Rapport de surveillance annuel du Programme de la sécurité des produits de consommation 2020

Sur cette page :

Introduction

Le présent rapport décrit les résultats de la surveillance recueillis par le Programme de la sécurité des produits de consommation (PSPC) de Santé Canada. Le PSPC est responsable de l'administration et de l'application de la Loi canadienne sur la sécurité des produits de consommation (LCSPC) et de ses règlements, ainsi que des dispositions relatives aux cosmétiques de la Loi sur les aliments et drogues (LAD) et du Règlement sur les cosmétiques. La LCSPC vise à protéger le public en gérant ou en prévenant les dangers pour la santé ou la sécurité humaine que présentent les produits de consommation au Canada, y compris les produits qui y circulent et ceux qui y sont importés. De même, le Règlement sur les cosmétiques et les dispositions de la LAD qui ont trait aux cosmétiques ont pour objet de protéger la population canadienne des risques que peuvent poser les cosmétiques.

Au sein de Santé Canada, les responsables du PSPC surveillent, vérifient et assurent la conformité à la LCSPC et à la LAD et en font la promotion. Ils passent en revue les rapports d'incidentsNote de bas de page 1 soumis par l'industrieNote de bas de page 2 et les consommateurs et surveillent régulièrement le marché afin de repérer des produits potentiellement dangereux. Ils recueillent également de l'information, au pays et à l'étranger, à propos des blessures, des nouveaux enjeux et des nouvelles données scientifiques reliés à la sécurité des produits de consommation et des cosmétiques. Cette information est ensuite utilisée pour effectuer régulièrement l'échantillonnage et la mise à l'essai de produits sur le marché et appuyer des partenariats avec l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC), en plus d'autres organismes de réglementation nationaux et internationaux, afin de vérifier la conformité des produits importés au Canada.

Les responsables du PSPC utilisent aussi cette information pour évaluer les risques que pourraient présenter les produits de consommation et les cosmétiques pour les Canadiens. Par exemple, ils effectuent des évaluations pour comprendre et mettre en évidence le niveau de risque relatif posé par un produit de consommation ou un cosmétique. Cela leur permet d'affecter stratégiquement les ressources du Programme aux produits qui posent le plus grand risque pour les Canadiens. Lorsqu'ils examinent les rapports qu'ils reçoivent sur les incidents et les blessures, les responsables du PSPC appliquent une approche de triage pour cerner les préoccupations en matière de santé et de sécurité liées aux produits et en faire le suivi sur le plan de la conformité et de l'application de la loi. Ils surveillent étroitement les problèmes qui ne requièrent pas une attention immédiate afin d'être prêts à prendre des mesures si le risque change au fil du temps. Enfin, le PSPC fournit des renseignements crédibles aux consommateurs et leur offre des outils qui les aident à prendre des décisions éclairées.

Il s'agit du quatrième rapport de surveillance annuel accessible au public. Le présent rapport présente un résumé de toutes les données sur les incidents signalés au PSPC entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020 qui répondent à l'une ou l'autre des définitions ci-dessous :

Tous les rapports d'incidents concernent des produits vendus sur le marché canadien, que les incidents aient eu lieu au Canada (77 %) ou à l'étranger (23 %)Note de bas de page 3.

Les données ont été divisées en fonction des incidents liés aux produits de consommation et aux cosmétiques. En vertu de la LCSPC, l'industrie doit signaler à Santé Canada les incidents liés à la santé ou à la sécurité qui concernent les produits de consommation. Cette déclaration obligatoire permet à Santé Canada d'avoir une idée globale des incidents liés aux produits de consommation qui touchent la santé ou la sécurité. Aucune exigence en matière de déclaration obligatoire des incidents liés aux cosmétiques n'a été établie aux termes de la LAD. Enfin, chaque section sous-divisée est accompagnée d'un tableau qui illustre les 10 principaux produits ayant fait l'objet de déclarations ainsi que ceux visés par des rapports d'incidents mentionnant des blessures et des décès, et présente des renseignements concernant les dangers et les blessures mentionnés dans le rapport d'incident pour ces produits. Toutes les blessures signalées sont regroupées dans des catégories déterminées par le niveau de gravité (par exemple inconnue, mineure ou mettant la vie en danger). Ces niveaux correspondent au risque global qui a été signalé et dépendent de facteurs tels que les suivants : si un traitement médical a été demandé, si la blessure a été subie par une population vulnérable et si cette blessure était réversible.

La catégorisation des produits de consommation a été effectuée à l'aide du manuel de codage du National Electronic Injury Surveillance System (NEISS) de la Consumer Product Safety Commission des États-Unis. La catégorisation des cosmétiques repose sur la fonction du produit déterminée à l'aide des lignes directrices sur la déclaration des produits des cosmétiques du PSPC.

Le contenu du présent rapport de surveillance annuel reflète l'information fournie dans les rapports d'incidents soumis au PSPC par l'industrie et les consommateurs (notamment les articles publiés dans les médias, les renseignements fournis par les organismes gouvernementaux, les services d'incendie, les services de police, les coroners, etc.) et ne fait pas état de tous les incidents survenus au Canada. Les rapports soumis au PSPC expriment les opinions ou les observations des personnes qui les ont rédigés, et il est possible qu'ils ne permettent pas toujours de cerner un problème de santé ou de sécurité lié à un produit de consommation ou à un cosmétique en particulier ou qu'ils n'incluent pas une description complète de l'incident. Les responsables du PSPC reconnaissent qu'un événement donné peut être attribuable à une affection sous-jacente, à une mauvaise utilisation du produit ou à des facteurs fortuits. Le PSPC adopte une approche fondée sur le risque et ne valide pas les allégations de chaque rapport reçu.

Comme le PSPC examine des rapports de manière continue, les statistiques contenues dans le présent rapport de surveillance annuel devraient être considérées comme étant dynamiques et peuvent faire l'objet de modifications.

Produits de consommation

Nombre total de rapports reçus en 2020 de la part des consommateurs et de l'industrie

Mille neuf cent quatre-vingt-six (1 986) rapports sur les produits de consommation ont été produits entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020, dont 28 mentionnaient un décès et 704 une blessure non mortelle

Figure 1. Nombre de rapports sur des produits de consommation reçus en 2020 de la part des consommateurs et de l'industrie
Figure 1. Nombre de rapports sur des produits de consommation reçus en 2020 de la part des consommateurs et de l'industrie
Figure 1 - Description textuelle
Mois et année rapports reçus Nombre de rapports d'incident reçus
Incident signalé par le consommateur Incident signalé par l'industrie Somme totale
Janv. 79 104 183
Fév 65 123 188
Mars 55 103 158
Avr. 38 60 98
Mai 60 85 145
Juin 79 99 178
Juil. 98 96 194
Août 76 88 164
Sept. 78 103 181
Oct. 76 89 165
Nov. 87 74 161
Déc 88 84 172
Somme totale 879 1108 1987

En 2020, le PSPC a reçu en moyenne 166 rapports par mois. Les mois de mars et d'avril sont ceux qui ont connu la diminution la plus importante de rapports reçus, en particulier pour ce qui est des rapports provenant de l'industrie. La baisse observée en février et en mai pourrait être attribuable à la pandémie de COVID-19, qui a entraîné la fermeture temporaire de nombreuses entreprises au Canada et à l'étranger. Dans l'ensemble, il y a eu, au cours du reste de 2020, une diminution du nombre de rapports comparativement à l'année précédente; cependant, le nombre d'incidents signalés par les consommateurs en juillet était plus élevé comparativement au reste de 2020 ou à 2019. Bien que cette augmentation ne puisse pas être attribuée à un seul produit, on signale que le nombre de rapports reçus était plus élevé pour les « cuisinières ou fours électriques », les « trotteurs ou exerciseurs suspendus pour bébé » et les « limiteurs de surtension ou barres d'alimentation » au cours du mois de juillet comparativement aux autres mois.

Dix principaux produits de consommation ayant fait l'objet de rapports d'incidents

Le PSPC a reçu au total 1 986 rapports d'incidents visant 300 différents types de produits de consommation en 2020. Pour la grande majorité (84 %) de ces types de produits, dix rapports d'incidents ou moins ont été présentés, ce qui représente 37 % du nombre total de rapports de cas reçus. En comparaison, les dix types de produits ayant fait l'objet du plus grand nombre de rapports représentaient 31 % de tous les rapports reçus.

Figure 2. Nombre de rapports reçus par le CPSP au cours des 5 dernières années pour les dix principaux types de produits ayant fait l'objet de rapports en 2020
Figure 2. Nombre de rapports reçus par le CPSP au cours des 5 dernières années pour les dix principaux types de produits ayant fait l'objet de rapports en 2020
Figure 2 - Description textuelle
Types de produits Année
2016 2017 2018 2019 2020
Jouets 84 140 167 178 129
Cuisinières ou fours électriques 41 114 101 142 99
Téléphones ou accessoires 152 271 155 78 90
Savons ou détergents à lessive 77 61 67 34 55
Ordinateurs 38 44 47 40 46
Chaises 40 26 22 16 45
Thermostats 23 107 54 47 44
Couches 86 78 111 67 36
Tracteurs de jardin et tracteurs à gazon (motorisés) 7 7 35 43 36
Lave-vaisselle 21 52 35 23 34

La figure ci-dessus montre le nombre de rapports reçus par le Programme de la sécurité des produits de consommation au cours des 5 dernières années pour les dix principaux types de produits de consommation ayant fait l'objet de rapports d'incidents en 2020. La majorité de ces types de produits demeurent dans la catégorie des dix principaux types de produits de consommation ayant fait l'objet de rapports année après année. Vous trouverez ci-dessous des détails sur les dix principaux produits de consommation ayant fait l'objet de rapports en 2020.

La somme des pourcentages n'est pas toujours égale à 100 % en raison de l'arrondissement des chiffres.

Jouets

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 48
De la part de l'industrie : 81
Total : 129

Les renseignements suivants sont présentés de manière légèrement différente des autres produits. Afin de présenter de manière précise et claire la vaste gamme de jouets offerts sur le marché canadien (dont plus de 30 types de produits du groupe NEISS différents), tous les jouets ont été regroupés :

  • blocs, jouets à empiler ou à tirer,
  • jeux de construction,
  • poupées, jouets en peluche et figurines,
  • centres d'activité pour bébé et jeune enfant,
  • pistolets jouets avec projectiles,
  • véhicules jouets (sauf les jouets à enfourcher).

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 24 % (31 sur 129) concernaient un risque toxicologiqueNote de bas de page 4 (astérisque) *,
  • 23 % (30 sur 129) concernaient une petite pièce, et
  • 19 % (24 sur 129) concernaient une arête ou une pointe tranchante.

52 % (67 sur 129) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 48 % restants (62 sur 129) mentionnaient des blessures, dont :

  • 58 % (36 sur 62) étaient modérées,
  • 24 % (15 sur 62) étaient mineures,
  • 13 % (8 sur 62) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 5 % (3 sur 62) étaient graves.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des coupures, des irritations ou des réactions allergiques, des ecchymoses et l'asphyxie.

Cuisinières ou fours électriques

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 58
De la part de l'industrie : 41
Total : 99

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 33 % (33 sur 99) concernaient une chaleur excessive,
  • 17 % (17 sur 99) concernaient un incendie, et
  • 16 % (16 sur 99) concernaient une arête vive ou une pointe tranchante.

85 % (84 sur 99) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 15 % restants (15 sur 99) mentionnaient des blessures, dont :

  • 47 % (7 sur 15) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues,
  • 27 % (4 sur 15) étaient mineures, et
  • 27 % (4 sur 15) étaient modérées.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des coupures et des brûlures.

Téléphones ou accessoires

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 9
De la part de l'industrie : 81
Total : 90

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 31 % (28 sur 90) concernaient une chaleur excessive,
  • 29 % (26 sur 90) concernaient un incendie, et
  • 10 % (9 sur 90) concernaient de la fumée.

59 % (53 sur 90) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 41 % restants (37 sur 90) mentionnaient des blessures, dont :

  • 73 % (27 sur 37) étaient mineures,
  • 16 % (6 sur 37) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 11 % (4 sur 37) étaient modérées.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des brûlures, des coupures et des chocs électriques.

Savons ou détergents à lessive

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 8
De la part de l'industrie : 47
Total : 55

Parmi les principaux dangers signalés :

2 % (1 sur 55) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 98 % restants (54 sur 55) mentionnaient des blessures, dont :

  • 61 % (33 sur 54) étaient graves,
  • 13 % (7 sur 54) étaient modérées,
  • 11 (6 sur 54) étaient mortelles,
  • 9 % (5 sur 54) mettaient la vie en danger ou étaient invalidantes,
  • 4 % (2 sur 54) étaient mineures, et
  • 2 % (1 sur 54) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des irritations ou des réactions allergiques et des empoisonnements.

Ordinateurs

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 11
De la part de l'industrie : 35
Total : 46

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 30 % (14 sur 46) concernaient un incendie,
  • 20 % (9 sur 46) concernaient de la fumée, et
  • 17 % (8 sur 46) concernaient une chaleur excessive.

85 % (39 sur 46) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 15 % restants (7 sur 46) mentionnaient des blessures, dont :

  • 57 % (4 sur 7) étaient mineures, et
  • 43 % (3 sur 7) étaient modérées.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des brûlures.

Chaises

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 7
De la part de l'industrie : 38
Total : 45

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 42 % (19 sur 45) concernaient une pièce cassée,
  • 24 % (11 sur 45) concernaient un effondrement, et
  • 11 % (5 sur 45) concernaient une instabilité.

13 % (6 sur 45) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 87 % restants (39 sur 45) mentionnaient des blessures, dont :

  • 36 % (14 sur 39) étaient mineures,
  • 31 % (12 sur 39) étaient modérées,
  • 26 % (10 sur 39) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 8 % (3 sur 39) étaient graves.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des ecchymoses, des coupures et des fractures.

Thermostats

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 34
De la part de l'industrie : 10
Total : 44

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 36 % (16 sur 44) concernaient un incendie,
  • 25 % (11 sur 44) concernaient une combustion, et
  • 21 % (9 sur 44) concernaient une chaleur excessive.

100 % (44 sur 44) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Couches

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 1
De la part de l'industrie : 35
Total : 36

Parmi les principaux dangers signalés :

3 % (1 sur 36) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 97 % restants (35 sur 36) mentionnaient des blessures, dont :

  • 69 % (24 sur 35) étaient graves,
  • 26 % (9 sur 35) étaient modérées, et
  • 6 % (2 sur 35) étaient mineures.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des irritations ou des réactions allergiques au produit.

Tracteurs de jardin et tracteurs à gazon (motorisés)

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 3
De la part de l'industrie : 33
Total : 36

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 25 % (9 sur 36) concernaient des incidents où le tracteur s'est renversé,
  • 19 % (7 sur 36) concernaient des incidents où le consommateur a été heurté par le tracteur ou des incidents où le tracteur a heurté un objet, et
  • 11 % (4 sur 36) concernaient un incendie.

11 % (4 sur 36) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 89 % restants (32 sur 36) mentionnaient des blessures, dont :

  • 38 % (12 sur 32) étaient mortelles
  • 19 % (6 sur 32) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues,
  • 16 % (5 sur 32) étaient modérées,
  • 13 % (4 sur 32) étaient graves,
  • 13 % (4 sur 32) mettaient la vie en danger ou étaient invalidantes, et
  • 3 % (1 sur 32) étaient mineures.

Les blessures les plus couramment signalées étaient des amputations, des brûlures et des fractures.

Lave-vaisselle

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 24
De la part de l'industrie : 10
Total : 34

Parmi les principaux dangers signalés :

  • 47 % (16 sur 34) concernaient un incendie,
  • 24 % (8 sur 34) concernaient une combustion, et
  • 18 % (6 sur 34) concernaient de la fumée.

97 % (33 sur 34) des rapports ne mentionnaient pas de blessure.

Les 3 % restants (1 sur 34) des rapports mentionnaient un empoisonnement mineur.

Produits de consommation ayant fait l'objet de rapports d'incidents mentionnant un décès

En 2020, il y a eu 28 rapports d'incidents concernant 12 types de produits différents, pour lesquels au moins un décès a été signalé.

Tracteurs de jardin et tracteurs à gazon (motorisés)

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 2
De la part de l'industrie : 10
Total : 12

Parmi les décès signalés :

  • Neuf (9) ont été décrits comme des renversements de produit lors desquels les consommateurs ont été éjectés ou se sont retrouvés coincés ou écrasés;
  • Deux (2) concernaient des collisions avec des véhicules automobiles; et
  • Un (1) concernait un tracteur qui a dévalé une pente et a percuté une personne se trouvant à proximité.
Savons ou détergents à lessive

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 6
Total : 6

Les six (6) décès signalés ont été décrits comme étant attribuables à des empoisonnements causés par l'ingestion du produit.

Générateurs ou moteurs

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 2
De la part de l'industrie : 0
Total : 2

Les deux (2) décès signalés ont été décrits comme étant attribuables à des empoisonnements au monoxyde de carbone.

Briquets

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 1
De la part de l'industrie : 0
Total : 1

Le décès signalé a été décrit comme étant attribuable une explosion déclenchée par un briquet à gaz propane.

Poussette de bébé

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 1
Total : 1

Le décès signalé a été décrit comme étant attribuable à l'enchevêtrement de vêtements sur le produit.

Sièges d'auto (pour nourrissons ou jeunes enfants)

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 1
Total : 1

Le décès signalé a été décrit comme étant attribuable au fait que l'enfant a été projeté hors du siège d'auto lors d'un accident de voiture.

Chandelles, chandeliers et autres supports à chandelle

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 1
Total : 1

Le décès signalé a été décrit comme étant attribuable à un incendie causé par une chandelle.

Porte-bébé ou écharpes de portage

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 1
Total : 1

Le décès signalé a été décrit comme étant attribuable à l'asphyxie causée par le positionnement inadéquat du nourrisson.

Dispositifs de protection personnelle (dispositifs d'alerte médicale portatifs)

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 1
Total : 1

Il n'y avait pas suffisamment de renseignements pour déterminer la gravité de la blessure. Le décès a été causé par un problème lié au dispositif.

Berceaux ou moïses

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 1
De la part de l'industrie : 0
Total : 1

Il n'y avait pas suffisamment de renseignements pour déterminer la cause exacte du décès, et on ne sait pas si le produit était à l'origine du décès. Le rapport indique que le nourrisson a été trouvé sans vie dans le produit.

Réservoirs de propane, de propane liquide ou de butane ou raccords

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient un décès
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 1
Total : 1

Le décès signalé a été décrit comme étant attribuable à des brûlures causées par un incendie.

Dix principaux produits de consommation ayant fait l'objet de rapports d'incidents mentionnant une blessure non mortelle

Des 1 986 rapports reçus par le PSPC en 2020, 704 ont fait état de blessures. Le tableau ci-dessous présente les 10 principaux types de produits de consommation qui ont contribué à la majorité de ces blessures.

La somme des pourcentages n'est pas toujours égale à 100 % en raison de l'arrondissement des chiffres.

Jouets

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 10
De la part de l'industrie : 52
Total : 62

Les renseignements suivants sont présentés de manière légèrement différente des autres produits. Afin de présenter de manière précise et claire la vaste gamme de jouets offerts sur le marché canadien (dont plus de 30 types de produits du groupe NEISS différents), tous les jouets ont été regroupés :

  • ballons,
  • balles,
  • blocs, jouets à empiler ou à tirer,
  • jeux de construction,
  • poupées, jouets en peluche et figurines, et
  • pistolets jouets avec projectiles.

40 % (25 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures:

  • 60 % (15 sur 25) étaient modérées,
  • 16 % (4 sur 25) étaient mineures,
  • 16 % (4 sur 25) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 8 % (2 sur 25) étaient graves.

15 % (9 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques :

  • 67 % (6 sur 9) étaient modérées,
  • 22 % (2 sur 9) étaient mineures, et
  • 11 % (1 sur 9) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

13 % (8 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme des ecchymoses:

  • 63 % (5 sur 8) étaient modérées, et
  • 38 % (3 sur 8) étaient mineures.

10 % (6 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme l'asphyxie:

  • 83 % (5 sur 6) étaient mineures, et
  • 17 % (1 sur 6) étaient modérées.

9 % (6 sur 62) des blessures n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues; cependant, trois incidents ont été décrits comme étant modérées.

5 % (3 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme des fractures modérées.

3 % (2 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme des brûlures modérées ou inconnues.

3 % (2 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme étant attribuables à la présence d'un objet étranger modérées ou grave.

2 % (1 sur 62) des blessures signalées ont été décrites comme des empoisonnements modérés.

Les dangers les plus couramment signalés étaient les suivants : arête vive ou pointe tranchante, risque toxicologiqueNote de bas de page 4 (astérisque) *, petites pièces, emprisonnement, et frapper sur un objet ou être frappé par un objet.

Savons ou détergents à lessive

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 7
De la part de l'industrie : 41
Total : 48

63 % (30 sur 48) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques :

  • 53 % (16 sur 30) étaient graves,
  • 20 % (6 sur 30) étaient modérées,
  • 17 % (5 sur 30) mettaient la vie en danger ou étaient invalidantes,
  • 7 % (2 sur 30) étaient mineures, et
  • 3 % (1 sur 30) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

35 % (17 sur 48) des blessures signalées ont été décrites comme un empoisonnement attribuable à l'ingestion du produit :

  • 94 % (16 sur 17) étaient graves, et
  • 6 % (1 sur 17) étaient modérées.

2 % (1 sur 48) des blessures signalées ont été décrites comme une fracture subie après avoir glissé sur du détergent à lessive qui s'était répandu sur le plancher.

Le danger le plus couramment signalé était un risque toxicologiqueNote de bas de page 4 (astérisque) *.

Chaises

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 4
De la part de l'industrie : 34
Total : 38

37 % (14 sur 38) des blessures signalées n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

24 % (9 sur 38) des blessures signalées ont été décrites comme des ecchymoses :

  • 44 % (4 sur 9) étaient modérées,
  • 44 % (4 sur 9) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 11 % (1 sur 9) étaient mineures.

21 % (8 sur 38) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures :

  • 63 % (5 sur 8) étaient mineures, et
  • 38 % (3 sur 8) étaient modérées.

11 % (4 sur 38) des blessures signalées ont été décrites comme des fractures :

  • 75 % (3 sur 4) étaient graves, et
  • 25 % (1 sur 4) étaient modérées.

8 % (3 sur 38) des blessures signalées ont été décrites comme des entorses ou des foulures :

  • 67 % (2 sur 3) étaient mineures, et
  • 33 % (1 sur 3) étaient modérées.

Les dangers les plus couramment signalés étaient les suivants : pièces cassées, effondrement, instabilité, et arête vive ou pointe tranchante.

Téléphones ou accessoires

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 2
De la part de l'industrie : 35
Total : 37

70 % (26 sur 37) des blessures signalées ont été décrites comme des brûlures :

  • 81 % (21 sur 26) étaient mineures,
  • 15 % (4 sur 26) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 4 % (1 sur 26) étaient modérées.

11 % (4 sur 37) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures :

  • 50 % (2 sur 4) étaient mineures, et
  • 50 % (2 sur 4) étaient modérées.

11 % (4 sur 37) des blessures signalées ont été décrites comme des chocs électriques :

  • 75 % (3 sur 4) étaient mineures, et
  • 25 % (1 sur 4) étaient modérées.

3 % (1 sur 37) des blessures signalées ont été décrites comme l'asphyxie mineure.

3 % (1 sur 37) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques.

3 % (1 sur 37) des blessures signalées n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

Les dangers les plus couramment signalés étaient la chaleur excessive, l'incendie et une explosion.

Couches

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 35
Total : 35

86 % (30 sur 35) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques :

  • 77 % (23 sur 30) étaient graves, et
  • 23 % (7 sur 30) étaient modérées.

9 % (3 sur 35) des blessures signalées ont été décrites comme l'asphyxie:

  • 67 % (2 sur 3) étaient mineures, et
  • 33 % (1 sur 3) étaient modérées.

3 % (1 sur 35) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures modérées.

3 % (1 sur 35) des blessures signalées ont été décrites comme étant graves, mais ne comportaient pas suffisamment de détails pour que l'on puisse préciser le type exact de blessure.

Le danger le plus couramment signalé était un risque toxicologiqueNote de bas de page 4 (astérisque) *.

Tracteurs de jardin et tracteurs à gazon (motorisés)

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 20
Total : 20

45 % (9 sur 20) des blessures signalées n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

15 % (3 sur 20) des blessures signalées ont été décrites comme amputations:

  • 67 % (2 sur 3) mettaient la vie en danger ou étaient invalidantes, et
  • 33 % (1 sur 3) étaient graves.

15 % (3 sur 20) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures:

  • 33 % (1 sur 3) mettaient la vie en danger ou étaient invalidantes,
  • 33 % (1 sur 3) étaient graves, et
  • 33 % (1 sur 3) étaient modérées.

10 % (2 sur 20) des blessures signalées ont été décrites comme des brûlures:

  • 50 % (1 sur 2) étaient modérées, et
  • 50 % (1 sur 2) étaient mineures.

10 % (2 sur 20) des blessures signalées ont été décrites comme des fractures:

  • 50 % (1 sur 2) mettaient la vie en danger ou étaient invalidantes, et
  • 50 % (1 sur 2) étaient modérées.

5 % (1 sur 20) des blessures signalées ont été décrites comme des entorses ou des foulures modérées.

Les dangers les plus couramment signalés étaient les suivants : frapper sur un objet ou être frappé par un objet, arête vive ou pointe tranchante, et instabilité.

Cuisinières ou fours électriques

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 7
De la part de l'industrie : 8
Total : 15

33 % (5 sur 15) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures:

  • 40 % (2 sur 5) étaient modérées,
  • 40 % (2 sur 5) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 20 % (1 sur 5) étaient mineures.

20 % (3 sur 15) des blessures signalées ont été décrites comme des brûlures mineures.

20 % (3 sur 15) des blessures n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

13 % (2 sur 15) des blessures signalées ont été décrites comme l'asphyxie modérée.

13 (2 sur 15) des blessures signalées ont été décrites comme des chocs électriques de gravité inconnue.

Les dangers les plus couramment signalés étaient les suivants : chaleur excessive, arête vive ou pointe tranchante, et risque toxicologiqueNote de bas de page 4 (astérisque) *.

Rasoirs non électriques

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 1
De la part de l'industrie : 13
Total : 14

79 % (11 sur 14) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures:

  • 82 % (9 sur 11) étaient modérées,
  • 9 % (1 sur 11) étaient graves, et
  • 9 % (1 sur 11) étaient mineures.

14 % (2 sur 14) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques graves.

7 % (1 sur 14) des blessures signalées ont été décrites comme étant modérées, mais ne comportaient pas suffisamment de détails pour que l'on puisse préciser le type exact de blessure.

Les dangers les plus couramment signalés étaient liés à des arêtes vives ou à des pointes tranchantes.

Chaises de plage

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 0
De la part de l'industrie : 13
Total : 13

31 % (4 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures:

  • 50 % (2 sur 4) étaient modérées,
  • 25 % (1 sur 4) étaient graves, et
  • 25 % (1 sur 4) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

31 % (4 sur 13) des blessures signalées n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

15 % (2 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des ecchymoses de gravité inconnue.

8 % (1 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des brûlures modérées.

8 % (1 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des fractures modérées.

8 % (1 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des entorses ou des foulures modérées.

Les dangers les plus couramment signalés étaient les suivants : pièces cassées, effondrement et instabilité.

Bureaux, chiffonniers, commodes ou buffets

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 3
De la part de l'industrie : 10
Total : 13

69 % (9 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des ecchymoses:

  • 67 % (6 sur 9) étaient mineures,
  • 22 % (2 sur 9) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues, et
  • 11 % (1 sur 9) étaient graves.

16 % (2 sur 13) des blessures signalées n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme mineures.

15 % (2 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures:

  • 50 % (1 sur 2) étaient graves, et
  • 50 % (1 sur 2) étaient mineures.

Les dangers les plus couramment signalés étaient les suivants : renversement, et frapper sur un objet ou être frappé par un objet.

Verres à boire

Nombre de rapports reçus en 2020 qui mentionnaient une blessure
De la part des consommateurs : 2
De la part de l'industrie : 11
Total : 13

62 % (8 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des brûlures:

  • 63 % (5 sur 8) étaient modérées,
  • 25 % (2 sur 8) étaient mineures, et
  • 13 % (1 sur 8) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

23 % (3 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des coupures modérées.

8 % (1 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des ecchymoses modérées.

8 % (1 sur 13) des blessures signalées ont été décrites comme des fractures modérées.

Les dangers les plus couramment signalés étaient des fuites, et frapper sur un objet ou être frappé par un objet.

Apprenez-en davantage sur les produits de consommation.

Cosmétiques

Nombre total de rapports d'incidents reçus en 2020 de la part des consommateurs et de l'industrie

Cent vingt trois (123) rapports sur les cosmétiques ont été reçus entre le 1er janvier et le 31 décembre 2020, dont 63 mentionnaient une blessure non mortelle

L'industrie des cosmétiques n'est pas tenue de déclarer les incidents en vertu de la Loi sur les aliments et drogues ou du Règlement sur les cosmétiques. Tous les rapports reçus par l'industrie sont envoyés volontairement.

Figure 3. Nombre de rapports sur les cosmétiques reçus en 2020 de la part des consommateurs et de l'industrie
Figure 3. Nombre de rapports sur les cosmétiques reçus en 2020 de la part des consommateurs et de l'industrie
Figure 3 - Description textuelle
Mois et année rapports reçus Nombre de rapports d'incident reçus
Incident signalé par le consommateur Incident signalé par l'industrie Somme totale
Janv. 13 2 15
Fév 14 1 15
Mars 5 2 7
Avr. 3 0 3
Mai 10 1 11
Jun 8 0 8
Juil. 5 0 5
Août 9 1 10
Sept. 6 4 10
Oct. 8 3 11
Nov. 13 1 14
Déc 9 5 14
Somme totale 103 20 123

Dix principaux cosmétiques ayant fait l'objet de rapports d'incidents

Cinquante et un pour cent (51 %) (63 sur 123) des rapports sur les cosmétiques reçus entre janvier et décembre 2020 mentionnaient des blessures, et 87 % (107 sur 123) des rapports reçus portaient sur des dangers toxicologiquesNote de bas de page 4 (astérisque) *. Les 10 principaux types de produits ayant fait l'objet de rapports d'incidents sont également les 10 principaux types de produits associés à la description d'une blessure.

La somme des pourcentages n'est pas toujours égale à 100 % en raison de l'arrondissement des chiffres.

Nettoyants

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 18
De la part de l'industrie : 10
Total : 28

Sur les 28 rapports reçus, 68 % (19 sur 28) mentionnaient une blessure.

68 % (13 sur 19) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques, et les 32 % restants (6 sur 19), comme des blessures de type autre.

Gravité des blessures :

  • 47 % (9 sur 19) étaient modérées,
  • 26 % (5 sur 19) étaient graves,
  • 16 % (3 sur 19) étaient mineures,
  • 5 % (1 sur 19) mettaient la vie en danger ou étaient invalidantes, et
  • 5 % (1 sur 19) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

Parmi les produits nettoyants :

  • 46 % (13 sur 28) concernaient des nettoyants pour le corps,
  • 32 % (9 sur 28) concernaient des nettoyants pour le visage (y compris les yeux), et
  • 18 % (5 sur 28) concernaient des nettoyants pour les organes génitaux.
Hydratants

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 12
De la part de l'industrie : 2
Total : 14

Sur les 14 rapports reçus, 71 % (10 sur 14) mentionnaient une blessure.

90 % (9 sur 10) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques, et les 10 % restants (1 sur 10), comme des blessures de type autre.

Gravité des blessures :

  • 60 % (6 sur 10) étaient modérées,
  • 20 % (2 sur 10) étaient mineures,
  • 10 % (1 sur 10) étaient graves, et
  • 10 % (1 sur 10) n'étaient pas suffisamment détaillées et ont été classées comme inconnues.

Parmi les produits hydratants :

  • 78 % (11 sur 14) concernaient des hydratants pour le visage (y compris les yeux), et
  • 21 % (3 sur 14) concernaient des hydratants pour le corps.
Maquillage (temporaire, y compris les tatouages au henné)

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 11
De la part de l'industrie : 1
Total : 12

Sur les 12 rapports reçus, 25 % (3 sur 12) mentionnaient une blessure.

67 % (2 sur 3) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques; les restants 33 % (1 sur 3) ont été décrites comme des brûlures.

Gravité des blessures :

  • 67 % (2 sur 3) étaient modérées, et
  • 33 % (1 sur 3) étaient mineures.

Parmi les produits de maquillage temporaires :

  • 42 % (5 sur 12) concernaient des produits pour le visage,
  • 33 % (4 sur 12) concernaient des produits pour les yeux,
  • 17 % (2 sur 12) concernaient des produits pour les lèvres, et
  • 8 % (1 sur 12) concernaient des produits pour le corps.
Revitalisants

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 9
De la part de l'industrie : 0
Total : 9

Sur les 9 rapports reçus, 78 % (7 sur 9) mentionnaient une blessure.

100 % (7 sur 7) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques.

Gravité des blessures :

  • 86 % (6 sur 7) étaient modérées, et
  • 14 % (1 sur 7) étaient mineures.
Shampooing

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 7
De la part de l'industrie : 0
Total : 7

Sur les 7 rapports reçus, 43 % (3 sur 7) mentionnaient une blessure.

100 % (3 sur 3) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques modérées.

Produits coiffants

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 4
De la part de l'industrie : 1
Total : 5

Sur les 5 rapports reçus, 80 % (4 sur 5) mentionnaient une blessure.

100 % (4 sur 4) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques modérées.

Produits de bain (y compris les bombes, les sels et les huiles pour le bain)

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 4
De la part de l'industrie : 0
Total : 4

Sur les 4 rapports reçus, 0 % (0 sur 4) mentionnaient une blessure; cependant, 75 % (3 sur 4) mentionnaient un danger toxicologiqueNote de bas de page 4 (astérisque) *.

Dissolvant à vernis

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 4
De la part de l'industrie : 0
Total : 4

Sur les 4 rapports reçus, 50 % (2 sur 4) mentionnaient une blessure.

50 % (1 sur 2) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques; l'autre 50 % (1 sur 2) ont été décrites comme des brûlures.

Gravité des blessures :

  • 100 % (2 sur 2) étaient modérées.
Produits de défrisage et de mise en plis (permanents ou semi-permanents)

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 4
De la part de l'industrie : 0
Total : 4

Sur les 4 rapports reçus, 0 % (0 sur 4) mentionnaient une blessure; cependant, 100 % (4 sur 4) mentionnaient un danger toxicologiqueNote de bas de page 4 (astérisque) *.

Produits antisudorifiques/déodorants

Nombre de rapports reçus en 2020
De la part des consommateurs : 3
De la part de l'industrie : 0
Total : 3

Sur les 3 rapports reçus, 67 % (2 sur 3) mentionnaient une blessure.

100 % (2 sur 2) des blessures signalées ont été décrites comme des irritations ou des réactions allergiques.

Gravité des blessures :

  • 50 % (1 sur 2) étaient mineures, et
  • 50 % (1 sur 2) étaient modérées.

Apprenez-en davantage sur les cosmétiques.

Conclusion

Au cours de l'année civile 2020, le PSPC a reçu au total 2 109 rapports sur des produits de consommation et des cosmétiques (respectivement 1 986 et 123 rapports) de la part de l'industrie et des consommateurs. Comparativement au nombre de rapports reçus en 2019, cela représente pour tous les rapports une baisse de 16 %, qui pourrait découler des diverses fermetures d'entreprises et du confinement pendant la pandémie de COVID-19.

Bien que le nombre total de rapports sur les produits de consommation ait diminué, avec une baisse de 11 % du nombre de blessures non mortelles, on a signalé en 2020 cinq décès de plus que l'année précédente.

Les dix types de produits de consommation ayant fait l'objet du plus grand nombre de rapports représentent 31 % du nombre total de rapports d'incidents reçus par le PSPC en 2020. Le type de produits ayant fait l'objet du plus grand nombre de signalements en 2020 était les « jouets », lesquels ont fait l'objet de 129 rapports, dont près de la moitié faisaient état d'une blessure. Une augmentation importante du nombre de rapports concernant les « chaises », les « lave-vaisselle » et les « savons ou détergents à lessive » a été observée en 2020. Le nombre de rapports concernant les « chaises » était presque trois fois plus élevé que l'année précédente, tandis que les rapports concernant les « lave-vaisselle » et les « savons ou détergents à lessive » ont connu une augmentation de 48 % et de 62 %, respectivement. Cependant, il n'y a pas d'explication claire quant à la cause de ces augmentations.

Enfin, le PSPC a connu une diminution de 24 % du nombre de rapports concernant des produits cosmétiques. À l'instar de la diminution du nombre de rapports concernant des produits de consommation, cette baisse globale pourrait être attribuable à la pandémie de COVID-19. Cependant, en raison du nombre relativement faible de rapports reçus pour des produits cosmétiques, il est difficile de tirer des conclusions sur les variations observées dans le nombre de rapports reçus. Vers la fin de 2020, le nombre de rapports reçus montre une légère tendance vers un retour à la normale.

Comment signaler un incident concernant un produit de consommation ou un cosmétique

L'industrie doit signaler tous les incidents liés à un produit de consommation aux termes de la LCSPC, et est invitée à signaler volontairement les enjeux de santé ou de sécurité liés à un cosmétique.

Les consommateurs sont invités à signaler directement au PSPC tout incident ou événement au cours duquel une personne est blessée ou aurait pu être blessée par un produit de consommation ou un cosmétique. Les consommateurs peuvent également envoyer un rapport au fabricant, à l'importateur ou au détaillant du produit de consommation ou du cosmétique.

Contactez-nous

Toute question ou tout commentaire sur le présent rapport, y compris les demandes de données utilisées à l'appui du présent rapport, doivent être envoyés à : hc.cps-spc.sc@canada.ca.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :