#ImmigrationÇaCompte à Milton, en Ontario - Servir notre pays, chez nous et à l’étranger

Servir notre pays, chez nous et à l’étranger

4 juin 2021

Partager :

Décrit ci-dessous

Adjudant Avril Jno-Baptiste-Jones

Pour de nombreuses recrues militaires, choisir entre la Force aérienne, l’Armée ou la Marine peut être un défi. Certains prennent leur décision en fonction de l’intensité de l’entraînement, des lieux d’affectation ou même de l’histoire et de la tradition – des raisons toutes aussi bonnes les unes que les autres.

La décision de l’adjudant Avril Jno-Baptiste-Jones de s’enrôler dans l’Armée a finalement reposé sur l’uniforme. Elle rit en se souvenant d’elle-même, plus jeune, entrant dans un centre de recrutement local de Winnipeg, convaincue qu’elle était destinée aux cieux. Mais après avoir comparé les uniformes, elle a été charmée par la tenue de garnison sur mesure avec motifs de camouflage de l’armée.

Pendant plus de 25 ans, l’adjudant Avril Jno-Baptiste-Jones a porté fièrement l’uniforme de l’Armée, gravissant les échelons et travaillant dans des collectivités partout au Canada avant de s’installer à Milton, en Ontario. Elle a été déployée deux fois à l’étranger, en Afghanistan et au Koweït, et une fois au pays, à la Station des Forces canadiennes Alert au Nunavut. Elle a reçu des mentions élogieuses pour sa force et son leadership. En 2013, elle a reçu la Médaille du jubilé de diamant de la Reine pour l’excellence en reconnaissance des services qu’elle a rendus au Canada.

« Quand je mets mon uniforme, je suis fière de défendre le Canada, le pays qui m’a donné une belle vie », dit-elle. « Je me sens particulièrement fière lorsque je suis déployée, que je porte le drapeau sur mon épaule et que je fais partie d’une organisation qui aide les gens. »

Avril est venue au Canada depuis l’île caribéenne de la Dominique. Son premier souvenir du Canada est de voir les lumières vives du centre-ville de Toronto. Lorsqu’elle était jeune adulte, elle a déménagé à Winnipeg, où on lui a parlé pour la première fois de l’idée de s’enrôler dans l’armée. Elle n’était pas très enthousiaste au début.

L’engagement d’Avril envers son travail et le bien-être de son unité a été déterminant tant sur le plan opérationnel que social. La Station des Forces canadiennes Leitrim est une famille, et Avril est le ciment qui nous unit. On se souviendra toujours d’elle pour son professionnalisme sans faille, son mentorat, son dévouement, son sourire et sa bonne humeur.
Colonel (à la retraite) Colin Lachance

« Je ne pensais pas pouvoir être à la hauteur », dit-elle. « Ce n’était pas mon monde. J’étais très “fille”, et le rôle de soldat ne correspond pas à cette idée. »

Son incertitude était également alimentée par le manque de représentation.

« Personne ne me ressemblait. À l’époque, je me disais : “Je suis noire. J’ai un accent. Je ne suis pas née ici. Ma place n’est pas ici.” »

Un jour, une rencontre fortuite avec une policière noire en uniforme à un arrêt de bus lui a fait changer d’avis. Avril s’est enrôlée dans les Forces armées canadiennes en tant que commis aux finances.

Le colonel à la retraite Colin Lachance a été le commandant d’Avril pendant deux ans à la Station des Forces canadiennes Leitrim à Ottawa, en Ontario.

« Avril a surmonté les nombreux défis associés à une nouvelle vie dans un nouveau pays. Elle a travaillé d’arrache-pied et a consacré sa vie à servir son nouveau pays et son nouveau foyer, et elle est devenue un leader et un soldat remarquables », dit-il.

Avril a assumé de nombreux rôles de leadership au sein des Forces armées canadiennes, à titre d’adjudant et de mentor. Elle est devenue membre du Groupe des minorités visibles de la Défense et a milité pour l’adoption de changements pour les militaires noirs, comme le droit de porter leurs cheveux au naturel. Elle a également fait du bénévolat pour The Applause Institute, où elle a encadré de jeunes Noirs pour qu’ils excellent dans leur carrière.

« Elle a encouragé des jeunes à se tourner vers la possibilité d’une carrière militaire – à y voir une bonne vocation », a déclaré Frances Delsol, leader communautaire et directrice générale de la Black Business and Professional Association Canada, qui connaît Avril depuis son tout jeune âge.

Avril remercie les Forces de lui avoir permis d’être elle-même : « Je ne corresponds peut-être pas au stéréotype d’une femme qui porte l’uniforme, mais je suis toujours restée moi-même. Dans le cadre de mon service, j’ai pu visiter divers endroits, je me suis fait des amis et j’ai même rencontré mon mari. J’ai toujours fait les choses à ma façon, à mon rythme. Les Forces armées canadiennes m’ont permis de grandir, mais je suis toujours restée fidèle à moi-même. »

Profil d’immigration : Milton, Ontario

Faits en bref

  • Plus de 35 % de la population de Milton est issue de l’immigration.
  • Le Pakistan est le plus grand pays source d’immigrants à Milton, suivi de l’Inde et du Royaume-Uni.
  • Plus de la moitié (58 %) des immigrants qui sont venus s’établir à Milton entre 1980 et 2016 étaient des immigrants économiques, 29 % avaient été parrainés par un membre de la famille et près de 12 % étaient des réfugiés.

Le saviez-vous?

  • Les femmes font partie du milieu militaire du Canada et ont contribué à la riche histoire et au riche patrimoine militaires du pays, depuis plus de 100 ans. Depuis plus de 20 ans, elles sont pleinement intégrées dans toutes les professions et tous les rôles des Forces armées canadiennes.

Ce qui pourrait aussi vous intéresser ...

Créer des liens entre les forces de l’ordre et la communauté noire

Le gendarme Fredrick Mubiru de la Gendarmerie royale du Canada contribue au pays qui lui a offert une protection en protégeant les autres.

Amasser des fonds pour subvenir aux besoins des citoyens de Sudbury

Inspirée par sa mère, Bela Ravi travaille sans relâche pour amasser des fonds pour faire une différence dans la vie de citoyens de Sudbury.

Accueillir les femmes dans les technologies

Née en Allemagne, Ulrike Bahr-Gedalia a immigré au Canada en provenance d’Israël en 2002. Depuis, elle fait partie intégrante des efforts de la Nouvelle-Écosse pour faire augmenter le nombre de femmes occupant des emplois dans le secteur des technologies.

Voir tous les récits

 Obtenez des mises à jour par courriel

Recevez, à même votre boîte de réception, des renseignements sur les récits, les mises à jour et les événements liés à l’#ImmigrationÇaCompte.

Abonnez-vous

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :