Outil d’atténuation des risques destiné aux établissements pour les enfants et les jeunes en activité pendant la pandémie de COVID-19

Objectif : Cet outil aidera les commissions et conseils scolaires et les responsables d'établissement pour les enfants et les jeunes à tenir compte des risques pour ces derniers ainsi que pour les membres du personnel et les bénévoles durant la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19), en plus d'offrir des exemples de stratégies qui peuvent être mises en œuvre afin d'atténuer les risques possibles.

Public cible : Les responsables des établissements et programmes pour les enfants et les jeunes (p. ex. autorités fédérales-provinciales-territoriales, locales et municipales, commissions et conseils scolaires, camps d'été, garderies et organisations et programmes communautaires).

Pour intervenir face à la pandémie de COVID-19, plusieurs provinces et territoires ont exigé la fermeture des établissements pour les enfants et les jeunes, à l'exception des garderies pour les travailleurs essentiels. À mesure que les provinces et les territoires modifient les mesures de santé publique, les établissements pour les enfants et les jeunes doivent mettre en œuvre des mesures d'atténuation lors de la reprise de leurs activités pendant la pandémie de COVID-19. Cet outil a été conçu pour être utilisé en parallèle avec l'orientation des autorités sanitaires provinciales et territoriales, des ministres de l'Éducation et des structures de gouvernance des collectivités autochtones. L'orientation fournie par les autorités sanitaires provinciales et territoriales tiendra compte des situations épidémiologiques locales, qui varient grandement partout au pays. Il est donc peu probable que la mise en œuvre de l'orientation soit uniforme à l'échelle du Canada.

Aux fins du présent document, les établissements pour les enfants et les jeunes comprennent les centres de la petite enfance et les garderies, les écoles (de la maternelle au secondaire), les camps de jour, les camps d'été et toute autre installation où la majorité de la population qui y accède est composée d'enfants et de jeunes. Il est reconnu que certains programmes précoces incluent les enfants et leur parents/tuteurs. Bien qu'ils ne soient pas explicitement abordés dans ce guide, lorsque les parent/tuteurs sont présents, ils doivent être informés et se conformer aux mesures d'atténuation des risques en place.

Les mesures de santé publique mise en œuvre par les établissements pour les enfants et les jeunes font partie de l'approche collective du Canada visant l'atténuation de la transmission de la COVID-19. Le présent outil repose sur les concepts mis en évidence dans le guide établi pour la prise de mesures communautaires intitulée Mesures communautaires de santé publique pour atténuer la propagation des maladies à coronavirus (COVID-19) au Canada. Il tient compte des preuves scientifiques et des avis d'experts actuellement disponibles, et est susceptible d'être modifié à mesure que de nouveaux renseignements sur la transmission, l'épidémiologie et l'efficacité des mesures de santé publique et d'atténuation des risques deviennent accessibles. Il fournit également des conseils destinés aux établissements de vie en groupe dans le contexte des camps comportant une surveillance de nuit et des résidences pour étudiants ou un logement pour les enfants et les jeunes.

Au moment de mettre en pratique ce guide, il est important de reconnaître que la santé, l'âge, la capacité ou d'autres circonstances socioéconomiques et démographiques avec lesquelles des personnes et des groupes doivent composer peuvent limiter leur capacité de suivre les mesures recommandées. Dans certaines situations, cela peut nécessiter des interventions et des recommandations adaptées.

Les communautés autochtones peuvent choisir de mettre en œuvre des programmes pour les enfants et les jeunes qui conviennent aux besoins de leur collectivité respective, y compris le maintien des fermetures ou l'imposition d'une limite de participants comme mesure d'atténuation des risques. Il est nécessaire de respecter et de soutenir ces décisions et de reconnaître le fardeau disproportionné des maladies transmissibles dans certaines communautés autochtones et des séquelles de pandémies antérieures.

Il est important de fournir et de promouvoir des services de soutien en santé mentale, puisque des enfants et des jeunes de même que des employés et des bénévoles sont susceptibles de vivre un niveau de stress accru en raison de la COVID-19. Le soutien pour la santé et le bien-être mental peut favoriser la résilience des enfants et des jeunes et celle des employés qui s'en occupent dans ces établissements. Il importe d'offrir des services de soutien à la santé mentale et au bien-être à divers groupes (p. ex. selon des facteurs comme l'âge, le genre, l'ethnie ou la culture et d'autres facteurs socioéconomiques et démographiques). Des renseignements supplémentaires sont fournis à l'intention des parents, des enfants et des jeunes sur la façon de s'occuper de sa santé physique et mentale durant la COVID-19 et sont accompagnés de ressources pertinentes.

Quels sont les risques de la COVID-19 dans les établissements pour les enfants et les jeunes?

Les faits suivants sur la COVID-19 et les questions connexes peuvent vous aider à tenir compte des risques que présente la COVID-19 dans les établissements pour les enfants et les jeunes dont vous avez la responsabilité.

Le niveau de risque dépend de l'ampleur de la transmission de la COVID-19 dans la collectivité locale. En présence d'une activité connue de COVID-19 dans la collectivité, la probabilité qu'elle s'introduise dans les établissements augmente. Il est également présumé que le risque d'introduction et de propagation de la COVID-19 augmente si une proportion supérieure de personnes visite l'établissement en provenance de l'extérieur de la communauté. Les mesures mises en place pour atténuer le risque doivent être proportionnées au risque dans la communauté. Les ASP peuvent être consultés pour obtenir des informations sur la transmission locale de COVID-19.

La COVID-19 se propage d'une personne à une autre, le plus souvent par des gouttelettes respiratoires (p. ex. générées lorsqu'une personne tousse, éternue, rit, chante ou parle) au cours d'interactions rapprochées (c.-à-d. à moins de deux mètres) ou prolongées (c.-à-d. qui durent plus de 15 minutes et peuvent être cumulatives). Il se peut que les personnes atteintes de la COVID-19 n'aient que peu de symptômes, voire aucun, ou des symptômes légers. La COVID-19 peut être propagée par des personnes infectées qui ont des symptômes légers, qui n'ont pas encore de symptômes ou qui ne développeront aucun symptôme.

La COVID-19 peut aussi se propager sur les surfaces que l'on touche avec nos mains non lavées que l'on porte ensuite à notre bouche, notre nez ou nos yeux.

La COVID-19 peut causer des formes plus graves et des complications de la maladie chez les personnes âgées (le risque augmente par tranche de 10 ans, particulièrement après l’âge de 60 ans) ; les personnes de tous âges qui ont des problèmes de santé chroniques (per exemple, une maladie pulmonaire, du cœur, des reins ou du foie, l’hypertension artérielle, le diabète, un accident vasculaire cérébral ou la démence) ; les personnes de tous âges qui sont immunodéprimés à cause d’un problème de santé (comme le cancer) ou d’un traitement qui affaiblit le système immunitaire (comme la chimiothérapie) ; et les personnes atteintes d’obésité (indice de masse corporelle de 40 ou plus).

Il est possible de réduire la propagation de la COVID-19 en appliquant constamment des pratiques personnelles de prévention.

Comment les établissements pour les enfants et les jeunes peuvent-ils atténuer les risques liés à la COVID-19?

Dans le but d'éviter ou de limiter la propagation de la COVID-19 dans les installations communautaires telles que les établissements pour les enfants et les jeunes, considérez des principes et mesures d'atténuation des risques suivants.

Les mesures d'atténuation des risques qui protègent davantage nécessitent de séparer les gens les uns des autres ou des surfaces communes au moyen de l'éloignement physique et de barrières physiques. Par contre, les mesures qui assurent la meilleure protection ne sont pas nécessairement les plus pratiques. Les mesures qui protègent moins s'en remettent aux personnes qui doivent suivre constamment les pratiques personnelles de prévention (p. ex. nettoyage et désinfection du milieu, lavage fréquent des mains, port d'un masque non médical ou des couvre visages en tissu). Dans certains établissements, il se peut que l'éloignement ou la séparation physique soit impossible. Pour augmenter au maximum la sécurité, utilisez une approche à plusieurs niveaux comportant de nombreuses mesures qui visent à réduire le risque de propagation de la COVID-19, y compris la diminution du nombre d'interactions avec les autres et l'augmentation de la sécurité des interactions. L'adoption de mesures à plusieurs niveaux renforce l'atténuation générale des risques.

Les exemples de mesures d'atténuation des risques qui suivent peuvent être pris en considération. Ils ne sont pas exhaustifs et les personnes responsables des établissements devraient déterminer des moyens créatifs et adaptables d'atténuer les risques qui correspondent aux conseils en santé publique et qui respectent les enfants, les jeunes, les employés et les bénévoles.

En ce qui concerne les mesures d'atténuation propres aux membres du personnel (p. ex. employés et bénévoles dans les établissements pour les enfants et les jeunes), comme l'utilisation d'équipement de protection individuelle (EPI) et le port de masques non médicaux, veuillez consulter l'Outil d'atténuation des risques destiné aux milieux de travail et aux entreprises qui continuent leurs activités durant la pandémie de COVID-19.

Empêcher les personnes qui présentent des symptômes ou qui ont été exposées à la COVID-19 d'entrer dans l'établissement pour les enfants et les jeunes.

Favoriser et faciliter les pratiques personnelles de prévention. Chacun doit assumer son rôle pour assurer la sécurité des établissements pour les enfants et les jeunes, y compris ces derniers, les employés, les bénévoles et les familles.

Exemples de stratégies de mesures de santé publique visant la protection et l'atténuation adaptées à l'âge

Enfants en bas âge

Enfants plus âgés et jeunes

Favoriser l'éloignement physique autant que possible. Garder une distance de deux mètres des autres aides à réduire la propagation de la maladie; cependant, ce n'est pas toujours pratique dans les établissements pour enfants et jeunes. La superposition de multiples mesures d'atténuation dans ces circonstances renforce le potentiel d'atténuation des risques en général.

Exemples de mesures d'atténuation axées sur des barrières physiques adaptées à l'âge

Enfants en bas âge

Enfants plus âgés et jeunes

Établir des barrières physiques entre les enfants ou les jeunes, les employés et les bénévoles lorsqu'il est impossible de respecter l'éloignement physique.

Exemples de mesures d'atténuation axées sur des barrières physiques adaptées à l'âge

Enfants en bas âge

Enfants plus âgés et jeunes

Améliorer la ventilation.

Atténuer les risques d'exposition aux surfaces fréquemment touchées (c.-à-d. les surfaces que les autres touchent souvent).

Exemples de mesures d'atténuation en fonction de l'âge concernant les objets fréquemment touchés

Enfants en bas âge

Enfants plus âgés et jeunes

Atténuer le risque pour les personnes qui sont plus susceptibles de présenter une forme grave ou des complications de la maladie.

Modifier les pratiques afin de réduire la durée des contacts des enfants entre eux et le nombre d'enfants qui entrent en contact les uns avec les autres.

Exemples de mesures d'atténuation pour les pratiques dans les vestiaires adaptés à l'âge

Enfants en bas âge

Enfants plus âgés et jeunes

Les enfants et les jeunes devraient-ils porter un masque médical ou un couvre-visage en tissu dans les établissements communautaires?

Les masques non médicaux (MNM) et couvre-visage en tissu ne sont pas considérés comme faisant partie de l'EPI. Les masques ou couvre-visage en tissu vendus sur le marché peuvent réduire la transmission de la COVID-19 dans la collectivité lorsqu'il est impossible d'assurer constamment l'éloignement physique. Lorsque l'épidémiologie locale et le taux de transmission communautaire le justifient, le port d'un MNM est une pratique supplémentaire qui peut contribuer à empêcher les gouttelettes respiratoires infectieuses d'une personne qui n'est pas consciente de son état (le porteur) (p. ex. enfant, élève, campeur, parent, enseignant, bénévole) d'entrer en contact avec d'autres personnes. Il est important de rappeler aux personnes qui portent le masque de ne pas toucher celui-ci et de mettre en application les principales pratiques personnelles de prévention, comme le lavage fréquent des mains et le respect de l'éloignement physique.

Une approche à plusieurs niveaux au chapitre des mesures d'atténuation (p. ex. lavage des mains, étiquette respiratoire, rester à la maison si l'on est malade), est très importante pour réduire la propagation de la COVID-19. Le port du MNM pour les enfants et les jeunes devrait être pris en considération en fonction d'une évaluation des risques, mais il peut être déconseillé pour différentes raisons, notamment les suivantes :

Ressources supplémentaires

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :