Chlamydia et LGV: Informations importantes et ressources

Informations importantes et ressources pour les infections à Chlamydia trachomatis (comprenant la lymphogranulomatose vénérienne (LGV)).

Sur cette page

Informations Importantes

Importance en santé publique

L'infection à C. trachomatis est l'infection transmissible sexuellement la plus fréquemment déclarée au Canada. Si elle n'est pas traitée, l'infection à Chlamydia peut se propager du site local d'inoculation et entraîner de complications graves et(ou) des séquelles telles que l'atteinte inflammatoire pelvienne (AIP), grossesse ectopique, infertilité, douleur pelvienne chronique, orchiépididymite et le syndrome de Reiter.

Les génotypes LGV de C. trachomatis sont plus invasifs que les génotypes non-LGV et touchent principalement le tissu lymphoïde. L'infection peut s'accompagner de symptômes systémiques, d'adénopathie douloureuse, d'inflammation et, si elle n'est pas traitée, de la cicatrisation anogénitale.

Remarque : Dans toutes les provinces et tous les territoires, les infections à C. trachomatis sont signalées aux autorités de santé publique par les laboratoires, les médecins et les professionnels de santé désignés. Les provinces et les territoires ne font pas tous la distinction entre les données de surveillance relatives aux génotypes LGV (L1, L2 ou L3) et aux génotypes non-LGV.

Dépistage

Le dépistage de l'infection à C. trachomatis (génotypes D à K) est recommandé chez les personnes asymptomatiques sexuellement actives âgées de moins de 25 ans, toutes les personnes enceintes, les nouveau-nés dont la mère est atteinte d'une chlamydiose, et chez toute autre personne ayant des facteurs de risque pour des infections transmissibles sexuellement et par le sang (ITSS).

Le génotypage systématique de la LGV pour les infections asymptomatiques à C. trachomatis n'est pas recommandé. Considérer le génotypage de la LGV pour les infections rectales asymptomatiques à C. trachomatis diagnostiqués chez les hommes gais, bisexuelles et les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (gbHARSAH) qui ont des facteurs de risque pour la LGV.

Tests diagnostiques

Les tests d'amplification des acides nucléiques (TAAN) sont les tests les plus sensibles pour la détection de C. trachomatis.

Chez la femme, effectuer le dépistage par TAAN sur des échantillons recueillis par écouvillonnage vaginal ou cervical ou sur un échantillon d'urine du premier jet. Chez l'homme, effectuer le dépistage par TAAN sur un échantillon d'urine du premier jet. Selon le cas, effectuer un dépistage par TAAN sur les échantillons de sites extra génitaux (écouvillonnage pharyngé ou rectal).

Lorsque des manifestations cliniques suggèrent une infection transmissible sexuellement (ITS), prélever des échantillons avant le traitement. Le tableau clinique et la antécédents sexuels déterminent quels échantillons devraient être prélevés et le type de testes requis. Les TAAN peuvent être effectués sur un échantillon d'urine, ou sur des échantillons prélevés par écouvillonnage conjonctival, vaginal ou cervical.

Pour les échantillons de sites extragénitaux, consulter le laboratoire local pour la disponibilité de TAAN.

Un diagnostic définitif de LGV nécessite un génotypage, qui devrait être demandé dans le cas de résultats positifs de C. trachomatis chez les personnes présentant des symptômes évoquant une LGV et chez les partenaires sexuels de personnes atteintes de LGV.

Traitement

Chlamydiose anogénitale ou conjonctivale chez les adultes (à l'exception des personnes enceintes ou qui allaitent) : doxycycline 100 mg PO BID pendant 7 jours ou azithromycine 1 g PO en une dose unique [A-I]. Consulter la section intitulée « Traitement » pour les recommandations pour les personnes enceintes ou qui allaitent et les personnes âgées de 9 à 18 ans.

LGV : doxycycline 100 mg PO BID pendant 21 jours [B-II].

Suivi

Chlamydiose : Un test de contrôle est recommandé trois semaines après la fin du traitement quand l'adhésion au traitement est sous-optimale, quand un autre schéma thérapeutique est utilisé ou quand la personne est impubère ou enceinte.

LGV : Un test de contrôle est recommandé trois semaines après la fin du traitement. Les personnes devraient faire l'objet d'un suivi jusqu'à l'obtention d'un test de contrôle négatif pour C. trachomatis et la résolution des symptômes.

Dépistage répété : Un dépistage répété est recommandé trois mois après le traitement pour toute personne ayant une infection à C. trachomatis.

Notification aux partenaires

Dépister et traiter de façon empirique tous les partenaires qui ont eu des contacts sexuels avec le cas index au cours des 60 jours précédant l'apparition de symptômes ou la date du prélèvement de l'échantillon (si le cas index est asymptomatique).

Ressources

Ressources de sensibilisation

Surveillance

Articles de journaux

Autres lignes directrice

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :