Adaptation des mesures de santé publique dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19

Sur cette page

Introduction

Alors que la COVID-19 continue de circuler au Canada et que de plus en plus de personnes se font vacciner, différentes mesures de santé publique (MSP) peuvent être nécessaires, en fonction du niveau de transmission et d'autres indicateurs clés décrits ci-dessous.

Ce document d'orientation provisoire fournit des considérations pour l'adaptation des MSP dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19 au Canada. Les gouvernements et les autorités de santé publique (ASP) à travers le pays doivent planifier ces adaptations à mesure que la couverture vaccinale augmente dans la population, que le nombre de nouveaux cas et de cas actifs diminue et que les pressions sur le système de santé et sur la santé publique diminuent.

Le présent document tient compte du contexte canadien, est fondé sur les données scientifiques et les avis d'expert les plus fiables dont on dispose et est éclairé par les recommandations faites aux personnes et aux responsables de milieux collectifs dans le document suivant : Mesures individuelles et communautaires pour atténuer la propagation de la maladie à COVID-19 au Canada. Son contenu correspond aussi aux objectifs canadiens de réduction des cas de maladie grave et des décès et de limitation des perturbations sociales, servis par l'intervention face à la pandémie et la reprise à la suite de celle-ci. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le plan d'intervention fédéral-provincial-territorial en matière de santé publique pour la gestion continue de la COVID-19.

Ce document d'orientation s'adresse principalement aux ASP fédérales, provinciales et territoriales (FPT) et aux ASP régionales et locales. Les exploitants de milieux collectifs publics autres que des établissements de santé (p. ex. des lieux de travail, des entreprises, des écoles) pourraient aussi trouver le présent document d'orientation utile. Il est admis que chaque ASP peut, dans l'application du guide, adopter des approches uniques de mise en œuvre des mesures recommandées aux personnes et au sein des milieux collectifs, en fonction de considérations propres aux populations et aux lieux administrés.

Le présent guide n'a pas de valeur prescriptive; il vise plutôt à fournir des recommandations qui appuieront les mesures individuelles et collectives qu'envisageront à l'avenir les autorités provinciales et territoriales. Il faut le considérer parallèlement aux règlements, ainsi qu'aux lois et politiques provinciales, territoriales et locales pertinentes.

Approche de la COVID-19 fondée sur les risques

Transmission du SRAS-CoV-2

Comprendre le mode de transmission du SRAS-CoV-2, le virus qui cause la COVID-19, permet de mieux déterminer la démarche à privilégier dans l'évaluation des risques et la mise en œuvre des mesures d'atténuation des risques qui contribueront à limiter la propagation de la COVID-19. Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter la page Web sur les principaux modes de transmission et les conseils sur les mesures individuelles et communautaires propres à atténuer la propagation de la COVID-19 au Canada, offerts par l'ASPC.

Évaluation et atténuation du risque relatif à la COVID-19

Le risque associé à la COVID-19 dépend de divers facteurs, dont la situation épidémiologique, le type de lieu, les personnes qui ont accès au lieu et la couverture vaccinale, et il faut l'évaluer avant de proposer des programmes ou de tenir des activités. Les vaccins contre la COVID-19 diminuent le risque de complications graves, même si la transmission se produit, et l'évaluation du risque global devrait tenir compte de ce fait.

Dans certaines situations, les provinces, les territoires, les municipalités, les ASP régionales et locales et les dirigeants des collectivités autochtones pourraient devoir mettre en place des mesures communautaires pour atténuer les risques de transmission du SRAS-CoV-2 et formuler des conseils sur l'adoption de mesures individuelles (c.-à-d. pratiques préventives personnelles) que les gens peuvent prendre pour se protéger et protéger les autres. Les ASP régionales et locales formuleront des conseils sur les MSP individuelles et communautaires appropriées en fonction du contexte local.

Lorsque les ASP déterminent que les MSP doivent être maintenues ou rétablies au sein de la collectivité, les exploitants de lieux communautaires peuvent utiliser l'outil d'atténuation du risque lié à la COVID-19 de l'ASPC : Réduire le risque de COVID-19 en milieu communautaire : Un outil pour les exploitants.

Alors que de plus en plus de personnes au Canada sont vaccinées contre la COVID-19, les individus devraient continuer de suivre les consignes des ASP régionales et locales sur les visites ou les rassemblements avec d'autres. L'outil Web Mon risque d'exposition à la COVID-19 lors des visites peut être utilisé pour déterminer le risque individuel.

Finalement, les employeurs doivent respecter des obligations en matière de santé et de sécurité envers leurs employés. De plus, il est avantageux pour eux d'atténuer les répercussions de la COVID-19, d'éviter les éclosions en milieu de travail et de renforcer la confiance des consommateurs. L'évaluation du risque de chaque lieu de travail variera en fonction de facteurs communautaires et professionnels. Les employeurs peuvent consulter le site Web du Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail pour obtenir de plus amples renseignements.

Impact de la vaccination contre la COVID-19

Comme il est indiqué dans le Guide canadien d'immunisation, les vaccins sont une pierre angulaire de la santé publique et leur utilisation a grandement contribué à la prévention et au contrôle des maladies infectieuses au Canada et à l'échelle internationale. Les vaccins contre la COVID-19 permettent de prévenir efficacement des complications graves, comme une maladie grave, l'hospitalisation et le décès en raison de la COVID-19, ainsi que d'atténuer le risque d'infection et de transmission chez les personnes vaccinées Note de bas de page a.

La mesure la plus importante que les provinces, les territoires, les municipalités, les ASP régionales et locales et les dirigeants des collectivités autochtones peuvent prendre pour gérer l'épidémie de COVID-19 au Canada est de promouvoir, d'encourager et de faciliter l'administration de vaccins contre la COVID-19 approuvés dans l'ensemble du pays. En l'absence d'un variant préoccupant (VP) capable d'échappement immunitaire Note de bas de page b, cela aidera à minimiser l'incidence des cas, des hospitalisations et des décès liés à la COVID-19.

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) continue d'évaluer la mesure dans laquelle les nouveaux VP pourraient échapper à l'immunité que procurent les vaccins actuellement disponibles. Le document Recommandations sur l'utilisation des vaccins contre la COVID-19 du CCNI présente des données à jour sur les vaccins contre la COVID-19, y compris sur l'efficacité des vaccins, la situation épidémiologique et l'effet des VP sur l'efficacité des vaccins.

Il est possible que certaines personnes refusent de se faire vacciner contre la COVID-19 ou ne puissent pas l'être : il est important que l'adaptation des MSP n'entraîne aucune stigmatisation qui se base sur le statut vaccinal. Néanmoins, dans certaines circonstances, les ASP et les exploitants de certains lieux pourraient offrir des conseils distincts aux personnes partiellement vaccinées, non vaccinées ou non admissibles à la vaccination (p. ex. dans le contexte des activités de prise en charge des cas et des contacts ou du dépistage de la COVID-19 et tester les personnes qui ne sont pas vaccinées).

Adaptation des mesures de santé publique

La pandémie de COVID-19 a causé des perturbations sociales et économiques au Canada en raison des maladies et décès, a créé un fardeau pour les ressources de santé et a entraîné la mise en place d'importantes MSP individuelles et communautaires. Note de bas de page 1, Note de bas de page 2, Note de bas de page 3, Note de bas de page 4 Au moment de la publication, l'intervention de lutte contre la pandémie a été renforcée par la vaste disponibilité et administration des vaccins contre la COVID-19, mais il faut tout de même faire preuve de prudence à l'échelle individuelle et communautaire. Plus précisément, il sera important de continuer à faire preuve de diligence au moment d'adapter les MSP puisqu'une certaine incertitude persistera pendant la période de transition en raison de ce qui suit :

Alors que de plus en plus de personnes au Canada sont vaccinées contre la COVID-19, le présent document d'orientation provisoire fait la distinction entre les MSP de base et les MSP supplémentaires comme suit :

Les MSP de base constituent le fondement des pratiques sanitaires propres à maîtriser la propagation du coronavirus, du virus de la grippe et d'autres virus respiratoires (p. ex. rester à la maison lorsque l'on est malade, avoir une bonne hygiène des mains et pratiquer l'étiquette respiratoire). Elles devraient être des pratiques quotidiennes.

Les MSP supplémentaires pourraient être envisagées lorsque la situation exige des mesures de prévention et de contrôle des infections de la COVID-19 plus strictes et lorsque l'ASP locale les recommande. Ces MSP supplémentaires peuvent comprendre des recommandations liées à l'éloignement physique, au port du masque et au fait d'éviter les voyages non essentiels. Certaines personnes pourraient choisir de continuer à utiliser des MSP supplémentaires en fonction d'une évaluation du risque personnel ou d'une préférence personnelle.

Alors que de plus en plus de personnes sont vaccinées contre la COVID-19, les MSP de base pourraient continuer à être appliquées en situation de pandémie ou pas. Un bon nombre des MSP de base qui pourraient dorénavant être des pratiques courantes de prévention de la COVID-19 pourraient aussi contribuer à réduire la transmission d'autres infections respiratoires telles que la grippe et l'infection à virus respiratoire syncytial (VRS). Cependant, en réponse à une augmentation du taux de transmission du SRAS-CoV-2 et aux autres indicateurs décrits ci-dessous, des MSP individuelles et communautaires supplémentaires peuvent être requises. Dans un tel cas, les mesures devraient être proportionnelles au risque présent au sein de la population locale, en fonction du risque de conséquences imprévues de l'intervention, et adaptées aux circonstances locales (p. ex. intensifier les mesures en cas d'éclosion et les assouplir dès lors que l'éclosion est maîtrisée).

Lorsque possible, les ASP régionales et locales devraient communiquer de façon proactive et accessible lorsque des modifications aux recommandations ou aux conseils en matière de mesures individuelles ou communautaires sont susceptibles d'être apportées en raison de l'évaluation du risque réalisée et expliquer pourquoi ces modifications sont apportées lors de leur mise en œuvre. Une telle transparence contribue généralement au respect des mesures, parce que les personnes comprendront les raisons qui motivent les décisions et l'efficacité des mesures requises et elles peuvent se préparer aux changements Note de bas de page 5, Note de bas de page 6, Note de bas de page 7.

Chaque personne et milieu peut également décider d'adopter certaines MSP (p. ex. le port du masque, l'éloignement physique, les programmes de dépistage), même en périodes de faible risque de COVID-19. Ces décisions peuvent se fonder sur l'évaluation du risque personnel ou propre au milieu (p. ex. pendant la saison des maladies respiratoires, si le milieu est clos ou bondé ou si une personne est susceptible de présenter une forme grave de la maladie ou des complications ou si des interactions doivent avoir lieu avec une telle personne). Pour éviter toute discrimination et stigmatisation envers ces personnes et milieux, il sera important de clairement communiquer que ces comportements sont acceptables. On pourrait par exemple encourager les gens à envisager les mesures individuelles comme des moyens de protéger les autres et de faire leur part pour la sûreté de tous. Lorsque les gens ont le sentiment de participer à une intervention collective, ils sont plus susceptibles de respecter les MSP, une attitude encore renforcée s'ils voient d'autres personnes suivre les mêmes MSP Note de bas de page 8.

Indicateurs clés et autres facteurs importants

Les ASP peuvent tirer profit de plans pour mettre en place, maintenir, assouplir ou rétablir les MSP en fonction de plusieurs indicateurs clés et d'autres facteurs décrits ci-dessous.

La couverture vaccinale est un facteur important pour déterminer quand les restrictions liées à la pandémie peuvent être graduellement levées. Les estimations par modélisation de l'ASPC (PDF) indiquent que le risque associé à l'assouplissement des MSP est minimisé lorsqu'au moins 75 % de la population admissible est entièrement vaccinée, mais qu'un niveau de couverture plus élevé sera requis pour réduire une possible recrudescence du VP B.1.617.2 (Delta). Toutefois, les modèles indiquent également que, grâce à un taux d'administration suffisant de la première dose, certaines restrictions peuvent être graduellement levées sans surcharger le système de santé. Les recommandations peuvent changer dans le contexte de l’évolution des preuves ou de nouveaux variants plus transmissibles.

L'ASP régionale ou locale déterminera si et quand il convient d'instaurer, d'assouplir ou de rétablir des mesures, compte tenu des indicateurs suivants :

Il sera aussi important de tenir compte d'autres facteurs, tels que :

Plus précisément, les ASP peuvent décider de mettre en œuvre certaines MSP (voir le tableau 2 ci-après pour des exemples) dans des milieux où la couverture vaccinale est faible. Par exemple, les écoles ou les établissements pour les enfants et les jeunes où les gens ne satisfont pas aux exigences liées à l'âge pour la vaccination. Au moment de déterminer si ces mesures sont requises, il sera important de prendre en considération le risque associé à la COVID-19 au sein de ces milieux et les conséquences imprévues de ces mesures. De plus amples renseignements pour les écoles sont disponibles dans le document Planification pour l'année scolaire 2021-2022 dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19. De plus, le dépistage, l'évaluation et la surveillance des eaux usées dans les milieux où la couverture vaccinale est faible peuvent jouer un rôle clé pour prévenir l'augmentation du taux de prévalence dans la communauté.

Alors que de plus en plus de personnes sont vaccinées contre la COVID-19, il sera important d'optimiser les activités de dépistage, d'évaluation et de surveillance permettant de gérer les éclosions locales tout en maintenant une capacité d'appoint en cas d'incidence accrue ou d'un VP capable d'échappement immunitaire Note de bas de page b. Les technologies et stratégies de dépistage devront prendre en compte l'épidémiologie de la COVID-19 et la couverture vaccinale au sein de la population.

Le tableaux 1 et le tableau 2 offrent un ensemble de recommandations qui pourraient encadrer la façon dont les ASP adapteront les MSP individuelles et communautaires, respectivement, dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19. Ces recommandations se fondent sur l'hypothèse qu'au moins 75 pour cent de la population admissible au Canada a été entièrement vaccinée et que les facteurs et indicateurs décrits ci-dessus ont été pris en compte par l'ASP. Veuillez noter que dans le présent document d'orientation provisoire, être entièrement vacciné signifie qu'au moins 14 jours se sont écoulés depuis l'administration du nombre recommandé de doses d'un vaccin contre la COVID-19 approuvé.

Pour les individus

Il est admis que, au moment d'opérationnaliser les recommandations du tableau 1, chaque ASP pourra employer une démarche unique d'adaptation des MSP, en fonction d'éléments propres à l'administration, y compris en ce qui concerne les personnes qui ne sont pas admissibles à la vaccination. Les recommandations qui figurent ci-dessous devraient être appliquées sous la supervision des ASP régionales et locales et des gouvernements FPT, et l'on doit en tenir compte parallèlement à une évaluation individuelle du risque.

Toute personne a un faible risque de contracter la COVID-19 dans le cas où :

Toute personne (en particulier les personnes partiellement vaccinées ou non vaccinées) a un risque élevé de contracter la COVID-19 Note de bas de page c dans le cas où :

Pour le tableau 1 ci-dessous, l'hypothèse est la suivante : au moins 75 % de la population admissible du Canada (PDF) est entièrement vaccinée Note de bas de page 9 et l'ASP a pris en compte les indicateurs et facteurs mentionnés ci-dessus.

Tableau 1 : Considérations pour adapter les MSP individuelles dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19
Recommandation que l'ASP devrait faire aux personnes Lorsque leur risque de contracter la COVID-19 est faible Lorsque leur risque de contracter la COVID-19 est élevé
Mesures de santé publique de base

Rester à la maison lorsqu'on est malade

Les personnes devraient rester à la maison lorsqu'elles sont malades (p. ex. si elles ont contracté la COVID-19 ou une autre maladie respiratoire). Les recommandations émises par l'ASP régionale ou locale doivent être suivies.

Recommandé Recommandé

Respecter les exigences de l'ASP régionale ou locale en matière de quarantaine, d'isolement et de dépistage, au besoin

Les tests PCR, les tests rapides et les tests auto-administrés peuvent tous avoir un rôle à jouer dans le cadre de la stratégie de dépistage recommandée. Les recommandations peuvent dépendre de divers facteurs, dont le statut vaccinal.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le document d'orientation de l'ASPC sur la prise en charge par la santé publique des cas de COVID-19 et des contacts qui y sont associés.

Recommandé, selon l'avis de l'ASP régionale ou locale

Les personnes entièrement vaccinées qui n'ont aucun symptôme de la COVID-19 ne sont généralement pas obligées de se mettre en quarantaine après avoir été en présence d'une personne atteinte de la maladie.

Recommandé, selon l'avis de l'ASP régionale ou locale

Améliorer la ventilation intérieure

Afin d'éviter la transmission à l'intérieur, privilégier les activités à l'extérieur dans la mesure du possible et, dans le cas contraire, ouvrir les fenêtres et les portes qui donnent sur l'extérieur, s'il est sans danger de le faire et que le temps le permet. En consultation avec un professionnel, s'assurer que le système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) fonctionne bien, qu'il est réglé correctement par rapport au lieu et que les instructions de nettoyage du fabricant sont respectées.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter les documents À la maison : Utiliser la ventilation et la filtration pour réduire le risque de transmission de la COVID-19 par aérosol et Guide de ventilation des espaces intérieurs pendant la pandémie, publiés par l'ASPC.

Recommandé Recommandé

Avoir une bonne hygiène des mains et pratiquer l'étiquette respiratoire

L'hygiène des mains et l'étiquette respiratoire sont d'importantes pratiques préventives personnelles, déjà recommandées avant la pandémie et qui sont efficaces contre la COVID-19 et d'autres maladies.

Recommandé Recommandé

Nettoyer et désinfecter les surfaces et les objets Note de bas de page d

Les personnes devraient nettoyer et désinfecter leur environnement selon leurs routines habituelles. Si une personne se rend dans son milieu de travail, elle devrait continuer d'appliquer les politiques de son milieu de travail quant au nettoyage et à la désinfection.

Recommandé

Recommandé

Une autre mesure à envisager serait de nettoyer et de désinfecter plus souvent :

  • les toilettes;
  • les surfaces et les objets fréquemment touchés (p. ex. les poignées de porte, les poignées de robinet, le dessus des tables, les distributeurs d'eau, les jouets);
  • les endroits auxquels une personne malade ou ayant été exposée au virus a accès.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le document COVID-19 : Nettoyage et désinfection.

Mesures de santé publique supplémentaires

Éviter les espaces clos et les lieux bondés

Les espaces clos mal ventilés et les lieux bondés peuvent entraîner un risque accru de contracter la COVID-19 (ou une autre maladie respiratoire) Note de bas de page 10, Note de bas de page 11, Note de bas de page 12, Note de bas de page 13. Le risque est encore accru dans les situations réunissant les deux facteurs, ainsi que dans celles où quelqu'un :

  • chante,
  • crie,
  • parle à faible distance d'autres personnes,
  • respire fort (comme lorsqu'on fait de l'exercice).
Cette mesure n'est pas nécessaire, sauf si l'ASP régionale ou locale la recommande.

Cette mesure pourrait être recommandée. Suivre les recommandations de l'ASP régionale ou locale quant aux restrictions en vigueur dans les lieux publics.

Cette mesure est recommandée aux personnes qui ne sont que partiellement vaccinées ou ne sont pas vaccinées et à celles qui sont susceptibles de présenter une forme grave de la maladie ou des complications ou selon l'avis de l'ASP régionale ou locale.

Encourager les personnes à effectuer une évaluation individuelle du risque, qui déterminera si elles devraient envisager cette mesure.

Réduire au minimum les interactions en personne et pratiquer l'éloignement physique

L'éloignement physique est l'un des meilleurs moyens de limiter la propagation de la COVID-19 (et d'autres maladies respiratoires) Note de bas de page 14, Note de bas de page 15, Note de bas de page 16.

Lorsque les ASP déterminent s'il faut recommander des mesures d'éloignement, il sera important de prendre en compte les risques liés à la COVID-19 et les conséquences imprévues de ces mesures.

Cette mesure n'est pas nécessaire, sauf si l'ASP régionale ou locale la recommande.

Cette mesure pourrait être recommandée. Suivre les recommandations de l'ASP régionale ou locale quant à l'éloignement physique et aux interactions et rassemblements avec des personnes provenant d'un autre ménage.

Cette mesure est recommandée aux personnes qui ne sont que partiellement vaccinées ou ne sont pas vaccinées et à celles qui sont susceptibles de présenter une forme grave de la maladie ou des complications ou selon l'avis de l'administration responsable ou de l'ASP.

Encourager les personnes à effectuer une évaluation individuelle du risque, qui déterminera si elles devraient envisager cette mesure.

Porter un masque

Un masque non médical bien conçu, bien ajusté et porté correctement peut contribuer à la protection de la personne qui le porte et des personnes qui l'entourent Note de bas de page 17, Note de bas de page 18, Note de bas de page 19, Note de bas de page 20, Note de bas de page 21, Note de bas de page 22.

Cette mesure n'est pas nécessaire, sauf si l'ASP régionale ou locale la recommande.

Cette mesure est recommandée si une personne qui a des symptômes respiratoires doit quitter son domicile pour des raisons essentielles, en particulier si elle doit avoir des contacts étroits avec d'autres personnes (elle portera préférablement un masque médical).

Cette mesure pourrait être recommandée. Suivre les recommandations de l'ASP régionale ou locale.

Cette mesure est recommandée si une personne qui a des symptômes respiratoires doit quitter son domicile pour des raisons essentielles, en particulier si elle doit se trouver en présence d'autres personnes (elle portera préférablement un masque médical).

Cette mesure est recommandée aux personnes qui ne sont que partiellement vaccinées ou ne sont pas vaccinées et à celles qui sont susceptibles de présenter une forme grave de la maladie ou des complications ou selon l'avis de l'administration responsable ou de l'ASP.

Encourager les personnes à effectuer une évaluation individuelle du risque, qui déterminera si elles devraient envisager cette mesure.

Éviter les voyages non essentiels à l'extérieur du Canada

Veuillez cliquer ici pour obtenir de plus amples renseignements.

Suivre les recommandations de l'ASP fédérale

Les personnes entièrement vaccinées qui n'ont aucun symptôme de la COVID-19 ne sont généralement pas obligées de se mettre en quarantaine après un voyage.

Il se pourrait que les personnes qui sont entièrement vaccinées avec un vaccin qui n'est pas reconnu par le pays de destination, ou les personnes qui ne sont que partiellement vaccinées ou ne sont pas vaccinées voient leurs possibilités de voyages internationaux restreintes.

Suivre les recommandations de l'ASP fédérale quant aux restrictions aux frontières

Pour les collectivités

Il est admis que, au moment d'opérationnaliser les recommandations du tableau 2, chaque ASP pourra employer une démarche unique d'adaptation des MSP, en fonction d'éléments propres à l'administration, y compris en ce qui concerne les personnes qui ne sont pas admissibles à la vaccination. Les recommandations qui figurent ci-dessous devraient être appliquées sous la supervision des ASP régionales et locales et des gouvernements FPT, et l'on doit en tenir compte parallèlement à une évaluation du risque propre au milieu.

La collectivité a un faible risque de contracter la COVID-19 dans le cas où :

La collectivité a un risque élevé de contracter la COVID-19 Note de bas de page c dans le cas où :

Pour le tableau 2 ci-dessous, l'hypothèse est la suivante : au moins 75 % de la population admissible du Canada (PDF) est entièrement vaccinée Note de bas de page 9 et l'ASP a pris en compte les indicateurs et facteurs mentionnés ci-dessus.

Tableau 2 : Considérations pour adapter les MSP collectives dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19
Recommandation que l'ASP devrait faire aux milieux collectifs Lorsqu'un groupe a un risque faible de propagation de la COVID-19 Lorsqu'un groupe a un risque élevé de propagation de la COVID-19
Mesures de santé publique de base

Empêcher les personnes malades de pénétrer dans les lieux publics

Veiller à ce qu'il y ait, dans les lieux publics, des politiques interdisant rigoureusement l'entrée aux personnes malades.

Le dépistage, l'évaluation et la surveillance offrent des données essentielles et peuvent servir d'alerte précoce indiquant une augmentation de la prévalence au sein de la collectivité.

L'établissement de stratégies de dépistage et/ou d'évaluation pour les espaces publics, comme le recommandent les ASP régionales ou locales, y compris des procédures et des protocoles de notification pour les personnes ayant subi un test de dépistage ou ayant reçu un résultat positif.

Les ASP peuvent également envisager des activités de surveillance au niveau communautaire ou municipal, comme la surveillance des eaux usées, pour minimiser la possibilité d'une éclosion communautaire.

Voir Réduire le risque de COVID-19 en milieu communautaire : Un outil pour les exploitants pour plus d'informations.

Le dépistage passif des symptômes et de l'exposition (p. ex. affiches aux points d'entrée) et politiques d'exclusion recommandés, en fonction des recommandations de l'ASP régionale ou locale

Le dépistage actif des symptômes et de l'exposition (p. ex. au moyen d'un questionnaire) et des politiques d'exclusion sont recommandés, en fonction des recommandations de l'ASP régionale ou locale.

Des stratégies de dépistage (p. ex. test rapide de détection des antigènes au travail) peuvent être utilisées dans le cadre des activités de dépistage, même si sa plus grande utilité réside peut-être dans le suivi des contacts pendant une éclosion. Suivre les recommandations de l'ASP régionale ou locale.

Élaborer, pour le milieu collectif, des plans et des procédures de prise en charge des personnes qui présenteraient des symptômes évoquant la COVID-19 ou auraient été exposées à la maladie

Voir Réduire le risque de COVID-19 en milieu communautaire : Un outil pour les exploitants pour plus d'informations.

Recommandé Recommandé

Suivre les conseils de l'ASP régionale ou locale en matière de prise en charge des cas et des contacts

Les ASP régionales ou locales géreront les éclosions à mesure qu'elles se produisent et prendront des décisions fondées sur le risque pour les activités de prise en charge des cas et des contacts.

Les exploitants des milieux communautaires doivent suivre les recommandations des ASP régionales ou locales liées au dépistage, à l'isolement des cas et à la quarantaine des contacts.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le document d'orientation de l'ASPC sur la prise en charge par la santé publique des cas de COVID-19 et des contacts qui y sont associés.

Recommandé

Les activités de prise en charge des cas et des contacts peuvent être modifiées par les ASP régionales ou locales en fonction de l'épidémiologie locale et mettre l'accent sur la gestion des éclosions dans un scénario de faible risque.

Recommandé

Les ASP régionales ou locales pourraient mettre en œuvre des activités de prise en charge des cas et des contacts plus exhaustives si les populations sont susceptibles de présenter une forme grave de la maladie ou des complications ou si les taux de couverture vaccinale sont plus faibles. Au besoin, elles peuvent aussi mettre en œuvre d'autres activités de santé publique, plus vigilantes (p. ex. la recherche des contacts en amont).

Améliorer la ventilation intérieure

Afin d'éviter la transmission à l'intérieur, les exploitants de lieux publics pourraient proposer leurs activités à l'extérieur dans la mesure du possible et, dans le cas contraire, ouvrir les fenêtres et les portes qui donnent sur l'extérieur, s'il est sans danger de le faire et que le temps le permet. En consultation avec un professionnel, ils doivent s'assurer que le système de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC) fonctionne bien, qu'il est réglé correctement par rapport au lieu et que les instructions de nettoyage du fabricant sont respectées.

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le Guide de ventilation des espaces intérieurs pendant la pandémie, publié par l'ASPC.

Recommandé Recommandé

Encourager et faciliter la bonne hygiène des mains et pratiquer l'étiquette respiratoire.

L'hygiène des mains et l'étiquette respiratoire étaient déjà recommandées avant la pandémie et sont des pratiques préventives personnelles efficaces contre la COVID-19 et d'autres maladies.

Recommandé Recommandé

Veiller au nettoyage et à la désinfection des surfaces et des objets Note de bas de page d

Veiller à ce que les espaces publics fassent régulièrement l'objet d'un nettoyage et d'une désinfection, effectués selon les politiques opérationnelles de nettoyage et de désinfection (p. ex. les politiques qui étaient en vigueur avant la pandémie).

Recommandé

Recommandé

On pourrait aussi, entre autres, nettoyer et désinfecter plus souvent :

  • les toilettes, les cafétérias et les zones de restauration;
  • les surfaces et les objets fréquemment touchés (p. ex. les poignées de porte, les poignées de robinet, le dessus des tables, les distributeurs d'eau, les jouets);
  • les endroits auxquels aura accès une personne malade ou ayant été exposée au virus.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le document COVID-19 : Nettoyage et désinfection.

Mesures de santé publique supplémentaires

Mettre en œuvre des politiques et des procédures qui réduisent au minimum les interactions en personne et favorisent l'éloignement physique

L'éloignement physique est l'un des meilleurs moyens de limiter la propagation de la COVID-19 (et d'autres maladies respiratoires) Note de bas de page 14, Note de bas de page 15, Note de bas de page 16. Concrètement, la distance physique appropriée est d'au moins deux (2) mètres.

Lorsque les ASP déterminent s'il faut recommander des mesures d'éloignement, il sera important de tenir compte du risque que présente la COVID-19 et les conséquences imprévues des mesures.

Cette mesure n'est pas nécessaire, sauf si l'ASP régionale ou locale la recommande.

Cette mesure pourrait être recommandée. Suivre les recommandations de l'ASP régionale ou locale quant à l'éloignement physique et aux interactions ou rassemblements avec des personnes provenant d'un autre ménage.

Les exploitants et les administrateurs peuvent aussi mener une évaluation du risque propre à leur milieu, qui déterminera la nécessité de mettre en œuvre de telles mesures (p. ex. dans le cas où le lieu accueille des personnes qui sont susceptibles de présenter une forme grave de la maladie ou des complications ou s'il s'agit d'un lieu d'habitation collective, comme un établissement de soins de longue durée ou un refuge).

Mettre en œuvre des politiques sur le port du masque

Un masque non médical bien conçu, bien ajusté et porté correctement peut contribuer à la protection de la personne qui le porte et des personnes qui l'entourent Note de bas de page 17, Note de bas de page 18, Note de bas de page 19, Note de bas de page 20, Note de bas de page 21, Note de bas de page 22.

Cette mesure n'est pas nécessaire, sauf si l'ASP régionale ou locale la recommande.

Cette mesure est recommandée aux personnes qui pourraient avoir des symptômes respiratoires, mais doivent aller dans le lieu collectif pour des raisons essentielles, en particulier si elles doivent avoir des contacts étroits avec d'autres personnes (elles porteront préférablement un masque médical).

Cette mesure pourrait être recommandée, selon l'avis de l'ASP régionale ou locale.

Cette mesure est recommandée aux personnes qui pourraient avoir des symptômes respiratoires, mais doivent pénétrer dans le lieu collectif pour des raisons essentielles, en particulier si elles doivent se trouver en présence d'autres personnes (elles porteront préférablement un masque médical).

Les exploitants et les administrateurs peuvent aussi mener une évaluation du risque propre à leur milieu, qui déterminera la nécessité de mettre en œuvre de telles mesures (p. ex. dans le cas où le lieu accueille des personnes qui sont susceptibles de présenter une forme grave de la maladie ou des complications ou s'il s'agit d'un lieu d'habitation collective, comme un établissement de soins de longue durée ou un refuge).

Proposer des mesures d'adaptation ou des mesures plus vigilantes qui protégeront les personnes susceptibles de présenter une forme grave de la COVID-19 ou des complications Suivre les politiques habituelles Cette mesure pourrait être recommandée, selon l'avis de l'ASP régionale ou locale. Par exemple, la possibilité de participer aux activités de façon virtuelle ou à distance, heures de service alternatives.

Mettre en œuvre des politiques qui tiennent compte des recommandations de l'ASP quant aux mesures aux frontières et aux restrictions relatives aux déplacements

Veuillez cliquer ici pour obtenir de plus amples renseignements.

Recommandé Recommandé

Considérations pour les collectivités éloignées, isolées et autochtones

La santé globale des personnes vivant dans des collectivités éloignées et isolées du Canada est affectée différemment par des facteurs sociaux, environnementaux et économiques, notamment le logement, la qualité ou l'accès à l'eau, la sécurité alimentaire, les problèmes de santé préexistants, un emploi précaire, l'éducation et le revenu. Ces facteurs, en plus de l'accès limité aux soins de santé, sont importants à prendre en compte lors de l'adaptation des MSP. Par exemple, avoir une bonne hygiène des mains peut être difficile dans les milieux qui n'ont pas accès à de l'eau courante ou propre. Éviter les espaces clos ou les endroits bondés, ou bien séparer une personne malade des autres peut également être difficile dans des contextes de surpeuplement ou de pénurie de logements. Dans ces situations, une approche conservatrice du port du masque (p. ex., l'utilisation de masques médicaux dans les logements surpeuplés) peut être recommandée. Il est également important que les visiteurs et travailleurs entrant dans les collectivités éloignées, isolées et autochtones se conforment aux recommandations de l'ASP et/ou du lieu de travail en ce qui concerne la nécessité de passer un test de dépistage.

De plus, il existe une variété d'obstacles qui doivent être pris en considération lors de l'augmentation de la couverture vaccinale chez les peuples autochtones et les personnes qui vivent dans les collectivités éloignées et isolées. Ces obstacles doivent être abordés de manière appropriée, car ces efforts seront des aspects importants pour minimiser l'incidence des cas, des hospitalisations et des décès dus à la COVID-19. De plus amples renseignements peuvent être obtenus auprès de Services aux Autochtones Canada.

Un document d'orientation pour les Collectivités des Premières Nations, des Inuits et des Métis et collectivités éloignées et isolées est disponible.

Autres ressources

Remerciements

Les directives techniques relatives aux mesures de santé publique (MSP) sont mises au point en collaboration avec le Groupe de travail sur la préparation du Canada en cas de grippe pandémique (GTPCGP) et des partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux par l'entremise du Comité consultatif technique (CCT) et/ou du Comité consultatif spécial (CCS). Les présentes directives ont également été mises au point en collaboration avec d'autres ministères gouvernementaux, divers partenaires multilatéraux, des intervenants autochtones et d'autres intervenants externes ayant un intérêt dans ce domaine.

Notes de bas de page

Note de bas de page a

Pour obtenir de plus amples renseignements, veuillez consulter le site de Santé Canada et les recommandations du Comité consultatif national de l'immunisation.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

Un VP capable d'échappement immunitaire pourrait résister à l'immunité procurée par les vaccins disponibles ou à l'immunité naturelle acquise à l'occasion d'une infection antérieure.

Retour à la référence de la note de bas de page b

Note de bas de page c

Bien que toute personne (quel que soit son statut vaccinal) risque davantage d'être infectée par le SRAS-CoV-2 dans les situations de risque élevé définies aux tableaux 1 et 2, le risque de maladie grave de la personne entièrement vaccinée sera bien inférieur.

Retour à la référence de la note de bas de page c

Note de bas de page d

La durée d'activité exacte du SRAS-CoV-2 sur les différents types de surfaces et d'objets demeure incertaine. Des données probantes semblent indiquer qu'il peut demeurer actif sur les surfaces et les objets de quelques heures à quelques jours, selon le type de surface et les conditions environnementales. Étant donné qu'on ne connaît pas bien la mesure dans laquelle les surfaces et les objets contaminés contribuent à la propagation de la COVID-19, la prudence est de mise lorsqu'une personne malade se trouve dans le milieu collectif.

Retour à la référence de la note de bas de page d

Références

Note de bas de page 1

Santé publique Ontario, « Mesures communautaires de santé publique pendant la pandémie de COVID-19 : répercussions négatives sur les enfants, les adolescents et les familles - mise à jour », 11 janvier 2021 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/he/2021/01/rapid-review-neg-impacts-children-youth-families.pdf?la=fr. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Statistique Canada, « Étude : impacts des conséquences économiques de la COVID-19 sur les préoccupations sociales des Canadiens », 28 mai 2020 [en ligne], à consulter à l'adresse : https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/200528/dq200528e-fra.htm [consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Santé publique Ontario, « Répercussions économiques liées aux mesures de santé publique prises en réponse à la pandémie de COVID-19 et aux mesures de relance », 11 mars 2021 [en ligne]. Accessible en ligne : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/phm/2021/03/eb-covid-19-economic-impacts.pdf?la=fr. [Consulté en juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

European Centre for Disease Prevention and Control, « COVID-19 in children and the role of school settings in transmission - second update », 8 juillet 2021 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/COVID-19-in-children-and-the-role-of-school-settings-in-transmission-second-update.pdf. [Consulté en juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

A. Braunack-Mayer, R. Tooher, J. E. Collins, J. M. Street et H. Marshall, « Understanding the school community's response to school closures during the H1N1 2009 influenza pandemic », BMC Public Health, vol. 13, no. 1 doi: 10.1186/1471-2458-13-344, pp. 1-15, 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

A. Bish et S. Michie, « Demographic and attitudinal determinants of protective behaviours during a pandemic: A review », British journal of health psychology, vol. 15, no. 4 DOI: 10.1348/135910710X485826, pp. 797-824, 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

H. Seale, C. E. Dyer, I. Abdi, K. M. Rahman, Y. Sun, M. O. Qureshi et M. S. Islam, « Improving the impact of non-pharmaceutical interventions during COVID-19: examining the factors that influence engagement and the impact on individuals », BMC Infectious Diseases, vol. 20, no. 1, pp. 1-13, 2020

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

P. Lunn, C. Belton, C. Lavin, F. McGowan, S. Timmons et D. Robertson, « Using Behavioral Science to help fight the Coronavirus », Journal of Behavioral Public Administration, vol. 3, no. 1, pp. 1-15, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Agence de la santé publique du Canada, « Le point sur la COVID-19 au Canada : épidémiologie et modélisation », 28 mai 2021 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.canada.ca/content/dam/phac-aspc/documents/services/diseases-maladies/coronavirus-disease-covid-19/epidemiological-economic-research-data/update-covid-19-canada-epidemiology-modelling-20210528-fr.pdf. [Consulté le 23 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

Centre de collaboration nationale en santé environnementale, « Notions élémentaires sur la transmission du SRAS-CoV-2 », 21 mars 2021 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://ccnse.ca/documents/evidence-review/notions-elementaires-sur-la-transmission-du-sras-cov-2?_ga=2.260964365.1664894482.1626192343-1740396785.1626192343. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

Bureau du conseiller scientifique en chef du Canada, « Le rôle des bioaérosols et de la ventilation intérieure », 28 septembre 2020 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://science.gc.ca/eic/site/063.nsf/fra/h_98176.html. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

European Centre for Disease Prevention and Control, « Heating, ventilation and air-conditioning systems in the context of COVID-19: first update », 11 novembre 2020 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.ecdc.europa.eu/en/publications-data/heating-ventilation-air-conditioning-systems-covid-19 [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

Scientific Advisory Group for Emergencies, Enviornmental and Modelling Group, « Role of ventilation in controlling SARS-CoV-2 transmission », 30 septembre 2020 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.gov.uk/government/publications/emg-role-of-ventilation-in-controlling-sars-cov-2-transmission-30-september-2020. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

D. Chu, E. Akl, S. Duda, K. Solo, s. Yaacoub et H. Schunemann, « Physical distancing, face masks, and eye protection to prevent person-to-person transmission of SARS-CoV-2 and COVID-19: a systematic review and meta-analysis », Lancet, vol. 395, no. 10242, pp. 1973-1987, 27 juin 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

N. Jones, Z. Qureshi, R. Temple, J. Larwood, T. Greenhalgh and L. Bourouiba, « Two metres or one: what is the evidence for physical distancing in COVID-19? », BMJ, vol. 370, août 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

Agence de la santé publique du Canada, Groupe des sciences émergentes, « Synthèse en bref sur la distance de dispersion du virus SRAS-CoV-2 », juin 2020 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/fr/covid-19/covid-19-revues-rapides/171. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

Agence de la santé publique du Canada, Groupe des sciences émergentes, « Revue rapide sur les caractéristiques des masques non médicaux ou des couvre-visages efficaces pour réduire le risque de transmission du SRAS-CoV-2 », janvier 2021 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/fr/covid-19/covid-19-revues-rapides/261. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

M. Wilson, F. Gauvin, K. Waddel, K. Moat et J. Lavis, « COVID-19 Rapid Evidence Profile #1: What is known about approaches to and safety of conserving, reusing, and repurposing different kinds of masks? », McMaster Health Forum, 14 avril 2020 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.mcmasterforum.org/docs/default-source/covidend/rapid-evidence-profiles/covid-19-rep-1_ppe.pdf?sfvrsn=52a657d5_4. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

J. O'Keefe, « Les masques et la pandémie de COVID-19 - État des connaissances », Centre de collaboration nationale en santé environnementale, mai 2021 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://ccnse.ca/documents/guide/les-masques-et-la-pandemie-de-covid-19-etat-des-connaissances?_ga=2.34907937.1664894482.1626192343-1740396785.1626192343. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

L. Asadi et autres, « COVID-19 Scientific Advisory Group Rapid Evidence Report-Double Masking and Improved Mask Fit » Alberta Health Services, 19 mars 2021 [en ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.albertahealthservices.ca/assets/info/ppih/if-ppih-covid-19-sag-double-masking-improved-fit-rapid-review.pdf. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

K. Shakya, A. Noyes, R. Kallin et R. Peltier, « Evaluating the efficacy of cloth facemasks in reducing particulate matter exposure », Exposure Science & Environmental epidemiology, vol. 27, pp. 352-357, août 2016.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

A. Mueller, M. Eden, J. Oakes, C. Bellini et L. Fernandez, « Quantitative method for comparative assessment of particle removal efficiency of fabric masks as alternatives to standard surgical masks for PPE », Matter, vol. 3, no. 3, pp. 950-962, septembre 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :