Chlamydia et LGV : Dépistage et test diagnostiques

Dépistage et test diagnostiques des infections à Chlamydia trachomatis (comprenant la lymphogranulomatose vénérienne (LGV)).

Sur cette page

Dépistage

C. trachomatis

Le dépistage de l'infection à C. trachomatis est recommandé pour toute personne ayant des facteurs de risque. Le dépistage est efficace pour détecter et traiter les infections asymptomatiques ainsi que de prévenir les complications, la transmission et la réinfection.

Bien que les femmes comptent pour la majorité des cas d'infection à C. trachomatisNote de bas de page 1, les hommes asymptomatiques âgés de moins de 25 ans peuvent constituer un réservoir pour les infections et les réinfections de leurs partenaires sexuels.Note de bas de page 2 De plus amples données sont nécessaires afin d'établir si le dépistage systématique chez les jeunes hommes asymptomatiques réduit l'incidence de l'infection anogénitale à Chlamydia chez les femmes.Note de bas de page 3Note de bas de page 4

L'utilisation de méthodes de prélèvement non invasives (échantillons d'urine ou auto-prélèvement vaginal) peut accroître l'acceptation du dépistage pour l'infection à C. trachomatis. Selon le type d'activité sexuelle, il pourrait être nécessaire d'effectuer des prélèvements de plusieurs sites anatomiques.

Recommandations de dépistage pour la détection de C. trachomatisNote de bas de page 5Note de bas de page 6 :

Dépistage annuel Dépistage ciblé
  • Offrir le dépistage et répéter le dépistage selon les facteurs de risque pour les personnes âgées de ≥ 25 ans
  • Réaliser le dépistage lors de la première visite prénatale. Un autre dépistage est indiqué au troisième trimestre chez les personnes ayant obtenu un résultat positif ou qui présentent un risque continue d'infection.Note de bas de page 17Note de bas de page 18Note de bas de page 19
  • Nouveau-nés dont la femme est atteinte d'une chlamydiose

LGV

Le génotypage systématique de la LGV pour les infections asymptomatiques à C. trachomatis n'est pas recommandé. Considérer le génotypage de la LGV pour toutes infections rectales asymptomatiques à C. trachomatis diagnostiqués chez les hommes gais, bisexuelles et les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (gbHARSAH) qui ont des facteurs de risque pour la LGV.

Autres ITSS

Le dépistage des ITSS varie selon l'âge, le genre, le sexe ainsi que les antécédents médicaux et sexuels. Toute personne présentant des facteurs de risque d'ITSS devrait être dépistée pour les ITSS et traitée de façon appropriée pour prévenir la transmission et la réinfection.

Les personnes ayant une infection à Neisseria gonorrhoeae ont souvent une co-infection à C. trachomatis.Note de bas de page 20Note de bas de page 21

L'infection à C. trachomatis peut accroître le risque d'acquisition et de transmission du VIH.Note de bas de page 22Note de bas de page 23Note de bas de page 24

Les personnes évaluées ou traitées pour une infection à Chlamydia devraient être dépistées pour:

En raison des taux élevés de co-infection, les personnes évaluées ou traitées pour la LGV devraient être dépistées pour :

Tests diagnostiques

C. trachomatis

Le tableau clinique et les antécédents sexuels déterminent quels échantillons devraient être prélevés et le type de tests requis.

Les TAAN sont les tests les plus sensibles pour C. trachomatis.Note de bas de page 26Note de bas de page 27 La culture pour C. trachomatis n'est plus systématiquement disponible au Canada. Les résultats dépendent fortement du type de test effectué, du prélèvement et des conditions de transport des échantillons, ainsi que de l'expertise du laboratoire. Consulter le laboratoire local pour les tests disponibles, leur performance et les prélèvements requis.

Les TAAN ne distinguent pas les génotypes LGV et non-LGV.

Utiliser les TAAN autant que possible pour les échantillons d'urine et les échantillons prélevés par écouvillonnage urétral, cervical ou vaginal.

Vérifier auprès du laboratoire local au sujet de la disponibilité de TAAN pour le dépistage des sites extragénitaux. Les TAAN validés pour l'analyse de spécimens rectaux sont disponibles dans la majorité des provinces et territoires, s'ils ne sont pas disponibles, vérifier si la culture est encore disponible.

Consulter les lignes directrices provinciales ou territoriales ou le laboratoire local en ce qui a trait à l'utilisation de TAAN à des fins médicolégales.

Les TAAN peuvent être effectués sans attendre 48 heures post-exposition. Ceci est fondé sur une opinion d'expert que les TAAN peuvent détecter de petites quantités d'ADN ou d'ARN (inoculum).

Pour les personnes chez qui on soupçonne la LGV : s'ils ont voyagé dans des régions où le chancre mou (Haemophilus ducreyi) et la donovanose (ou granulome inguinal) (Klebsiella granulomatis) sont endémiques, ces conditions devraient être considérées comme diagnostic différentiel.

Prélèvements et tests recommandés pour C. trachomatis

Asymptomatique

Test Prélèvements chez les hommes asymptomatiques Prélèvements chez les femmes asymptomatiques
TAAN Urine du premier jet Écouvillonnage vaginal, auto-prélevé ou prélevé par un clinicien
ou
Urine du premier jet
ou
Écouvillonnage cervical
Selon les antécédents: écouvillonnage conjonctival, pharyngé et (ou) rectal

Remarque : Les échantillons d'urine devraient provenir du premier jet (les 10 à 20 premiers ml d'urine). Idéalement, la personne ne devrait pas avoir uriné au cours des deux heures précédant le prélèvement d'urine ou l'écouvillonnage urétral. Le fait d'avoir uriné plus récemment n'empêche pas la réalisation du test.Note de bas de page 5

Symptomatique

L'examen physique est essentiel lorsqu'une ITS est soupçonnée. Prélever des échantillons selon le tableau clinique et les antécédents, avant le traitement.

Test Prélèvements chez les hommes symptomatiques(5) Prélèvements chez les femmes symptomatiques(5)

TAAN

  • Urine du premier jet
  • Écouvillonnage urétral
  • Écouvillonnage rectal
  • Écouvillonnage pharyngé
  • Écouvillonnage cervical
  • Écouvillonnage vaginal
  • Écouvillonnage rectal
  • Écouvillonnage pharyngé
  • Écouvillonnage de la lésion
  • Liquide des bubons
  • Écouvillonnage conjonctival

En raison des taux élevés d'infection concomitante, prélever également des échantillons pour le diagnostic d'infections gonococciques au moyen de TAAN et de culture.Note de bas de page 21 Les TAAN peuvent détecter à la fois C. trachomatis et Neisseria gonorrhoeae dans un seul échantillon.

LGV

Le diagnostic de la LGV n'est pas simple. Il est souvent fondé sur les antécédents et le tableau clinique, confirmé par des analyses de laboratoire. Les cliniciens devraient maintenir un indice de suspicion élevée de LGV chez les personnes qui présentent des signes et symptômes évocateurs (p. ex. rectite et(ou) lymphadénopathie inguinale ou fémorale marquée ou bubons) et(ou) dont les antécédents suggèrent une exposition.

La détection de C. trachomatis dans le liquide des bubons est fortement évocatrice de la LGV, même avant ou sans l'identification des génotypes de la LGV. Les bubons causés par la LGV contiennent habituellement une petite quantité de liquide d'apparence laiteuse. Aspirer le liquide des bubons à travers une peau saine; une injection de 2 à 5 ml de sérum physiologique stérile pourrait être requise.

Génotypage

Le génotypage d'échantillons positifs de C. trachomatis est nécessaire pour le diagnostic définitif d'une LGV.

Les échantillons positifs de C. trachomatis provenant de personnes présentant des symptômes évoquant une LGV et de partenaires sexuels de personnes atteintes de LGV devraient être acheminés à un laboratoire provincial ou territorial ou au Laboratoire national de microbiologie (LNM) pour un test de génotypage de LGV.

Des données publiées sur la LGV chez les gbHARSAH ont révélé que peu d'échantillons urétraux ou d'urine produisent des résultats positifs de LGV lorsque C. trachomatis est détecté.Note de bas de page 28Note de bas de page 29Note de bas de page 30Note de bas de page 31Note de bas de page 32.

Chez les gbHARSAH ayant des facteurs de risque pour la LGV, considérer le génotypage de la LGV sur les échantillons rectaux positifs pour C. trachomatis. Bien que des études antérieures ont détecté la LGV rectale principalement chez des personnes symptomatiquesNote de bas de page 28Note de bas de page 29Note de bas de page 33; une étude menée en 2017 aux Pays-Bas a révélé qu'une proportion élevée d'échantillons rectaux positifs pour C. trachomatis étaient aussi positifs pour la LGV chez les gbHARSAH asymptomatiques.Note de bas de page 30

Anuscopie, sigmoïdoscopie et rectoscopie

Une anuscopie, une sigmoïdoscopie ou une rectoscopie peut produire des résultats semblables à ceux observés en présence d'une colite ulcéreuse et(ou) d'une rectite ulcéreuse ou granulomateuse chez les personnes atteintes de LGV.Note de bas de page 34

Sérologie

La sérologie n'est pas recommandée pour le diagnostic d'une LGV, en raison des réactions croisées avec d'autres espèces de C. trachomatis et des difficultés d'interprétation des variations des titres. En raison de la nature invasive de la LGV, les titres sérologiques sont généralement significativement plus élevés en présence d'une infection à C. trachomatis de génotype LGV que de génotype non-LGV. Bien qu'un titre sérologique élevé puisse évoquer une LGV, il ne permet pas d'établir un diagnostic définitif. Inversement, un titre sérologique faible n'élimine pas la possibilité d'une LGV actuelle ou antérieure. Puisque la durée de la réponse des anticorps n'a pas été établie, la sérologie ne devrait pas servir à évaluer la réponse au traitement.

Références

Note de bas de page 1

Choudhri Y, Miller J, Sandhu J, Leon A, Aho J. Chlamydia in Canada, 2010-2015. Can Commun Dis Rep 2018 Feb 1;44(2):49-54.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Dielissen PW, Teunissen DA, Lagro-Janssen AL. Chlamydia prevalence in the general population: is there a sex difference? a systematic review. BMC infectious diseases 2013;13(1):534.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

US Preventive Services TF. Chlamydia screening among sexually active young female enrollees of health plans--United States, 2000-2007. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2009;58(14):362-365.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Meyers D.S., Halvorson H., Luckhaupt S. Screening for chlamydial infection: An evidence update for the U.S. Preventive Services Task Force. Ann Intern Med 2007;147(2):135-142.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Centers for Disease Control and Prevention. Recommendations for the laboratory-based detection of Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae--2014. MMWR Recomm Rep 2014 Mar 14;63(RR-02):1-19.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Public Health Agency of Canada. Section 2: Canadian Guidelines on Sexually Transmitted Infections – Primary care and sexually transmitted infections. 2013; Available at: https://www.canada.ca/en/public-health/services/infectious-diseases/sexual-health-sexually-transmitted-infections/canadian-guidelines/sexually-transmitted-infections/canadian-guidelines-sexually-transmitted-infections-17.html#a2. Accessed May,16, 2019.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

Marrazzo JM, Whittington WL, Celum CL, Handsfield HH, Clark A, Cles L, et al. Urine-based screening for Chlamydia trachomatis in men attending sexually transmitted disease clinics. Sex Transm Dis 2001 Apr;28(4):219-225.

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Andersen B, Olesen F, Moller JK, Ostergaard L. Population-based strategies for outreach screening of urogenital Chlamydia trachomatis infections: a randomized, controlled trial. J Infect Dis 2002 Jan 15;185(2):252-258.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Braverman PK, Biro FM, Brunner RL, Gilchrist MJ, Rauh JL. Screening asymptomatic adolescent males for chlamydia. J Adolesc Health Care 1990 Mar;11(2):141-144.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Chernesky MA, Jang D, Lee H, Burczak JD, Hu H, Sellors J, et al. Diagnosis of Chlamydia trachomatis infections in men and women by testing first-void urine by ligase chain reaction. J Clin Microbiol 1994 Nov;32(11):2682-2685.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Moncada J, Schachter J, Shafer MA, Williams E, Gourlay L, Lavin B, et al. Detection of Chlamydia trachomatis in first catch urine samples from symptomatic and asymptomatic males. Sex Transm Dis 1994 Jan-Feb;21(1):8-12.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

National Chlamydia Screening Programme Steering Group. New Frontiers – National Chlamydia Screening Programme Annnual Report 2005/6. Health Protection Agency 2006.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Ciemins EL, Kent CK, Flood J, Klausner JD. Evaluation of chlamydia and gonorrhea screening criteria: San Francisco sexually transmitted disease clinic: 1997 to 1998. Sex Transm Dis 2000;27(3):165-167.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

Marrazzo JM, White CL, Krekeler B, Celum CL, Lafferty WE, Stamm WE, et al. Community-based urine screening for Chlamydia trachomatis with a ligase chain reaction assay. Ann Intern Med 1997 Nov 1;127(9):796-803.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

LaMontagne DS, Fine DN, Marrazzo JM. Chlamydia trachomatis infection in asymptomatic men. Am J Prev Med 2003 Jan;24(1):36-42.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Domeika M, Bassiri M, Mardh PA. Diagnosis of genital Chlamydia trachomatis infections in asymptomatic males by testing urine by PCR. J Clin Microbiol 1994 Oct;32(10):2350-2352.

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Davies HD, Wang EE. Periodic health examination, 1996 update: 2. Screening for chlamydial infections. Canadian Task Force on the Periodic Health Examination. CMAJ 1996 Jun 1;154(11):1631-1644.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

Centers for Disease Control and Prevention (CDC). Sexually Transmitted Diseases Treatment Guidelines, 2006. MMWR Recommendations and Reports August 4, 2006;55(11):1-94.

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

Ryan GM,Jr, Abdella TN, McNeeley SG, Baselski VS, Drummond DE. Chlamydia trachomatis infection in pregnancy and effect of treatment on outcome. Am J Obstet Gynecol 1990 Jan;162(1):34-39.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Creighton S, Tenant-Flowers M, Taylor C, Miller R, Low N. Co-infection with gonorrhoea and chlamydia: how much is there and what does it mean? Int J STD AIDS 2003;14(2):109-113.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

Lyss SB, Kamb ML, Peterman TA, Moran JS, Newman DR, Bolan G, et al. Chlamydia trachomatis among patients infected with and treated for Neisseria gonorrhoeae in sexually transmitted disease clinics in the United States. Ann Intern Med 2003;139(3):178-185.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

Fransen L, Avonts D, Piot P. Treatment of genital chlamydial infection with ofloxacin. Infection 1986;14(suppl 4):S318.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

Batteiger B, Jones R, White A. Efficacy and safety of ofloxacin in the treatment of nongonococcal sexually transmitted disease. . Am.J.Med. 1989;87(6C):75S.

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

Nayagam A, Ridgway G, Oriel J. Efficacy of ofloxacin in the treatment of non-gonococcal urethritis in men and genital infections caused by Chlamydia trachomatis in men and women. J Antimicrob Chemother 1988;22(suppl C):155.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

Boutin CA, Venne S, Fiset M, Fortin C, Murphy D, Severini A, et al. Lymphogranuloma venereum in Quebec: Re-emergence among men who have sex with men. Can Commun Dis Rep 2018 Feb 1;44(2):55-61.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

Association of Public Health Laboratories. Laboratory Diagnostic Testing for Chlamydia trachomatis and Neisseria gonorrhoeae. Expert Consultation Meeting Summary Report January 13-15, 2009.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

Kapala J, Biers K, Cox M, Kamionka M, Sumner J, Toor R, et al. Aptima Combo 2 testing detected additional cases of Neisseria gonorrhoeae infection in men and women in community settings. J Clin Microbiol 2011 May;49(5):1970-1971.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

Nieuwenhuis RF, Ossewaarde JM, Götz HM, Dees J, Thio HB, Thomeer MG, et al. Resurgence of lymphogranuloma venereum in Western Europe: an outbreak of Chlamydia trachomatis serovar l2 proctitis in The Netherlands among men who have sex with men. Clinical infectious diseases 2004;39(7):996-1003.

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Note de bas de page 29

Ward H, Alexander S, Carder C, Dean G, French P, Ivens D, et al. The prevalence of lymphogranuloma venereum infection in men who have sex with men: results of a multicentre case finding study. Sex Transm Infect 2009 Jun;85(3):173-175.

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Note de bas de page 30

de Vrieze NHN, Versteeg B, Bruisten SM, van Rooijen MS, van der Helm JJ, de Vries HJC. Low Prevalence of Urethral Lymphogranuloma Venereum Infections Among Men Who Have Sex With Men: A Prospective Observational Study, Sexually Transmitted Infection Clinic in Amsterdam, the Netherlands. Sex Transm Dis 2017 Sep;44(9):547-550.

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Note de bas de page 31

Desclaux A, Touati A, Neau D, Laurier-Nadalie C, Bebear C, de Barbeyrac B, et al. Extra-rectal lymphogranuloma venereum in France: a clinical and molecular study. Sex Transm Infect 2018 Feb;94(1):3-8.

Retour à la référence de la note de bas de page 31

Note de bas de page 32

Annan NT, Sullivan AK, Nori A, Naydenova P, Alexander S, McKenna A, et al. Rectal chlamydia--a reservoir of undiagnosed infection in men who have sex with men. Sex Transm Infect 2009 Jun;85(3):176-179.

Retour à la référence de la note de bas de page 32

Note de bas de page 33

Saxon C, Hughes G, Ison C, UK LGV Case-Finding Group. Asymptomatic Lymphogranuloma Venereum in Men who Have Sex with Men, United Kingdom. Emerg Infect Dis 2016 Jan;22(1):112-116.

Retour à la référence de la note de bas de page 33

Note de bas de page 34

Quinn TC, Goodell SE, Mkrtichian E, Schuffler MD, Wang S, Stamm WE, et al. Chlamydia trachomatis proctitis. N Engl J Med 1981;305(4):195-200.

Retour à la référence de la note de bas de page 34

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :