Séance d'information de 5 minutes sur le gonocoque résistant aux antimicrobiens

Si vous avez besoin d'aide pour accéder aux formats de rechange, tels que PDF, MP3 et fichiers WAV, visitez la section d'aide sur les formats de rechange.

N.gonorrhoeae résistante aux antimicrobiens : Séance d'information (PDF Document 1.3 Mo - 7 pages)

N.gonorrhoeae résistante aux antimicrobiens : Séance d'information (PPT Document 288 kB - 7 diapositives)

Objectif : Cette présentation a été élaborée pour les professionnels de soins primaires et de la santé publique qui fournissent du counseling et des soins relatifs à la santé sexuelle et les infections transmissibles sexuellement. Les diapositives peuvent également être partagées avec des collègues et toutes autres personnes qui pourraient bénéficier de l'information. Les présentations peuvent être utilisées telles quelles ou modifiées pour des besoins spécifiques.

Mode d'emploi : Lorsque vous ouvrez la présentation, une boîte de dialogue portant le titre « Mot de passe » apparaîtra. Choisissez « Lecture seule » dans le coin droit inférieur. Vous pouvez alors :

  • Visionner la présentation;
  • La montrer à un groupe de personnes à l'aide d'un projecteur;
  • L'imprimer pour la distribuer aux participants ou l'imprimer sur des transparents (acétates)

Chaque diapositive est accompagnée de Notes à l'intention du présentateur. Ces notes sont des seulement suggestions. On peut voir ces notes en choisissant « Affichage » dans la barre des menus, puis « Normal » ou « Pages de commentaires ». Ces notes ont pour but d'aider les présentateurs à expliquer davantage chacune des diapositives.

N. gonorrhoeae résistante aux antimicrobiens : Séance d'information

Table des matières – Les diapositives de la présentation

  1. Introduction
  2. Principaux enjeux
  3. Diagnostic
  4. Traitement
  5. Suivi
  6. Déclaration des cas
  7. Conclusion

Diapositive #1

Introduction

Des actions accrues sont nécessaires pour prévenir et contrôler la gonorrhée. La résistance aux antimicrobiens constitue une nouvelle menace pour la santé publique à l'échelle mondiale.

Diapositive #1 – Notes à l'intention du présentateur

  • La gonorrhée résistante aux antimicrobiens est présente à l'échelle mondiale; on doit s'attaquer à cette nouvelle menace pour la santé publique.
  • Neisseria gonorrhoeae peut rapidement acquérir une résistance aux antimicrobiens. La gestion efficace des antibiotiques dépend de la collaboration des professionnels de la santé pour la prise de décisions éclairées concernant les mesures de lutte contre la maladie, les pratiques de prescription et la déclaration des cas.
  • Cette présentation vise à :
    • faire mieux connaître la problématique de la gonorrhée résistante aux antimicrobiens,
    • informer les professionnels en soins primaires et en santé publique du Canada des recommandations de l'Agence concernant le diagnostic et la prise en charge des infections gonococciques.
  • Cette présentation met en évidence les principaux enjeux traités dans le chapitre Infections gonococciques (version révisée) des Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement de l'Agence de la santé publique du Canada (l'Agence).
  • Pour obtenir de plus amples renseignements et des références, veuillez consulter le site Web de l'Agence.
  • Le plan d'action mondial pour endiguer la résistance de Neisseria gonorrhoeae aux antimicrobiens et en limiter les répercussions (Global action plan to control the spread and impact of antimicrobial resistance in Neisseria gonorrhoeae, en anglais seulement), publié par l'OMS en 2012, vise à améliorer la prévention, le diagnostic et le contrôle de l'infection à N. gonorrhoeae à l'échelle mondiale, ainsi qu'à limiter les conséquences sur la santé de la résistance aux antimicrobiens par l'entremise d'une collaboration multisectorielle accrue, soutenue et basée sur des données probantes.

Diapositive #2

Principaux enjeux

Le nombre de cas d'infection gonococcique déclarés au Canada a augmenté depuis 1997.

Des infections gonococciques sont résistantes aux traitements médicamenteux existants.

De plus en plus résistante à la pénicilline, à la tétracycline et aux quinolones. Diminution de sa sensibilité aux céphalosporines de troisième génération sous forme orale ou injectable.

La résistance aux céphalosporines est surtout observée chez les HARSAHNote de bas de page *.


Diapositive # 2 – Notes à l'intention du présentateur

  • Depuis 1997, les cas d'infection gonococcique déclarés au Canada sont en hausse graduelle, mais constante.
  • Des infections gonococciques sont résistantes aux traitements médicamenteux existants.
  • Il est important de noter que N. gonorrhoeae est de plus en plus résistante à la pénicilline, à la tétracycline et aux quinolones. On a observé une diminution de sa sensibilité aux céphalosporines de troisième génération sous forme orale ou injectable.
  • La résistance aux céphalosporines est surtout observée chez les hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes (HARSAH).

Diapositive #3

Diagnostic

Dans certaines situations cliniques, envisager le prélèvement d'échantillons tant pour la culture que pour le TAAN, surtout chez les patients symptomatiques.

Les cultures sont particulièrement importantes dans les situations suivantes :

  • Pour évaluer une atteinte inflammatoire pelvienne
  • Échec thérapeutique soupçonné ou forte probabilité d'échec thérapeutique
  • HARSAH symptomatiques
  • Infection contractée dans une région où la résistance aux antimicrobiens est fréquente

Diapositive #3 – Notes à l'intention du présentateur

  • Comme il faut détecter ou caractériser la résistance aux antimicrobiens, envisager le prélèvement d'échantillons tant pour la culture que pour le TAAN, en particulier chez les patients symptomatiques. Les cultures sont essentielles pour améliorer la surveillance sanitaire des profils et des tendances de la résistance aux antimicrobiens.
  • En plus de déterminer la sensibilité aux antimicrobiens avant le traitement, les cultures sont particulièrement importantes dans les situations suivantes :
    • pour évaluer une atteinte inflammatoire pelvienne,
    • échec thérapeutique soupçonné ou forte probabilité d'échec thérapeutique,
    • hommes ayant des relations sexuelles avec d'autres hommes symptomatiques,
    • infection contractée dans une région où la résistance aux antimicrobiens est fréquente.
  • Le test d'amplification des acides nucléiques (TAAN) sert fréquemment au diagnostic de la gonorrhée, car il est spécifique, sensible, accessible, disponible et peu coûteux.
  • On a recours au TAAN pour le diagnostic au point de service lorsqu'il est impossible de procéder à une culture. Cependant, le TAAN produit moins de données sur la résistance aux antimicrobiens.

Diapositive #4

Traitement

La monothérapie devrait être évitée afin de prévenir la résistance.

Les patients devraient recevoir un traitement d'association (deux antibiotiques).

Traitement privilégié de l'infection anogénitale ou pharyngée non compliquée chez les HARSAH :
ceftriaxone, 250 mg, i.m. PLUS azithromycine, 1 g, p.o.

Traitement privilégié de l'infection anogénitale et pharyngée non compliquée chez les autres adultes et les jeunes (≥ 9 ans) :
ceftriaxone, 250 mg, i.m. PLUS azithromycine, 1 g, p.o.

Infection uniquement anogénitale non compliquée :
céfixime, 800 mg, p.o. PLUS azithromycine, 1 g, p.o. (non indiqué en cas d'infection pharyngée)

D'après les Lignes directrices canadiennes sur les ITS de l'Agence de la santé publique du Canada.

Diapositive #4 – Notes à l'intention du présentateur

  • Les patients devraient recevoir un traitement d'association (deux antibiotiques) pour contrer la résistance potentielle aux antimicrobiens. La monothérapie devrait être évitée.
  • Le traitement privilégié dépend des caractéristiques de la personne infectée et du siège de l'infection. Chez les HARSAH, l'administration de 250 mgNote de bas de page * de ceftriaxone par voie intramusculaire, en dose unique, PLUS 1 gNote de bas de page * d'azithromycine par voie orale, en dose unique, est le seul traitement privilégié en cas d'infection anogénitale et pharyngée non compliquée.
  • Chez les autres adultes (qui ne sont pas des HARSAH) et les jeunes (de 9 ans et plus), ce traitement d'association est le traitement privilégié en cas d'infection anogénitale et pharyngée non compliquée, alors qu'en cas d'infection uniquement anogénitale non compliquée, l'administration de 800 mgNote de bas de page * de céfixime par voie orale PLUS 1 gNote de bas de page * d'azithromycine par voie orale, en dose unique, est également un traitement privilégié.
  • L'ensemble des recommandations concernant le traitement se trouve dans le chapitre Infections gonococciques des Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement de l'Agence, accessible en ligne.
  • Les lignes directrices de l'Agence ne remplacent pas les lignes directrices professionnelles ou les exigences liées à la pratique, aux politiques, à la réglementation et aux lois provinciales et territoriales qui régissent la pratique des professionnels de la santé au sein de leur province ou territoire respectif, étant donné que le contexte ou l'épidémiologie à l'échelle locale peut influencer les recommandations.


Diapositive #5

Suivi

Test de contrôle après le traitement
3 à 7 jours après le traitement → Culture
2 à 3 semaines après le traitement → TAAN

Toute personne ayant eu des relations sexuelles avec le patient dans les 60 jours précédant l'apparition des symptômes devrait être avisée, subir un test et recevoir un traitement empirique.

Il est recommandé de refaire un test de détection 6 mois après le traitement chez les personnes ayant été atteintes d'une infection gonococcique.

Diapositive #5 – Notes à l'intention du présentateur

  • Tous les patients devraient subir un test de contrôle après le traitement.
  • Une culture de contrôle de tous les sites d'infection positifs devrait être effectuée de 3 à 7 jours après la fin du traitement.
  • S'il est impossible de procéder à une culture et qu'on utilise un TAAN comme test de contrôle après le traitement, le prélèvement des échantillons devrait être reporté jusqu'à 2 à 3 semaines après la fin du traitement pour éviter les résultats faussement positifs.
  • Toute personne ayant eu des relations sexuelles avec le patient dans les 60 jours précédant l'apparition des symptômes ou la date de prélèvement de l'échantillon (si le patient est asymptomatique) devrait être avisée, subir un test et recevoir un traitement empirique.
  • Il est recommandé de refaire un test de détection 6 mois après le traitement chez les personnes ayant été atteintes d'une infection gonococcique.
  • Pour obtenir des renseignements sur les autres situations où un test de contrôle après le traitement devrait être effectué, veuillez consulter le chapitre Infections gonococciques des Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement, accessible sur le site Web de l'Agence.

Diapositive #6

Déclaration des cas

Les cas de gonorrhée doivent être déclarés aux autorités de la santé publique.

Les échecs du traitement devraient également être déclarés.

ÉCHEC DU TRAITEMENT est défini comme l'absence de relation sexuelle signalée pendant la période post-traitement ET l'une des situations suivantes :

  • Isolement de N. gonorrhoeae dans une culture d'échantillon prélevé au moins 72 heures après la fin du traitement
  • TAAN positif sur un échantillon prélevé au moins 2 à 3 semaines après la fin du traitement
  • Présence de diplocoques Gram négatif intracellulaires à l'examen microscopique d'échantillons prélevés au moins 72 heures après la fin du traitement

Diapositive #6 – Notes à l'intention du présentateur

  • La déclaration rapide de tous les cas aux responsables locaux de la santé publique est obligatoire dans toutes les provinces et tous les territoires.
  • On encourage les professionnels de la santé à signaler les échecs thérapeutiques aux autorités locales, provinciales et territoriales de la santé publique.
  • Tous les cas d'échec du traitement soupçonné devraient faire l'objet d'une culture afin de procéder aux tests de sensibilité aux antimicrobiens.
  • L'échec du traitement est défini comme l'absence de relation sexuelle signalée pendant la période post-traitement et la présence de l'une des situations suivantes :
    • isolement de N. gonorrhoeae dans une culture d'échantillon prélevé au moins 72 heures après la fin du traitement;
    • TAAN positif sur un échantillon prélevé au moins 2 à 3 semaines après la fin du traitement;
    • présence de diplocoques Gram négatifs intracellulaires à l'examen microscopique d'échantillons prélevés au moins 72 heures après la fin du traitement.

Diapositive #7

Conclusion

Pour répondre efficacement au risque pour la santé publique posé par la gonorrhée résistante aux antimicrobiens, tous les professionnels des soins primaires et de la santé publique doivent collaborer.

Diapositive #7 – Notes à l'intention du présentateur

  • Tous les professionnels des soins primaires et de la santé publique doivent collaborer pour répondre au risque pour la santé publique posé par la gonorrhée résistante aux antimicrobiens.
  • Pour aider avec ce que vous avez appris sur N. gonorrhoeae résistante aux antimicrobiens diagnostic, le traitement et le suivi, se référer à l'Étude de cas: gonocoque résistant aux antimicrobiens accessible sur le site Web de l'Agence.
  • Pour obtenir de plus amples renseignements ou des ressources additionnelles sur le diagnostic et la prise en charge de la gonorrhée, veuillez consulter le chapitre Infections gonococciques des Lignes directrices canadiennes sur les infections transmissibles sexuellement, accessible sur le site Web de l'Agence.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :