Diisocyanate d’isophorone – fiche d’information

5-isocyanato-1-(isocyanatométhyl)-1,3,3-triméthylcyclohexane (diisocyanate d’isophorone; DIIP)
Numéro de registre du CAS 4098-71-9

Sur cette page

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique du diisocyanate d’isophorone, appelée « évaluation préalable », afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l’environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer des effets nocifs sur la santé humaine ou l’environnement) et les niveaux d’exposition des personnes et de l’environnement. Une substance peut avoir un potentiel de danger élevé, mais le risque pour la santé humaine et l’environnement dépend du niveau d’exposition à la substance.
  • Le risque de danger pour l’environnement et le risque d’exposition de l’environnement au DIIP ont été classés à l’aide de la Classification du risque écologique des substances organiques.
  • Le DIIP peut entraîner des effets sur la santé humaine ou l’environnement; toutefois, l’exposition des Canadiens est faible. Par conséquent, il a été conclu que le DIIP n’est pas nocif pour la santé humaine ou l’environnement aux niveaux actuels d’exposition.

À propos de cette substance

  • La présente évaluation préalable concerne le 5-isocyanato-1-(isocyanatométhyl)-1,3,3-triméthyl- cyclohexane, aussi appelé diisocyanate d’isophorone ou DIIP. Cette substance a été évaluée dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC).
  • Selon les renseignements recueillis par le gouvernement, cette substance est de source anthropique et n’existe pas naturellement dans l’environnement. Au Canada, le DIIP sert principalement à fabriquer divers polymères, comme les polyuréthanes.
  • Le DIIP est aussi présent dans des peintures et des revêtements, des adhésifs, des produits d’étanchéité et des revêtements de plancher.

Exposition des êtres humains et de l’environnement

  • Les Canadiens ne devraient pas être exposés au DIIP dans l’environnement et par la consommation d’aliments ou d’eau potable.
  • Les Canadiens pourraient être exposés à de faibles quantités de DIIP provenant de l’utilisation de durcisseurs lorsqu’ils peinturent eux-mêmes leur voiture.
  • Selon l’information analysée lors de la Classification du risque écologique des substances organiques, il a été déterminé que le DIIP présente un faible risque d’exposition pour l’environnement.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l’environnement

  • Le DIIP a été étudié par l’Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) dans le cadre du Programme d’évaluation coopérative des produits chimiques. Cet examen a servi à étayer la caractérisation des effets sur la santé de la présente évaluation préalable. Les modifications observées dans le nez et la gorge étaient les effets importants ou « critiques » utilisés pour la caractérisation des risques pour la santé humaine du DIIP.
  • Par ailleurs, la Commission européenne a répertorié le DIIP comme un sensibilisant respiratoire.
  • Selon l’information analysée lors de la Classification du risque écologique des substances organiques, on considère que le DIIP présente un risque modéré d’effets nocifs pour l’environnement, compte tenu du niveau modéré d’écotoxicité et de potentiel de bioaccumulation de la substance.

Résultats de l’évaluation des risques

  • D’après une comparaison des concentrations de DIIP auxquelles les Canadiens peuvent être exposés et celles associées à des effets sur la santé, le risque pour la santé humaine associé à cette substance est jugé faible.
  • Selon les résultats de la Classification du risque écologique des substances organiques, il est peu probable que le DIIP soit nocif pour l’environnement.
  • Le gouvernement du Canada a publié l’Évaluation préalable finale du diisocyanate d’isophorone le 27 avril 2019.

Conclusions de l’évaluation préalable

  • À la suite de la présente évaluation, le gouvernement a conclu que le DIIP n’est pas nocif pour la santé humaine aux niveaux actuels d’exposition.
  • Le gouvernement a aussi conclu que le DIIP ne pénètre pas dans l’environnement en une quantité qui constitue un danger pour l’environnement.

Renseignements connexes

  • Le DIIP est présent dans certains produits de consommation. Les Canadiens devraient respecter les mises en garde et les instructions inscrites sur les étiquettes des produits et éliminer ces produits de manière responsable.
  • Visitez la page sur la sécurité à domicile pour en apprendre davantage sur l’utilisation sécuritaire des produits chimiques à l’intérieur et autour de votre maison.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés à cette substance en milieu de travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manutention sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d’information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :