Le 29 juin 2021

Aujourd'hui, Santé Canada publie les projets de décisions découlant des examens spéciaux des risques liés à l'exposition des abeilles des courges à l'imidaclopride, à la clothianidine et au thiaméthoxame, des pesticides de la classe des néonicotinoïdes homologués pour leur utilisation sur les cucurbitacées (p. ex., citrouilles et courges). Ces examens spéciaux ont commencé en 2014.

Depuis de nombreuses années, Santé Canada étudie les effets de ces trois néonicotinoïdes sur les insectes pollinisateurs. En 2019, à la suite de consultations publiques, Santé Canada a publié les décisions finales de réévaluation liées au risque que l'utilisation de trois pesticides de la classe des néonicotinoïdes présente pour les insectes pollinisateurs (RVD2019-04, RVD2019-05 et RVD2019-06), y compris pour les abeilles des courges, qui tenait compte des risques de l'utilisation sur les cucurbitacées pour ces abeilles. Dans le cadre de l'évaluation des insectes pollinisateurs, Santé Canada a mis en place des restrictions touchant l'utilisation des néonicotinoïdes afin de protéger les abeilles et d'autres insectes pollinisateurs.

Pour ces projets de décisions découlant des examens spéciaux concernant les abeilles des courges, le Ministère a tenu compte des évaluations sur les insectes pollinisateurs, de toutes les données pertinentes soumises par les détenteurs d'homologation et des sources publiées, y compris l'étude en serre à arceau en condition semi-naturelle entreprise par un groupe de chercheurs en Ontario en 2017.

Dans le cadre de l'étude en serre à arceau, les scientifiques ont hébergé des abeilles des courges dans une structure en demi-cercle, couramment utilisée pour les serres, et ont étudié pendant quelques années l'incidence sur celles-ci de l'imidaclopride en application au sol et du thiaméthoxame comme traitement des semences.

Les abeilles ne pouvaient s'échapper pour recueillir du nectar ou du pollen à manger ni nicher ailleurs à l'extérieur des serres à arceau. Les scientifiques ont observé leur cycle de vie et la façon dont elles s'alimentaient, s'accouplaient, nichaient et se reproduisaient sous l'exposition au pesticide appliqué.

Les évaluations scientifiques menées dans le cadre de ces examens spéciaux ont montré que lorsque ces néonicotinoïdes sont utilisés sur des cucurbitacées, les risques pour les abeilles des courges sont jugés acceptables quand les produits sont appliqués conformément aux mesures d'atténuation pour ces pesticides, décrites dans les décisions de réévaluation axée sur les insectes pollinisateurs de 2019. Ces mesures ont déjà été mises en œuvre.

Ces mesures d'atténuation des risques sont les suivantes :

  • Révocation de l'application au sol de l'imidaclopride et du thiaméthoxame sur les cucurbitacées;
  • Réduction des applications foliaires (sur les feuilles) de la clothianidine à une seule application sur les cucurbitacées, avant la floraison.

Avant de prendre les décisions définitives découlant des examens spéciaux de la clothianidine, du thiaméthoxame et de l'imidaclopride utilisés sur les cucurbitacées, Santé Canada tiendra compte de tous les commentaires reçus du public en réponse au présent document de consultation.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :