L’économie clandestine nuit à tout le monde

Transcription

NARRATEUR : Comme ça, vous avez fait refaire votre toit? Beau travail!

Vous dites même avoir économisé en payant au noir. Qui irait s’en plaindre?

C’est bien beau tout ça, mais sans contrat formel, si un ouvrier s’était blessé sur le chantier, on aurait pu vous poursuivre en justice.

Croyez-vous vraiment faire des économies?

Surtout si votre nouveau toit devait commencer à couler,

et que vous n’aviez aucune garantie écrite.

Pensez-y un peu : si l’entrepreneur fraude le gouvernement, croyez-vous qu’il se préoccupe des règlements de la construction? Il est très probable qu’il vous trompe aussi.

Voix au téléphone : Il n’y a plus de service au numéro que vous avez composé.

NARRATEUR : Alors, que préférez-vous? Payer des milliers de dollars pour réparer les pots cassés,

ou engager des entrepreneurs responsables qui respectent les règles et paient leurs impôts?

N’y laissez pas votre chemise!

Évitez de faire comme ces malheureux Canadiens qui subissent chaque jour les conséquences de leur participation à l’économie clandestine.

Soyez solidaire! Une activité commerciale qu’on ne déclare pas, ou qu’on ne déclare qu’en partie, nuit à tout le monde.

Le petit commerçant local qui joue franc jeu ne peut pas concurrencer ceux qui violent les règles.

Les transactions illicites de l’économie clandestine imposent un fardeau indu aux contribuables honnêtes. En bout de ligne, ce sont eux qui paient plus pour appuyer les programmes qui sont financés grâce à nos impôts et sur lesquels nous comptons tous.

Pas si grave vous dites le travail au noir? Eh bien, sachez que cela fait perdre des milliards de dollars aux Canadiens chaque année. Y compris à vous même.

Lorsque personne ne fraude, tout le monde gagne.

Respectez les règles.

Ne participez pas à l’économie clandestine.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :