Éléments nutritifs dans le lac Winnipeg

Accéder au PDF (374 Ko)

Concentrations d'azote et de phosphore dans le lac Winnipeg

Les fortes concentrations d'azote et de phosphore dans le lac Winnipeg peuvent faire proliférer les algues nuisibles. En 2013, les concentrations de phosphore dans les bassins nord et sud et dans le passage étroit (Narrows) qui relie ceux-ci étaient le plus souvent supérieures aux valeurs recommandées de qualité de l'eau pour la protection des plantes et des animaux d'eau douce. Les concentrations d'azote dans chaque bassin étaient généralement inférieures à ces seuils.

Dans la rivière Rouge, les concentrations d'azote et de phosphore étaient constamment supérieures aux valeurs recommandées de qualité de l'eau pour la protection des plantes et des animaux d'eau douce. Dans la rivière Winnipeg, elles y étaient toujours inférieures. Un peu plus de 44 % des échantillons de phosphore dans la rivière Saskatchewan ont excédé les valeurs recommandées au cours de la période de 2011 à 2013, alors que les échantillons d'azote demeuraient en deçà des seuils.

État des concentrations d'azote et de phosphore dans le lac Winnipeg, Canada, 2013; et dans trois affluents, Canada, 2011 à 2013

carte - voir description longue ci-dessous
Description longue

La carte présente l'état des concentrations d'azote et de phosphore en 2013 dans les bassins nord et sud du lac Winnipeg et dans le passage entre ceux-ci. Pour 2013, l'état des concentrations de phosphore dans tous les secteurs apparaît en rouge, car les concentrations dépassent les valeurs recommandées de qualité de l'eau pour la protection des plantes et des animaux d'eau douce. L'état des concentrations d'azote apparaît en vert, car les concentrations ne dépassaient pas les seuils recommandés.

La carte présente aussi l'état des concentrations d'azote et de phosphore dans trois affluents pour la période de 2011 à 2013 : la rivière Winnipeg, la rivière Saskatchewan et la rivière Rouge. Dans la rivière Winnipeg, moins de 10 % des échantillons dépassaient la valeur recommandée, et l'état des concentrations de phosphore apparaît en vert. Dans la rivière Saskatchewan, l'état des concentrations de phosphore est en jaune, parce qu'entre 10 % et 50 % des échantillons dépassaient la valeur recommandée. Cet état apparaît en rouge dans la rivière Rouge, parce que plus de 50 % des échantillons dépassaient la valeur recommandée. L'état des concentrations d'azote apparaît en vert dans les rivières Winnipeg et Saskatchewan et en rouge dans la rivière Rouge.

Données du graphique
État des concentrations d'azote et de phosphore dans le lac Winnipeg, Canada, 2013
Lac Winnipeg Concentration recommandée de phosphore pour la qualité de l'eau
(milligrammes de phosphore par litre)
Concentration de phosphore
(milligrammes de phosphore par litre)
État de la concentration de phosphore Concentration recommandée d'azote pour la qualité de l'eau (milligrammes d'azote par litre) Concentration d'azote
(milligrammes d'azote par litre)
État de la concentration d'azote
Bassin nord 0,025 0,033 Rouge 1,0 0,49 Vert
Bassin sud et passage 0,025 0,108 Rouge 1,0 0,72 Vert
État des concentrations d'azote et de phosphore dans trois affluents, Canada, 2011 à 2013
Affluents Concentration recommandée de phosphore pour la qualité de l'eau
(milligrammes de phosphore par litre)
Proportion des concentrations de phosphore supérieures aux recommandations
(pourcentage)
État de la concentration de phosphore Concentration recommandée d'azote pour la qualité de l'eau
(milligrammes d'azote par litre)
Proportion des concentrations d'azote supérieures aux recommandations
(pourcentage)
État de la concentration d'azote
Rivière Saskatchewan 0,050 39 Jaune 1,0 5 Vert
Rivière Rouge 0,050 100 Rouge 1,0 99 Rouge
Rivière Winnipeg 0,050 0 Vert 1,0 0 Vert

Comment cet indicateur est calculé

Note : Les couleurs indiquant l'état du bassin nord et l'état du bassin sud et du passage du lac Winnipeg ont été établies en comparant la moyenne saisonnière pondérée des concentrations d'azote total et de phosphore total des échantillons d'eau du lac prélevés dans les bassins aux valeurs recommandées de qualité de l'eau pour la protection de la vie aquatique. Pour les rivières Rouge, Winnipeg et Saskatchewan, l'état de la qualité de l'eau en fonction de l'azote total et du phosphore total a été déterminé par la fréquence à laquelle les données de suivi de la qualité de l'eau ont dépassé les valeurs recommandées.Notes de bas de page[1], Notes de bas de page[2]
Source : Conservation et gestion des ressources hydriques du Manitoba et Environnement et Changement climatique Canada.

Le lac Winnipeg est le sixième plus grand lac d'eau douce du Canada et il est le troisième réservoir en importance du monde; il génère de l'énergie hydroélectrique pour tout le Manitoba.Notes de bas de page[3] Plus de 30 collectivités sont implantées sur ses rives, et le lac constitue un lieu de pêche commerciale à grande échelle ainsi que d'activités récréatives. Il se compose d'un bassin nord, vaste et profond, et d'un bassin sud, plus petit et moins profond. Les deux bassins sont reliés par un passage plus étroit, les Narrows, par lequel l'eau du bassin sud s'écoule vers le nord. Compte tenu de sa profondeur moyenne de 13 mètres dans le bassin nord et de 9 mètres dans le bassin sud, le lac Winnipeg est peu profond comparativement aux Grands Lacs laurentiens. Son bassin versant couvre 953 240 kilomètres carrés, ce qui en fait le plus vaste bassin de tous les lacs du Canada, et il s'étend sur quatre provinces et quatre États américains. La faible profondeur du lac Winnipeg et le débit élevé des affluents ont une grande influence sur la qualité de l'eau du lac.

La qualité de l'eau du lac Winnipeg se détériore depuis de nombreuses années, mettant gravement en péril la santé du lac. Avant l'arrivée des Européens dans la région, les concentrations d'azote et de phosphore du lac étaient modérées. Depuis, de multiples activités humaines ont influé sur les concentrations de ces éléments nutritifs. La colonisation de l'Ouest a marqué l'arrivée de l'élevage et de l'agriculture et, avec elle, le rejet dans le bassin versant de l'azote et du phosphore provenant du fumier et autres engrais. Elle a aussi entraîné l'assèchement de milliers de terres humides qui parsemaient autrefois les Prairies et absorbaient les éléments nutritifs des eaux d'écoulement. L'urbanisation a également apporté son lot d'éléments nutritifs en plus de modifier l'écoulement de l'eau sur les terres.

Les trop grandes quantités d'azote et de phosphore qui arrivent au lac Winnipeg font augmenter, en taille et en fréquence, des efflorescences algales potentiellement toxiques. Les concentrations les plus élevées d'azote et de phosphore se trouvent habituellement dans le bassin sud, à proximité des eaux affluant de la rivière Rouge, et elles diminuent progressivement vers le nord. Si on ne parvient pas à réduire les quantités d'éléments nutritifs, la qualité de l'eau du lac va continuer de se détériorer.

L'azote et le phosphore sont des éléments nutritifs essentiels à la croissance des plantes dans les lacs et les cours d'eau. L'érosion des roches et la décomposition de plantes et d'animaux morts sont des sources naturelles de phosphore. L'azote est ajouté à l'environnement de façon naturelle par des bactéries qui transforment l'azote gazeux dans l'air en des formes qui peuvent être utilisées par les plantes pour leur croissance. Trop, ou trop peu, d'azote dans l'environnement est nuisible, toutefois. L'azote et le phosphore issus de l'activité humaine entrent dans le lac Winnipeg transportés par les eaux usées industrielles et municipales, les eaux de ruissellement des terres agricoles et la pollution atmosphérique. Un apport excessif d'azote et de phosphore risque d'entraîner une croissance excessive et nuisible des plantes aquatiques. La décomposition du trop-plein de matière végétale réduit la quantité d'oxygène dont disposent les poissons et autres animaux aquatiques. De fortes concentrations d'éléments nutritifs peuvent aussi entraîner des proliférations d'algues qui risquent de tuer les animaux qui utilisent l'eau et de nuire à la santé humaine.

Réduction des rejets de phosphore dans le lac Winnipeg

En mars 2016, les travaux d'intendance soutenus par le Fonds d'intendance du bassin du lac Winnipeg empêchaient, selon les estimations, 22 200 kilogrammes de phosphore par an d'entrer dans le lac et ses affluents. La baisse dans la quantité de phosphore qui arrive au lac Winnipeg reflète la réduction de près de 6 500 kilogrammes de phosphore par an provenant de projets entrepris entre avril 2008 et mars 2012 et un peu plus de 15 700 kilogrammes de phosphore par an provenant de projets réalisés entre avril 2012 et mars 2016. De plus, la biorestauration d'une lagune d'eaux usées municipale déclassée en 2015 a empêché 21 300 kilogrammes de phosphore d'atteindre le lac Winnipeg.

Estimation de la réduction cumulative des apports de phosphore au lac Winnipeg en raison de projets d'intendance, avril 2008 à mars 2016

Graphique à colonnes - voir description longue ci-dessous
Description longue

Le graphique à colonnes présente un estimé de la quantité de phosphore qui a été détourné des bassins versants du lac Winnipeg d'avril 2010 à mars 2016. Dans le cas du lac Winnipeg, entre avril 2008 et mars 2016, on estime à 22 200 kilogrammes par année la quantité de phosphore qui a été détournée du lac, ainsi qu'une réduction unique de 21 300 kilogrammes d'un projet de biorestauration en 2015.

Données du graphique
Estimation de la réduction cumulative des apports de phosphore au lac Winnipeg en raison de projets d'intendance, avril 2008 à mars 2016
Année Suppression de phosphore estimée
(kilogrammes de phosphore)
Réduction unique de phosphore estimée
(kilogrammes de phosphore)
Réduction totale de phosphore estimée toutes les année
(kilogrammes de phosphore)
2010-2011 4 907 sans objet 4 907
2011-2012 1 586 sans objet 6 493
2012-2013 0Note de bas de page [A] sans objet 6 493
2013-2014 122 sans objet 6 615
2014-2015 8 194 sans objet 14 809
2015-2016 7 404 sans objet 22 213
2015-2016 sans objet 21 300 43 513

Télécharger le fichier de données (Excel/CSV; 1,24 Ko)

Comment cet indicateur est calculé

Note : L'estimation de la réduction des charges de phosphore tient compte des projets dont les rapports finaux ont été soumis jusqu'en mars 2016. Les totaux pour chaque type de projet ont été arrondis, et ces chiffres arrondis ont été additionnés pour obtenir le total.
Source : Environnement et Changement climatique Canada (2016) Initiative du bassin du lac Winnipeg.

Environnement et Changement climatique Canada, Conservation et gestion des ressources hydriques du Manitoba et d'autres partenaires travaillent en étroite collaboration en vue de mieux comprendre les relations entre les concentrations d'azote et de phosphore et la croissance d'algues nuisibles dans le lac Winnipeg, ainsi que les effets de l'arrivée récente de la moule zébrée (Dreissena polymorpha). Tout en poursuivant les travaux en question, ils mobilisent les citoyens, les scientifiques et les partenaires au pays et sur la scène internationale pour réduire la pollution par le phosphore en appuyant des projets d'intendance, par exemple l'érection de clôtures pour empêcher le bétail d'entrer dans les lacs et les rivières, la stabilisation des rives, la restauration des milieux humides et la plantation de plantes, d'arbustes et d'arbres indigènes. Ces efforts aideront le Manitoba à atteindre son objectif à long terme de réduire les concentrations de phosphore dans le lac Winnipeg aux niveaux d'avant 1990, soit d'environ 0,05 milligrammes de phosphore par litre.

Graphique des lacs et cours d'eau vierges

Ces indicateurs appuient la mesure vers l'atteinte de l'objectif à long terme de la Stratégie fédérale de développement durable 2016-2019 : Des lacs et des cours d'eau propres soutiennent la prospérité économique et le bien-être des Canadiens.

Accéder au PDF (374 Ko)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :