Déclaration de l’administratrice en chef de la santé publique du Canada du 29 octobre 2020

Déclaration

Le 29 octobre 2020 - Ottawa (Ontario) - Agence de la santé publique du Canada

Au lieu de présenter une mise en jour en personne aux médias, la Dre Theresa Tam, administratrice en chef de la santé publique du Canada, a émis aujourd'hui la déclaration suivante :

« Alors que la recrudescence de la COVID-19 se poursuit au Canada, nous surveillons un ensemble d'indicateurs épidémiologiques pour déterminer où la transmission de la maladie est la plus forte, où la maladie se propage ainsi que ses répercussions sur la santé des Canadiens et sur la capacité du système de santé, des laboratoires et de la santé publique. Voici le dernier résumé des tendances et des chiffres nationaux, ainsi que les mesures que nous devons tous prendre pour garder le nombre de cas de COVID-19 à des niveaux gérables dans tout le pays.

Depuis que les premiers cas ont été signalés en mars 2020, il y a eu 225 586 cas de COVID-19, dont 10 032 décès au Canada; ces chiffres cumulés nous renseignent sur le fardeau global de la COVID-19 à ce jour. Comme ces chiffres sont élevés et continuent d'augmenter, il est important de se rappeler que la grande majorité des Canadiens demeurent vulnérables à l'infection à la COVID-19. Il est donc important que chacun continue à prendre des précautions individuelles pour assurer sa sécurité et celle de sa famille et de sa collectivité.

À l'heure actuelle, il y a 26 687 cas actifs dans tout le pays. Les dernières données nationales indiquent des moyennes quotidiennes de 2 747 nouveaux cas (du 22 au 28 octobre) et que près de 75 000 personnes ont subi un test de dépistage, dont 3,1 % ont reçu un résultat positif (du 11 au 17 octobre). Les éclosions continuent de contribuer à la propagation de la COVID-19 au Canada. Ces éclosions, dont l'ampleur varie de quelques cas à des grappes importantes de cas, surviennent dans divers milieux, notamment dans les établissements de soins de longue durée et les résidences-services, les écoles, les établissements d'habitation collective, les milieux de travail industriels et les grands rassemblements sociaux. Les grappes importantes nous indiquent que les milieux clos et bondés ou la pratique insuffisante des mesures de santé publique, comme la distanciation physique et le port du masque, peuvent amplifier la propagation du virus.

Le nombre de personnes gravement malades continue d'augmenter. Les données provinciales et territoriales indiquent qu'en moyenne 1 095 personnes atteintes de la COVID-19 ont été traitées dans les hôpitaux canadiens chaque jour au cours de la dernière période de sept jours (du 22 au 28 octobre), dont 228 se trouvaient dans une unité de soins intensifs. Au cours de la même période, 29 décès liés à la COVID-19 ont été signalés en moyenne chaque jour.

Étant donné que les hospitalisations et les décès ont tendance à survenir une à plusieurs semaines après l'augmentation de la transmission de la maladie, il est préoccupant de savoir que nous n'avons pas encore constaté l'ampleur des répercussions graves associées à l'augmentation continue de la propagation de la COVID-19. Nous constatons déjà le fardeau accru sur le système de la santé, notamment dans les domaines où les taux d'infection sont les plus grands. Le report de chirurgies ou de traitements non urgents par les hôpitaux et l'absentéisme du personnel pour cause de maladie ou par nécessité de se mettre en quarantaine lors d'éclosions dans les établissements de soins de santé, sont quelques-unes des répercussions. De plus, il est probable que la hausse des infections respiratoires et grippales, typiques pendant l'automne et l'hiver, accentue davantage la pression exercée sur le système de la santé. C'est pour cette raison qu'il est si important pour les personnes de tous âges d'appliquer les mesures de santé publique qui permettent de garder les taux d'infection bas. Nos efforts collectifs sont cruciaux pour maintenir le taux de propagation de COVID-19 à un niveau gérable. Cela nous permettra de préserver la capacité de nos systèmes des soins de la santé, de la santé publique et des laboratoires, tout en protégeant notre bien-être social et économique.

Le Canada a besoin d'un effort collectif pour soutenir l'intervention en santé publique jusqu'à la fin de la pandémie, tout en tenant compte des conséquences sanitaires, sociales et économiques de la crise. Nous pouvons tous faire notre part en limitant le nombre de nos contacts étroits et en suivant les mesures de santé publique dont l'efficacité a été prouvée, notamment l'auto-isolement à la maison si nous avons des symptômes, le respect de la distanciation physique, le port du masque, selon la situation, ainsi que l'hygiène des mains et l'hygiène respiratoire et le nettoyage des surfaces. Les Canadiens peuvent également contribuer en diffusant des renseignements crédibles sur les risques et les mesures de prévention de la COVID-19 et les mesures pour réduire la COVID-19 dans les collectivités et en téléchargent l'application Alerte COVID pour aider à limiter la propagation de la COVID-19.

Veuillez consulter mon document d'information pour obtenir plus de renseignements et de ressources sur les moyens de réduire les risques d'infection à la COVID-19, et de vous protéger ainsi que les autres. »

Personnes-ressources

Relations avec les médias
Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983
hc.media.sc@canada.ca

Recherche d'information connexe par mot-clés: HE Santé et sécurité | Canada | Coronavirus (COVID-19) | médias | déclarations
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :