flavour and Extracts Manufacturer’s Association et celui de la pharmacopée des États-Unis (organisme qui publie le Food Chemicals Codex) considèrent aussi la caféine comme un agent aromatisant. Au Canada, afin de « caractériser le produit », la surveillance réglementaire de l'ajout de caféine aux boissons gazeuses est exercée en vertu des dispositions du Règlement sur les aliments et drogues sur les additifs alimentaires. Le Canada compte au nombre des rares pays à encadrer si étroitement l'utilisation de la caféine.

Question 15. Santé Canada sait-il dans quelle mesure ses recommandations sur la consommation de caféine sont observées?
Réponse 15.
Dans le but de déterminer si les recommandations actuelles sur la consommation de caféine parviennent aux Canadiens et aux Canadiennes, Santé Canada a l’intention de réaliser des enquêtes sur les connaissances qu’en ont les consommateurs.

Question 16. Santé Canada permet-il aussi l’ajout de caféine dans les jus en boîtes et dans les boissons non gazeuses?
Réponse 16.
Non, la récente décision du Ministère ne permet pas l’ajout de caféine au jus, peu importe son emballage (p. ex., jus en boîtes et en bouteilles de plastique ou de verre). Le libellé de  l’autorisation de mise en marché préalable qui permet l’élargissement de l’ajout de caféine est très précis et ne concerne que les boissons gazeuses autres que les colas et que l’on nomme communément liqueur ou soda. L’ajout de caféine aux boissons non gazeuses, dont aux jus, n’est pas permis.

Question 17. Santé Canada augmentera-t-il la quantité de caféine permise dans les colas?
Réponse 17.
Depuis de nombreuses années, le Règlement sur les aliments et drogues permet l’ajout de caféine aux boissons de type cola jusqu’à concurrence de 200 parties par million (ppm). Cela n'a pas changé.  L’autorisation de mise en marché préalable permet l’ajout de caféine à titre d'additif alimentaire aux boissons gazeuses autres que les colas jusqu’à une teneur maximale inférieure de 150 ppm. Santé Canada n’envisage pas l’augmentation de la teneur en caféine des boissons de type cola.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :