Le gouvernement du Canada continue de prendre des mesures à l’appui des personnes vivant avec de la douleur chronique

Communiqué de presse

Publication du troisième rapport du Groupe de travail canadien sur la douleur

5 mai 2021 | Ottawa (Ontario) | Santé Canada

Le gouvernement du Canada reconnaît le besoin d’améliorer la capacité du système de soins de santé à mieux comprendre, prévenir et gérer la douleur chronique. Près de huit millions de Canadiens, soit une personne sur cinq, vivent avec de la douleur chronique. La douleur chronique touche les enfants, les adultes et les aînés, et elle a une incidence majeure sur leur santé mentale et physique. La douleur chronique peut souvent empêcher les gens de prendre part à la vie professionnelle, scolaire, familiale et communautaire. Elle est en grande partie invisible, et les personnes touchées se sentent souvent stigmatisées ou mécrues.

Aujourd’hui, l’honorable Patty Hajdu, ministre de la Santé, annonce la publication du troisième et dernier rapport du Groupe de travail canadien sur la douleur (GTCD), intitulé Un plan d’action pour la douleur au Canada. La ministre a aussi annoncé le versement d’un financement de 2,8 millions de dollars au Centre for Effective Practice pour un projet qui appuiera les personnes vivant avec de la douleur chronique et qui facilitera leur accès aux soins.

Mis sur pied en 2019, le GTCD aide Santé Canada à mieux comprendre et aborder les besoins et les préoccupations en matière de santé des personnes vivant avec de la douleur chronique ainsi que des gens qui en prennent soin. Il est plus important que jamais d’améliorer la capacité du système de santé à appuyer les personnes vivant avec de la douleur chronique.

En janvier 2021, le cadre de référence du GTCD a été renforcé dans le but de fournir au gouvernement des recommandations pour veiller à ce que les personnes vivant avec de la douleur se voient reconnues et qu’elles soient appuyées, de même que pour que la douleur soit comprise, prévenue et traitée de manière efficace partout au Canada. Dans son troisième rapport, le GTCD s’appuie sur ses deux années de travaux et donne les grandes lignes des mesures prioritaires dans ces secteurs.

Les observations présentées dans ce rapport représentent un consensus sur les mesures précises et ciblées qui amélioreront la coordination des politiques, l’accès aux services de gestion de la douleur, l’éducation et la formation, la recherche et la surveillance pour qu’en fin de compte, la façon de comprendre et de traiter la douleur soit transformée. Les recommandations ont été formulées sous l’angle de l’équité afin d’ouvrir la voie pour de prochaines étapes claires et réalisables dans le but de prévenir la douleur chronique et d’améliorer la qualité de vie des personnes qui vivent avec de la douleur chronique au Canada.

La progression des travaux du gouvernement pour mieux comprendre, prévenir et prendre en charge la douleur chronique en employant les recommandations du GTCD afin de guider et d’appuyer les prochaines mesures est la clé pour garantir de meilleurs résultats aux personnes vivant avec de la douleur chronique et aux gens qui en prennent soin est.

Citations

« Les personnes qui vivent avec de la douleur méritent d’être soulagées de leur douleur, de recevoir l’assurance qu’elles comptent et d’avoir accès aux services dont elles ont besoin pour améliorer leur qualité de vie. Nous continuerons de travailler avec les personnes ayant vécu ou vivant une expérience concrète, de même qu’avec nos partenaires et les intervenants, pour explorer de nouvelles approches et déterminer nos prochaines étapes. Je suis certaine qu’ensemble, nous pouvons apporter des modifications importantes qui amélioreront les vies des personnes vivant avec de la douleur, maintenant et pour des années à venir. »

L’honorable Patty Hajdu
Ministre de la Santé

« Il s’agit d’une période critique pour intervenir partout au Canada contre la douleur non prise en charge. La douleur chronique est en grande partie invisible. Pendant trop longtemps, les personnes vivant avec de la douleur ont été stigmatisées et ont dû faire face à de nombreuses lacunes dans l’accès aux soins de santé. Dans ce rapport, nous présentons les grandes lignes des nombreuses mesures requises pour une transformation profonde. Il faut maintenant obtenir la coordination et les ressources nécessaires pour les réaliser. »

Dre Fiona Campbell
Directrice, Programme de la douleur chronique, Département d’anesthésie et de médecine de la douleur, Hôpital pour enfants malades (SickKids)
Ancienne présidente, Société canadienne de la douleur
Coprésidente, Groupe de travail canadien sur la douleur

« La sensibilisation aux profondes répercussions de la marginalisation et de l’iniquité systémique sur notre santé et notre bien-être augmente. Il s’agit d’une occasion sans précédent d’examiner comment réaliser de vastes réformes du système pour nous attaquer à ces défis, et le plan d’action mis au point par le Groupe de travail décrit les étapes requises pour apporter des changements durables. Un éventail d’intervenants aura un rôle à jouer, et j’ai hâte que ces groupes unissent leurs efforts pour s’engager à créer un avenir meilleur pour les personnes vivant avec de la douleur. »

Maria Hudspith
Directrice générale, Pain BC
Coprésidente, Groupe de travail canadien sur la douleur

« C’est bien connu que beaucoup de Canadiens aux prises avec de la douleur chronique, une consommation de substances psychoactives ou une maladie mentale ont de la difficulté à obtenir des soins. En collaboration avec l’Atlantic Mentorship Network – Pain & Addiction et avec Pain BC, nos réseaux de mentorat adapté renforceront la capacité des fournisseurs de soins primaires à s’occuper efficacement et avec compassion de ces patients. Le financement provenant du Programme sur l’usage et le dépendances au substances (PUDS) nous permettra d’établir des réseaux à Terre-Neuve-et-Labrador, à l’Île-du-Prince-Édouard, au Nouveau-Brunswick et en Colombie-Britannique. »

Arun Radhakrishnan, MDCM, M.Sc., CCMF
Directeur médical, Initiatives de mentorat adapté, Centre for Effective Practice

Faits en bref

  • La douleur chronique est définie comme une douleur qui dure ou qui réapparaît pendant plus de trois mois. Elle est souvent associée à d’importants troubles émotionnels ou d’importants handicaps fonctionnels. Il s’agit d’un dysfonctionnement des voies de transmission des signaux de douleur du système nerveux. La douleur peut d’abord apparaître comme symptôme d’une blessure ou d’un autre problème de santé, mais peut aussi survenir en l’absence de maladie ou de blessure sous-jacente. Bien que souvent invisible, la douleur chronique est maintenant comprise comme étant elle-même une maladie.
  • Comme bien d’autres problèmes de santé chroniques, la douleur chronique touche de manière disproportionnée les aînés, les personnes en situation de pauvreté, les personnes vivant avec une maladie mentale ou un trouble lié à la consommation de substances psychoactives, les ouvriers, les travailleurs du secteur des transports, les anciens combattants, les Autochtones, les membres de certaines communautés ethniques et racisées, les personnes de la diversité sexuelle et de genre, les personnes ayant vécu des traumatismes, les personnes victimes de violence, les personnes en situation de handicap et les femmes.

  • La pandémie de COVID-19 a amené d’autres défis (p. ex. stress, maladie mentale, handicap, augmentation de la consommation de médicaments ou de substances psychoactives, perturbations dans l’accès aux services et aux soins de santé) pour de nombreuses personnes vivant avec de la douleur chronique.

  • Dans son troisième rapport, le Groupe de travail canadien sur la douleur présente un plan d’action constitué de recommandations relatives à six buts, énumérés ci-dessous :
    1. Favoriser la coordination, la collaboration et le leadership partout au Canada en matière de douleur;
    2. Améliorer l’accès à des soins pour la douleur qui sont opportuns, équitables et centrés sur le patient;
    3. Accroître la sensibilisation, l’éducation et la formation spécialisée sur la douleur;
    4. Soutenir la recherche sur la douleur et renforcer les infrastructures connexes;
    5. Effectuer un suivi de la santé de la population et de la qualité du système de santé;
    6. Assurer des approches équitables pour les populations touchées de manière disproportionnée par la douleur.
  • Il est estimé que le coût total direct (p. ex. soins de santé) et indirect (p. ex. perte de productivité) de la douleur chronique se situait entre 38,3 et 40,4 milliards de dollars en 2019.
  • Le projet financé aujourd’hui renforcera les capacités en matière de soins primaires à l’appui des Canadiens vivant avec des dépendances, des maladies mentales et de la douleur chronique par la création de réseaux de mentorat pour les fournisseurs de soins primaires au Nouveau-Brunswick, à l’Île-du-Prince-Édouard, à Terre-Neuve-et-Labrador et en Colombie-Britannique. Ces réseaux seront mis sur pied au moyen d’un partenariat entre le Centre for Effective Practice, l’Atlantic Mentorship Network – Pain & Addiction et Pain BC.

  • Le financement pour le projet annoncé aujourd’hui provient du Programme sur l’usage et les dépendances aux substances (PUDS) de Santé Canada. Le PUDS fournit du soutien financier aux provinces, aux territoires, aux organisations non gouvernementales et aux principaux intervenants pour la réalisation de programmes et d’initiatives qui visent à prévenir ou à traiter la consommation de substances psychoactives et à en réduire les méfaits.

  • Santé Canada a fait des investissements précis dans ce secteur depuis 2017. Il a notamment appuyé la formation et le mentorat destinés aux professionnels de la santé, de même que l’accès des patients au traitement de la douleur, des handicaps et des troubles liés à la consommation de substances psychoactives. Le PUDS a fourni du soutien à hauteur d’environ 19 millions de dollars. De 2007 à 2019, les Instituts de recherche en santé du Canada ont aussi investi plus de 175 millions de dollars en recherche sur la douleur.

Liens connexes

Personnes-ressources

Cole Davidson
Cabinet de l’honorable Patty Hajdu
Ministre de la Santé
613-957-0200 

Relations avec les médias 
Santé Canada
613-957-2983
hc.media.sc@canada.ca

Renseignements au public
613-957-2991
1-866-225-0709 

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :