Revitaliser les langues autochtones grâce aux applications mobiles et aux relations humaines

Communiqué de presse

Des collaborateurs et membres de la commission consultative du Projet sur les technologies pour les langues autochtones du CNRC participent à l’événement « Language Technologies for All » de l’UNESCO à Paris, afin de souligner les réalisations faites pendant l’Année internationale des langues autochtones. De gauche à droite: Delaney Lothian (cri, Université de l’Alberta, commission consultative du CNRC); Heather Souter (michif/métis, Prairies to Woodlands Indigenous Language Revitalization Circle, Université du Manitoba, commission consultative du CNRC); Aidan Pine (Agent de recherche, CNRC); Nathan Thanyehténhas Brinklow (mohawk, Université Queen’s, commission consultative du CNRC).

Le Conseil national de recherches du Canada célèbre en compagnie d’experts autochtones la mise au point conjointe d’un logiciel de conjugaison de verbes, d’un outil de saisie de texte intuitive et d’autres technologies

Le 12 décembre 2019 – Ottawa (Ontario)

En collaboration avec des spécialistes et des éducateurs en langues autochtones ainsi que des membres de communautés autochtones, le Conseil national de recherches du Canada (CNRC) travaille à la mise au point de technologies vocales et textuelles en vue d’appuyer les efforts de stabilisation, de revitalisation et de réappropriation des langues autochtones dans le cadre du Projet national sur les technologies pour les langues autochtones. Les technologies ainsi développées sont destinées à aider les éducateurs et les étudiants en langues autochtones ainsi que les traducteurs, transcripteurs et autres langagiers.

L’Année internationale des langues autochtones tire à sa fin, et le CNRC et ses collaborateurs tiennent à souligner les importantes réalisations qu’ils ont accomplies ensemble.

Les récents points saillants du projet incluent le lancement de WordWeaver, un logiciel à code source ouvert offrant une interface utilisateur graphique pour la création d’outils de conjugaison en ligne des verbes en langues iroquoises. WordWeaver a été utilisé pour bâtir un conjugueur en ohswé:ken, dialecte mohawk de l’ouest, en collaboration avec l’école d’immersion Onkwawenna Kentyohkwa. Le CNRC travaille maintenant en collaboration avec des experts des langues pour la mise au point d’une version en dialecte kahnawà:ke (dialecte de l’est).

L’équipe a aussi lancé un logiciel de saisie de texte intuitive pour le SENĆOŦEN, intégré à Keyman 12. Ainsi, les utilisateurs d’appareils mobiles qui entrent du texte en SENĆOŦEN peuvent désormais profiter de la vitesse et de la facilité offertes par la saisie intuitive. L’objectif est de motiver les jeunes à apprendre les langues autochtones ainsi que d’accroître l’usage de ces langues au quotidien.

D’autres projets conjoints ont été menés, dont : mise au point d’un outil de recherche par mots-clés dans des enregistrements audio en inuktitut, en cri et dans d’autres langues autochtones en partenariat avec le Centre de recherche informatique de Montréal, le Centre Pirurvik et la Canadian Broadcasting Corporation; collaboration de la chercheuse invitée Marie-Odile Junker, Ph. D., pour la production de dictionnaires et d’un atlas linguistique algonquiens, en ligne; mise au point de technologies pour apprenants et professionnels de l’inuktut, destinées à renforcer la place de cette langue à titre de langue officielle; participation à la création de cours de langue en ligne pour le kwak’wala, le michif, le mi’kmaq et le naskapi.

Bien que l’Année internationale des langues autochtones tire à sa fin, la revitalisation des langues demeure plus importante que jamais, et une nouvelle série de projets a été lancée au cours de l’été et de l’automne 2019. Derrière chaque application et chaque technologie se cache une équipe dévouée et assidue qui place les relations humaines et la collaboration à l’avant-garde de la revitalisation des langues autochtones.

Citations

« À titre de présidente de la Commission consultative du Projet sur les technologies pour les langues autochtones, j’ai été témoin des relations et de la confiance qui se sont développées entre la Commission et l’équipe du Conseil national de recherches du Canada dans le cadre d’un dialogue et de négociations souvent intenses, mais toujours ouverts, sur les approches et les processus. Cette volonté d’être à l’écoute des besoins et des désirs exprimés par les communautés autochtones et d’y répondre de manière réfléchie est de bon augure pour les collaborations futures sur les technologies langagières et le renforcement continu des capacités des communautés autochtones. »

Heather Souter, présidente de la Commission consultative du Projet sur les technologies pour les langues autochtones

« Au Conseil national de recherches du Canada, nous sommes heureux de reconnaître le travail accompli par nos chercheurs et nos collaborateurs dans le cadre du Projet sur les technologies pour les langues autochtones. Nous célébrons l’incidence positive de ce projet sur les personnes du Canada qui parlent ou qui apprennent des langues autochtones et attendons avec intérêt les réalisations futures de l’équipe. »

Carolyn Watters, dirigeante principale de la recherche numérique, Conseil national de recherches du Canada

« Depuis plus de 20 ans, le projet Keyman fournit des claviers dans des centaines de langues autochtones. Travailler avec le Conseil national de recherches du Canada pour ajouter la saisie intuitive à Keyman 12 nous a donné l’occasion exceptionnelle d’appuyer l’utilisation des langues autochtones au quotidien. Les utilisateurs du téléphone cellulaire peuvent ainsi profiter de la saisie intuitive pour rédiger des messages ou actualiser leur profil. L’expertise linguistique et technique des spécialistes du CNRC et de ses collaborateurs a joué un rôle central dans ce projet, et c’est avec plaisir que nous poursuivrons nos efforts conjoints. »

Marc Durdin, responsable du projet Keyman, SIL International

« Le Projet sur les technologies pour les langues autochtones a contribué à rassembler des experts autochtones et des chercheurs avec des spécialistes du Centre de recherche informatique de Montréal pour se concentrer sur des technologies de la parole répondant à des besoins et intérêts communs. Les participants bénéficient désormais de nouvelles ressources orales et écrites, lesquelles nous permettent d’accélérer la transcription et l’analyse du discours. Ce travail de collaboration réaffirme l’engagement à long terme du CRIM envers la recherche à incidence sociale. »

Gilles Boulianne, chercheur, équipe Parole et Texte, Centre de recherche informatique de Montréal

« Nous sommes reconnaissant-e-s au Conseil national de recherches Canada à l’Université Carleton pour leur soutien à des projets linguistiques collaboratifs et bien ancrés dans des partenariats de longue date, afin de renforcer et développer des ressources et des technologies répondant aux besoins des locuteurs et locutrices et des apprenant-e-s. »

Marie-Odile Junker et l’équipe du projet d’élaboration de dictionnaires et d’un atlas linguistique algonquiens

Faits en bref

  • Financé dans le cadre du budget de 2017, le Projet sur les technologies pour les langues autochtones du Conseil national de recherches du Canada s’appuie sur une étroite collaboration avec des experts autochtones pour la mise au point de technologies de revitalisation des langues.

  • 6 projets ont été lancés en 2018-2019, en collaboration avec 10 organisations, dont des communautés autochtones, des écoles, des groupes de spécialistes des langues, des gouvernements, des universités et des fournisseurs de services langagiers. Une deuxième série de projets a également été lancée au cours de l’été et de l’automne 2019. Pour en savoir plus sur ces projets, consulter le document d’information ci-joint.

  •  Les technologies sont d’abord mises au point pour répondre à un besoin immédiat, mais sont aisément adaptables à d’autres langues pour lesquelles existent les mêmes types de besoins. L’équipe travaille actuellement sur des technologies adaptées à plus de dix langues autochtones au Canada :

    • Maritimes : le mi'kmaq
    • Est : les langues cries, le mohawk (plusieurs dialectes) et le wendat
    • Centre : les langues cries et le michif
    • Ouest : le tsuut'ina, le SENĆOŦEN, le kwakʼwala et le tŝilhqot'in
    • Nord : l’inuktitut
  • Une commission consultative composée exclusivement de représentants autochtones fournit des conseils et une orientation pour la sélection et la mise en œuvre de projets.

  • Les travaux de recherche sont réalisés conformément à l’Énoncé de politique des trois Conseils en matière d'éthique de la recherche.

Liens connexes

Personnes-ressources

Relations avec les médias                                                                                                         
Conseil national de recherches du Canada
613-991-1431
1-855-282-1637
media@nrc-cnrc.gc.ca

Restez branchés

Suivez le Conseil national de recherches du Canada sur les médias sociaux.
Twitter @cnrc_nrc, Instagram @nrc_cnrc ou LinkedIn.


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :