Guide sur la Chlamydia et LGV : Traitement et suivi

Traitement et suivi des infections à Chlamydia trachomatis (comprenant la lymphogranulomatose vénérienne (LGV)).

Sur cette page

Indications au traitement

C. trachomatis

LGV

Remarque :

Traitement

Les options de traitement suivants sont recommandées en l’absence de contre-indication. Consulter les monographies de produit pour connaître les contre-indications et les effets secondaires.

Avertissement : Consulter l’avis de sécurité qu’a publié Santé Canada concernant l’azithromycine et le risque de complications cardiovasculaires et de décès.

Infection anogénitale et conjonctivale à Chlamydia

Adultes (à l’exception des personnes enceintes ou qui allaitent)

Traitement privilégié Autre traitement
  • Doxycycline 100 mg PO BID pendant 7 jours [A-I] 
    ou
  • Azithromycine 1 g PO en une dose unique [A-I]

Remarque : L’azithromycine peut être privilégiée si une mauvaise adhésion au traitement est envisagée.

Personnes enceintes ou qui allaitentNote de bas de page 2

Remarques :

Personnes âgées de 9 à 18 ans

Traitement privilégié Autre traitement
  • Doxycycline 5 mg/kg/jour PO en doses fractionnées (maximum de 100 mg 2 f.p.j.) pendant 7 jours [A-I]
    ou
  • Azithromycine 12 à 15 mg/kg (maximum de 1 g) PO en une dose unique [A-I] si on s’attend à une faible observance thérapeutique
  • Érythromycine base 40 mg/kg/jour PO en doses fractionnées (maximum de 500 mg QID pendant 7 jours ou 250 mg QID pendant 14 jours) [B-l]
    ou
  • Sulfaméthoxazole 75 mg/kg/jour PO en doses fractionnées (maximum de 1 g BID) pendant 10 jours [B-ll]

Remarques :

Consulter un spécialiste en pédiatrie ou un collègue expérimenté et les lignes directrices cliniques pertinentes lorsqu’une chlamydiose est diagnosiquée chez un enfant. Une infection à C. trachomatis contractée durant la période périnatale peut persister jusqu’à l’âge de trois ans. Envisager la possibilité d’abus sexuels lorsqu’une infection à Chlamydia est diagnostiquée chez tout enfant impubère.Note de bas de page 14

Remarque : Les cas suspectés d'abus sexuels chez les enfants doivent faire l’objet d’un signalement à l’agence locale de protection de la jeunesse.

LGV

Traitement privilégié Autre traitement
Doxycycline 100 mg PO BID pendant 21 jours [B-II]Note de bas de page 15 Azithromycine 1 g PO 1 fois par semaine pendant 3 semaines [C-III]Note de bas de page 16

Remarque : Durant la grossesse, traiter la LGV avec érythromycine (non-estolate) 500 mg PO QID pendant 21 jours [C-III].Note de bas de page 15

Partenaires sexuels d’un cas de LGV (traitement empirique)

Remarque : Si les résultats d’un test confirment une LGV, administrer un traitement conforme aux recommandations pour les cas de LGV.

Infection persistante et récurrente

Causes possibles de signes et symptômes persistantes après un traitement :

Counseling relatif au traitement

Les personnes ayant un diagnostic d’infection à C. trachomatis (génotype LVG ou non-LGV) et leurs partenaires devraient s’abstenir de toute activité sexuelle sans méthode de barrière jusqu’à la fin du traitement de la personne et de tous ses partenaires actuels (après un traitement multidose ou pendant sept jours après la prise d’un traitement à dose unique) et la résolution de symptômes.

Suivi

Test de contrôle

Un test de contrôle de l’infection à C. trachomatis est recommandé quand :

Un test de contrôle devrait être effectué au moyen de TAAN, trois semaines après la fin d’un traitement afin d’éviter la détection de micro-organismes non viables.

Les personnes atteintes de LGV devraient faire l’objet d’un suivi jusqu’à l’obtention d’un test de contrôle négatif pour C. trachomatis et la résolution des symptômes.Note de bas de page 17Note de bas de page 18

Dépistage pour la réinfection

Un dépistage répété est recommandé trois mois après letraitement pour toute personne ayant une infection à C. trachomatis puisque que le risque de réinfection est élevé.Note de bas de page 19Note de bas de page 20Note de bas de page 21Note de bas de page 22Note de bas de page 23

Déclaration et notification aux partenaires

Déclaration auprès des autorités nationales, provinciales ou territoriales

Les infections à C. trachomatis sont à déclaration obligatoire à l'échelle nationale et doivent faire l’objet d’un signalement par les laboratoires, les médecins et les professionnels de santé désignés aux autorités de santé publique locales dans toutes les provinces et tous les territoires. Certaines provinces et certains territoires font la distinction entre les cas causés par les génotypes LGV et non-LGV dans le cadre de leurs données de surveillance.

Notification aux partenaires

La recherche de cas et la notification aux partenaires sont essentielles à la prévention et au contrôle de C. trachomatis. Notifier, évaluer cliniquement, dépister et traiter empiriquement les partenaires avec qui le cas index a eu des contacts sexuels au cours de 60 jours précédant la date du prélèvement de l’échantillon (si le cas index est asymptomatique) ou l’apparition de symptômes. Le traitement empirique est indiqué peu importe les observations cliniques et sans attendre les résultats de tests de dépistage.

Prolonger la période de traçabilité pour la notification aux partenaires :

Les nouveau-nés dont la mère est atteinte d’une chlamydiose devraient être dépistés et tous ceux ayant une infection devraient être traités.

Les autorités locales de santé publique peuvent soutenir la notification aux partenaires et aider à l’orientation aux services de counseling, d’évaluation clinique, de dépistage et de traitement.

Références

Note de bas de page 1

Krahn J, Louette A, Caine V, Ha S, Wong T, Lau T, et al. Non-standard treatment for uncomplicated Chlamydia trachomatis urogenital infections: a systematic review. BMJ open 2018;8 (12):e023808:1.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Alary M, Joly JR, Mondor M, Moutquin J, Boucher M, Fortier A, et al. Randomised comparison of amoxycillin and erythromycin in treatment of genital chlamydial infection in pregnancy. The Lancet 1994;344(8935):1461-1465.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Kacmar J, Cheh E, Montagno A, Peipert JF. A randomized trial of azithromycin versus amoxicillin for the treatment of Chlamydia trachomatis in pregnancy. Infect Dis Obstet Gynecol 2001;9(4):197-202.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Wehbeh HA, Ruggeirio RM, Shahem S, Lopez G, Ali Y. Single-dose azithromycin for Chlamydia in pregnant women. J Reprod Med 1998 Jun;43(6):509-514.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Adair CD, Gunter M, Stovall TG, McElroy G, Veille J, Ernest JM. Chlamydia in pregnancy: a randomized trial of azithromycin and erythromycin. Obstetrics & Gynecology 1998;91(2):165-168.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Bush MR, Rosa C. Azithromycin and erythromycin in the treatment of cervical chlamydial infection during pregnancy. Obstet Gynecol 1994 Jul;84(1):61-63.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Genc MR. Treatment of genital Chlamydia trachomatis infection in pregnancy. Best Practice & Research Clinical Obstetrics & Gynaecology 2002;16(6):913-922.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Scheibel JH, Kristensen JK, Hentzer B, Secher L, Ullman S, Verdich J, et al. Treatment of chlamydial urethritis in men and Chlamydia trachomatis-positive female partners: comparison of erythromycin and tetracycline in treatment courses of one week. Sex Transm Dis 1982 Jul-Sep;9(3):128-131.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Bowie WR, Manzon LM, Borrie-Hume CJ, Fawcett A, Jones HD. Efficacy of treatment regimens for lower urogenital Chlamydia trachomatis infection in women. Am J Obstet Gynecol 1982 Jan 15;142(2):125-129.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Mogabgab WJ, Holmes B, Murray M, Beville R, Lutz FB, Tack KJ. Randomized comparison of ofloxacin and doxycycline for chlamydia and ureaplasma urethritis and cervicitis. Chemotherapy 1990;36(1):70-76.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Linnemann CC,Jr, Heaton CL, Ritchey M. Treatment of Chlamydia trachomatis infections: comparison of 1- and 2-g doses of erythromycin daily for seven days. Sex Transm Dis 1987 Apr-Jun;14(2):102-106.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

Cramers M, Kaspersen P, From E, Moller BR. Pivampicillin compared with erythromycin for treating women with genital Chlamydia trachomatis infection. Genitourin Med 1988 Aug;64(4):247-248.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Moore DL, MacDonald NE. Preventing ophthalmia neonatorum. Canadian Journal of Infectious Diseases and Medical Microbiology 2015;26(3):122-125.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Trocmé N, MacLaurin B, Fallon B, Daciuk J, Billingsley D, Tourigny M, et al. Canadian incidence study of reported child abuse and neglect: Final report. Ottawa: Minister of Public Works and Government Services Canada 2001.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

Stamm WE. Lymphogranuloma venereum. In: Holmes KK, Sparling PF, Stamm WE, editor. Sexually transmitted diseases. 4th ed. ed.: New York: Mc-Graw Hill; 2008. p. 595-606.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Hill S, Hodson L, Smith A. An audit on the management of lymphogranuloma venereum in a sexual health clinic in London, UK. Int J STD AIDS 2010;21(11):772-776.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Nieuwenhuis RF, Ossewaarde JM, Götz HM, Dees J, Thio HB, Thomeer MG, et al. Resurgence of lymphogranuloma venereum in Western Europe: an outbreak of Chlamydia trachomatis serovar l2 proctitis in The Netherlands among men who have sex with men. Clinical infectious diseases 2004;39(7):996-1003.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Lymphogranuloma venereum among men who have sex with men--Netherlands, 2003-2004. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2004 Oct 29;53(42):985-988.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Sexually Transmitted Diseases Treatment Guidelines, 2006. MMWR Recommendations and Reports August 4, 2006;55(11):1-94.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Whittington WL, Kent C, Kissinger P, Oh MK, Fortenberry JD, Hillis SE, et al. Determinants of persistent and recurrent Chlamydia trachomatis infection in young women: results of a multicenter cohort study. Sex Transm Dis 2001;28(2):117-123.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Schillinger JA, Kissinger P, Calvet H, Whittington WL, Ransom RL, Sternberg MR, et al. Patient-delivered partner treatment with azithromycin to prevent repeated Chlamydia trachomatis infection among women: a randomized, controlled trial. Sex Transm Dis 2003;30(1):49-56.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Gunn RA, Fitzgerald S, Aral SO. Sexually transmitted disease clinic clients at risk for subsequent gonorrhea and chlamydia infections: possible ‘core’ transmitters. Sex Transm Dis 2000;27(6):343-349.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Rietmeijer CA, Van Bemmelen R, Judson FN, DOUGLAS JR JM. Incidence and repeat infection rates of Chlamydia trachomatis among male and female patients in an STD clinic: implications for screening and rescreening. Sex Transm Dis 2002;29(2):65-72.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :