Le plomb – Fiche d'information

Mise à jour le 3 juillet 2020

Le plomb est une substance toxique aux termes de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) (LCPE 1999). Depuis les années 1970, le plomb est visé par de nombreuses activités fédérales de gestion des risques. En 2013, le gouvernement fédéral a publié la Stratégie de gestion des risques pour le plomb, qui décrit les mesures préventives mises en place en vue de la réduction des risques liés au plomb. Par la suite, le gouvernement a évalué si les mesures de gestion des risques permettaient d'atteindre cet objectif visant à réduire les expositions au plomb. Les résultats de cette évaluation ont été publiés en 2020 dans l'Évaluation de l'efficacité des mesures de gestion des risques pour le plomb. La présente fiche d'information contient des renseignements généraux sur le plomb et fait le point sur les progrès décrits dans l'évaluation du rendement.

Sur cette page

Aperçu

À propos de cette substance

  • Le plomb est l'une des premières substances qui ont été ajoutées à la Liste des substances toxiques de l'Annexe 1 de la LCPE (1988) parce qu'il y avait suffisamment de preuves à l'échelle internationale des effets néfastes de cette substance pour justifier la prise de mesures visant à diminuer les risques associés à cette substance.
  • Le plomb est présent naturellement dans la roche et le sol. Il peut également être rejeté dans l'environnement en raison d'activités humaines (anthropiques) comme l'exploitation minière, la fusion et l'affinage de métaux communs et la fabrication d'acier. En raison de ces sources naturelles et anthropiques, le plomb est omniprésent dans l'environnement au Canada; il se trouve dans l'air, les cours d'eau et le sol ainsi que dans les aliments et l'eau potable.

Exposition chez les humains et dans l'environnement

  • Les aliments et l'eau potable représentent la principale source d'exposition au plomb chez les humains. Cette exposition peut être accrue pour les personnes qui habitent à proximité d'une source industrielle ou d'un secteur contaminé, qui utilisent des produits contenant du plomb (par exemple, cristal au plomb, bijoux fantaisie, fournitures artistiques) et qui sont exposées au plomb contenu dans les installations de plomberie ou la peinture domestique.
  • Chez les nourrissons et les enfants, qui portent souvent les mains à leur bouche, la principale source d'exposition environnementale au plomb est l'ingestion d'articles non comestibles contaminés par le plomb comme la poussière domestique, la peinture à base de plomb, la terre et les produits de consommation, en plus de l'apport alimentaire en plomb provenant des aliments et de l'eau.
  • Les programmes de biosurveillance humaine et les activités de contrôle et de surveillance de l'environnement mis en place au Canada permettent d'obtenir des renseignements essentiels qui servent à déterminer les tendances concernant l'exposition au plomb des Canadiens et de leur environnement.
  • À l'égard de l'environnement, le plomb est surveillé dans les milieux environnementaux au Canada ainsi que dans les poissons et les animaux qui sont exposés au plomb contenu dans ces milieux.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l'environnement

  • Le plomb posent encore certains risques pour la santé humaine au Canada et l'environnement au Canada.
  • Chez l'humain, l'exposition au plomb est associée à des effets néfastes sur le cerveau, le cœur et les reins et la reproduction. Bien que le plomb soit néfaste à tout âge, les nourrissons, les enfants, les femmes enceintes et le fœtus sont les plus sensibles à l'exposition au plomb. Les nourrissons et les enfants sont les plus à risques en raison du développement du cerveau.
  • Le plomb est également toxique pour les oiseaux, les poissons et la faune aquatique, les invertébrés, les plantes et les animaux qui vivent dans le sol.

Mesures préventives et réduction des risques

  • Depuis de nombreuses années, le gouvernement du Canada tente de protéger la population canadienne et l'environnement canadien contre les effets néfastes du plomb. En 2013, le gouvernement fédéral a publié sa Stratégie de gestion des risques pour le plomb, qui décrit les mesures préventives prises par le gouvernement pour réduire les risques posés par le plomb. En 2020, le gouvernement a publié l'Évaluation de l'efficacité des mesures de gestion des risques pour le plomb. Ce rapport évalue le rendement global des instruments de gestion des risques liés au plomb et mesure si des progrès sont effectués au titre de l'objectif principal consistant à protéger la population canadienne et son environnement.
  • Les activités de gestion des risques entreprises par le gouvernement du Canada comportent des mesures réglementaires et autres axées sur l'extraction minière, la fusion et l'affinage des métaux communs, la fabrication d'acier, les produits de consommation, l'eau potable, les aliments, les produits de santé naturels, les produits thérapeutiques, le tabac ainsi quedivers milieux environnementaux comme la poussière domestique, le sol et l'air.
  • L'évaluation du rendement conclut que ces mesures de gestion des risques ont grandement contribué aux objectifs globaux consistant à protéger les Canadiens et leur environnement contre le plomb. Notons les réussites suivantes en particulier :
    • Des progrès ont été réalisés dans la réduction des rejets de plomb dans l'environnement attribuables à l'activité humaine. Depuis une dizaine d'années, les rejets atmosphériques de plomb au Canada ont diminué de 30 %, les rejets dans l'eau ont diminué de 44 % et les rejets dans le sol ont diminué de 56 %. Ces réductions considérables des rejets de plomb ont été réalisées au moyen de nombreuses mesures fédérales de gestion des risques axées sur différents secteurs industriels.
    • Les concentrations de plomb dans l'environnement ont diminué avec le temps. Selon les données de surveillance, les concentrations environnementales de plomb dans l'air, baisse depuis 2009, et aucun des sites de surveillance à long terme n'était préoccupé par les concentrations de plomb dans l'eau. En ce qui concerne la faune, certaines espèces montrent une diminution de l'exposition au plomb, tandis que d'autres montrent une exposition plus élevée, ce qui peut s'expliquer en partie par l'utilisation de pesées et de turluttes en plomb pour la pêche et de cartouches à grenailles de plomb pour la chasse.
    • L'exposition des Canadiens au plomb a diminué. D'importantes réductions dans l'exposition au plomb ont été réalisées grâce aux mesures fédérales de gestion des risques qui visent les sources d'exposition comme les produits de consommation, les aliments et autres. L'exposition alimentaire des Canadiens au plomb provenant des aliments vendus au Canada était environ huit fois moins importante en 2001 qu'elle l'était en 1981, et elle demeure faible et stable depuis. Les études de biosurveillance humaine continuent de montrer que les concentrations sanguines de plomb diminuent dans la population canadienne en général, ce qui confirme que les expositions diminuent de façon stable. Entre les années 1970 et 2007, les concentrations sanguines de plomb dans la population canadienne en général ont diminué de plus de 70 %. De même, de 2007 à 2017, les concentrations de plomb dans la population en générale ont connu une baisse statistiquement significative. L'exposition au plomb dans les collectivités du Nord diminue également.

Renseignements connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :