Alcool

Si la plupart des Canadiens boivent de l'alcool modérément, la consommation abusive d'alcool a une incidence sur un nombre excessivement élevé de personnes. On estime, en fait, que 4 ou 5 millions de Canadiens se livrent à une consommation d'alcool à risque élevé, laquelle est associée à des collisions de véhicules automobiles, aux troubles causés par l'alcoolisation fœtale et à d'autres affections physiques, à des problèmes familiaux, au crime et à la violence.

En fonction de la quantité bue, l'alcool peut être associé à des troubles chroniques et à de graves méfaits. Ces troubles englobent le cancer, la cirrhose et d'autres types d'affections et de maladies, et les méfaits englobent l'intoxication alcoolique, les conflits physiques et verbaux et les accidents.

Le portefeuille de la Santé joue un rôle important dans la lutte contre les méfaits liés à l'alcool. Plusieurs initiatives visent à réduire la consommation abusive d'alcool au Canada, comme :

Le 25 novembre 2011, le Centre canadien de lutte contre l'alcoolisme et les toxicomanies (CCLAT) a lancé les toutes premières  Directives de consommation d'alcool à faible risque du Canada qui expliquent aux Canadiens comment réduire les risques associés à leur consommation et à celle d'autrui. Ces directives ont été élaborées par le Groupe consultatif sur la Stratégie nationale sur l'alcool, formé de représentants d'organisations non gouvernementales, du milieu universitaire, du gouvernement fédéral, des gouvernements provinciaux et de l'industrie.

Le CCLAT offre d'autres ressources et des séries de questions et réponses sur ses  Directives.

Rapports et publications

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :