Le plomb

Le plomb est un métal d'origine naturelle présent dans les pierres et dans le sol, lequel est utilisé à plusieurs fins industrielles. En raison de sa présence naturelle et de son utilisation mondiale de longue date, le plomb est omniprésent dans l'environnement et se trouve dans l'air, l'eau, le sol ainsi que dans les aliments, l'eau potable et la poussière domestique. Les concentrations en plomb de la plupart des milieux environnementaux ont diminué au cours des dernières décennies à la suite de l'élimination du plomb dans la peinture, l'essence et les soudures des boîtes de conserve.

Le plomb dans les aliments

Depuis l'élimination graduelle de l'essence au plomb et conséquemment, de la diminution du nombre de particules de plomb en suspension dans l'air; les aliments et l'eau potable sont les principales sources d'exposition au plomb pour les adultes de la population en général. Outre les aliments et l'eau potable, l'ingestion de particules de plomb présentes dans la poussière domestique et dans le sol peut augmenter considérablement l'exposition au plomb chez les nourrissons et les jeunes enfants. 

Il est interdit d'ajouter du plomb aux aliments vendus au Canada. Toutefois, puisqu'il est omniprésent dans l'environnement, il est également présent dans tous les aliments, généralement à de très faibles concentrations. Le plomb peut s'introduire dans la chaîne alimentaire en empruntant différentes voies. Par exemple, les plantes absorbent le plomb contenu dans le sol et les particules de plomb en suspension dans l'air peuvent se déposer sur leur surface. De plus, les poissons peuvent absorber le plomb présent dans l'eau et dans les sédiments, tandis que d'autres animaux peuvent y être exposés par l'ingestion d'aliments qui en contiennent.

L'utilisation de plats contenant du plomb, notamment de récipients en céramique avec glaçure au plomb ou de contenants en cristal au plomb, peut contribuer à la contamination des aliments. La préparation des aliments avec de l'eau contenant du plomb peut également en favoriser la présence dans ces aliments. La consommation de la viande de gibiers abattus avec des balles de plomb constitue une autre source potentielle d'exposition alimentaire au plomb.

Santé Canada, dans le cadre de l'Étude canadienne sur l'alimentation totale, s'emploie à mesurer les concentrations de différents contaminants chimiques dans les aliments achetés dans les supermarchés de grandes villes à l'échelle du Canada, puis préparés tels qu'ils seront consommés. Les produits alimentaires analysés font partie d'un régime alimentaire typiquement canadien. Les renseignements ainsi obtenus servent à évaluer l'ingestion moyenne de ces contaminants par la population canadienne.

La figure 1 représente la diminution de presque huit fois l'apport alimentaire moyen en plomb chez les Canadiens de tous les âges entre 1981 et 2000. Cette diminution s'explique principalement par l'élimination des soudures au plomb dans les boîtes de conserve au Canada au début des années 1980 et dans la plupart des produits importés dès 1990. La figure 1 démontre également que depuis l'année 2000, l'apport alimentaire moyen en plomb des Canadiens de tous les âges est demeuré stable à environ 0,1 µg/kg de poids corporel par jour. Les groupes d'aliments qui contribuent le plus à l'apport alimentaire en plomb depuis 2004 sont les boissons (qui comprennent la bière, le vin, le café, le thé et les boissons gazeuses), les aliments à base de céréales et les légumes.

Figure 1 : Apport alimentaire moyen en plomb chez les Canadiens de tous les âges et des deux sexes.

Figure 1 - Apport alimentaire moyen en plomb chez les Canadiens de tous les âges et des deux sexes.

Cette graphe représente la diminution de presque huit fois l'apport alimentaire moyen en plomb (µg/kg de poids corporel par jour) chez les Canadiens de tous les âges entre 1981 et 2000. La figure 1 démontre également que depuis l'année 2000, l'apport alimentaire moyen en plomb des Canadiens de tous les âges est demeuré stable à environ 0,1 µg/kg de poids corporel par jour.

Figure 1 : Apport alimentaire moyen en plomb chez les Canadiens de tous les âges et des deux sexes.

Les effets de l'exposition au plomb sur la santé humaine

Le plomb n'a aucune fonction connue dans l'organisme humain. Les nourrissons et les enfants sont plus sensibles aux effets néfastes du plomb, car ils sont en pleine croissance et leur organisme absorbe plus facilement le plomb et l'excrète moins efficacement que celui des adultes. Le paramètre le plus sensible de la toxicité du plomb chez les nourrissons et les enfants est la baisse des résultats au test de QI (quotient intellectuel). Chez les adultes, les données scientifiques les plus probantes obtenues à ce jour permettent de présumer que l'exposition à de faibles concentrations de plomb peut contribuer à une faible augmentation de la tension artérielle.

En 2011, Santé Canada a publié le rapport intitulé Plomb - Rapport sur l'état des connaissances scientifiques et stratégie de gestion des risques. Ce rapport provisoire indiquait en conclusion que même si les concentrations sanguines en plomb ont considérablement diminué depuis les années 1970, les paramètres de santé les plus sensibles aux effets néfastes, tels que décrits ci-dessus, ont été associés aux faibles concentrations sanguines en plomb que l'on retrouve actuellement chez la population canadienne. Par conséquent, des mesures supplémentaires visant à réduire l'exposition au plomb sont justifiées.

Que fait Santé Canada?

Vous trouverez des renseignements sur les diverses initiatives fédérales de gestion des risques visant les sources non alimentaires de plomb dans la Proposition de stratégie de gestion des risques pour le plomb publiée en 2011 par Santé Canada.

En ce qui concerne le plomb présent dans les aliments, la Direction des aliments de Santé Canada a élaboré la Direction des aliments - Démarche actualisée de gestion de l'exposition alimentaire au plomb. Tel qu'énoncé dans ce document, la Direction des aliments s'emploie à diminuer l'exposition alimentaire au plomb à la concentration la plus faible qu'il soit raisonnablement possible d'atteindre (principe de l'ALARA). Cette stratégie est axée sur l'évaluation continue de l'apport alimentaire en plomb, sur le réexamen des risques pour la santé que pose le plomb dans les aliments, sur la détermination et la maîtrise des sources de contamination des aliments par le plomb, et sur l'élaboration de recommandations en matière de gestion des risques que pose cette substance.

Santé Canada, dans le cadre de son Étude canadienne sur l'alimentation totale continue de surveiller les concentrations de différentes substances chimiques, dont celles du plomb, dans les aliments au moyen d'enquêtes en continu et d'études ciblées sur le plomb dans des aliments en particulier. De plus, l'Agence canadienne d'inspection des aliments réalise des travaux de contrôle et de surveillance du plomb dans les aliments, y compris ceux consommés couramment par les nourrissons et les enfants.

La Direction des aliments a entrepris d'actualiser les concentrations maximales de plomb dans les aliments figurant dans le Règlement sur les aliments et drogues afin qu'ils soient encore plus sécuritaires pour la santé humaine. Au besoin, les concentrations maximales modifiées seront harmonisées aux concentrations maximales de la Commission du Codex Alimentarius (Codex). Qui plus est, Santé Canada prend part au groupe de travail de la Commission du Codex Alimentarius qui examine actuellement les concentrations maximales de plomb des aliments établies par le Codex en fonction des résultats découlant de l'examen toxicologique du plomb réalisé en juin 2010 par le Comité mixte FAO/OMS d'experts des additifs alimentaires (JECFA).

Que pouvez-vous faire?

Les concentrations en plomb des aliments vendus au Canada sont généralement très faibles. Il est donc inutile de changer vos habitudes alimentaires afin de diminuer l'exposition au plomb. Seule exception : il serait préférable pour les personnes qui consomment de la viande de gibiers abattus avec des balles de plomb d'éviter cette source de nourriture ou de consommer la viande de gibiers abattus avec des balles sans plomb. 

Santé Canada recommande également de ne pas conserver la nourriture et les boissons dans des contenants en cristal au plomb, et d'éviter de servir aux femmes enceintes, aux enfants et aux nourrissons de la nourriture ou des boissons dans ce type de récipients. De plus, si vous avez acheté à l'étranger des assiettes ou une batterie de cuisine en céramique avec glaçure au plomb ou en verre, vous devez savoir qu'elles ne sont peut-être pas conformes aux limites en concentrations en plomb acceptables au Canada et que, par mesure de précaution, elles ne devraient pas être utilisées pour servir la nourriture ou les boissons.

Enfin, Santé Canada recommande à la population canadienne de consommer une grande variété d'aliments provenant de sources diverses et de chaque groupe alimentaire tel qu'énoncé dans le document Bien manger avec le Guide alimentaire canadien.

Pour obtenir plus de renseignements

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :