Héroïne

L’héroïne est fabriquée à partir de la morphine, une substance qui provient du pavot à opium. Elle crée une grande dépendance. Les symptômes de sevrage peuvent être pénibles. Une surdose peut être fatale.

Sur cette page

Au sujet de l’héroïne

Comme tous les opioïdes, l’héroïne est un dépresseur qui ralentit l’activité du système nerveux. Elle est aussi appelée :

  • H
  • junk
  • skag
  • dope
  • poudre
  • horse
  • smack
  • China White

L’héroïne pure est une fine poudre blanche au goût amer. L’héroïne illégale est fréquemment mélangée à d’autres choses qui lui ressemblent, notamment :

  • le sucre
  • la fécule
  • la quinine (une drogue fabriquée à partir d’écorce de quinquina)

L’héroïne est de plus en plus mélangée avec du fentanyl, un opioïde synthétique plus puissant.

L’héroïne illégale peut varier en :

  • purité
  • couleur
  • consistance

Elle peut prendre l’apparence :

  • d’une poudre blanche
  • d’une gomme collante foncée
  • d’une substance granuleuse brune

L’héroïne est consommée de plusieurs façons. La poudre peut être :

  • aspirée par le nez (reniflée)
  • fumée (la chasse au dragon)
  • dissoute dans l’eau :
    • injectée dans une veine (se shooter ou tirer)
    • injectée dans un muscle sous la peau (sous-cutanée)

L’héroïne est visée par l’annexe I de la Loi réglementant certaines drogues et autres substances. Des activités comme la vente, la possession ou la production d’héroïne sont illégales, à moins d’être autorisées à des fins médicales, scientifiques ou industrielles.

Effets à court terme de l’héroïne

La rapidité à laquelle l’héroïne vous affecte une personne dépend de la façon dont vous la consommez.

Lorsque vous injectez l’héroïne dans une veine, elle atteint votre cerveau et produit une sensation agréable (euphorie) en quelques secondes. Les effets durent de 45 secondes à quelques minutes.

Les effets sont tout aussi rapides, mais moins intenses si vous fumez ou reniflez l’héroïne.

Lorsque vous injectez l’héroïne dans un muscle ou sous la peau, les effets se produisent plus lentement, habituellement dans un délai de 20 minutes.

Après la période de forte stimulation suit une période de calme qui peut durer jusqu’à une heure environ. D’autres effets à court terme peuvent durer de trois à cinq heures.

Pour éviter les symptômes de manque, les personnes qui utilisent l’héroïne peuvent ressentir le besoin de consommer toutes les 6 à 12 heures.

Effets mentaux

D’autres effets mentaux à court terme comprennent :

  • la confusion
  • des étourdissements
  • des pertes de consciences temporaires

Effets physiques

Les effets physiques à court terme comprennent :

  • la somnolence
  • des maux de tête
  • un ralentissement de la respiration
  • des nausées et des vomissements
  • des pupilles plus petites (contractées)
  • une sensation de lourdeur dans les bras et les jambes
  • de graves démangeaisons cutanées ou sensation de chaleur sur la peau

Effets à long terme de l’héroïne

Consommée à long terme, l’héroïne peut avoir de nombreux effets nocifs sur le corps et l’esprit d’une personne. Plus vous consommez de l’héroïne, plus votre santé est affectée.

Effets mentaux

La consommation d’héroïne à long terme peut causer :

  • des humeurs instables
  • l’absence d’émotion (apathie)
  • la dépression, des idées suicidaires
  • un trouble lié à la consommation de substances
  • des difficultés à contrôler un comportement impulsif
  • des problèmes d’apprentissage et des troubles de mémoire

Effets physiques

Beaucoup d’effets physiques à long terme de l’héroïne sont causés par l’utilisation d’aiguilles et de seringues souillées. L’échange de matériel utilisé pour consommer de la drogue peut entraîner :

D’autres effets physiques comprennent :

  • de l’insomnie
  • la constipation
  • des veines éclatées
  • des problèmes sexuels chez les hommes
  • une mauvaise nutrition, une perte de poids
  • des cycles menstruels irréguliers chez les femmes
  • un rythme cardiaque irrégulier, un arrêt cardiaque

La consommation d’héroïne durant la grossesse peut être nocive pour votre enfant à naître. Elle est associée à ce qui suit :

  • faible poids à la naissance
  • accouchement prématuré
  • taux élevé de mortalité infantile

Risques liés à la consommation d’héroïne

La consommation d’héroïne est associée à un grand risque de surdose. Les consommateurs connaissent rarement la force réelle de la drogue qu’ils prennent.

L’héroïne fait effet très rapidement, particulièrement lorsqu’elle est injectée. Si vous en prenez trop, vous perdez conscience presque immédiatement.

Les symptômes de surdose comprennent les suivants :

  • la personne ne réagit pas
  • une respiration lente et faible
  • une peau froide, moite ou bleue
  • des gargouillements ou des ronflements
  • une somnolence extrême ou une perte de connaissance

En quantités assez grandes, l’héroïne peut arrêter votre respiration, ce qui peut être fatal.

Vous augmentez le risque de surdose si vous consommez de l’héroïne avec d’autres dépresseurs tels que :

Le mélange de drogues peut augmenter les effets de chaque drogue et vous exposer à des risques accrus.

En cas de surdose, la naloxone peut bloquer les effets dépresseurs de l’héroïne. La naloxone doit être administrée dans les 20 à 30 après la consommation de l’héroïne.

Dans une situation de surdose, il est important de rester sur place afin de contribuer à sauver la vie de la personne qui est en train de faire une surdose. La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose offre une protection juridique aux personnes qui sont en train de faire un surdosage ou qui sont témoins d’un surdosage et qui composent le 911 ou leur numéro d’urgence local pour obtenir de l’aide.

Troubles liés à la consommation de substances et sevrage

La dépendance physique à l’héroïne et des troubles liés à la consommation de substances peuvent se développer en quelques semaines de consommation régulière. Le besoin d’obtenir de l’héroïne peut contrôler la vie d’une personne.

La gravité des symptômes de sevrage de l’héroïne dépend de votre état de santé et de :

  • la quantité et la fréquence de la consommation
  • la durée de la consommation de la drogue
  • les conditions dans lesquelles le sevrage se fait

Les symptômes de manque d’héroïne peuvent commencer de 6 à 12 heures après la dernière dose. Ils peuvent atteindre leur sommet entre 24 et 72 heures et ils diminuent considérablement après cinq à sept jours.

Les personnes s’injectent souvent de l’héroïne pour éviter les symptômes de manque.

En plus de l’état de manque intense, pendant la période de sevrage, une personne peut éprouver les symptômes suivants :

  • l’insomnie
  • des crampes abdominales
  • un rythme cardiaque rapide
  • l’anxiété, l’agitation et la dépression
  • des spasmes musculaires involontaires
  • des nausées, des vomissements et de la diarrhée
  • une sudation ou des sueurs froides avec la chair de poule (aussi appelé « sevrage brutal »)

Le sevrage de l’héroïne est rarement mortel pour les adultes.

Les troubles liés à la consommation de produits contenant de l’héroïne peuvent être traités avec des médicaments de substitution aux opioïdes tels que la buprénorphine et la méthadone. Ces médicaments fonctionnent en se liant aux mêmes récepteurs que l’héroïne. Le traitement peut :

  • prévenir l’état de sevrage de l’héroïne
  • réduire ou éliminer l’état de manque

Environ 20 à 30 % des patients traités pour un trouble de consommation d’opioïde parviennent à un état d’abstinence durable.

La consommation problématique d’héroïne peut affecter la vie d’une personne. Les troubles liés à la consommation d’opioïde sont associés :

  • au crime
  • à la pauvreté
  • au dysfonctionnement familial

La mortalité est le plus souvent causée par les surdoses, les accidents ou les infections.

L’héroïne traversera le placenta des femmes enceintes qui la consomment. Les nouveau-nés peuvent avoir des symptômes de sevrage comme les suivants :

  • irritabilité
  • transpiration
  • pleurs excessifs
  • difficulté à s’alimenter
  • avoir la diarrhée et un besoin de vomir
  • tremblements ou mouvements saccadés

Un bébé en sevrage aigu d’héroïne peut avoir des convulsions et mourir.

Les bébés subissant un sevrage doivent être traités dans un hôpital.

Usages thérapeutiques

L’héroïne de qualité pharmaceutique (la diacétylmorphine) peut être obtenue par l’intermédiaire du processus des besoins urgents en matière de santé publique. Elle est administrée pour traiter la consommation problématique d’opioïde sous supervision médicale.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :