ARCHIVÉE - Division de la recherche sur la nutrition

Données de base

La Division de la recherche sur la nutrition fait partie du Bureau des sciences de la nutrition de la Direction des aliments. Elle se compose de deux sections, la Section de la recherche et la Section des enquêtes. À l'heure actuelle l'expertise de la Division englobe les domaines des lipides, des glucides, des protéines, des fibres alimentaires, de l'énergie, des minéraux, des vitamines, des bases de données sur la composition des aliments et des méthodes d'enquête. L'ensemble des activités, à l'exception de celles de la Section des enquêtes, sont des activités de laboratoire. Le principal client est le Programme des aliments lui-même, et la recherche vient étayer directement les activités d'élaboration de politiques et de normes et l'évaluation des risques. La Division de la recherche sur la nutrition travaille en étroite collaboration avec la Division d'évaluation de la nutrition et fournit une expertise sur des questions se rapportant à la salubrité des aliments, la qualité nutritionnelle et la santé. Parmi les autres clients, on compte les provinces (enquêtes), d'autres organisations gouvernementales fédérales (comme  l'Agence canadienne d'inspection des aliments), l'industrie, les universités, les diététiciens à clientèle privée, etc.

Mandat

La Division est chargée d'effectuer des recherches qui intègrent les aspects nutritionnels et métaboliques des aliments. Elle travaille également à développer et évaluer des méthodes analytiques pour les nutriments et recommande des normes concernant les apports en éléments nutritifs et la valeur nutritive des aliments. La Division est appelée à intervenir dans des situations d'urgence se rapportant à des éléments nutritifs chimiques. Elle doit étudier la relation qui existe entre certains aspects de l'alimentation et diverses maladies, et a pour mandat d'effectuer, en collaboration avec les ministères provinciaux de la santé et le Bureau des statistiques biologiques et des applications informatiques, des enquêtes sur la consommation alimentaire et l'apport en éléments nutritifs. La Division tient et commercialise le Fichier canadien sur les éléments nutritifs.

La Division de la recherche sur la nutrition compte trois domaines d'activité : les macronutriments, les micronutriments et les enquêtes. Les activités de recherche visent essentiellement à faire en sorte que les aliments qu'on trouve sur le marché canadien soient salubres et qu'ils répondent aux besoins nutritionnels de la population. Les activités de surveillance fournissent des informations importantes sur l'alimentation des Canadiens.

Macronutriments

Les travaux de recherche sur les macronutriments sont axés sur l'énergie, les fibres, les protéines, les graisses et les glucides. Par exemple, les procédés de fabrication modifient les propriétés nutritionnelles de certains aliments sur le marché canadien; l'hydrogénation partielle des huiles végétales entraîne la formation d'acides gras trans et le traitement thermique de solutions protéiques dans un milieu alcalin entraîne la formation de lysinoalanine. Il a été établi que tous deux peuvent être dommageables pour la santé. Certains aliments d'origine végétale peuvent avoir un effet diabétogène, et l'identification des constituants diabétogènes pourrait entraîner une diminution importante de l'incidence du diabète de type 1. Certains des travaux sont réalisés dans le cadre de partenariats officiels (accords de recherche concertée) établis avec des agences externes, comme les universités et les associations manufacturières. Ces activités contribuent à l'élaboration de normes pour des aliments comme les préparations lactées pour nourrissons, les aliments pour bébés et les substituts de repas.

Micronutriments

Les activités de recherche sur les micronutriments visent à faire en sorte que les aliments ne contiennent pas des quantités excessives de micronutriments et qu'ils satisfont aux exigences en ce qui concerne les vitamines hydrosolubles, les vitamines antioxydantes et les minéraux ( recherche sur les minéraux et les éléments traces, éléments traces alimentaires et les maladies cardiovasculaires). Par exemple, l'ingestion de quantités excessives de certains minéraux inhibe l'absorption d'autres minéraux, ce qui pourrait éventuellement donner lieu à certaines carences. On ajoute de l'acide folique aux aliments, mais sa biodisponibilité varie selon les aliments et diffère de celle de l'acide folique qui est présent naturellement dans l'aliment. L'industrie et les consommateurs réclament des aliments qui contiennent des teneurs de plus en plus élevées en micronutriments en raison de leurs effets bénéfiques sur la santé, par exemple le ralentissement de la décalcification osseuse ou la réduction du taux sérique d'homocystéine. L'ingestion de quantités excessives de micronutriments peut cependant être dommageable pour la santé. Il faut effectuer des études pour déterminer les quantités sûres et efficaces de micronutriments pouvant être ajoutées aux aliments.

Surveillance

La dernière enquête sur la consommation alimentaire remonte à 1970-1972, et il est clair que ces données sont maintenant désuètes étant donné l'évolution des habitudes alimentaires au Canada depuis cette époque. Les enquêtes provinciales sur le nutrition fournissent une base de données à jour qui est utilisée dans le cadre des activités d'évaluation des risques et des programmes de promotion de la santé publique à l'intérieur du Ministère ainsi que par ses partenaires extérieurs. La surveillance fait appel à des partenariats officiels avec les ministères provinciaux de la santé et diverses universités.

Le Fichier canadien sur les éléments nutritifs (FCÉN) est un des outils de surveillance. Le FCÉN est une base de données informatisée qui contient des renseignements sur la valeur nutritive de plus de 4 000 aliments. Le Fichier est nécessaire à la réalisation des enquêtes, mais il est également indispensable pour d'autres activités, comme l'évaluation des risques. Il est aussi utilisé par divers ministères gouvernementaux, l'industrie alimentaire, des agences de commercialisation, des hôpitaux, des conseillers en nutrition, les médias et le grand public. C'est à partir de ce fichier qu'est élaborée la publication intitulée Valeur nutritive de quelques aliments usuels.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :