Réponse rapide du CCNI : Orientations sur l’utilisation des doses de rappel de vaccin contre la COVID-19 chez les adolescents de 12 à 17 ans 

Publication : 28 janvier 2022

Sur cette page

Préambule

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) et un organisme consultatif externe qui donne à l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) des conseils indépendants, continus et à jour dans le domaine de la médecine, des sciences et de la santé publique liés aux questions de l'ASPC concernant l'immunisation.

En plus de la prise en compte du fardeau associé aux maladies et des caractéristiques vaccinales, l'ASPC a élargi le mandat du CCNI de façon à lui permettre d'inclure l'étude systématique des facteurs liés aux programmes dans la formulation de ses recommandations axées sur des données probantes. Cette initiative devrait aider le CCNI à prendre des décisions en temps opportun en ce qui a trait aux programmes de vaccination financés par les fonds publics à échelle provinciale et territoriale.

Les nouveaux facteurs que le CCNI devra examiner de façon systématique sont les suivants : économie, équité, éthique, acceptabilité et faisabilité. Les déclarations du CCNI ne nécessiteront pas toutes une analyse approfondie de l'ensemble des facteurs programmatiques. Même si l'étude systématique des facteurs liés aux programmes sera effectuée à l'aide d'outils fondés sur des données probantes afin de cerner les problèmes distincts susceptibles d'avoir une incidence sur la prise de décision pour l'élaboration des recommandations, seuls les problèmes distincts considérés comme étant propres au vaccin ou à la maladie pouvant être prévenue par un vaccin seront inclus.

La présente déclaration contient les conseils indépendants et les recommandations du CCNI, qui reposent sur les connaissances scientifiques les plus récentes et diffuse ce document à des fins d'information. Les personnes qui administrent le vaccin devraient également connaître le contenu de la monographie de produit pertinente. Les recommandations d'utilisation et les autres renseignements qui figurent dans le présent document peuvent différer du contenu de la monographie de produit rédigée par le fabricant du vaccin au Canada. Les fabricants ont fait homologuer les vaccins et ont démontré leur innocuité et leur efficacité potentielle lorsqu'ils sont utilisés conformément à la monographie de produit uniquement. Les membres du CCNI et les membres de liaison doivent se conformer à la politique de l'ASPC régissant les conflits d'intérêts, notamment déclarer chaque année les conflits d'intérêts possibles.

Contexte

Le 3 décembre 2021, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a publié une mise à jour des orientations sur les doses de rappel de vaccin contre la COVID-19 au Canada pour les adultes âgés de 18 ans et plus. Ces recommandations ont été examinées et réaffirmées dans le contexte du variant préoccupant (VP) Omicron (B.1.1.529) le 14 décembre 2021. Parallèlement, le CCNI a publié des recommandations mises à jour sur l'utilisation des vaccins contre la COVID-19 chez les personnes de 12 ans et plus dans le contexte des cas de myocardite et de péricardite signalés après l'administration des vaccins à ARNm contre la COVID-19. Depuis la publication de ces documents d'orientation :

Bien que le terme « dose de rappel » soit utilisé dans ce document d'orientations, le CCNI continue de surveiller les données scientifiques émergentes pour établir si cette dose est effectivement une dose de rappel (pour stimuler la réponse de la mémoire une fois que la protection a vraiment diminué) ou si elle devrait être considérée comme faisant partie de la série primaire (pour établir une réponse et forte mémoire immunitaires). Le CCNI adaptera la terminologie, au besoin.

Le CCNI continue de recommander une série primaire de vaccins contre la COVID-19 avec un vaccin à ARNm pour tous les groupes d'âge autorisés, et continue de recommander que la vaccination des personnes admissibles mais qui n'ont pas encore reçu leur série primaire de vaccins reste la priorité absolue. Le CCNI reconnaît également l'urgence de vacciner les personnes à l'échelle mondiale qui n'ont pas encore reçu de vaccin contre la COVID-19 ou qui n'ont pas terminé leur série primaire de vaccins.

Les recommandations du CCNI sont conformes aux objectifs du programme canadien d'immunisation contre la COVID-19, mis à jour en octobre 2021 :

Vaccins contre la COVID-19 dont l'utilisation est autorisée chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans

Le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech contre la COVID-19 avait été autorisé par Santé Canada chez les personnes âgées de 12 ans ou plus, en utilisant une dose de 30 mcg (9 décembre 2020, personnes âgées de 16 ans ou plus; 18 mai 2021, personnes âgées de 12 à 15 ans). Le vaccin Spikevax de Moderna contre la COVID-19 est autorisé par Santé Canada chez les personnes âgées de 12 ans ou plus, en utilisant une dose de 100 mcg (23 décembre 2020, personnes âgées de 18 ans ou plus; 27 août 2021, personnes âgées de 12 à 17 ans).

Actuellement au Canada, les doses de rappel des vaccins Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) et Spikevax de Moderna (50 mcg) contre la COVID-19 sont autorisées uniquement chez les personnes âgées de 18 ans et plus. Ainsi, les recommandations relatives aux doses de rappel chez les adolescents ont actuellement le statut d'utilisation non indiquée.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les recommandations du CCNI concernant l'utilisation des vaccins contre la COVID-19, voir le chapitre consacré aux vaccins contre la COVID-19 dans le Guide canadien d'immunisation (GCI).

Méthodologie

Les recommandations du CCNI sur les doses de rappel seront fondées sur le cadre décisionnel décrit dans le document Orientations provisoires sur la dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 au Canada, déclenché par des données probantes de la nécessité (p. ex., des données probantes de la diminution de l'efficacité réelle (ER) du vaccin contre la maladie sévère ou l'infection selon la population) et des avantages (p. ex., l'innocuité et l'ER) d'une dose de rappel dans le contexte canadien.

Les 11 et 18 janvier 2022, le CCNI a examiné les données probantes récentes sur les vaccins contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, l'épidémiologie actuelle de la maladie et les facteurs de risque associés aux complications sévères liées à la COVID-19 dans ce groupe d'âge. Les données sur la protection conférée par la série primaire et de la dose de rappel dans d'autres groupes d'âge ont été utilisées comme des données probantes indirectes lorsqu'elles n'étaient pas disponibles pour les adolescents âgés de 12 à 17 ans. La rapidité de la propagation du variant Omicron au Canada, les éventuelles préparations vaccinales propres aux variants, les objectifs du Programme canadien d'immunisation contre la COVID-19 et les principes sur les implications éthiques des recommandations d'une dose de rappel dans diverses populations issus des consultations du CCNI avec le Groupe consultatif en matière d'éthique en santé publique (les 2 et 21 septembre 2021) ont également été pris en compte pour évaluer la nécessité et les avantages d'une dose de rappel dans cette population. Le 24 janvier 2022, le CCNI a approuvé ses recommandations sur l'utilisation des doses de rappel des vaccins contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans qui peuvent être plus à risque de maladie sévère liée à la COVID-19 en raison de facteurs de risque biologiques, de facteurs de risque sociaux ou d'obstacles systémiques à l'accès aux soins de santé.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les recommandations du CCNI concernant l'utilisation des vaccins contre la COVID-19, voir le chapitre consacré aux vaccins contre la COVID-19 dans le Guide canadien d'immunisation (GCI).

De plus amples renseignements sur le processus et les procédures du CCNI sont disponibles ailleurs.

Facteurs de risque de complications sévères liées à la COVID-19

Le CCNI a examiné les directives existantes déterminant les facteurs de risque biologiques ou sociaux de maladie sévère ou d'exposition en faisant appel à l'expertise du comité pour évaluer leur applicabilité aux adolescents âgés de 12 à 17 ans dans le contexte de la circulation du VP Omicron. Ces documents d'orientation comprennent :

Le CCNI reconnaît que les données probantes concernant les facteurs de risque pour les complications sévères liées à la COVID-19 continuent d'émerger mais il reconnaît également que l'absence de données probantes n'équivaut pas à l'absence de risque. Malgré l'insuffisance des données probantes sur l'ensemble des facteurs de risque biologiques et sociaux, les inégalités résultant de l'intersectionnalité entre les facteurs de risque biologiques, les facteurs de risque sociaux ou les obstacles systémiques à l'accès aux soins de santé existent probablement. Par conséquent, le CCNI a également utilisé ses outils validés pour fournir des orientations sur un éventail d'inégalités en matière de santé.

Résumé des données probantes

Fardeau de la COVID-19 dans les populations adolescentes

Tendances épidémiologiques récentes de la COVID-19

Le Canada est actuellement confronté à une nouvelle vague de la pandémie, alimentée principalement par le variant Omicron qui échappe partiellement à l'immunité antérieure conférée par le vaccin contre la COVID-19 ou une infection antérieure par le SRAS-CoV-2. Les données actuelles suggèrent que les vaccins à ARNm contre la COVID-19 offrent une protection réduite contre l'infection symptomatique par le variant Omicron, avec des cas d'infection post-vaccinale importants chez les personnes de tous les groupes d'âge ayant reçu 2 ou 3 doses de vaccins à ARNm et autres contre la COVID-19.Note de bas de page 1

Les adolescents canadiens âgés de 12 à 17 ans font face à des taux d'incidence records de COVID-19 au cours de cette nouvelle vague, en grande partie en raison du variant OmicronNote de bas de page 1. Des données supplémentaires sont nécessaires pour établir pleinement la sévérité de la maladie causée par l'infection par le variant Omicron dans des populations précises, notamment les personnes non vaccinées, les jeunes enfants (moins de 5 ans), les adolescents et les personnes âgées. Toutefois, les données émergentes suggèrent une fréquence réduite des complications sévères liées à la COVID-19 associées au variant Omicron, par rapport à la sévérité de la maladie observée avec le variant Delta (B.1.617).

Risque de complications sévères

Conformément aux vagues de la pandémie qui ont précédé le variant Omicron au Canada, les adolescents restent peu exposés aux complications sévères associées au variant Omicron (moins de 1 % des cas chez les adolescents âgés de 12 à 19 ans sont hospitalisés). En outre, les admissions à l'unité de soins intensifs (USI) chez les adolescents âgés de 12 à 19 ans restent faibles (0,1 % des cas sont admis à l'USI) (données au 15 janvier 2022)Note de bas de page 2. Toutefois, en raison de fortes augmentations des taux d'infection, le nombre de cas sévères de COVID-19 (y compris l'hospitalisation) a augmenté à l'échelle nationale dans tous les groupes d'âge, y compris chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans. Dans une étude récente du Centers for Disease Control and Prevention menée avant l'arrivée du variant Omicron, chez les adolescents âgés de 12 à 18 ans hospitalisés, 2 doses du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 se sont révélées très efficaces pour prévenir l'hospitalisation liée à la COVID-19 et l'admission à l'USI ou la nécessité d'un maintien des fonctions vitalesNote de bas de page 3.

Facteurs de risques associés à des complications sévères chez les adolescents

Les données probantes actuelles sont limitées en ce qui concerne les facteurs de risque associés à des complications sévères propres aux adolescents âgés de 12 à 17 ans. Une étude rapideNote de bas de page 4 des facteurs de risque associés aux complications sévères liées à la COVID-19 dans n'importe quel groupe d'âge a trouvé une certitude modérée de données probantes pour une forte augmentation (d'au moins 2 fois) de l'hospitalisation chez les personnes âgées de 21 ans et moins atteintes de 2 maladies chroniques ou plus (par rapport à celles sans maladie chronique). Toutefois, les données incluses dans cette étude sont antérieures à l'émergence du VP Omicron.

Cette étude fournit également des données probantes indirectes des facteurs de risque de complications sévères liées à la COVID-19 dans la population adulte. D'après des données probantes indirectes sur la population adulte, les adolescents présentant un risque accru de complications sévères peuvent être, sans s'y limiter, des adolescents obèses, médicalement fragiles ou ayant des complexités médicales (c.-à-d., atteints de maladies chroniques complexes, de limitations fonctionnelles, une utilisation élevée des soins de santé ou un besoin élevé de prestation de soinsNote de bas de page 5), souffrant de plus d'une comorbidité, atteints de troubles neurologiques, atteints du syndrome de Down et présentant un dysfonctionnement immunitaire associé à des maladies auto-immunes.

Les données sont actuellement limitées en ce qui concerne le large éventail de facteurs de risque biologiques et sociaux qui peuvent s'entrecroiser chez les personnes présentant un haut risque de complications sévères attribuables à l'infection par le SRAS-CoV-2. On ne sait pas non plus comment ces facteurs peuvent différer entre les maladies attribuables aux VP Omicron et Delta. Toutefois, un éventail d'inégalités en matière de santé a été cerné dans les outils validés (en anglais seulement) qui peuvent être appliqués aux adolescents âgés de 12 à 17 ans.

Pour de plus amples renseignements sur les facteurs de risque chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, voir la Recommandation sur l'utilisation des vaccins à ARNm contre la COVID-19 chez les adolescents de 12 à 17 ans.

Syndrome inflammatoire multisystémique de l'enfant, condition post-COVID et myocardite à la suite de la COVID-19

Les enfants et les adolescents infectés par le SRAS-CoV-2 sont également exposés au risque de syndrome inflammatoire multisystémique de l'enfant (SIM-E), une condition rare mais grave qui peut survenir dans les semaines suivant l'infectionNote de bas de page 6. Le SIM-E a également été signalé après la vaccination mais à des taux beaucoup plus faibles. Les données préliminaires d'une vaste étude de pharmacovigilance menée récemment en FranceNote de bas de page 7 chez des adolescents âgés de 12 à 17 ans ont fait état d'un taux de 1,1 (IC à 95 % : 0,5-2,1 %) cas de SIM-E pour 1 000 000 doses administrées, contre 113 (IC à 95 % : 95-135 %) cas pour 1 000 000 infections au SRAS-CoV-2 dans ce groupe d'âge. Les données de patients pédiatriques âgés de 12 à 18 ans diagnostiqués du SIM-E en France entre le 1er septembre 2021 et le 31 octobre 2021 ont révélé que le rapport de risque pour le SIM-E était de 0,09 (IC à 95 % : 0,04-0,21 % : P < 0,001) après la première dose de vaccin par rapport aux adolescents non vaccinésNote de bas de page 8. Des données de surveillance récentes en provenance des États-Unis (É.-U.) ont fait état d'une ER élevée pour le vaccin (séries de 2 doses) Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 18 ans contre le MIS-E (VE 91% : IC à 95 % : 78-97 %)Note de bas de page 9.

Bien que les données probantes soient limitées chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans, l'infection par le SRAS-CoV-2 peut entraîner une condition post-COVID/un syndrome aigu à la suite de la COVID (c.-à-d., la COVID longue)Note de bas de page 10. Toutefois, d'après les données probantes actuelles, le risque est plus faible chez les enfants et les adolescents que dans les groupes plus âgésNote de bas de page 11Note de bas de page 12.

La myocardite peut également survenir comme une complication de l'infection par le SRAS-CoV-2, y compris très rarement chez les adolescentsNote de bas de page 13. Pour de plus amples renseignements, voir le résumé des données probantes dans la réponse rapide du CCNI sur la recommandation actualisée sur l'utilisation des vaccins contre la COVID-19 autorisés chez les personnes de 12 ans et plus dans le contexte de myocardite et de péricardite signalés après l'administration de vaccins à ARNm contre la COVID-19.

Préjudices collatéraux subis par les adolescents pendant la pandémie de COVID-19

Les adolescents sont également exposés aux préjudices collatéraux de la pandémie de COVID-19. Les perturbations prolongées de la scolarité, l'isolement social et l'accès réduit aux ressources scolaires et extrascolaires ont eu un impact profond sur le bien-être mental et physique des adolescents et de leurs familles. Ces préjudices peuvent toucher de manière disproportionnée certains adolescents et certaines familles canadiennes par rapport à d'autres, et les incidences de ces préjudices peuvent exacerber davantage les inégalités sociales parmi les communautés qui sont racialisées et autochtones, les réfugiés et autres nouveaux arrivants au Canada, les personnes vivant dans des milieux à faible revenu, ainsi que les enfants ayant un handicapNote de bas de page 14Note de bas de page 15Note de bas de page 16Note de bas de page 17Note de bas de page 18Note de bas de page 19.

Pour obtenir les renseignements les plus récents sur l'épidémiologie de la COVID-19 au Canada, voir la Mise à jour quotidienne sur l'épidémiologie de la COVID-19.

Pour de plus amples renseignements, voir le chapitre sur le vaccin contre la COVID-19 : Guide canadien d'immunisation.

Protection vaccinale contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans

Efficacité réelle des vaccins de la série primaire

Trois études récentes ont fourni des estimations de l'ER d'une série primaire de 2 doses du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 en fonction des divers résultats chez les adolescents, et 2 études ont examiné les tendances de l'ER du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) chez les adolescents et les adultes au fil du temps depuis la réception de la série primaire de vaccins. Toutes ces études ont été menées avant l'apparition du VP Omicron.

Une étude de cohorte prospective menée aux É.-UNote de bas de page 20. a révélé que le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 était efficace à 92 % pour prévenir l'infection par le SRAS-CoV-2 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans. L'étude a été menée entre les mois de juillet et décembre 2021, à un moment où le variant Delta était la souche prédominante en circulation. Une étude cas-témoins à test négatif menée aux É.-UNote de bas de page 21. entre les mois de juin et septembre 2021, lorsque le variant Delta était la souche prédominante en circulation, a montré que 2 doses du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 offraient une protection de 93 % contre les hospitalisations liées à la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 18 ans (12 à 15 ans : ER = 91 %; 16 à 18 ans, ER = 94 %). Parmi les 179 cas relevés dans cette étude, 173 (97 %) n'étaient pas vaccinés. Tous les cas admis à l'USI (n=77) n'étaient pas vaccinés, y compris 29 personnes qui étaient gravement malades et nécessitaient un maintien des fonctions vitales, dont 2 sont décédées.

Durée de la protection vaccinale de la série primaire

Les données concernant la protection contre l'infection par le SRAS-CoV-2 chez les adolescents commencent à sortir, indiquant une baisse similaire à celle observée chez les adultes. Dans une étude d'évaluation cas-témoins négatif évaluant l'ER pour une série primaire à 2 doses avec le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech contre l'infection symptomatique aux É.-U. pendant la vague du variant Delta, l'ER était la plus élevée chez les 12 à 15 ans, puis les 16 à 19 ans, par rapport aux 20 ans et plus. Dans tous les groupes d'âge, l'ER a diminué avec le tempsNote de bas de page 22.

Une étude cas-témoins appariée non évaluée par des pairs, menée en IsraëlNote de bas de page 23, à un moment où le variant Delta était la souche prédominante en circulation, a examiné l'ER du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre l'infection documentée par le SRAS-CoV-2 (indépendamment des symptômes) et contre la forme symptomatique de la COVID-19, en fonction du temps écoulé depuis la vaccination primaire chez des adolescents âgés de 12 à 16 ans. L'étude a révélé une ER maximale du vaccin contre l'infection documentée par le SRAS-CoV-2 (85 %) et la forme symptomatique de la COVID-19 (90 %) entre 14 et 89 jours suivant la réception de la deuxième dose, diminuant à 75 % et 78 % respectivement entre 90 et 149 jours, et à 58 % et 65 % respectivement entre 150 et 180 jours après la réception de la deuxième dose.

Une vaste étude de cohorte rétrospective menée aux É.-U.Note de bas de page 24, au moment de l'émergence du variant Delta, a examiné l'ER du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre l'infection par le SRAS-CoV-2 et contre les hospitalisations liées à la COVID chez les personnes âgées de 12 ans et plus. L'étude a estimé l'ER du vaccin par rapport à ces résultats en fonction du temps écoulé depuis la vaccination primaire. Comme les adolescents de 12 à 15 ans n'étaient admissibles pour recevoir le vaccin contre la COVID-19 qu'à partir du mois de mai 2021, le suivi disponible dans ce groupe d'âge était limité. Les estimations ponctuelles de l'ER contre l'infection par le SRAS-CoV-2 de 2 doses du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 15 ans sont restées relativement stables 3 ou moins de 4 mois après la deuxième dose mais l'intervalle de confiance (IC) autour de cette dernière estimation est vaste et inclut zéro : 7 à 36 jours : 91 % (IC à 95 % : 86-94 %), 37 à 66 jours : 92 % (IC à 95 % : 88-94 %); 67 à 96 jours : 88 % (IC à 95 % : 68-96 %); 97 à 126 jours : 84 % (IC à 95 % : 14-98 %). Comme il n'y avait qu'une seule personne âgée de 12 à 15 ans qui a été hospitalisée au cours de la période d'étude, les données étaient insuffisantes pour obtenir des estimations précises de l'ER par rapport à l'hospitalisation liée à la COVID.

Bien que des données probantes continuent d'émerger sur la durée de la protection chez les adolescents contre les complications sévères, notamment les hospitalisations et les décès, elle devrait être plus durable que la protection contre l'infection, comme on l'a observé dans la population adulte.

Pour de plus amples renseignements sur la durée de la protection vaccinale dans la population adulte, voir la Déclaration du Comité consultatif national de l'immunisation : Orientations provisoires sur la dose de rappel de vaccin contre la COVID-19 au Canada.

Il est important de noter que ces études ont été menées avant l'émergence du variant Omicron et les 2 pays ont recommandé l'intervalle autorisé par le fabricant entre les doses de la série primaire. Un résumé des données sur le variant Omicron est présenté ailleurs dans la déclaration.

Innocuité des doses de rappel des vaccins contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans

D'après les données d'innocuité post-commercialisation préliminairesNote de bas de page 25Note de bas de page 26Note de bas de page 27Note de bas de page 28Note de bas de page 29Note de bas de page 30Note de bas de page 31, aucun problème d'innocuité n'a été noté après les doses de rappel au-delà de ceux reconnus après la série primaire. La fréquence des évènements indésirables (ÉI) chez les adultes après les doses de rappel du vaccin à ARNm est comparable ou inférieure à celle rapportée après la deuxième dose de la série primaire. Aux É.-U. où les 2 vaccins à ARNm ont été utilisés, la réactogénicité était plus élevée pour le vaccin Spikevax de Moderna (50 mcg) contre la COVID-19 que pour celui de Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg)Note de bas de page 25. Bien que les données d'innocuité propres aux adolescents âgés de 12 à 17 ans soient actuellement limitées, une tendance similaire est attendue dans ce groupe d'âge.

Pour la série primaire de 2 doses, les adolescents âgés de 12 à 17 ans figurent parmi les groupes d'âge les plus à risque de subir un ÉI rare de myocardite et/ou de péricardite après l'administration d'un vaccin à ARNm. Des cas de myocardite ont également été signalés après l'administration des doses de rappel d'un vaccin à ARNm contre la COVID-19. En IsraëlNote de bas de page 31 et aux É.-U.Note de bas de page 25Note de bas de page 26, le taux de myocardite après avoir reçu une dose de rappel chez les adultes se situent généralement entre les taux observés après l'administration de la première et de la deuxième dose. Depuis le début du mois de janvier 2022, 2 cas de myocardite ont été signalés en Israël parmi les 41 610 doses 3 du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 administrées à des adolescents âgés de 12 à 15 ansNote de bas de page 30. Toutefois, des données préliminaires provenant du Royaume-Uni (R.-U.) ont permis de comparer le risque de myocardite après l'administration des vaccins contre la COVID-19 avec le risque de base. On a observé que chez les garçons et les hommes âgés de 13 à 39 ans, l'association estimée entre la myocardite et le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 était plus grande après l'administration de la troisième dose (rapport du taux d'incidence ou RTI : 7,60 [de 1,92 à 30,15]) qu'après celle de la deuxième dose du vaccin (RTI : 3,41 [de 2,44 à 4,78])Note de bas de page 32.

Les données d'innocuité sur les doses de rappel contre la COVID-19 sont encore émergentes, en particulier chez les adolescents. Les données sur le risque de myocardite et/ou de péricardite après l'administration des doses de rappel contre la COVID-19 et sur l'innocuité de la dose de rappel du vaccin Spikevax de Moderna (50 mcg) dans n'importe quel groupe d'âge sont actuellement limitées. Il n'existe aucune donnée sur l'utilisation de la dose de rappel Spikevax de Moderna (50 mcg) chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans à l'heure actuelle. Le CCNI continue d'évaluer les données probantes à mesure qu'elles sont disponibles et mettra à jour ses recommandations, au besoin.

Efficacité réelle des doses de rappel des vaccins contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans

De nouvelles données probantes en situation réelle issues du programme israélien d'administration de doses de rappel du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 sont disponibles pour les adolescents âgés de 12 à 17 ans, qui révèlent une réduction significative du taux d'infection confirmée chez les adolescents de 12 à 15 ans après l'administration de la dose de rappel par rapport à ceux ayant reçu une série vaccinale primaire 5 ou 6 mois auparavantNote de bas de page 30. Dans le groupe d'âge de 16 à 29 ans, le rapport des taux d'infection (pré-variant Omicron) chez les personnes qui n'ont pas reçu de dose de rappel comparativement aux personnes qui en ont reçu une était de 17,2 (de 15,4 à 19,2)Note de bas de page 33.

Il n'existe actuellement aucune donnée sur l'ER des doses de rappel contre les complications sévères chez les adolescents de 12 à 17 ans, bien que les données probantes actuelles suggèrent que l'ER contre les complications sévères demeure élevée dans ce groupe d'âge après l'achèvement de la série primaire. Chez les adultes, il a été démontré que la dose de rappel d'un vaccin à ARNm améliore la protection contre les complications sévères. Selon les données recueillies au R.-U. pendant la période où la souche prédominante en circulation était le VP Delta, l'ER d'une dose de rappel Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre l'hospitalisation ou le décès se situait entre 97 % et 99 % dans tous les groupes d'âge, indépendamment de la série primaire et sans preuve de protection déclinante allant jusqu'à 10 semainesNote de bas de page 34. Des données provenant d'Israël indiquaient des résultats similaires (pendant la période où la souche prédominante en circulation était le VP Delta), soit une ER contre l'hospitalisation de 93 % (IC à 95 % : 88-97 %) au moins 7 jours après l'administration d'une dose de rappelNote de bas de page 35. Une étude distincte d'Israël révélait une réduction des complications sévères selon un facteur de 19,5 (IC à 95 % : 12,9-29,5 %) au moins 12 jours après l'administration d'une dose de rappel par rapport aux personnes qui n'avaient reçu que 2 dosesNote de bas de page 33.

Protection offerte par les vaccins contre la COVID-19 (série primaire et dose de rappel) contre le variant Omicron

Selon des données probantes émergentes, l'ER contre l'infection par le variant Omicron et la maladie symptomatique en raison du variant Omicron après l'administration de la série primaire de vaccins à ARNm est plus faible par rapport à l'ER des VP précédentsNote de bas de page 36Note de bas de page 37Note de bas de page 38Note de bas de page 39Note de bas de page 40Note de bas de page 41. Il n'existe actuellement aucune donnée probante sur l'ER de la dose de rappel d'un vaccin à ARNm contre le variant Omicron chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans. Toutefois, chez les adultes, la dose de rappel d'un vaccin à ARNm contre la COVID-19 permet d'améliorer la protection contre les complications sévères associées au variant OmicronNote de bas de page 37Note de bas de page 42. La protection est aussi augmentée contre la maladie et l'infection symptomatiquesNote de bas de page 37Note de bas de page 38Note de bas de page 40Note de bas de page 41Note de bas de page 43, bien que cette augmentation soit nettement inférieure à celle observée contre le variant Delta. Selon des données canadiennes préliminaires, non évaluées par des pairs, à l'aide d'un plan d'étude de test négatif provenant de l'Ontario, l'ER estimée contre l'infection symptomatique par le variant Omicron 7 jours ou plus après l'administration de la troisième dose avec n'importe quel vaccin à ARNm était de 61 % par rapport aux personnes non vaccinéesNote de bas de page 44. L'ER du vaccin contre les complications sévères causées par le variant Omicron est demeurée élevée (~ 82-86 %) chez les personnes avec 2 doses, mais a augmenté à 95 % après une troisième dose. À titre de comparaison, l'ER contre l'infection par le variant Delta symptomatique après l'administration d'une troisième dose était de 97 % dans l'ensemble et de 99 % contre les complications sévères causées par le variant Delta. Des données probantes préliminaires du R.-U. indiquent que l'ER contre l'hospitalisation était de 94 % (IC à 95 % : 89-97 %) entre 2 et 9 semaines après l'administration de la dose de rappel et de 89 % (IC à 95 % : 80-95 %) 10 semaines ou plus après l'administration de la dose de rappel. Selon des données de surveillance supplémentaires provenant du R.-U., l'ER contre l'hospitalisation était de 88 % (IC à 95 % : 78-93 %) au moins 2 semaines après l'administration d'une dose de rappelNote de bas de page 42. Les données de ces études ont été obtenues pendant la période où la souche prédominante en circulation était le VP Omicron.

Le CCNI continuera d'évaluer les données probantes sur la protection offerte par une dose de rappel contre le variant Omicron chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans.

Autres renseignements et considérations

Le CCNI continue de s'efforcer de formuler des recommandations éthiques, équitables et fondées sur des données probantes. Santé Canada n'a pas autorisé l'utilisation de doses de rappel chez les personnes âgées de moins de 18 ans. Par conséquent, l'utilisation de doses de rappel chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans serait considérée comme étant non indiquée au Canada. De solides arguments éthiques doivent être fournis pour justifier l'administration de doses de rappel à cette population dans le contexte plus large des objectifs du programme de vaccination, de l'évolution des conditions épidémiologiques et pandémiques et des nouvelles données probantes. À l'heure actuelle, on s'attend à ce qu'une dose de rappel ait peu d'impact sur l'atténuation de la transmission du variant Omicron en raison de son potentiel élevé d'évasion immunitaire et de transmissibilité. Le déploiement des doses de rappel à lui seul devrait avoir moins d'impact que l'utilisation de mesures de santé publique seules en raison du déploiement plus lent des doses de rappel et du temps nécessaire pour accroître la protection par rapport à la vitesse de transmission du variant OmicronNote de bas de page 1.

Les risques et avantages relatifs à l'administration d'une troisième dose du vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) contre la COVID-19 chez les adolescents, y compris la durée et l'étendue de la protection par rapport à l'infection par le variant Omicron, sont largement inconnus à l'heure actuelle. Bien qu'il soit hautement transmissible, le variant Omicron semble être moins sévère que les VP antérieurs. De plus, le risque de subir des complications sévères attribuables à l'infection par le SRAS-CoV-2 demeure faible chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans qui ont reçu une série primaire de vaccins.

Afin d'atténuer l'émergence et les effets des nouveaux VP, le groupe consultatif technique sur la composition des vaccins contre la COVID-19 (TAG-CO-VAC) de l'Organisation mondiale de la Santé préconise un accès mondial plus large aux vaccins actuels contre la COVID-19, en accordant la priorité immédiate à la vaccination des groupes les plus à risque de développer une maladie sévère. Une stratégie de vaccination basée sur des doses de rappel à répétition en utilisant la composition initiale du vaccin, et ce, sans tenir compte de l'évolution du virus et de la couverture vaccinale dans le contexte mondial a peu de chances d'être efficaceNote de bas de page 45. En outre, des vaccins spécifiques à des variants sont en cours de développement et pourraient être disponibles dans les mois à venir. Le bénéfice relatif des nouvelles formulations vaccinales en tant que doses de rappel sera évalué lorsque plus de renseignements seront disponibles.

La nécessité et les avantages d'une dose de rappel chez l'ensemble des adolescents ne sont pas clairsNote de bas de page 46. Toutefois, le CCNI reconnaît que certaines populations sont plus exposées au virus du SRAS-CoV-2 (p. ex., en raison de leur milieu de vie) et que certaines populations présentent un risque accru de développer une forme sévère de la COVID-19 (p. ex., hospitalisation et décès) en raison de divers facteurs biologiques et sociaux pouvant s'entrecroiser, notamment une condition médicale préexistante ou un faible statut socioéconomique. Les facteurs de risque de maladie sévère et de risque d'exposition peuvent se chevaucher, ce qui augmente encore le risque. Toute combinaison de ces facteurs, ainsi que l'accès variable aux services de soins de santé, peut avoir des conséquences disproportionnées pour certaines populations particulières caractérisées par des taux accrus d'infection et de maladie, de maladie sévère, d'hospitalisation ou de décès. Le CCNI continue à recommander les éléments énoncés dans ses orientations initiales sur l'établissement de l'ordre de priorité comme guide pour la prise de décision éthiqueNote de bas de page 47.

La planification du programme devrait garantir un accès équitable à l'information et aux services de vaccination et réduire les différences dans l'acceptation et l'adoption des vaccins en fonction du statut socio-économique.

Recommandations

Veuillez consulter le Tableau 1 pour obtenir une explication des recommandations fortes par rapport aux recommandations discrétionnaires du CCNI.

Le CCNI réitère fortement ses recommandations précédentes, fondées sur des données probantes, concernant la série primaire de vaccins contre la COVID-19 :

  1. Le CCNI recommande qu'une série primaire complète d'un vaccin à ARNm contre la COVID-19 soit proposée aux personnes âgées de 12 à 17 ans qui ne présentent pas de contre-indications au vaccin. (Forte recommandation du CCNI)

    Dans le cas des adolescents âgés de 12 à 17 ans qui reçoivent la série primaire de vaccins à ARNm contre la COVID-19 :
    • il est préférable d'utiliser le vaccin Comirnaty de Pfizer-BioNTech (dose de 30 mcg) plutôt que le vaccin Spikevax de Moderna (dose de 100 mcg) pour commencer ou poursuivre la série primaire de vaccins à ARNm;
    • la deuxième dose du vaccin à ARNm devrait être administrée 8 semaines après la première dose, car un intervalle plus long entre les doses est associé à une ER vaccinale plus élevée et potentiellement à un risque plus faible de myocardite et/ou de péricardite.
  2. Pour les adolescents âgés de 12 à 17 ans étant modérément à sévèrement immunodéprimés et qui n'ont pas encore été vaccinés, il est recommandé de proposer une série primaire de 3 doses d'un vaccin à ARNm. Pour les personnes ayant reçu une série vaccinale de 2 doses contre la COVID-19 (en respectant un calendrier homologue ou hétérologue utilisant des vaccins à ARNm), il est recommandé de proposer une dose supplémentaire d'un vaccin à ARNm contre la COVID-19. (Forte recommandation du CCNI)

Recommandations du CCNI concernant les doses de rappel des vaccins contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans qui peuvent présenter un risque plus élevé de complications sévères liées à la COVID-19 :

Ces personnes font face à des facteurs de risque biologiques ou sociaux qui peuvent s'entrecroiser, et peuvent rencontrer des obstacles systémiques à l'accès aux soins de santé.

  1. Le CCNI recommande qu'une dose de rappel d'un vaccin* à ARNm contre la COVID-19 soit proposé 6 mois ou plus après l'achèvement de la série primaire de vaccins contre la COVID-19 chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans qui :
    • souffrent d'une affection médicale sous-jacente présentant un haut risque de maladie sévère attribuable à la COVID-19** (y compris les personnes qui sont immunodéprimées ayant reçu une série primaire de 3 doses);
    • résident dans des lieux de vie collectifs (p. ex., refuges, foyers de groupe, logements pour travailleurs migrants, établissements pénitentiaires);
    • font partie des communautés qui sont racialisées ou marginalisées touchées de manière disproportionnée par la COVID-19.

(Recommandation discrétionnaire du CCNI)

Note : * L'utilisation de la dose de rappel du vaccin Cominarty de Pfizer-BioNTech (30 mcg) est privilégiée par rapport à l'utilisation de la dose de rappel du vaccin Spikevax de Moderna (50 mcg), car il n'existe actuellement aucune donnée sur l'utilisation de la dose de rappel Spikevax de Moderna (dose de 50 mcg) chez les adolescents âgés de 12 à 17 ans.

** D'après l'opinion d'experts et l'évolution des données probantes, les adolescents âgés de 12 à 17 ans présentant au moins une des affections médicales sous-jacentes suivantes sont considérés comme présentant un risque plus élevé de maladie sévère attribuable à la COVID-19 :

Aucune recommandation concernant les doses de rappel dans la population adolescente générale qui est âgée de 12 à 17 ans n'est formulée à l'heure actuelle.

Sommaire des données probantes et justification

Voir les Recommandations sur l'utilisation des vaccins contre la COVID-19 pour de plus amples renseignements sur les vaccins contre la COVID-19.

Voir les Orientations sur l'établissement de l'ordre de priorité des principales populations à immuniser contre la COVID-19 pour de plus amples renseignements sur le cadre initial du CCNI et les éléments fondamentaux qui guident la prise de décision éthique.

Priorités de recherche

Tableau 1 : Force des recommandations du CCNI
Force de la recommandation du CCNI Fondée sur des facteurs qui ne se limitent pas à la force des données probantes (p. ex., besoin en santé publique) Forte Discrétionnaire
Libellé

« devrait/ne devrait pas être réalisée »

« peut/peut ne pas être réalisée »

Justifications

Les avantages connus/attendus l'emportent sur les inconvénients connus/attendus (« devrait »);

ou

les inconvénients connus/attendus l'emportent sur les avantages connus/attendus (« ne devrait pas »).

Les avantages connus/attendus sont à peu près équivalents aux inconvénients connus/attendus ou

les données probantes n'indiquent pas avec certitude les avantages et les inconvénients.

Conséquence

Une recommandation forte s'applique à la plupart des populations/personnes et devrait être suivie, à moins qu'il n'existe une justification claire et convaincante d'utiliser une autre approche.

Une recommandation discrétionnaire peut être offerte ou non pour certaines populations/personnes dans certaines circonstances. D'autres approches peuvent être acceptables.

Remerciements

La présente déclaration a été préparée par : N. Forbes, J. Montroy, R. Krishnan, J. Zafack, E. Wong, M. Tunis, R. Pless, M. Salvadori, B. Warshawsky, A. Stevens, S. Ismail, R. Harrison, B. Sander et S. Deeks au nom du CCNI.

Le CCNI remercie vivement les personnes suivantes pour leur contribution : SH. Lim, K. Ramotar, E. Tarrataca, et N. St-Pierre.

CCNI Membres : S. Deeks (présidente), R. Harrison (vice-présidente), M. Andrew, J. Bettinger, N. Brousseau, H. Decaluwe, P. De Wals, E. Dubé, V. Dubey, K. Hildebrand, K. Klein, J. Papenburg, A. Pham-Huy, B. Sander, S. Smith et S. Wilson.

Représentants de liaison : L. Bill/ N. Nowgesic (Canadian Indigenous Nurses Association), LM. Bucci (Association canadienne de santé publique), E. Castillo (Société des obstétriciens et gynécologues du Canada), A. Cohn (Center for Disease Control and Prevention, É.-U.), L. Dupuis (Association des infirmières et infirmiers du Canada), D. Fell (Association canadienne pour la recherche et l'évaluation en immunisation), S. Funnell (Indigenous Physicians Association of Canada), J. Hu (Collège des médecins de famille du Canada), M. Lavoie (Conseil des médecins hygiénistes en chef), D. Moore (Société canadienne de pédiatrie), M. Naus (Comité canadien sur l'immunisation), et A. Ung (Association des pharmaciens du Canada).

Représentants d'office : V. Beswick-Escanlar (Défense nationale et Forces armées canadiennes), E. Henry (Centre de l'immunisation et des maladies respiratoires infectieuses [CIMRI], ASPC), M. Lacroix (Groupe consultatif en matière d'éthique en santé publique, ASPC), C. Lourenco (Direction des médicaments biologiques et radiopharmaceutiques, SC), D. MacDonald (COVID-19 Épidemiologie et surveillance, ASPC), S. Ogunnaike-Cooke (CIMRI, ASPC), K. Robinson (Direction des produits de santé commercialisés, SC), G. Poliquin (Laboratoire national de microbiologie, ASPC), and T. Wong (Direction générale de la santé des Premières nations et des Inuits, Services autochtones Canada).

Groupe de travail du CCNI sur les vaccins contre les maladies infectieuses à haut risque

Membres : R. Harrison (Présidente), N. Brousseau, Y-G. Bui, S. Deeks, K. Dooling, K. Hildebrand, M. Miller, M. Murti, J. Papenburg, D. Smith, N. Brousseau et S. Vaughan.

Participants à l'ASPC : NK. Abraham, N. Alluqmani, L. Coward, N. Forbes, C. Jensen, CY. Jeong, A. Jirovec, A. Killikelly, R. Krishnan, SH. Lim, N Mohamed, J. Montroy, A. Nam, S. Pierre, R. Pless, M. Salvadori, A. Sinilaite, A. Stevens, R. Stirling, E. Tice, A. Tuite, MC. Tunis, B. Warshawsky, E. Wong, R. Ximenes, MW. Yeung, J. Zafack.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :