ARCHIVÉE - Réunion du Comité d'experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le réexamen des aspects toxicologiques de la mélamine et de l'acide cyanurique

Le Centre collaborateur de l'OMS pour la surveillance de la contamination des aliments de la Direction des aliments de Santé Canada a participé à l'organisation de la réunion des experts de l'OMS pour le réexamen des aspects toxicologiques de la mélamine, de l'acide cyanurique et des analogues apparentés. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) a aussi collaboré à la tenue de cette réunion qui a eu lieu du 1er au 4 décembre à Ottawa, Ontario, Canada.

Objectifs de la réunion et travaux accomplis

Objectifs :

Le réexamen des connaissances actuelles sur :

  • Les caractéristiques chimiques de la mélamine seule et ces caractéristiques une fois la mélamine combinée avec ses analogues (p. ex., l'acide cyanurique).
  • Les méthodes d'analyse pour la détection de ces substances chimiques dans divers aliments.
  • La présence de mélamine qui survient au cours de la production et de la transformation normales des aliments (p. ex., par la migration depuis les matériaux aptes au contact alimentaire et par l'utilisation de pesticides et d'engrais) par opposition à la présence de mélamine provoquée par une adultération.
  • La toxicité de la mélamine seule et sa toxicité une fois combinée avec ses analogues (p. ex., l'acide cyanurique).
  • L'évaluation des risques pour la santé humaine, notamment la sensibilité des espèces et des sous-populations sensibles.
  • Les lacunes en matière de connaissances.

La description et l'analyse des éléments suivants ont compté au nombre des travaux accomplis lors de cette réunion :

  • L'état actuel des connaissances sur la toxicologie, l'exposition et la méthode d'analyse.
  • L'évaluation des risques, y compris les incertitudes concomitantes.
  • Les lacunes en matière de connaissances.
  • Les conclusions et les recommandations.

Afin qu'ils soient utilisés pendant la réunion des experts de l'OMS, Santé Canada a partagé les renseignements qu'il a recueillis sur la mélamine au moyen de la surveillance des aliments au Canada. Ces renseignements ont été produits en réaction aux incidents relatifs à la mélamine survenus en Chine en 2008. Par la suite, ils ont été utilisés non seulement par Santé Canada à des fins d'évaluation des risques, mais aussi par les scientifiques qui ont participé à la réunion d'experts.

Par suite de cette réunion d'experts, Santé Canada a adopté la dose journalière admissible (DJA) de mélamine provenant des aliments recommandée par l'OMS, soit la dose de 0,2 mg/kg de poids corporel par jour. Par mesure de précaution supplémentaire, à cause des diverses formes sous lesquelles les préparations pour nourrissons sont offertes sur le marché canadien (c.-à-d. liquides prêtes à consommer, concentrées et en poudre), la teneur maximale en mélamine permise dans les préparations destinées aux nourrissons et dans les autres produits qui constituent la seule source nutritive a été réduite pour passer de 1 ppm à 0,5 ppm afin de veiller à ce que toute exposition découlant de ces types de produits demeure inférieure à la DJT de l'OMS. Il importe de souligner que la teneur en mélamine de toutes les préparations destinées aux nourrissons offertes sur le marché de la vente au détail canadien s'est révélée de loin inférieure à la teneur maximale de 0,5 ppm.

À part un  échantillon de bonbons importés, lesquels ont fait l'objet d'un rappel en 2008, la teneur en mélamine des produits analysés dans le cadre de la surveillance exercée par Santé Canada sur les aliments se situait bien en deçà des teneurs maximales adoptées par Santé Canada pour la mélamine dans les produits contenant du lait ou des ingrédients dérivés du lait. Aussi, il a été établi qu'ils ne comportaient aucun risque pour la santé des consommateurs.

Depuis ce temps, Santé Canada a publié les résultats de sa recherche sur les concentrations de fond de mélamine décelées dans certains aliments, y compris les données qui ont été partagées lors de la réunion des experts de l'OMS en 2008. Les travaux de Santé Canada continuent à démontrer que les teneurs en mélamine parfois détectées dans les aliments ne constituent pas un risque pour la santé de la population canadienne.

Sheryl A. Tittlemier, Benjamin P.-Y. Lau, Cathie Me´nard, Catherine Corrigan, Melissa Sparling, Dean Gaertner, Xu-Liang Cao and Bob Dabeka. Baseline levels of melamine in food items sold in Canada. I. Dairy products and soy-based dairy replacement products. Food Additives and Contaminants: Part B. Vol. 3, No. 3, September 2010, 135-139.

Sheryl A. Tittlemier, Benjamin P.-Y. Lau, Cathie Me´nard, Catherine Corrigan, Melissa Sparling, Dean Gaertner, Xu-Liang Cao, Bob Dabeka and Carla Hilts. Baseline levels of melamine in food items sold in Canada. II. Egg, soy, vegetable, fish and shrimp products. Food Additives and Contaminants: Part B. Vol. 3, No. 3, September 2010, 140-147.

Plus de renseignements sur la  réunion des experts de l'OMS.

Nouvelles lignes directrices publiées par la Commission des Nations Unies chargée des normes en matière d'alimentation pour contribuer à améliorer l'innocuité des aliments

À partir de 2009, Santé Canada a partagé le fruit de ses recherches scientifiques, de même qu'il a affecté de ses ressources pour appuyer l'organisme des Nations Unies chargé des normes en matière d'alimentation, la Commission du Codex Alimentarius, à élaborer de nouvelles lignes directrices dans le but contribuer à améliorer l'innocuité des aliments. C'est alors qu'elle a limité la teneur en mélamine des préparations en poudre destinées aux nourrissons à 1 mg/kg, de même qu'elle a limité la teneur des autres aliments destinés à la consommation humaine et animale à 2,5 mg/kg. Ces lignes directrices ont été adoptées le 6 juillet 2010. Les différences entre  les teneurs proposées par le Codex et celles adoptées par Santé Canada s'expliquent par le fait que les doses journalières admissibles adoptées par Santé Canada ciblent uniquement les produits dérivés du lait.

Pour obtenir plus de renseignements

Ressources connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :