Santé Canada effectue une mise à jour de la stratégie de gestion du risque relatif à la présence d'acrylamide dans les aliments

Certains hyperliens donnent accès à des sites d'organismes qui ne sont pas assujettis à la  
. L'information qui s'y trouve est donc dans la langue du site.

L'acrylamide est une substance chimique qui se forme naturellement dans certains aliments, le plus souvent d'origine végétale, dont la teneur est riche en glucides et faible en protéines, et ce, pendant la transformation ou la cuisson à température élevée (p. ex., la friture ou la cuisson au four). On sait que l'acrylamide provoque le cancer chez les animaux de laboratoire.

Le Comité mixte FAO/OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA) a établi que l'ingestion estimée d'acrylamide par la consommation de certains aliments peut susciter une inquiétude au chapitre de la santé humaineNote de bas de page 1. Ainsi, le Comité a établi la nécessité de mettre au point des stratégies visant à réduire l'exposition à l'acrylamide. Les scientifiques de Santé Canada ont participé à l'évaluation du JECFA et sont d'accord avec ses recommandations.

Bien que davantage d'études portant sur les effets provoqués par l'exposition à l'acrylamide de source alimentaire soient requises pour permettre la compréhension approfondie des risques, Santé Canada suit la recommandation du JECFA au chapitre de la réduction de l'exposition à l'acrylamide d'origine alimentaire. Pour s'y conformer :

  1. Santé Canada continuera à insister auprès du secteur de l'alimentation afin que des stratégies de réduction de l'acrylamide soient mises au point et en oeuvre par les transformateurs d'aliments et le secteur des services d'alimentation.
    • Bien que chez Santé Canada on assure le suivi des modifications mises en oeuvre par les transformateurs d'aliments, lesquelles ont déjà entraîné la réduction des concentrations d'acrylamide dans certains aliments, on mettra activement à contribution le secteur de l'alimentation pour la conception d'un document d'orientation présentant les pratiques d'excellence pour la réduction de la teneur en acrylamide des aliments préemballés;
    • Ceux-ci comprennent l'utilisation de l'enzyme asparaginase pour la transformation des aliments;
    • Santé Canada veillera à ce que les stratégies de réduction de l'acrylamide soient mises en oeuvre par le secteur des services d'alimentation;
    • Santé Canada mettra également sur pied un programme de surveillance de l'acrylamide pour évaluer l'efficacité de ces stratégies de réduction et pour évaluer l'adoption des pratiques d'excellence déterminées au chapitre de la réduction de l'acrylamide par les intervenants de l'industrie. Ce programme pourrait mener à l'établissement de cibles de réduction.
  2. Sur la base des données scientifiques et issues des activités de surveillance actualisées, Santé Canada mettra à jour et publiera, de manière régulière, sa consigne de consommation indiquant aux consommateurs la façon de réduire leur exposition à l'acrylamide issu des aliments.
  3. Santé Canada coordonnera ses efforts voués à la réduction de l'acrylamide dans les aliments avec ceux de ses principaux partenaires en matière de réglementation des aliments aux États-Unis, en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon. Au besoin, Santé Canada appuiera les études axées sur la toxicologie pour mieux comprendre les effets chroniques éventuels de la présence d'acrylamide dans les aliments. 

Santé Canada mettra aussi à jour son évaluation des risques pour la santé liés aux aliments, et ce, sur la base des constatations émergentes publiées sur le plan international et découlant des ses propres activités de recherche et de surveillance relatives à la présence de l'acrylamide dans les aliments et à ses effets sur la santé humaine.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :