Chlamydia et LGV: Facteurs de risque et manifestations cliniques

Facteurs de risque et manifestations cliniques des infections à Chlamydia trachomatis (comprenant la lymphogranulomatose vénérienne (LGV)).

Sur cette page

Facteurs de risque

Facteurs de risque associés à la chlamydiose :

Au Canada, aux États-Unis et en Europe, la sous-population présentant le risque le plus élevé de LGV est celle des gbHARSAH, particulièrement:Note de bas de page 1Note de bas de page 2Note de bas de page 3Note de bas de page 4Note de bas de page 5Note de bas de page 6:

D'autres activités, tels que les contacts sexuels anonymes, l'itinérance et la consommation de substances peuvent augmenter le risque d'exposition aux ITSS.

Transmission

C. trachomatis est transmis par activité sexuelle vaginale, anale ou orale lorsqu'il y a un contact avec des exsudats de muqueuses de personnes ayant une chlamydiose.Note de bas de page 1Note de bas de page 9Note de bas de page 10Note de bas de page 11Note de bas de page 12

La transmission verticale peut survenir si la personne enceinte atteinte d'une chlamydiose n'a été dépistée et traitée durant la période périnataleNote de bas de page 13Note de bas de page 14Note de bas de page 15

Une auto inoculation peut survenir d'un site d'infection génital à la conjonctive ou le rectum.Note de bas de page 16

Manifestations cliniques

Chlamydiose

Approximativement 50 % des hommes et 70 % des femmes ayant une infection à C. trachomatis sont asymptomatiques.Note de bas de page 17 La période d'incubation dure habituellement de deux à trois semaines, mais peut s'étendre sur six semaines. Une infection à C. trachomatis non traitée peut persister pendant de nombreux mois.

Signes et symptômes de la chlamydiose

Chez les personnes symptomatiques, le tableau clinique est souvent associé au site anatomique d'infection.

Signes et symptômes les plus courants (s'ils sont présents) :
Femmes :
Hommes :
Nouveau-nés et nourrissons :

Complications des infections à Chlamydia

Si elle n'est pas convenablement traitée, l'infection à Chlamydia peut se propager du site local d'inoculation et entraîner de complications graves et(ou) des séquelles.

Femmes :
Hommes :

LGV

Les génotypes LGV de C. trachomatis sont plus invasifs que les génotypes non-LGV et touchent principalement le tissu lymphoïde.Note de bas de page 1  L'infection peut s'accompagner de symptômes systémiques, d'adénopathie douloureuse, d'inflammation et, si elle n'est pas traitée, de la cicatrisation anogénitale. Les signes et symptômes de la LGV s'apparentent beaucoup à d'autres ITSS, à d'autres infections, à des maladies non infectieuses (p. ex. maladies inflammatoires de l'intestin), à des réactions aux médicaments et à des tumeurs malignes.

La LGV est habituellement divisée en trois stades, soit primaire, secondaire et tertiaire.Note de bas de page 12

À la lumière de données limitées, l'infection par le VIH semble avoir peu d'effet sur le tableau clinique, des présentations atypiques ont été rarement signalées.Note de bas de page 19 Cependant, l'infection peut être de plus longue durée chez les personnes vivant avec le VIH.

Signes et symptômes de la LGV

LGV primaire

La période d'incubation de la LGV primaire est de trois à 30 jours. L'infection se résout habituellement spontanément et peut passer inaperçue chez 50 % des personnes atteintes.Note de bas de page 12 La LGV primaire est caractérisée par la présence de petite(s) papule(s) (1 à 6 mm) non douloureuse(s) au foyer d'inoculation (vulve, vagin, pénis, rectum, cavité buccale, parfois col utérin) pouvant s'ulcérer.

LGV secondaire

La LGV secondaire commence dans les deux à six semaines suivant l'apparition de lésion(s) primaire(s) et touche les ganglions lymphatiques et(ou) l'anus et le rectum.Note de bas de page 20  Elle est souvent accompagnée de symptômes systémiques importants comme une faible fièvre, des frissons, un malaise, des myalgies, des arthralgies. Elle est occasionnellement accompagnée d'une arthrite, d'une pneumonite ou d'une hépatite ou périhépatite, et rarement accompagnée d'une atteinte cardiaque, d'une méningite aseptique et d'une maladie inflammatoire oculaire.Note de bas de page 20 

Approximativement le tiers des femmes et la majorité des hommes atteints d'une LGV secondaire manifestent des signes et symptômes caractéristiques du deuxième stade.Note de bas de page 20 Moins d'un tiers des personnes présentent des abcès et un écoulement d'une fistule.Note de bas de page 12

LGV secondaire causant une lymphadénopathie

Le site le plus courant de lymphadénopathie est inguinale/fémorale; elle se caractérise par une lymphadénopathie inguinale et(ou) fémorale douloureuse, et les ganglions deviennent ce qu'on appelle des « bubons ». La lymphadénopathie est unilatérale chez la moitié aux deux tiers des cas.

Le « signe du sillon » (ganglions durs, fixes et extrêmement sensibles de part et d'autre du ligament inguinal avec un sillon le long du ligament) est pathognomonique de la LGV secondaire.Note de bas de page 12

D'autres lymphadénopathies peuvent se manifester autour du foyer d'inoculation (p. ex. lymphadénopathie cervicale suite à une inoculation lors de sexe oral).

LGV secondaire causant des symptômes anorectaux

La LGV secondaire peut causer des symptômes anorectaux caractérisés par une rectite hémorragique aiguë et(ou) une rectocolite. Les écoulements sanguins, purulents ou muqueux de l'anus et la constipation en sont des manifestations fréquentes.Note de bas de page 1Note de bas de page 21Note de bas de page 22Note de bas de page 23

LGV tertiaire (LGV chronique)

La LGV tertiaire est plus fréquente chez les femmes que chez les hommes. Des lésions inflammatoires chroniques, une obstruction lymphatique causant un éléphantiasis génitalNote de bas de page 12Note de bas de page 24, ainsi que des sténoses et des fistules génitales et rectales peuvent entraîner la cicatrisation et une destruction importante des organes génitaux (esthiomène).Note de bas de page 12Note de bas de page 20 Une intervention chirurgicale peut être nécessaire pour réparer les lésions génitales et (ou) rectales de la LGV tertiaire.

Références

Note de bas de page 1

Nieuwenhuis RF, Ossewaarde JM, Götz HM, Dees J, Thio HB, Thomeer MG, et al. Resurgence of lymphogranuloma venereum in Western Europe: an outbreak of Chlamydia trachomatis serovar l2 proctitis in The Netherlands among men who have sex with men. Clinical infectious diseases 2004;39(7):996-1003.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Lymphogranuloma venereum among men who have sex with men--Netherlands, 2003-2004. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2004 Oct 29;53(42):985-988.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Herida M, de Barbeyrac B, Lemarchand N, Scieux C, Sednaoui P, Kreplak G, et al. Émergence de la lymphogranulomatose vénérienne rectale en France, 2004-2005. Bull.Épidémiol.Hebd 2006;25:180-182.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Simms I, Macdonald N, Ison C, Alexander S, Lowndes C, Fenton K, et al. Enhanced surveillance of lymphogranuloma venereum (LGV) begins in England. Weekly releases (1997–2007) 2004;8(41):2565.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

ProMED-mail. Lymphogranuloma venereum-USA (California) . 2004; Available at: http://www.promedmail.org/post/2207058. Accessed November, 2018, 2018.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

ProMED-mail. Lymphogranuloma venereum -USA (Texas). 2004; Available at: http://www.promedmail.org/post/2207069. Accessed November, 23, 2018.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Boutin CA, Venne S, Fiset M, Fortin C, Murphy D, Severini A, et al. Lymphogranuloma venereum in Quebec: Re-emergence among men who have sex with men. Can Commun Dis Rep 2018 Feb 1; 44(2):55-61.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Lymphogranuloma venereum among men who have sex with men--Netherlands, 2003-2004. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2004 Oct 29;53(42):985-988.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Lafferty WE, Hughes JP, Handsfield HH. Sexually transmitted diseases in men who have sex with men: acquisition of gonorrhea and nongonococcal urethritis by fellatio and implications for STD/HIV prevention. Sex Transm Dis 1997;24(5):272-278.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Walter E. Stamm. Chlamydia trachomatis Infections of the Adult. In: King K. Holmes, P.Frederick Sparling, Walter E.Stamm, Peter Piot, Judith N. Wasserheit, Lawrence Corey, Myron S.Cohen, D.Heather Watts, editor. Sexually Transmitted Diseases. 4th Edition ed.; 2008. p. 575-593.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Edward W.Hook,III et H. Hunter Handsfield. Gonococcal Infections in the Adult. In: King K. Holmes, P.Frederick Sparling, Walter E.Stamm, Peter Piot, Judith N. Wasserheit, Lawrence Corey, Myron S.Cohen, D.Heather Watts, editor. Sexually Transmitted Diseases. 4th Edition ed.; 2008. p. 627-645.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Mabey D PR. Lymphogranuloma venereum. Sex Transm Infect 2002;78:90-92.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Moore DL, MacDonald NE. Preventing ophthalmia neonatorum. Canadian Journal of Infectious Diseases and Medical Microbiology 2015;26(3):122-125.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Johnson RE, Newhall WJ, Papp JR, Knapp JS, Black CM, Gift TL, et al. Screening tests to detect Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae infections—2002. MMWR Recomm Rep 2002;51(RR-15):1-38.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Schachter J, Grossman M, Sweet RL, Holt J, Jordan C, Bishop E. Prospective study of perinatal transmission of Chlamydia trachomatis. JAMA 1986;255(24):3374-3377.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Khattab RA, Abdelfattah MM. Study of the prevalence and association of ocular chlamydial conjunctivitis in women with genital infection by Chlamydia trachomatis, Mycoplasma genitalium and Candida albicans attending outpatient clinic. Int J Ophthalmol 2016 Aug 18;9(8):1176-1186.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Navarro C, Jolly A, Nair R, Chen Y. Risk Factors for Genital Chlamydial Infection: A Review. Canadian Journal of Infectious Diseases and Medical Microbiology 2002;13(3):195-207.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Korenromp EL, Sudaryo MK, de Vlas SJ, Gray RH, Sewankambo NK, Serwadda D, et al. What proportion of episodes of gonorrhoea and chlamydia becomes symptomatic? Int J STD AIDS 2002 Feb;13(2):91-101.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Czelusta A, Yen-Moore A, Van der Straten M, Carrasco D, Tyring SK. An overview of sexually transmitted diseases. Part III. Sexually transmitted diseases in HIV-infected patients. J Am Acad Dermatol 2000;43(3):409-436.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Roest R, Van der Meijden W. European guideline for the management of tropical genito-ulcerative diseases. Int J STD AIDS 2001;12(2_suppl):78-83.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Kropp RY, Wong T, Canadian LGV Working Group. Emergence of lymphogranuloma venereum in Canada. CMAJ 2005 Jun 21;172(13):1674-1676.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Weir E. Lymphogranuloma venereum in the differential diagnosis of proctitis. CMAJ 2005 Jan 18;172(2):185.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Goens JL, Schwartz RA, De Wolf K. Mucocutaneous manifestations of chancroid, lymphogranuloma venereum and granuloma inguinale. Am Fam Physician 1994 Feb 1;49(2):415-8, 423-5.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Aggarwal K, Jain VK, Gupta S. Bilateral groove sign with penoscrotal elephantiasis. Sex Transm Infect 2002 Dec;78(6):458.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :