Pour les professionnels de la santé : maladie de Lyme

Consultez des renseignements détaillés à l'intention des professionnels de la santé.

Sur cette page

Ce que les professionnels de la santé doivent savoir à propos de la maladie de Lyme

La maladie de Lyme est une grave affection causée par la bactérie Borrelia burgdorferi, un spirochète transmis par certaines espèces de tiques du genre Ixodes. Elle se transmet par la piqûre de tiques à pattes noires et à pattes noires de l'Ouest infectées.

Les professionnels de la santé sont encouragés à parfaire leurs connaissances sur la maladie de Lyme au Canada, notamment en ce qui a trait à leur capacité de :

  • comprendre et reconnaître les signes et les symptômes
  • prescrire le traitement approprié aux patients chez qui la maladie a été diagnostiquée
  • signaler les cas chez les humains par les voies prévues à cette fin

Manifestations cliniques

Les symptômes apparaissent parfois en stades qui se chevauchent :

  • un stade localisé précoce de la maladie
  • un stade disséminé précoce de la maladie
  • stade disséminé précoce de la maladie de Lyme

Il est important de noter que certaines personnes atteintes de la maladie de Lyme présentent peu ou pas de symptômes. D'autres peuvent souffrir de symptômes graves.

Il se pourrait que les symptômes n'apparaissent que plusieurs semaines après la piqûre initiale, comme indiqué dans la description du stade localisé précoce ci-après. Dans ce cas, la personne peut ne pas se rappeler qu'elle a été piquée ou ne pas associer ses symptômes à la piqûre de tique. Comme la tique à pattes noires est très petite, et que sa piqûre n'est pas douloureuse, certaines personnes ne sauront même pas qu'elles ont été piquées par une tique.

Les professionnels de la santé doivent connaître les manifestations cliniques et les facteurs de risque épidémiologiques de la maladie de Lyme. Prenez-la en considération dans le cadre de votre diagnostic différentiel chez un patient qui présente les symptômes et les signes compatibles.

Un diagnostic précis suivi d'un traitement immédiat est l'un des facteurs essentiels à une bonne prise en charge de la maladie de Lyme.

Stade localisé précoce de la maladie (moins de 30 jours)

Habituellement, la maladie de Lyme au stade localisé précoce se présente comme une maladie aiguë caractérisée par :

  • la fièvre
  • douleurs articulaires
  • une myalgie
  • des maux de tête
  • la présence d'une seule lésion cutanée localisée, appelée érythème migrant (EM)

Tous les patients ne présenteront pas un EM. Pour cette raison, le diagnostic ne devrait pas être fondé uniquement sur la présence d'un EM.

Chez la plupart des patients, l'EM apparaît dans les sept jours suivant la piqûre de tique initiale. Cependant, la période d'incubation peut varier de 3 à 30 jours.

La lésion cutanée est caractérisée par une macule érythémateuse annulaire de plus de 5 cm de diamètre qui :

  • s'étend lentement
  • est généralement indolore et non prurigineuse

La lésion s'éclaircit parfois en son centre, mais elle peut être plus uniformément érythémateuse. Chez les patients ayant une peau foncée, l'éruption cutanée peut apparaître davantage comme une ecchymose.

Les variations d'un EM suggèrent fortement la maladie de Lyme et elles peuvent prendre les formes suivantes :

  • lésions vésiculeuses
  • lésions solides
  • lésions croûteuses
  • teintes bleu-violet
  • apparence d'une cible
Image d'un érythème migrant ou EM qui s'est développé en forme de cible à la zone d'une piqûre de tique. Il est présenté ici sur la partie supérieure du bras de cette femme.

La lésion cutanée que l'on appelle érythème migrant peut se développer en forme de cible à la zone de la piqûre de tique. Il s'agit ici de la partie supérieure du bras du patient.Footnote 1 

Un signe caractéristique de la maladie de Lyme à un stade précoce non disséminé est la présence d'une éruption cutanée qui s'étend progressivement et que l'on appelle érythème migrant.

Un signe caractéristique de la maladie de Lyme à un stade précoce non disséminé est la présence d'une éruption cutanée qui s'étend progressivement et que l'on appelle érythème migrant.Footnote 1 

Certaines lésions cutanées imputables à la maladie de Lyme sont uniformément rouges et dépourvues de l'anneau caractéristique.

Certaines lésions cutanées imputables à la maladie de Lyme sont uniformément rouges et dépourvues de l'anneau caractéristique.Footnote 1 

Certains patients présentent une lésion vésiculeuse centrale que l'on confond couramment avec une morsure d'araignée. Cette lésion est probablement engendrée par une réaction inflammatoire au pathogène introduit par la tique.

Certains patients présentent une lésion vésiculeuse centrale que l'on confond couramment avec une morsure d'araignée. Cette lésion est probablement engendrée par une réaction inflammatoire au pathogène introduit par la tique.Footnote 1 Footnote

Certaines lésions cutanées causées par la maladie de Lyme sont de couleur bleu-violet. Elles se distinguent des ecchymoses en raison de leur forme parfaitement ronde et de leur pourtour clairement défini.

Certaines lésions cutanées causées par la maladie de Lyme sont de couleur bleu-violet. Elles se distinguent des ecchymoses en raison de leur forme parfaitement ronde et de leur pourtour clairement défini.Footnote 1 

La maladie de Lyme se propage par le sang ou d'autres parties du corps. Par conséquent, une seule morsure peut engendrer plusieurs lésions cutanées, lesquelles peuvent prendre différentes formes.

La maladie de Lyme se propage par le sang ou d'autres parties du corps. Par conséquent, une seule morsure peut engendrer plusieurs lésions cutanées, lesquelles peuvent prendre différentes formes.Footnote 1 

Certaines personnes peuvent présenter des symptômes mineurs. Par conséquent, il vaut mieux ne pas établir un diagnostic fondé seulement sur la présence ou l'absence de l'éruption cutanée en forme de cible. Prenez en considération les autres signes et symptômes dans le cadre de votre diagnostic différentiel de la maladie, y compris les suivants :

  • fatigue
  • arthralgie
  • maux de tête
  • fièvre légère

Stade disséminé précoce de la maladie (moins de 3 mois)

Si elle n'est pas traitée, la bactérie causant la maladie de Lyme peut :

  • se disperser dans la circulation sanguine vers d'autres parties du corps
  • endommager les tissus corporels à ces endroits

Voici les symptômes possibles :

  • fatigue et faiblesse générale;
  • symptômes cutanés (par exemple, lésions d'EM multiples);
  • les manifestations cardiaques sont les suivantes :
    • bloc atrio-ventriculaire
    • bachyarythmies
    • myopéricardite
    • dysfonction myocardique
  • symptômes neurologiques, notamment :
    • méningite à liquide clair,
    • radiculopathie,
    • en céphalopathie,
    • neuropathie crânienne (en particulier paralysie du nerf facial),
    • multinévrite,
    • difficultés cognitives subtiles,
    • radiculoneuropathie motrice et sensorielle;
  • autres manifestations rares, telles que :
    • uvéite,
    • kératite,
    • conjonctivite,
    • hépatite bénigne,
    • splénomégalie.

Stade disséminé tardif de la maladie (plus de trois mois)

Si la maladie n'est toujours pas traitée, le stade tardif de la maladie de Lyme peut durer des mois ou même des années.

Les symptômes peuvent être musculosquelettiques et prendre la forme :

  • d'un kyste poplité
  • d'une arthrite chronique
  • d'une arthrite oligoarticulaire asymétrique (touche habituellement les genoux)
  • d'une arthrite passagère ou migratrice et d'un épanchement dans une ou de nombreuses articulations

Si elle n'est pas traitée, l'arthrite peut réapparaître dans les mêmes articulations ou dans d'autres.

Les symptômes peuvent également être neurologiques et se déclarer sous forme de :

  • encéphalopathie légère subaiguë touchant :
    • la mémoire,
    • la concentration;
  • polyneuropathie axonale chronique légère se manifestant comme :
    • une paresthésie distale,
    • une douleur radiculaire (moins fréquente);
  • encéphalomyélite (rare);
  • leucoencéphalopathie (rare).

L'infection symptomatique du cœur est rare dans les cas de maladie de Lyme. Toutefois, trois morts cardiaques soudaines liées à la cardite de Lyme ont été signalées aux États-Unis entre 2012 et 2013 (en anglais seulement).

Symptômes post-traitement

Chez certaines personnes, les symptômes persistent pendant des mois et même des années après qu'elles ont obtenu un traitement pour la maladie de Lyme.

Cette affection est connue sous le nom de « syndrome post-maladie de Lyme ». Il faudrait soulager les symptômes et les traiter de manière appropriée.

Diagnostic

Le diagnostic de la maladie de Lyme repose essentiellement sur les manifestations cliniques et s'appuie sur des antécédents d'exposition aux tiques.

Tous les patients ne développent pas de symptômes apparents. Pour cette raison, il est important de :

La détection d'anticorps au moyen d'une analyse sérologique à deux volets, décrite ci-après, représente un outil diagnostique complémentaire.

Cependant, les patients présentant des symptômes manifestes du stade localisé précoce de la maladie de Lyme doivent être diagnostiqués et traités sans confirmation par des résultats de laboratoire. La raison est que les résultats de test pourraient être faussement négatifs durant le stade précoce de la maladie.

Analyses en laboratoire

Les analyses en laboratoire doivent seulement être utilisées afin de compléter les constatations cliniques, et non pour agir comme fondement au diagnostic des stades précoces de la maladie de Lyme.

Analyse sérologique à deux volets

L'approche d'analyse sérologique à deux volets est recommandée pour les tests sanguins visant à déterminer la présence d'anticorps contre la bactérie responsable de la maladie de Lyme. Validée pour utilisation au Canada, cette approche comprend :

  • un test de dépistage par essai immunoenzymatique (EIA)
  • un test de confirmation par transfert Western (si l'EIA est positif ou équivoque)

En 2011, l'Association pour la microbiologie médicale et l'infectiologie Canada a approuvé en totalité les lignes directrices de la Infectious Diseases Society of America (en anglais seulement). Ainsi, les résultats du transfert Western doivent être interprétés selon ces lignes directrices.

Si une analyse est requise, veuillez indiquer sur la demande la région d'exposition présumée (par exemple, Amérique du Nord ou Europe). Le lieu déterminera les analyses à être utilisées puisqu'elles varient selon l'espèce de Borrelia .

Dans les cas présumés de méningite de Lyme, l'analyse effectuée par un laboratoire agréé pour les anticorps IgM ou IgG intrathécales peut être utile.

Tous les laboratoires de diagnostic dans l'ensemble du Canada possèdent des systèmes de qualité accrédités par des organismes comme :

  • l'Ontario Laboratory Accreditation
  • le College of American Pathologists
  • l'Organisation internationale de normalisation

Ces systèmes sont pour toutes les procédures effectuées en laboratoire, y compris celles touchant plus particulièrement l'analyse sérologique de la maladie de Lyme.

Ces laboratoires sont tenus :

  • de prendre part aux épreuves externes de vérification de la compétence afin de garantir des résultats de qualité supérieure
  • d'être homologués par le gouvernement fédéral aux fins de la conduite de tests sérologiques relatifs à la maladie de Lyne

Les lignes directrices des laboratoires canadiens pour le diagnostic de la maladie de Lyme respectent les normes internationales actuelles. Elles sont également conformes aux directives adoptées par les autorités de santé publique aux États-Unis et en Europe. Des professionnels de la santé publique de ces pays craignent que certains laboratoires privés et à but lucratif n'utilisent probablement pas :

  • des analyses correctement validées
  • les normes recommandées pour l'interprétation des résultats d'analyse

Remarques sur les analyses sérologiques

Chez les patients présentant la maladie depuis plus d'un mois, seule l'analyse IgG doit être effectuée (et non l'analyse IgM). Une analyse IgM positive seule ne suffit pas pour diagnostiquer la maladie chez ces patients.

En raison de la persistance des anticorps, une analyse sérologique positive ne permet pas de faire la distinction entre une infection active et une infection passée.

Les analyses sérologiques :

  • ne doivent pas être utilisées en tant que « test de contrôle post-traitement »
  • ne peuvent pas être utilisées pour mesurer la réaction au traitement

L'épreuve immunoenzymatique (EIA) :

  • a une faible spécificité;
  • peut donner des résultats faussement positifs si elle est utilisée seule;
  • peut produire une réaction croisée avec les anticorps dirigés contre les spirochètes commensaux ou pathogènes :
    • il peut y avoir certaines infections virales (par exemple la varicelle, le virus Epstein-Barr) ou certaines maladies auto-immunes (par exemple, le lupus).

Traitement

Les schémas thérapeutiques énumérés dans le tableau ci-après sont les lignes directrices pour la maladie de Lyme localisée (précoce). Le schéma peut devoir être adapté selon :

  • l'âge
  • les allergies
  • les antécédents médicaux
  • l'état de grossesse
  • les problèmes de santé sous-jacents du patient

Consultez un infectiologue pour obtenir les plus récentes directives sur le traitement ou pour aider le patient à prendre une décision personnelle relativement au traitement.

Lignes directrices pour le traitement de la maladie de Lyme localisée (précoce)
Catégorie d'âge Médicament Dose Maximum Durée en jour (plage)
Adultes Doxycycline 100 mg, p.o., q 12 h S.O. 14 (14 à 21)
Céfuroxime axétil 500 mg, p. o., q 12 h S.O. 14 (14 à 21)
Amoxicilline 500 mg, p. o., q 8 h S.O. 14 (14 à 21)
Enfants Amoxicilline 50 mg/kg par jour p. o., divisé en 3 doses 500 mg par dose 14 (14 à 21)
Doxycycline 4 mg/kg par jour p. o., divisé en 2 doses 100 mg par dose 14 (14 à 21)
Céfuroxime axétil 30 mg/kg par jour p. o., divisé en 2 doses 500 mg par dose 14 (14 à 21)

Points importants à considérer en matière de traitement

La doxycycline est contre-indiquée et l'amoxicilline est le médicament de choix pour les :

  • enfants de moins de 8 ans
  • femmes enceintes ou qui allaitent

De plus, certains patients peuvent être incapables de tolérer les médicaments inscrits au tableau. Le cas échéant :

  • les macrolides suivants peuvent être utilisés, malgré leur efficacité moindre :
    • azithromycine,
    • érythromycine,
    • clarithromycine;
  • les patients traités avec un macrolide doivent être étroitement surveillés afin de s'assurer que leurs symptômes sont disparus.

De vastes études démographiques sur des femmes enceintes atteintes de la maladie de Lyme et ayant reçu un traitement pour cette maladie n'ont démontré aucun risque accru de résultats indésirables.

Certains spécialistes recommandent l'administration de doxycycline en une dose unique de 200 mg pour les personnes pesant moins de 45 kg. Une autre possibilité consiste à administrer la doxycycline en plusieurs doses de 4,4 mg/kg, jusqu'à concurrence d'une dose maximale de 200 mg. Cette recommandation s'adresse aux enfants de 8 ans et moins qui ont été piquées dans une région où l'on sait que l'infection est hyperendémique.

Il n'existe aucune donnée sur l'utilisation de l'amoxicilline comme antibiotique prophylactique de rechange chez les enfants plus jeunes.

Symptômes persistants après traitement

Dans la plupart des cas, un traitement opportun selon le schéma décrit ci-dessus est efficace. Toutefois, certains patients atteints de la maladie de Lyme présentent des symptômes persistants après le traitement. Les recherches sur les causes et les méthodes de traitement se poursuivent.

Il n'existe aucune preuve définitive que les symptômes persistants indiquent une maladie évolutive. L'inflammation post-infectieuse causée par les dommages du processus infectieux pourrait répondre aux médicaments anti-inflammatoires.

Prophylaxie

Le traitement prophylactique peut débuter si le patient satisfait chacun des 4 critères suivants :

  1. La tique est identifiée de façon fiable comme étant une tique à pattes noires et on estime qu'elle est fixée à la peau depuis plus de 36 heures.
    • Cette estimation est fondée sur le degré d'engorgement de la tique ou si on est certain du moment auquel la personne a été piquée.
  2. La prophylaxie sera instaurée dans les 72 heures suivant le retrait de la tique.
  3. Le taux local d'infection au Borrelia burgdorferi chez les tiques est plus de 20 % (vérifier auprès du bureau de santé local).
  4. La doxycycline n'est pas contre-indiquée.

Si toutes ces exigences sont remplies, on peut administrer une dose unique de 200 mg de doxycycline aux :

  • adultes
  • enfants de plus de 8 ans

Les patients pesant moins de 45 kg devraient recevoir 4,4 mg/kg de doxycycline jusqu'à une dose maximale de 200 mg.

La doxycycline est contre-indiquée chez les enfants de moins de 8 ans et chez les femmes enceintes.

Prévention

Il n'existe actuellement aucun vaccin contre la maladie de Lyme. La meilleure manière d'éviter la maladie est de se protéger contre les piqûres de tiques. Conseillez à vos patients de prendre des mesures de prévention.

Surveillance de la maladie de Lyme au Canada

La maladie de Lyme est devenue une maladie à déclaration obligatoire à l'échelle nationale en décembre 2009.

Le Canada continue de surveiller l'évolution de la répartition géographique et la prévalence des tiques infectées et des cas de maladie de Lyme. Pour cette raison, vous devez déclarer tout cas cliniquement diagnostiqué et confirmé par laboratoire auprès des autorités de santé publique provinciales ou territoriales.

Les professionnels de la santé au Canada ont un rôle essentiel à jouer dans l'identification et le signalement des cas de la maladie de Lyme. Pour en savoir plus, consultez la page sur la surveillance au Canada.

Retirer et envoyer les tiques aux fins d'analyse

Pour en savoir plus

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez cocher toutes les réponses pertinentes :

Déclaration de confidentialité

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :