Planification pour l'année scolaire 2021-2022 dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19

Sur cette page

Introduction

Alors que la COVID-19 continue de circuler au Canada et que de plus en plus de personnes se font vacciner, différentes mesures de santé publique (MPS) seront nécessaires en fonction du niveau de transmission et d’autres indicateurs clés décrits ci-après.

Le présent document d’orientation provisoire fournit aux écoles des conseils en matière de planification et de fonctionnement durant l’année scolaire 2021‑2022, y compris la façon dont elles peuvent adapter les MSP dans le cadre de la vaccination au Canada. Il combine les versions archivées des Directives relatives à la COVID‑19 à l’intention des écoles de la maternelle à la 12e année (publiées en août 2020) et le Document d’orientation à l’intention des établissements d’enseignement postsecondaire durant la pandémie de la COVID‑19 (publié en juillet 2020).

Le présent document d'orientation a été élaboré conformément au Plan d’intervention fédéral‑provincial‑territorial en matière de santé publique pour la gestion continue de la COVID‑19, qui fournit une approche commune de planification proactive pour la gestion continue de la COVID‑19 au Canada. Il est fondé sur la situation actuelle au Canada, les nouvelles données probantes, l’opinion d’experts et les concepts décrits dans le document Mesures individuelles et communautaires pour atténuer la propagation de la maladie à COVID‑19 au Canada. En outre, des conseils sur l’adaptation des mesures individuelles et communautaires sont disponibles dans le document d’orientation sur l’Adaptation des mesures de santé publique dans le contexte de la vaccination contre la COVID-19. Les autorités de santé publique (ASP) régionales ou locales et les administrateurs des établissements scolaires peuvent également consulter les Critères et indicateurs de préparation pour faciliter les mesures de santé publique restrictives pour obtenir de plus amples renseignements sur le moment ou sur la nécessité d’instaurer, de maintenir, d’assouplir ou de réintroduire des mesures restrictives ainsi que l’outil TendancesCOVID pour en apprendre davantage sur les activités locales liées à la COVID‑19 dans une région donnée.

Le présent document d’orientation n’est pas de nature prescriptive, mais vise plutôt à fournir des recommandations pouvant appuyer les mesures individuelles et communautaires qui pourraient être prises en compte par les autorités provinciales et territoriales à l’avenir. Il devrait être lu parallèlement aux lois, politiques et règlements provinciaux, territoriaux et locaux pertinents.

Public cible

Les principaux destinataires de ce document d’orientation sont les ministères gouvernementaux pertinents, les administrateurs des écoles de la maternelle à la 12e année, les administrateurs des établissements d’enseignement postsecondaire et les ASP régionales ou locales dans les administrations où ces établissements existent. Dans le présent document, le terme « école » est utilisé de façon interchangeable pour désigner à la fois les établissements scolaires de la maternelle à la 12e année et les établissements postsecondaires.

Ce document d’orientation fournit de l’information pour les écoles privées et publiques, notamment pour :

Bien que le présent document fournisse des conseils pour les milieux scolaires, d’autres groupes, comme les personnes qui sont responsables d’installations et de programmes destinés aux enfants ou aux jeunes (par exemple, les garderies, les programmes de jour/camps) et les personnes qui sont responsables d’installations et de programmes communautaires ciblant les étudiants (par exemple, les associations hors campus et les programmes d’équipe) peuvent trouver certains aspects de ce document d’orientation utiles pour adapter les MSP alors que de plus en plus de personnes au Canada se font vacciner contre la COVID-19. Le présent document d'orientation ne contient pas de conseils concernant les entreprises et les opérations de vente de détail dans les établissements d’enseignement postsecondaires, comme les pubs/bars, restaurants et boutiques. Pour obtenir de plus amples renseignements sur ces installations, consultez les directives provinciales/territoriales pertinentes et l’outil d’atténuation des risques pour les exploitants en milieu communautaire.

Répercussions des restrictions causées par la COVID‑19 sur les élèves et les étudiants, ainsi que sur les communautés

Au‑delà du rôle essentiel que jouent les écoles dans l’éducation des élèves et des étudiants, elles ont également de nombreux impacts importants sur les communautés et le développement des élèves en général. Les enfants et les jeunes en particulier ont connu une durée sans précédent de fermetures des écoles dans plusieurs provinces et territoires, ce qui a eu des répercussions psychologiques, physiologiques et en matière d’éducation négatives sur les élèvesNote de bas de page 1 Note de bas de page 2. L’enseignement en ligne n’offre pas le même degré de socialisation que l’apprentissage en présentiel. En outre, l’interruption de l’apprentissage en présentiel peut entraîner des lacunes dans l’éducation et avoir des répercussions durables sur le développement de l’enfant, la santé et l’éducation, et peut accentuer les inégalités existantes, particulièrement parmi les familles à plus faible revenu Note de bas de page a Note de bas de page 1 Note de bas de page 3 Note de bas de page 4 Note de bas de page 5 Note de bas de page 6.

En particulier, la fermeture des écoles a eu un impact négatif sur la santé mentale de certains enfants et adolescentsNote de bas de page 1 Note de bas de page 7. Cette situation a également contribué à des comportements négatifs chez les enfants (p. ex. problèmes de conduite et émotionnels), ainsi qu’à des symptômes d’anxiété et de dépression, à l’augmentation de consommation de substances et à l’isolement social chez les adolescentsNote de bas de page 1 Note de bas de page 7. Compte tenu des répercussions importantes de la fermeture des écoles de la maternelle à la 12e année, les ASP régionales ou locales sont encouragées à donner la priorité à l’éducation en présentiel à mesure que les MSP sont adaptées, de sorte que les écoles soient parmi les derniers établissements à être fermés et parmi les premiers à être rouvertsNote de bas de page 2 Note de bas de page 7. En outre, si l’épidémiologie locale indique la nécessité de MSP supplémentaires, il peut être bénéfique de maintenir les cours en salles de classe, même si les activités parascolaires sont réduites ou interrompues.

Il sera important de prendre en considération les déterminants sociaux de la santé lors de la planification de l’année scolaire 2021‑2022. En effet, les administrateurs devront tenir compte de l’impact sur les élèves et leur famille des fermetures des écoles et des autres services ou activités réduits ou limités. Par exemple, la fermeture des écoles durant l’année scolaire 2021‑2022 a contribué aux retards dans la vaccination en milieu scolaire pour les enfants, à l’annulation des programmes de repas dans les écoles et a créé des difficultés financières pour certaines familles. De même, les élèves et étudiants handicapés, et ceux issus de familles à faible revenu ayant un accès réduit à un ordinateur à domicile, ont peut‑être eu du mal à accéder aux programmes d'enseignement en ligne, ce qui a contribué à une disparité en matière d’accès à l’éducation parmi ces populations. Des ressources pour minimiser ces répercussions sont disponibles :

Une approche de la COVID-19 fondée sur les risques

Transmission du SRAS‑CoV‑2

Comprendre le mode de transmission du SRAS‑CoV‑2, le virus à l’origine de la COVID‑19, permet d’orienter une évaluation des risques et la mise en œuvre des mesures d’atténuation des risques correspondantes pour contribuer à réduire la propagation de la COVID‑19. Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez la page Web sur les modes de transmission de l’ASPC et le document d’orientation sur les Mesures individuelles et communautaires pour atténuer la propagation de la maladie à COVID‑19 au Canada.

Pour les écoles de la maternelle à la 12e année spécifiquement, il est important de tenir compte de la dynamique de la transmission du SRAS‑CoV‑2 chez les enfants et les jeunes et dans les milieux scolaires, tout en ayant conscience que les enfants de moins de 12 ans ne seront pas éligibles pour la vaccination contre la COVID-19 et du fait que les données peuvent changer, notamment en ce qui concerne les variants préoccupants (VP). Bien que la transmission du SRAS‑CoV‑2 Note de bas de page b puisse se produire dans les écoles de la maternelle à la 12e annéeNote de bas de page 8 Note de bas de page 9 Note de bas de page 10 Note de bas de page 11 Note de bas de page 12 Note de bas de page 13 Note de bas de page 14, le risque de transmission d’enfant à enfant et d’enfant à adulte peut être plus faible dans les écoles primaires que dans les écoles secondaires lorsque des MSP sont en place et respectées, mais cela dit, les données probantes à ce sujet sont encore en train d’émerger et d’autres recherches sont requises. Cependant, une transmission généralisée dans ces milieux a été observée lorsque des mesures d’atténuation multiples ne sont pas présentes ou suiviesNote de bas de page 15 Note de bas de page 16 Note de bas de page 17 Note de bas de page 18. Alors que les plus jeunes enfants, en particulier ceux âgés de moins de 10 ans, peuvent éprouver des symptômes moins fréquents et moins graves de la COVID‑19,Note de bas de page 19 Note de bas de page 20 Note de bas de page 21 il demeure important de minimiser la transmission pour réduire le risque pour les enfants et leur entourage.

Bien qu’il existe peu de données probantes en ce qui a trait aux VP, la majorité des données recueillies jusqu’à présent indiquent que le respect de plusieurs niveaux de mesures d’atténuation peut être efficace pour limiter la transmission de la COVID‑19 dans les milieux accueillant des enfants et des jeunes, y compris les écoles de la maternelle à la 12e annéeNote de bas de page 12, Note de bas de page 22. Au moment de la publication, il n’y avait pas suffisamment de données probantes de haute qualité pour décrire les différences entre la transmission des variants préoccupants dans les écoles de la maternelle à la 12e année par rapport à l’ensemble de la communautéNote de bas de page 23; les données probantes continueront d’être surveillées en ce qui concerne l’impact des VP sur la population des enfants et des jeunes.

Les établissements d’enseignement postsecondaire ont également connu des éclosions au sein de leur population étudiante, entraînant dans certains cas une incidence supérieure à celle de la communauté localeNote de bas de page 24. À l’heure actuelle, il n’existe pas suffisamment de données probantes de haute qualité en ce qui concerne l’effet combiné des VP et de la vaccination sur cette population. D’autres considérations spécifiques à cette population qui contribuent au risque d’éclosion comprennent les suivantes : un nombre plus élevé que la moyenne de contacts sociaux, des logements partagés et une intention potentiellement plus faible de se faire vaccinerNote de bas de page 24.

La transmission du SRAS‑CoV‑2 est moins susceptible de se produire au sein des populations fortement vaccinées par rapport aux populations non vaccinées, en raison du taux réduit d’infections et/ou de la charge virale réduite si une personne vaccinée contracte la COVID‑19Note de bas de page 25 Note de bas de page 26 Note de bas de page 27 Note de bas de page 28. Par conséquent, il est important de maximiser la couverture vaccinale en milieu scolaire (parmi les personnes admissibles) avant le début de l’année scolaire 2021‑2022, afin de réduire le risque de transmission du SRAS‑CoV‑2 et/ou d’éclosions locales une fois que les cours en présentiel auront repris.

Évaluation et atténuation du risque lié à la COVID‑19 dans les écoles

Le risque associé à la transmission du SRAS-CoV-2 en milieu scolaire est basé sur une variété de facteurs, tels que l’épidémiologie de la communauté locale et de l’école, les caractéristiques du milieu (p. ex. taille de l’espace intérieur, lieux des grands rassemblements), ainsi que les personnes accédant au milieu, et doit être évalué avant la mise en place des programmes ou des activités en personne. Les vaccins réduisent le risque de complications graves même si une transmission se produit et l’évaluation du risque général devrait prendre ce fait en considération. Au moment de déterminer si des MSP doivent être mises en place, il est également important de prendre en compte les conséquences imprévues des interventions et de bien peser le risque que présente la COVID-19 comparativement aux autres conséquences négatives potentielles (p. ex. répercussions sur la santé mentale découlant de la fermeture des écoles).

L’outil d’atténuation du risque Réduire le risque de COVID-19 en milieu communautaire : Un outil pour les exploitants de l’ASPC a été conçu pour aider les exploitants et administrateurs de divers milieux communautaires, y compris les écoles, à évaluer le risque de contracter la COVID‑19 dans les milieux communautaires en se basant sur : l’activité locale de la COVID‑19, les caractéristiques physiques du milieu, les personnes qui accèdent au milieu, et les activités et interactions qui ont lieu dans le milieu. L’outil permet aux utilisateurs d’identifier des stratégies d’atténuation pour réduire le risque de transmission de la COVID‑19 dans leur environnement particulier.

De plus, les écoles doivent collaborer étroitement avec leur autorité locale en matière de transport et les ASP régionales ou locales dans la mise en œuvre de mesures d’atténuation des risques liés au transport. Les ASP régionales ou locales fourniront des conseils sur les mesures individuelles et communautaires requises, en fonction des conditions locales.

Vaccination contre la COVID‑19

Comme il est indiqué dans le Guide canadien d’immunisation, les vaccins sont un volet essentiel de la santé publique et leur utilisation a grandement contribué à la prévention et au contrôle des maladies infectieuses au Canada et à l’étranger. Les personnes admissibles vaccinées (contre la COVID-19 et d’autres maladies évitables par la vaccination) représentent une importante mesure contribuant à réduire l’incidence des maladies infectieuses au sein de la communauté. Les vaccins contre la COVID‑19 sont efficaces pour prévenir les complications graves liées à la maladie, comme le développement d’une forme grave de la maladie, les hospitalisations et les décès dus à la COVID‑19, ainsi que pour réduire le risque d’infection et de transmission parmi les personnes vaccinéesNote de bas de page c. Au moment de la publication, l’utilisation des vaccins contre la COVID‑19 a été autorisée chez les personnes âgées de 12 ans et plus et des essais cliniques sont en cours pour tester les vaccins contre la COVID-19 chez les enfants plus jeunes. Toutefois, on prévoit que la couverture vaccinale au sein de la population canadienne admissible (c.‑à‑d. les personnes âgées de 12 ans et plus) augmentera et favorisera un ajustement graduel des MSP dans les milieux communautaires, y compris les écolesNote de bas de page 29.

Les études actuelles fournissent des données probantes indiquent des éclosions communautaires locales malgré des taux élevés de vaccination de la populationNote de bas de page 30 Note de bas de page 31 Note de bas de page 32, particulièrement dans le contexte de la circulation des VP et chez les personnes qui ne sont pas encore vaccinées. Toutefois, l’incidence de complications graves, comme l’hospitalisation et le décès, est réduite grâce à des taux élevés de couverture vaccinaleNote de bas de page 33. Les ASP régionales ou locales doivent travailler avec les administrateurs scolaires pertinents pour identifier les méthodes permettant d’augmenter la couverture vaccinale au sein de la population scolaire et d’encourager toutes les personnes admissibles à se faire vacciner contre la COVID‑19. Par exemple, les écoles pourraient promouvoir des stratégies de communication et de sensibilisation (p. ex., courriels, panneaux ou affiches aux points d’entrée des écoles), afin d’encourager la vaccination de toutes les personnes qui fréquentent l’établissement et qui sont admissibles. Les communications doivent être rédigées dans un langage clair et simple et dans des formats alternatifs, selon les besoins, afin de faciliter une communication efficace pour les personnes handicapées et, le cas échéant, en partenariat avec des organisations communautaires de confiance pour répondre aux besoins de diverses populations.

Les écoles peuvent souhaiter travailler avec les autorités appropriées (p. ex. ASP régionales ou locales, services de vaccination, etc.) pour offrir des cliniques de vaccination sur place, dans le but d’augmenter la couverture vaccinale (avec le consentement des parents, au besoin) au sein de la population scolaire admissible. Si l’école ou les services de vaccinations ne peut pas prendre en charge la vaccination sur place, des aménagements, tels qu’une certaine souplesse en matière d’absences, pourraient être prévus pour permettre aux élèves et au personnel de se rendre dans des centres de vaccination hors site. L’école peut également soutenir les activités de vaccination en contribuant au transport des élèves vers les cliniques de vaccination, en aidant à remplir les formulaires de consentement et en faisant la promotion de la vaccination, en collaboration avec l’ASP régionale ou locale.

Malgré le déploiement généralisé de la vaccination, certaines personnes peuvent choisir de ne pas se faire vacciner contre la COVID‑19 ou ne pas pouvoir le faire pour diverses raisons, notamment leur admissibilité, leur âge et/ou des contre‑indications. Il est important de veiller à ce que ces personnes ne soient pas stigmatisées ou discriminées en raison de leur statut vaccinal.

Adaptation des mesures de santé publique en milieu scolaire

Des directives sont disponibles sur l’Adaptation des mesures de santé publique dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19 et fournit des conseils sur les MSP de base, comme rester à la maison lorsque l’on est malade, avoir une bonne hygiène des mains et pratiquer l’étiquette respiratoire, ainsi que sur des MSP supplémentaires, comme l’éloignement physique et le port du masque au besoin et lorsque nécessaire. On s’attend à ce que de nombreux virus respiratoires circulent au sein de la communauté et dans les écoles cet automne, comme la grippe et le virus respiratoire syncytial (VRS), et la prise de mesures adaptées à tous les virus permettra de mettre en place une approche durable. Par conséquent, la prise en compte de MSP de base qui sont appropriées pour divers agents pathogènes infectieux pouvant circuler au sein de la population étudiante dans les écoles permettra de créer une approche durableNote de bas de page 34.

Les ASP régionales ou locales pourraient bénéficier de plans pour mettre en place, maintenir, assouplir ou rétablir des MSP de base et supplémentaires. Les plans d’adaptation des MSP devraient tenir compte de plusieurs indicateurs clés, comme ils sont énoncés dans le document Adaptation des mesures de santé publique dans le cadre de la vaccination contre la COVID-19. Les indicateurs ayant une grande incidence sur le risque associé à la COVID-19 dans les écoles et les communautés comprennent l’évolution de la disponibilité des vaccins chez les personnes âgées de moins de 12 ans; les répercussions de la couverture vaccinale au sein de la grande communauté admissible d’écoles; et les risques associés à la possibilité que des VP capables d’échappement immunitaireNote de bas de page d s’établissent au sein des communautésNote de bas de page 35 Note de bas de page 36.

Des MSP de base et supplémentaires peuvent être recommandées en fonction du niveau de risque (risque faible ou risque élevé) de propagation de la COVID‑19 au sein de la communauté locale et de l’école. Toutefois, les conséquences imprévues des MSP devraient également être prises en compte avant leur mise en œuvre.

Quel que soit le statut vaccinal des élèves, il est important que les écoles envisagent des mesures pour protéger la population étudiante et son entourage contre le développement d’une forme grave de la maladie ou de complications s’ils contractent la COVID‑19. En consultation avec l’ASP régionale ou locale, l’école doit surveiller l’adoption des MSP (comme l’adhésion) et s’adapter au besoin pour relever les défis liés à la mise en œuvre et les changements dans l’épidémiologie de la communauté locale ou de l’école.

Alors que de plus en plus de personnes au Canada sont vaccinées contre la COVID-19, il sera important d’optimiser les activités de dépistage, de test et de surveillance qui peuvent favoriser la gestion des éclosions locales tout en maintenant une capacité d’appoint dans l’éventualité d’une incidence accrue ou de l’établissement de VP capables d’échappement immunitaireNote de bas de page d. Les technologies et les stratégies de dépistage devront prendre en compte l’épidémiologie de la COVID-19 ainsi que la couverture vaccinale au sein de la population.

Milieux à faible couverture vaccinale

Dans les milieux où la couverture vaccinale est faible (p. ex. écoles primaires où la plupart des élèves sont âgés de moins de 12 ans, ou les populations où un grand nombre de personnes ont décidé de ne pas se faire vacciner), l’introduction et la transmission du SRAS CoV 2 dans le milieu scolaire et au sein de la communauté locale sont possibles. Il peut s’agir de la transmission à des personnes non vaccinées et à celles susceptibles de présenter une forme grave de la maladie ou des complicationsNote de bas de page 32. La mise en œuvre des MSP supplémentaires dans ces milieux, comme une meilleure ventilation, des stratégies de dépistage et de test, le port du masque et l’éloignement physiqueNote de bas de page 18 Note de bas de page 37, peut être considérée pour réduire le risque de transmission du SRAS-CoV-2 ou des éclosions locales. Au moment de déterminer si ces mesures sont appropriées, il sera important de tenir compte du risque que présente la COVID-19 et le risque qu’il se produisent des conséquences imprévues découlant de ces mesures.

Ventilation des espaces intérieurs

La ventilation joue un rôle important dans la réduction du risque de transmission du SRAS‑CoV‑2, en particulier à l’intérieur des locaux Note de bas de page 38 Note de bas de page 39 Note de bas de page 40. Dans les écoles munies de systèmes de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC), il est recommandé, si possible, qu’un professionnel soit consulté pour s’assurer que ceux-ci sont correctement conçus, entretenus et fonctionnent bienNote de bas de page 41. D’autres façons d’améliorer la ventilation comprennent : organiser des activités à l’extérieur et ouvrir les portes et fenêtres lorsque cela est possible et sécuritaireNote de bas de page 38 Note de bas de page 42 Note de bas de page 43. S’il n’est pas possible d’ouvrir une fenêtre lorsque la pièce est occupée, les écoles peuvent envisager d’ouvrir les fenêtres entre les périodes d’occupation/classesNote de bas de page 44 ou de déplacer les activités dans un espace mieux ventilé (p. ex., à l’extérieur, dans un espace plus grand, dans une pièce avec une ventilation mécanique par système de chauffage, ventilation et climatisation [CVC]), lorsque cela est possible.

En l’absence d’une ventilation naturelle ou mécanique appropriée, les écoles devraient étudier la possibilité d’utiliser des filtres à air HEPA portables tout en s’assurant d’obtenir des conseils d’expert quant au meilleur appareil requis selon la taille de la pièce, les niveaux d’occupation et les activités qui seront réaliséesNote de bas de page 45 Note de bas de page 46 Note de bas de page 47. Toutefois, les filtres à air HEPA portables ne devraient pas être utilisés en tant que solution de rechange pour une ventilation appropriée. Ils devraient plutôt être utilisés pendant les périodes où une ventilation adéquate est impossibleNote de bas de page 45 Note de bas de page 46 Note de bas de page 47.

Pour plus d’informations sur la manière dont la ventilation des espaces intérieurs peut réduire la propagation de la COVID‑19, consulter le document COVID‑19 : Guide de ventilation des espaces intérieurs pendant la pandémie.

Dépistage

Comme le conseillent les PT et les autorités régionales ou locales de santé publique, les écoles peuvent envisager de mettre en place des programmes de dépistage des symptômes pour les élèves et étudiants, le corps enseignant et le personnel, en particulier pour les populations ayant une faible couverture vaccinale, comme les écoles primaires et/ou les écoles intermédiaires où une grande partie des élèves ne sont pas vaccinés (c.‑à‑d. les enfants de moins de 12 ans). Un dépistage passif et actif pour la COVID‑19 des symptômes et des risques d’exposition permettra d’identifier les personnes qui pourraient présenter des symptômes de la COVID‑19 et contribuera à réduire le risque de transmission du SRAS‑CoV‑2 dans les écoles (c’est‑à‑dire dans les milieux communautaires) en facilitant l’identification des personnes qui peuvent avoir des symptômes de la COVID-19 afin qu’elles n’entrent pas dans les lieux ou qu’elles soient séparées des autres si elles se trouvent déjà sur les lieux.

Des stratégies de dépistage peuvent être envisagées, telles qu’elles sont mises en pratique par d’autres administrations et paysNote de bas de page 48 Note de bas de page 49 Note de bas de page 50 Note de bas de page 51 Note de bas de page 52, pour aider à identifier et à contenir rapidement la propagation de la COVID‑19 en milieu scolaire, particulièrement lors d’une éclosion de COVID‑19 dans une communauté locale ou une école. L’école doit suivre les conseils de l’ASP régionale ou locale concernant les conditions et les stratégies de dépistage appropriées, en tenant compte du fait que les tests PCR, les tests rapides et les tests auto-administrés peuvent tous avoir un rôle à jouer dans le cadre des stratégies de dépistage recommandées. Le dépistage continuera d’être important dans le cadre de la gestion continue de la COVID‑19.

Le Comité consultatif d’experts en matière de tests et de dépistage reconnait que de 30 à 50 % des enfants ayant contracté une infection par le SRAS-CoV-2 étaient asymptomatiques. Le Comité consultatif encourage l’adoption de stratégies de dépistage là où le taux de prévalence dans la communauté suggère qu’elles seraient avantageuses, notamment par l’entremise de l’utilisation de tests rapides pour identifier les cas de COVID-19 qui compléteraient les tests PCR effectués en laboratoire. De plus, des tests auto-administrés pourraient être offerts sous peu aux élèves, au personnel et aux parents afin de leur permettre d’effectuer le test à la maison et de contribuer à la détermination d’une infection du SRAS-CoV-2.

Les écoles devraient mettre en place des stratégies de communication ciblant les élèves et le personnel, ainsi que les parents et les tuteurs pour s’assurer que les personnes n’entrent pas dans le milieu scolaire si elles ressentent des symptômes évoquant la COVID‑19 (tels que définis par la province ou le territoire), ont obtenu un résultat positif à un test de dépistage de la COVID‑19 ou sont informées par l’ASP locale ou régionale qu’elles doivent se mettre en quarantaine ou en isolement. Il est également important de tenir compte du fait que d’autres maladies respiratoires (p. ex. la grippe, le VRS) peuvent circuler pendant l’automne et l’hiver. Les écoles devraient donc être conscientes qu’il est possible que des personnes légèrement symptomatiques obtiennent un résultat négatif à un test de dépistage de la COVID-19, mais qui peuvent avoir une autre maladie respiratoire.

Pour obtenir de plus amples renseignements, consulter le rapport Stratégies prioritaires pour optimiser les tests et le dépistage pour les écoles primaires et secondaires, qui fournit des conseils fondés sur des données probantes concernant les approches existantes en matière de dépistage et de mesures de dépistage des symptômes pour soutenir l’apprentissage en présentiel, les recommandations étant principalement axées sur les communautés où la transmission en milieux communautaires du SRAS‑CoV‑2 est élevée ou en augmentation.

Port du masque

Dans certaines circonstances, les ASP régionales ou locales peuvent recommander, ou les écoles peuvent décider, de mettre en œuvre des mesures relatives au port du masque en tant que mesure supplémentaire dans les écoles ou les communautés où le risque de transmission de la COVID-19 est plus élevéNote de bas de page 53.

Il a été démontré qu’un masque non médical, bien conçu, bien ajusté et correctement porté, protège l’utilisateur et son entourageNote de bas de page 53 Note de bas de page 54 Note de bas de page 55 Note de bas de page 56 Note de bas de page 57 Note de bas de page 58 Note de bas de page 59. Le port du masque peut également être encouragé lorsque l’éloignement physique n’est pas possible (c’est‑à‑dire dans les lieux publics intérieurs, les lieux extérieurs bondés, lors d’activités impliquant un contact étroit avec les autres)Note de bas de page 60 Note de bas de page 61 Note de bas de page 62. Il est important de reconnaître que certaines personnes peuvent choisir de porter un masque en raison d’une évaluation personnelle du risque (p. ex. les personnes qui sont plus à risque de présenter une forme grave de la maladie ou des complications)Note de bas de page 63 Note de bas de page 64. Il est également important que ces personnes ne soient pas stigmatisées pour ce choix. De plus, les administrateurs des établissements scolaires devront répondre aux besoins des élèves handicapés et s’assurer qu’ils ont accès aux mêmes informations de santé publique et, dans la mesure du possible, à des mesures d’atténuation appropriées (p. ex. une assistance pour le port du masque).

Comparativement aux conséquences négatives potentielles associées à la fermeture des écoles et à l’apprentissage en ligne susmentionnées, le port du masque peut prévenir la transmission du SRAS-CoV-2 chez les enfants non vaccinésNote de bas de page 55 Note de bas de page 65 Note de bas de page 66 et peut également contribuer à réduire la transmission d’autres affections respiratoires en milieu scolaire (par exemple, la grippe, le VRS)Note de bas de page 67 Note de bas de page 68 Note de bas de page 69. Les études existantes révèlent que l’utilisation de masques chez les enfants n’altère pas de manière significative leur santé physiologique (c’est‑à‑dire leur fonction respiratoire); cependant, la supervision constante d’un adulte sur le port correct et sûr des masques est fortement encouragée pour prévenir les déficiences respiratoiresNote de bas de page 70 Note de bas de page 71. Aucune solide donnée probante ne suggère que le port du masque chez les enfants peut entraîner des conséquences négativesNote de bas de page 70 Note de bas de page 72 Note de bas de page 73 Note de bas de page 74.

Éloignement physique et regroupement en cohorte

Dans certaines circonstances, les ASP régionales ou locales peuvent recommander, ou les écoles peuvent décider, de mettre en place des mesures d’éloignement physique Note de bas de page e en tant que mesure supplémentaire lorsque la transmission de la COVID-19 est plus susceptible de se produire dans la communauté ou l’école. Même si l’éloignement physique peut réduire le risque de transmission du SRAS‑CoV‑2Note de bas de page 75 Note de bas de page 76 Note de bas de page 77, il peut être difficile de mettre en œuvre cette mesure dans les établissements scolaires où l’espace est limité et où des interactions personnelles sont requises dans le cadre du processus d’apprentissage.

Les écoles peuvent décider de diviser les élèves en cohortes et mettre en œuvre une mesure d’éloignement entre les groupes si et quand la situation locale exige l’application des recommandations relatives à l’éloignement physique ou lorsque le recommande l’ASP régionale ou locale.

C’est pourquoi il est important, lorsque le recommande l’ASP régionale ou locale en fonction de l’épidémiologie locale de la COVID‑19 et d’autres indicateurs, d’adopter une « approche à plusieurs niveaux » et d’adhérer à d’autres MSP, telles que la ventilation des espaces intérieurs, les mesures de dépistage et le port du masque pour minimiser le risque de propagation de la COVID‑19. Lorsque les ASP régionales ou locales déterminent si elles doivent recommander des mesures d’éloignement physique, il sera important de tenir compte du risque que présente la COVID-19 ainsi que les conséquences imprévues de ces mesures.

Déclaration et gestion des éclosions

Il est important pour les administrateurs des établissements de la maternelle à la 12e année de comprendre les tendances de leur école en matière d’absentéisme, ainsi que les symptômes associés à la COVID‑19 et aux autres maladies respiratoires qui peuvent circuler pendant l’automne et à l’hiver et de reconnaître qu’il pourrait être difficile de distinguer les symptômes de la COVID-19 de ceux des autres symptômes de maladie respiratoire. Les écoles doivent avoir des plans en place pour la reconnaissance précoce des personnes potentiellement infectées par la COVID-19 et la prévention de la propagation de la COVID‑19, en plus des processus établis pour le signalement des symptômes et la déclaration des cas, le partage des informations et le soutien de l’ASP régionale ou locale dans sa gestion des cas et ses efforts de recherche des contacts, le cas échéant. Il est recommandé de contacter l’ASP régionale ou locale en cas d’éclosions ou lors de situations inhabituelles, par exemple lorsque l’absentéisme des élèves, du personnel ou des bénévoles est plus important que prévu, ou lorsqu’une maladie grave est observée. Pour obtenir de plus amples renseignements, des lignes directrices pour les enquêtes sur les éclosions de l’ASPC pour les écoles de la maternelle à la 12e année sont disponibles.

Il est peu probable que les établissements postsecondaires contrôlent l’assiduité en classe ou suivent l’absentéisme en raison de la nature et le type d’enseignement dispensé, des politiques variables en matière d’assiduité et de la composition de la population étudiante (c.‑à‑d. les jeunes adultes et étudiants adultes). Dans l’éventualité où la gestion des cas et des contacts est requise, les administrations peuvent envisager des programmes numériques (p. ex. des applications Web, des codes QR) pour appuyer les efforts de santé publique. Au besoin, les étudiants sur le campus et dans les résidences pour étudiants de niveau postsecondaire doivent être informés sur la manière de se faire dépister (p. ex. en cas d’éclosion locale à l’école ou au sein de la communauté). Des protocoles standards pour la notification/la déclaration des infections, la recherche des contacts et l’isolement (le cas échéant) doivent être mis en place.

Les administrateurs scolaires doivent élaborer des plans, en consultation avec leur ASP régionale ou locale, qui leur serviront de guide pour prendre des mesures en cas d’éclosion de COVID‑19 dans leur école. Les plans doivent prendre en compte les politiques spécifiques concernant la gestion des cas et des contacts, les protocoles de nettoyage et de désinfection des lieux, et les autres formes d’enseignement temporaires. Les ASP régionales ou locales donneront des conseils sur le dépistage et la séparation ou l’exclusion des élèves, du personnel et des bénévoles, au besoin.

Les plans de communication doivent préserver la confidentialité des informations fournies aux élèves, aux parents, aux familles, aux tuteurs, au personnel de l’école, aux bénévoles et aux communautés locales. Les rôles et responsabilités de l’école, de l’ASP régionale ou locale et des autres parties prenantes en cas d’éclosion doivent être définis avant le retour à l’école.

Autres considérations

Stratégies de communication

Il est important de maintenir des activités de communication pour les étudiants de la maternelle à la 12e année et les étudiants post-secondaires, le personnel et les parents et tuteurs (p. ex. rappels, histoires, vidéos) qui sont à la fois adaptées à l’âge, inclusives, réalisables et accessibles. Expliquez clairement ce que les gens peuvent faire pour assurer leur propre sécurité et celle de leur entourage, et la justification des recommandations. Ces approches peuvent contribuer à renforcer le sentiment de compétence et d’efficacité, ce qui peut faciliter l’adhésion aux MSP recommandéesNote de bas de page 78. Une telle transparence contribue généralement au respect des mesures, parce que les personnes comprendront les raisons qui motivent les décisions et l’efficacité des mesures requises et elles peuvent se préparer aux changementsNote de bas de page 79 Note de bas de page 80 Note de bas de page 81. Il sera également important de communiquer clairement qu’il est acceptable que les MSP soient maintenues et respectées par les personnes alors que de plus en plus de personnes au Canada se font vacciner contre la COVID-19; cela peut aider à éviter la discrimination et la stigmatisation envers les étudiants qui choisissent d’adopter certaines pratiques (p.ex. le port du masque, l’éloignement physique, les programmes de dépistage), et soutenir les efforts de santé publique pour limiter la transmission de la COVID‑19 et d’autres maladies respiratoires. Une stratégie pourrait consister à appuyer et à encourager les gens à envisager et à agir d'une manière qui aide ou profite à d'autres personnes, et à faire leur part pour assurer la sécurité d’autrui. Lorsque les gens ont le sentiment d’appartenir à un groupe ou de prendre part à un mouvement communautaire (p. ex. leur communauté scolaire), ils peuvent être plus enclins à respecter les MSP. Cela est particulièrement vrai s’ils voient d’autres personnes le faireNote de bas de page 82.

Il sera important que les écoles de la maternelle à la 12e année tiennent les parents et les tuteurs informés des attentes de l’école (p. ex. garder les élèves malades à la maison, signaler les absences) ainsi que des mesures prises par l’école pour prévenir la transmission de la SRAS-CoV-2 et promouvoir les comportements de protection de la santé. Les écoles devraient également encourager les parents à suivre les conseils de l’ASP régionale ou locale au sujet de la vaccination contre la COVID‑19 s’ils sont admissibles et des mesures à prendre à la maison pour prévenir la propagation des infections respiratoires, y compris de la COVID‑19. La communication doit inclure des références à l’ASP régionale ou locale, utiliser un langage simple, fournir des stratégies pour assurer un accès équitable aux services de soutien et être aussi adaptée que possible aux familles comptant des personnes handicapées ou à celles dont la langue maternelle n’est pas l’anglais ou le français.

En consultation avec l’ASP régionale ou locale, l’école doit communiquer les politiques aux membres du personnel et s’assurer qu’ils restent à la maison s’ils sont malades, ont été testés positifs ou présentent des symptômes de la COVID‑19 et élaborer des politiques souples qui permettent au personnel de prendre des congés sans crainte de conséquences négatives, tout en s’assurant que ces personnes ne sont pas stigmatisées et que leur vie privée est protégée.

Il est important que l’ASP régionale ou locale, les administrateurs des écoles, la population étudiante, le personnel et les parents et tuteurs participent au processus de planification en cas d’éclosion locale (p. ex. dans le cadre des réunions d’associations parents-professeurs, médias sociaux, sondages).

Rassemblements sociaux, événements et activités

En fonction des conseils de l’ASP régionale ou locale lorsque le risque de propagation de la COVID‑19 est faible au sein de la communauté ou de l’école, les étudiants sont susceptibles de participer de plus en plus à des activités sociales, tant sur la propriété l’école ou sur le campus qu’en dehors. Les administrateurs et les ASP régionales ou locales doivent fournir des informations aux étudiants pour veiller à ce qu’ils prennent connaissance des recommandations de l’ASP régionale ou locale, des politiques scolaires et des directives opérationnelles relatives aux rassemblements.

Lorsque le risque de propagation de la COVID‑19 est élevé au sein de la communauté ou de l’école, il peut être utile de rappeler aux étudiants les mesures d’atténuation du risque lors des rassemblements en personne. Il peut s’agir de conseils destinés aux personnes vaccinées (en fonction de l’efficacité du vaccin, notamment contre les VP), ainsi qu’aux personnes qui ont été partiellement vaccinées ou qui ne le sont pas et qui participent à des rassemblements. De plus, il peut être utile de proposer des solutions de rechange qui présentent un risque plus faible de propagation de la COVID‑19 (p. ex. événements virtuels, petits rassemblements, activités à l’extérieur, port du masque pendant les événements) et qui leur permettent encore de se sentir connectés avec leurs pairs. Les jeunes ont tendance à adhérer aux MSP lorsqu’ils ont l’impression qu’eux‑mêmes, ou des personnes qui leur sont chères, pourraient être exposés au risque de contracter la COVID‑19Note de bas de page 83.

Cependant, malgré les recommandations de l’ASP régionale ou locale, il est important de reconnaître que si les enfants plus âgés et les étudiants de niveau postsecondaire choisissent de se réunir en personne pendant les périodes de risque élevé de propagation de la COVID‑19, la consommation de substances (p. ex. drogues ou alcool), entre autres facteurs, peuvent nuire à leur évaluation du risque et réduire leur adhésion aux MSPNote de bas de page 84 Note de bas de page 85 Note de bas de page 86. Les administrateurs scolaires et les ASP locales devraient promouvoir des stratégies de consommation sûre de substances pour le bien‑être général des étudiants, et pourraient également améliorer l’adhésion aux MSP recommandées lorsque des rassemblements sociaux privés ont lieu.

Pour de plus amples renseignements sur l’évaluation des risques au niveau individuel, vous pouvez utiliser la ressource Ma calculatrice pour risque d’exposition à la COVID‑19 lors de visites, un outil en ligne pour évaluer le risque individuel d’être infecté par la COVID‑19 lors d’une visite ou d’un rassemblement avec d’autres personnes.

Voyages et étudiants étrangers

Une attention particulière doit être accordée à la fréquentation scolaire des personnes venant de l’extérieur de la communauté, comme les élèves interprovinciaux et étrangers. Il est recommandé que des protocoles soient en place pour appuyer les personnes de retour au Canada et pour prévenir une possible discrimination en fonction de la race ou du pays d’origine.

Les exigences locales, provinciales, territoriales et nationales pour les voyageurs nationaux et internationaux peuvent nécessiter une période de mise en quarantaine avant l’intégration dans l’activité scolaire. Tous les voyageurs entrant au Canada doivent satisfaire à toutes les exigences applicables en matière de tests et de quarantaine, rendues exécutoires par un décret d’urgence en vertu de la Loi sur la mise en quarantaine.

Comme les mesures de mise en quarantaine liées aux voyages continuent d’évoluer, les ASP régionales ou locales et les ressources ci‑dessous doivent être consultées pour déterminer les restrictions actuelles qui peuvent avoir une incidence sur les personnes qui fréquentent ou prévoient de fréquenter les établissements scolaires.

Les étudiants et les administrateurs trouveront de plus amples informations sur le site d’Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada :

Activités organisées en milieu scolaire

Éducation physique et activités de loisirs

L’activité physique joue un rôle important dans de nombreux milieux scolaires, car elle procure un sentiment d’appartenance à la communauté, favorise la santé physique et mentale des personnes, ainsi que les liens sociauxNote de bas de page 87 Note de bas de page 88.

Il peut également être prudent de tenir compte des risques supplémentaires associés à la transmission du SRAS‑CoV‑2 pendant les périodes de sports et de récréation, en raison de la production de gouttelettes et d’aérosols respiratoires infectieux lors de la respiration forte ou des cris (p. ex., pendant la récréation ou l’éducation physique, particulièrement à l’intérieur), en particulier pendant les périodes de transmission accrue ou d’éclosions communautaires.

Les activités parascolaires, comme les sports universitaires et collégiaux, peuvent également présenter un risque accru de transmission du SRAS‑CoV‑2Note de bas de page 89 Note de bas de page 90, surtout pour les sports de contact ou d’équipe. Lorsque la communauté locale ou l’école présente un risque élevé de propagation de la COVID‑19, les écoles peuvent choisir des activités où l’éloignement physique peut être maintenu ou des activités qui peuvent avoir lieu à l’extérieur. Les sports de contact ou d’équipe peuvent être envisagés lorsque la communauté locale ou l’école présente un faible risque de propagation de la COVID‑19.

Musique, orchestre, chant et chorale

La pratique d’instruments à vent ou de cuivres peut augmenter le risque de transmission du SRAS‑CoV‑2, en raison de la production de gouttelettes et d’aérosols infectieux ou de l’utilisation d’un instrument récemment utilisé par une personne atteinte de la COVID‑19Note de bas de page 24 Note de bas de page 91. Bien qu’il n’y ait pas de preuves absolues d’augmentation de la transmission du SRAS‑CoV‑2 liée à ces activités, des précautions supplémentaires doivent être prisesNote de bas de page 92. Les données évoluent et continueront d’être surveillées et actualisées à mesure que d’autres données sont recueillies.

Le chant à l’intérieur contribue à la transmission du SRAS‑CoV‑2 lorsque l’un des participants est atteint de la COVID‑19Note de bas de page 91 Note de bas de page 92 Note de bas de page 93. On considère que le risque est encore plus grand lorsque le chant a lieu dans un espace fermé, mal ventilé, ou dans un lieu bondé.

Comme le recommande l’ASP régionale ou locale et selon le risque local que présente la COVID-19, l’école peut envisager des mesures d’atténuation particulières comme les suivantesNote de bas de page 94:

Pour de plus amples renseignements sur le nettoyage et la désinfection en milieu scolaire (c.‑à‑d. dans les espaces publics), consultez le guide de l’ASPC COVID‑19 : Nettoyage et désinfection.

Pensionnats et résidences pour étudiants de niveau postsecondaire

Les pensionnats et les résidences pour étudiants de niveau postsecondaire ont des aspects particuliers à prendre en compte en tant que lieux de vie collective, où le risque de contraction ou de transmission du SRAS‑CoV‑2 peut être élevéNote de bas de page 95. Les administrateurs scolaires doivent élaborer des plans en consultation avec l’ASP régionale ou locale pour l’ouverture de pensionnats ou de résidences pour étudiants de niveau postsecondaire, sur la base d’une évaluation des risques que présente l’école. Pour en savoir plus, consultez l’annexe C du document d’orientation Mesures individuelles et communautaires pour atténuer la propagation de la maladie à COVID‑19 au Canada.

Les administrateurs des pensionnats et des établissements d’enseignement postsecondaire peuvent mettre en œuvre des stratégies pour encourager les élèves à se faire vacciner contre la COVID-19 et mettre en place des politiques pour faire le suivi du taux de vaccination au sein de la population étudiante vivant dans les résidences.

Comme le recommande l’ASP régionale ou locale et lorsque la communauté ou l’école court un plus grand risque de transmission du SRAS-CoV-2 ou si le taux de couverture vaccinale est faible, les administrateurs des pensionnats et des établissements d’enseignement peuvent décider de mettre en œuvre des stratégies de dépistage au début de l’année scolaire et envisager des tests fréquents pendant les éclosions de COVID‑19, pour aider à détecter et à contenir rapidement la propagation de la COVID‑19. Des sites de dépistage dans ces milieux peuvent être utiles pour faciliter l’accès des étudiants.

Les administrateurs doivent également envisager la possibilité que des restrictions soient imposées en matière de voyages pendant le trimestre universitaire, empêchant ainsi certains étudiants de quitter ou de regagner leur pensionnat ou logement universitaire. Il serait important pour les administrateurs d’aviser la population étudiante si des restrictions sont mises en place pour les personnes voyageant au pays et à l’étranger pour le plaisir, le travail ou pour des raisons familiales. Dans les cas où les étudiants ne peuvent pas rentrer chez eux et doivent rester dans les résidences, ils peuvent avoir besoin de divers soutiens et services (y compris des services de santé mentale) pendant les périodes où l’école est traditionnellement fermée ou fonctionne à effectif réduit (p. ex. pendant les vacances d’hiver).

Les ASP régionales ou locales et les administrateurs des établissements scolaires peuvent consulter les ressources ci‑après :

Gestion de la COVID‑19 dans les pensionnats et les résidences pour étudiants de niveau postsecondaire

En raison de la nature des lieux de vie collective, les écoles doivent s’assurer que des plans et des protocoles efficaces sont en place pour gérer la maladie dans les pensionnats et les résidences pour étudiants de niveau postsecondaire. Les écoles doivent élaborer des plans pour la prise en charge des personnes qui développent des symptômes ou qui ont été exposées à la COVID‑19 lors de leur présence dans l’établissement. Il peut s’agir de mesures de quarantaine ou d’isolement; de procédures à suivre pour déclarer la maladie ou une exposition à la maladie et pour obtenir des soins médicaux d’urgence si nécessaire; et la mise en œuvre de mesures de nettoyage et de désinfection plus fréquentes dans les zones auxquelles une personne malade a eu accès.

Lorsque la communauté locale ou l’école présente un risque élevé de propagation de la COVID‑19 ou qu’il y a une éclosion dans un pensionnat ou une résidence pour étudiants de niveau postsecondaire, il est essentiel que l’établissement travaille en étroite collaboration avec l’ASP régionale ou locale et soutienne ses efforts pour prévenir la transmission. Les administrateurs scolaires peuvent tenir compte des facteurs suivants dans leur planification de la sécurité :

Si les administrateurs doivent gérer des cas de maladie ou des éclosions de COVID-19 sur le campus, ils pourraient trouver utile de mettre en œuvre certaines politiques et procédures. Au moment d’élaborer de telles politiques et procédures, ce qui suit peut être pris en compte :

Pour les ASP régionales ou locales, lire les directives de la page Prise en charge par la santé publique des cas de COVID‑19 et des contacts qui y sont associés pour en savoir plus.

Points à prendre en considération pour les employés

Des conseils spécifiques pour les employés des écoles sont hors du champ d’application de ce document d’orientation. Toutefois, les ressources suivantes peuvent être prises en compte en plus des directives et des exigences pertinentes de l’ASP régionale ou locale et de l’autorité compétente en matière de santé et de sécurité :

Il est important que les administrateurs scolaires consultent leur comité de santé et de sécurité ou leur représentant pour évaluer les risques de contracter la COVID‑19 sur leur lieu de travail et mettre en œuvre des contrôles appropriés des risques en fonction des besoins de leur communauté, des conseils pertinents des PT et des ASP régionales ou locales, et de l’épidémiologie locale. Voici quelques considérations générales pour les employés :

Considérations pour les communautés éloignées, isolées et autochtones

Il est important de respecter et de soutenir l’autodétermination des Autochtones et de reconnaître avec respect le fardeau disproportionné des maladies transmissibles dans certaines communautés autochtones et des séquelles de pandémies antérieures. Les programmes de surveillance locaux (le cas échéant), les centres de santé communautaires et l’ASP locale seront des partenaires importants dans la détermination du risque communautaire à l’école.

La santé et le bien‑être généraux des personnes vivant dans les communautés éloignées et isolées au Canada sont disproportionnellement influencés par un large éventail de déterminants sociaux, environnementaux et économiques. Parmi les personnes vivant dans des communautés éloignées et isolées, les facteurs déterminants sont les suivants : logement inadéquat, mauvaise qualité de l’eau ou accès limité, insécurité alimentaire, problèmes de santé préexistants, faible niveau d’éducation et de revenuNote de bas de page 96. Par exemple, il peut être difficile de respecter de bonnes pratiques d’hygiène des mains dans les milieux n’ayant pas accès à de l’eau courante ou potable.

Lorsqu’il est sécuritaire de le faire, les écoles devraient étudier la possibilité d’améliorer la ventilation intérieure en ouvrant les fenêtres et les portes et en s’assurant que les systèmes de ventilation mécaniques fonctionnent correctement. Il peut être difficile dans certains milieux où les logements sont surpeuplés ou sont manquants d’éviter les endroits clos ou bondés ou d’adéquatement isoler une personne malade des autres. Dans ces situations, les écoles peuvent favoriser l’accès aux activités sur le terrain en tant que mesure d’éloignement physique. Si l’éloignement physique est impossible, les écoles peuvent adopter une approche conservatrice en ce qui concerne le port du masque (p. ex. l’utilisation de masques médicaux dans les logements surpeuplés).

Lorsque les écoles font appel à du personnel extérieur à la communauté, elles doivent consulter leur ASP régionale ou locale et les dirigeants des communautés autochtones pour obtenir un soutien dans la conduite d’une évaluation des risques et la définition de mesures d’atténuation potentielles spécifiques à leur situation (p. ex. vaccination contre la COVID-19, quarantaine obligatoire, autosurveillance des symptômes, dépistage). Les considérations relatives à la reprise des cours à l’école peuvent inclure la disponibilité du personnel et les plans d’urgence en cas de pénurie de personnel (p. ex. en cas de maladie ou de quarantaine après un voyage). Les écoles qui se trouvent en dehors, mais à proximité des communautés autochtones, et qui ont un nombre élevé d’élèves issus des communautés autochtones voisines, devraient faire participer les dirigeants autochtones à l’élaboration de leurs plans d’apprentissage en présentiel.

Dans la mesure du possible, les efforts visant à prévenir la transmission du SRAS‑CoV‑2 ne doivent pas empiéter sur des activités culturelles importantes, des activités sur le terrain ou des cérémonies traditionnelles (p. ex. la lecture, l’heure du cercle ou la narration d’histoires en groupe, le partage de nourriture ou de boissons). Les administrateurs doivent s’assurer que ces activités peuvent se dérouler de la façon la plus sécuritaire possible.

De nombreuses écoles situées dans des communautés éloignées, isolées et autochtones nécessitent des ajouts, des rénovations et des projets d’entretien, ce qui ne permet pas toujours d’assurer une ventilation optimale des locaux ou de mettre en œuvre d’autres mesures d’atténuation des risques, telles qu’un éloignement physique constant entre les élèves, le personnel et les bénévoles. Comme dans d’autres contextes, une approche à plusieurs niveaux de l’atténuation des risques, comprenant des MSP à la fois individuelles et communautaires (p. ex. des stratégies de dépistage, une meilleure ventilation, le port du masque et l’éloignement physique), sera particulièrement importante lorsqu’il y a un risque élevé de propagation de la COVID‑19 au sein de la communauté locale ou de l’école.

De plus, il faut tenir compte de divers obstacles au moment d’augmenter la couverture vaccinale chez les peuples autochtones et les personnes vivant dans des communautés éloignées et isolées. Ces obstacles doivent être abordés de manière appropriée, car ces efforts seront des aspects importants pour minimiser l’incidence des cas, des hospitalisations et des décès dus à la COVID-19. De plus amples renseignements sont disponibles sur le site Web Services aux Autochtones Canada.

Pour en savoir davantage, consulter le document d’orientation Collectivités des Premières Nations, des Inuits et des Métis et collectivités éloignées et isolées.

Ressources supplémentaires

Remerciements

Les directives techniques ont été mises au point en collaboration avec le Groupe de travail sur la préparation du Canada en cas de grippe pandémique (GTPCGP) et des partenaires fédéraux, provinciaux et territoriaux par l’entremise du Comité consultatif technique (CCT) et/ou du Comité consultatif spécial (CCS). Les présentes directives ont également été mises au point en collaboration avec d’autres ministères gouvernementaux, divers partenaires multilatéraux, des intervenants autochtones et d’autres intervenants externes ayant un intérêt dans ce domaine.

Notes de bas de page

Note de bas de page a

Certains groupes peuvent être affectés de manière disproportionnée par la fermeture des écolesNote de bas de page 97, notamment pour ceux qui :

  • connaissent la pauvreté ou des difficultés financières;
  • bénéficient des repas scolaires;
  • comptent sur les services scolaires tels que du counseling;
  • subissent des violences familiales et sexistes;
  • ont des conditions de vie à domicile qui ne favorisent pas l’apprentissage en ligne ou à distance (p. ex. problèmes d’accès à la technologie, surpeuplement, nuisances sonores);
  • vivent avec un handicap;
  • comptent sur la garantie d’une éducation et d’un soutien social pour préserver leur santé et leur intégration au sein de la communauté.

Retour à la référence de la note de bas de page a

Note de bas de page b

Les administrateurs scolaires devraient consulter les ASP régionales ou locales pour obtenir des renseignements sur les taux de transmission du SRAS‑CoV‑2 au sein de la communauté locale. Pour plus de détails, les ASP régionales ou locales peuvent consulter le Plan d’intervention fédéral‑provincial‑territorial en matière de santé publique pour la gestion continue de la COVID‑19, les Critères et indicateurs de préparation pour faciliter les mesures de santé publique restrictives et TendancesCOVID.

Retour à la référence de la note de bas de page b

Note de bas de page c

Pour en savoir plus, consulter les pages Web de Santé Canada et du Comité consultatif national de l’immunisation.

Retour à la référence de la note de bas de page c

Note de bas de page d

Un VP associé à un échappement immunitaire peut être résistant aux vaccins disponibles ou à l’immunité naturelle résultant d’une infection antérieure.

Retour à la référence de la note de bas de page d

Note de bas de page e

À des fins opérationnelles, un éloignement physique approprié est d’au moins deux (2) mètres. En général, si des interactions en personne doivent avoir lieu, il convient d’encourager les individus à interagir avec les personnes extérieures à leur foyer immédiat en restant éloignés le plus possible les uns des autres, et de mettre en place d’autres pratiques préventives personnelles pour une approche à niveaux multiples. Dans les établissements scolaires, l’éloignement physique peut être possible en limitant la taille des classes et en évitant les lieux bondés.

Retour à la référence de la note de bas de page e

Références

Note de bas de page 1

Santé publique Ontario, « Mesures communautaires de santé publique pendant la pandémie de COVID‑19 : répercussions négatives sur les enfants, les adolescents et les familles - mise à jour », 11 janvier 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/he/2021/01/rapid-review-neg-impacts-children-youth-families.pdf?la=fr.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Organisation mondiale de la Santé, « Considerations for school-related public health measures in the context of COVID-19 », 14 septembre 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.who.int/publications/i/item/considerations-for-school-related-public-health-measures-in-the-context-of-covid-19. [Consulté le 5 mai 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Santé publique Ontario, « Mesures communautaires de santé publique en situation de pandémie (dont la COVID-19) : répercussions négatives sur les enfants et les familles », 8 juin 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/cong/2020/06/covid-19-negative-impacts-public-health-pandemic-families.pdf?la=en. [Consulté le 8 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), « Conséquences de la fermeture des écoles », [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://fr.unesco.org/covid19/educationresponse/consequences. [Consulté le 28 mai 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

P. Engzell, A. Frey et M. Verhagen, « Learning loss due to school closures during the COVID-19 pandemic », Proceedings of the National Academy of Sciences of the United States of America, vol. 118, n° 17, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

K. Gallagher-Mackay, P. Srivastava, K. Underwood, E. Dhuey, L. McCready et al., « Ontario COVID-19 Science Advisory Table (June 7 2021) COVID-19 and Education Disruption in Ontario ».

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Note de bas de page 7

European Centre for Disease Prevention and Control, « COVID-19 in children and the role of school settings in transmission - second update », 8 juillet 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.ecdc.europa.eu/sites/default/files/documents/COVID-19-in-children-and-the-role-of-school-settings-in-transmission-second-update.pdf. [Consulté le 23 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 7

Note de bas de page 8

Centres for Disease Control and Prevention, « Science Brief: Transmission of SARS-CoV-2 in K-12 Schools and Early Care and Education Programs-Updated », 9 juillet 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/science/science-briefs/transmission_k_12_schools.html. [Consulté le 23 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 8

Note de bas de page 9

Children's Task and Finish Group, « Update to 4th Nov 2020 paper on children, schools and transmission », 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 9

Note de bas de page 10

I. Jordan, M. de Sevilla, V. Fumado, Q. Bassat, E. Bonet-Carne, C. Fortuny et al., « Transmission of SARS-CoV-2 infection among children in summer schools applying stringent control measures in Barcelona, Spain », Clinical Infectious Diseases, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 10

Note de bas de page 11

C. Courtemanche, A. Le, A. Yelowitz et R. Zimmer, « School Reopenings, Mobility, and COVID-19 Spread: Evidence from Texas », National Bureau of Economic Research, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 11

Note de bas de page 12

S. Ismail, V. Saliba, J. Bernal, M. Ramsay et S. Ladhani, « SARS-CoV-2 infection and transmission in educational settings: a prospective, cross-sectional analysis of infection clusters and outbreaks in England », 1er mars 2021, 21(3), The Lancet Infectious Diseases, vol. 21, n° 3, pp. 344-353, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 12

Note de bas de page 13

M. Keeling, M. Tildesley, B. Atkins, B. Penman, E. Southall, G. Guyver-Fletcher et al, « The impact of school reopening on the spread of COVID-19 in England », Philosophical Transactions of the Royal Society, vol. 376, n° 1829, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 13

Note de bas de page 14

A. Falk, A. Benda, P. Falk, S. Steffen, Z. Wallace et T. Høeg, « COVID-19 Cases and Transmission in 17 K–12 Schools — Wood County, Wisconsin », ugust 31–November 29, 2020. MMWR Morb Mortal Wkly Rep 2021;70:136–140 », Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR), vol. 70, n° 4, pp. 136-140, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 14

Note de bas de page 15

National Collaborating Centre for Methods and Tools, «Living Rapid Review Update 11: What is the specific role of daycares and schools in COVID-19 transmission? » 18 décembre 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/knowledge-repositories/covid-19-rapid-evidence-service. [Consulté le 14 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 15

Note de bas de page 16

European Centre for Disease Prevention and Control, « COVID-19 in children and the rule of school settings in transmission- first update », 23 décembre 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.ecdc.europa.eu/en/publications-data/children-and-school-settings-covid-19-transmission. [Consulté le 14 Juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 16

Note de bas de page 17

C. Szablewski, K. Chang, M. Brown, V. Chu, A. Yousef et al., « SARS-CoV-2 Transmission and Infection Among Attendees of an Overnight Camp — Georgia, June 2020 », Morbidity and Mortality Weekly Report (MMWR), vol. 69, n° 31, p. 1023–1025, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 17

Note de bas de page 18

N. C. C. f. M. a. Tools, « Living Rapid Review Update 13: What is the specific role of daycares and schools in COVID-19 transmission? », 19 mars 2021. [En ligne]. Acessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/knowledge-repositories/covid-19-rapid-evidence-service. [Consulté le 14 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 18

Note de bas de page 19

R. Laws, R. Chancey, E. Rabdd, V. Chu, N. Lewis et al., « Symptoms and Transmission of SARS-CoV-2 Among Children — Utah and Wisconsin, March–May 2020 Pediatrics December 2020 », Pediatrics, vol. e2020027268, janvier 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 19

Note de bas de page 20

Y. Dong, X. Mo, Y. Hu, X. Qi, F. Jiang et al., « Epidemiological characteristics of 2143 pediatric patients with 2019 coronavirus disease in China », Pediatrics, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 20

Note de bas de page 21

J. Ludvigsson, « Systematic review of COVID-19 in children shows milder cases and a better prognosis than adults », Acta Paediatr, vol. 109, n° 6, pp. 1088-1095, juin 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 21

Note de bas de page 22

National Collaborating Centre for Methods and Tools, « Living Rapid Review Update 14: What is the specific role of daycares and schools in COVID-19 transmission? » 1er avril 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/knowledge-repositories/covid-19-rapid-evidence-service. [Consulté le 12 avril 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 22

Note de bas de page 23

K. Pussegoda et L. Waddell, « COVID-19 VOC transmission in children », Emerging Sciences Group - Public Health Agency of Canada, 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : phac.evidence-donnees.probantes.aspc@canada.ca. [Consulté en mai 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 23

Note de bas de page 24

National Collaborating Centre for Methods and Tools, « What is known about the risk of transmission of COVID-19 within post-secondary institutions and the strategies to mitigate on-campus outbreaks », 16 avril 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : http://res.nccmt.ca/res-post-secondary-E.

Retour à la référence de la note de bas de page 24

Note de bas de page 25

O. Egunsola, L. Mastikhina, L. Dowsett, B. Farkas, M. Hofmeister, L. Saxinger et F. o. b. o. t. U. o. C. H. T. A. U. Clement, « Transmissibility of COVID-19 among Vaccinated Individuals: A Rapid Literature Review », 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 25

Note de bas de page 26

R. Harris, J. Hall, A. Zaidi, N. Andrews, J. Dunbar et G. Dabrera, « Impact of vaccination on household transmission of SARS-COV-2 in England », medRxiv, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 26

Note de bas de page 27

A. Shah, C. Gribben, J. Bishop, P. Hanlon, D. Caldwell, R. Wood, M. Reid, J. McMenamin, D. Goldberg, D. Stockton et S. Hutchinson, « Effect of vaccination on transmission of COVID-19: an obervational study in healthcare workers and their households », MedRixv, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 27

Note de bas de page 28

« VESPa Summary Report. June 7, 2021 ».

Retour à la référence de la note de bas de page 28

Note de bas de page 29

National Collaborating Centre of Infectious Diseases, « The COVID-19 Public Health Agency of Canada (PHAC) Modelling Group », 5 mai 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://nccid.ca/covid-19-phac-modelling-group/#subMenuSection1. [Consulté le 20 mai 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 29

Note de bas de page 30

Public Health England, « SARS-CoV-2 variants of concern and variants under investigation in England. Technical briefing 15 », 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 30

Note de bas de page 31

D. Hodgson, S. Flasche, M. Jit, A. Kucharski et C. C.-1. W. Group, « The potential for vaccination-induced herd immunity against the SARS-CoV-2 B.1.1.7 variant », 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 31

Note de bas de page 32

Public Health England, « SARS-CoV-2 variants of concern and variants under investigation in England Technical briefing 17 », juin 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/997418/Variants_of_Concern_VOC_Technical_Briefing_17.pdf. [Consulté le 8 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 32

Note de bas de page 33

E. Vaileiou et al., « Effectiveness of First Dose of COVID-19 Vaccines Against Hospital Admission in Scotland: National Prospective Cohort Study of 5.4 Million People », 19 février 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://ssrn.com/abstract=3789264. [Consulté le 26 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 33

Note de bas de page 34

D. Foley et al., « The Interseasonal Resurgence of Respiratory Syncytial Virus in Australian Children Following the Reduction of Coronavirus Disease 2019-Related Public Health Measures », Clinical Infectious Diseases, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 34

Note de bas de page 35

C. Saad-Roy, S. Morris, J. Metcalf, M. Mina et R. Baker, « Epidemiological and evolutionary considerations of SARS-CoV-2 vaccine dosing regimes », American Association of the Advancement of Science, vol. 372, n° 6540, pp. 363-370, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 35

Note de bas de page 36

W. Harvey et al., « SARS-CoV-2 variants, spike mutations and immune escape », Nature Review Microbiology, vol. 19, pp. 409-424, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 36

Note de bas de page 37

S. Assache, Y. Boujija, D. Fisman et J. Sandberg, « In-person schooling and COVID-19 transmission in Canada’s three largest cities », British Medical Journal, n° doi : https://doi.org/10.1101/2021.03.21.21254064 , 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 37

Note de bas de page 38

The Heating, Refrigeration, and Air Conditioning Institute of Canada, « Reducing the Risk of Virus Transmission via HVAC Systems in Schools », 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 38

Note de bas de page 39

Scientific Advisory Group for Emergences, Environmental, and Modelling Group, « Role of ventilation in controlling SARS-CoV-2 transmission », [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/928720/S0789_EMG_Role_of_Ventilation_in_Controlling_SARS-CoV-2_Transmission.pdf. [Consulté le 5 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 39

Note de bas de page 40

L. Morawska, J. Tang, W. Bahnfleth, P. Bluyssen et A. Boerstra, « How can airborne transmission of COVID-19 indoors be minimised? », Environmental International, vol. 142, n° 105832, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 40

Note de bas de page 41

Federation of European Heating Ventilation and Air Conditioning Associations (REHVA), « COVID-19 Guidance Document », 3 août 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.rehva.eu/fileadmin/user_upload/REHVA_COVID-19_guidance_document_V3_03082020.pdf. [Consulté le 5 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 41

Note de bas de page 42

Federation of European Heating Ventilation and Air Conditioning Associations (REHVA), « COVID-19 Guidance Document », 3 août 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.rehva.eu/fileadmin/user_upload/REHVA_COVID-19_guidance_document_V3_03082020.pdf. [Consulté le 5 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 42

Note de bas de page 43

Gouvernement du Canada, « Le rôle des bioaérosols et de la ventilation intérieure », 28 septembre 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://science.gc.ca/eic/site/063.nsf/fra/h_98176.html. [Consulté le 5 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 43

Note de bas de page 44

T. Bulfone, M. Malekinejad, G. Rutherford, Razani et N., « Outdoor Transmission of SARS-CoV-2 and Other Respiratory Viruses: A Systematic Review », The Journal of Infectious Diseases, vol. jia742, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 44

Note de bas de page 45

The Heating, Refrigeration and Air Conditioning Institute of Canada, « Reducing the risk of virus transmission in schools: Guidelines for decision-makers », janvier 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.hrai.ca/uploads/userfiles/files/2021%2001%20--%20Guidance%20for%20Schools.pdf. [Consulté le 23 Juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 45

Note de bas de page 46

Agence canadienne des médicaments et des technologies de la santé (ACMTS), « CADTH Technology Review: Heating, ventilation and air conditioning systems in public spaces », 22 septembre 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://cadth.ca/sites/default/files/covid-19/hd0002-covid-19-hvac-report-final.pdf. [Consulté le 23 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 46

Note de bas de page 47

Scientific Advisory Group for Emergencies, Environmental and Modelling Group, « Potential application of air cleaning devices and personal decontamination to manage transmission of COVID-19 », 4 novembre 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://assets.publishing.service.gov.uk/government/uploads/system/uploads/attachment_data/file/939173/S0867_EMG_Potential_application_of_air_cleaning_devices_and_personal_decontamination_to_manage_transmission_of_COVID-19.pdf. [Consulté le 23 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 47

Note de bas de page 48

Centers for Disease Control and Prevention, « Operational Strategy for K-12 Schools through Phased Prevention », 15 mai 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/community/schools-childcare/operation-strategy.html#anchor_1616080181070). [Consulté le 5 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 48

Note de bas de page 49

Public Health England, « Public Health England. COVID-19: paediatric surveillance », 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.gov.uk/guidance/covid-19-paediatric-surveillance#covid-19-surveillance-in-schools-inengland. [Consulté le 5 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 49

Note de bas de page 50

S. Ladhani, « Prospective active national surveillance of preschools and primary schools for SARS-CoV-2 infection and transmission in England », 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 50

Note de bas de page 51

A. Ulyte, T. Radtke, I. Abela, S. Haile, J. Braun, R. Jung, C. Berger, A. Trkola, J. Fehr, M. Puhan et S. Kriemler, « Seroprevalence and immunity of SARS-CoV-2 infection in children and adolescents in schools in Switzerland: design for a longitudinal, school-based prospective cohort study », International journal of public health, vol. 65, n° 9, pp. 1549-58, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 51

Note de bas de page 52

G. Lo Moro, T. Sinigaglia, F. Bert, A. Savatteri, Gualano, MR et R. Siliquini, « Reopening Schools during the COVID-19 Pandemic: Overview and Rapid Systematic Review of Guidelines and Recommendations on Preventive Measures and the Management of Cases », International Journal of Environment , vol. 17, n° 23, p. 8839, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 52

Note de bas de page 53

S. Esposito et N. Principi, « To mask or not to mask children to overcome COVID-19 », European journal of pediatrics, vol. 179, n° 8, pp. 1267-70, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 53

Note de bas de page 54

M. Wilson, F. Gauvin, K. Waddel, K. Moat et J. Lavis, « COVID-19 Rapid Evidence Profile #1: What is known about approaches to and safety of conserving, reusing, and repurposing different kinds of masks? », McMaster Health Forum, 14 avril 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.mcmasterforum.org/docs/default-source/covidend/rapid-evidence-profiles/covid-19-rep-1_ppe.pdf?sfvrsn=52a657d5_4. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 54

Note de bas de page 55

National Collaborating Centre for Environmental Health, « Masking during the COVID-19 pandemic- An update of the evidence », 20 mai 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://ncceh.ca/documents/guide/masking-during-covid-19-pandemic-update-evidence. [Consulté le 13 juillet 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 55

Note de bas de page 56

L. Asadi et al., « COVID-19 Scientific Advisory Group Rapid Evidence Report - Double Masking and Improved Mask Fit », Alberta Health Services, 19 mars 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.albertahealthservices.ca/assets/info/ppih/if-ppih-covid-19-sag-double-masking-improved-fit-rapid-review.pdf. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 56

Note de bas de page 57

K. Shakya, A. Noyes, R. Kallin et R. Peltier, « Evaluating the efficacy of cloth facemasks in reducing particulate matter exposure », Exposure Science & Environmental epidemiology, vol. 27, pp. 352-357, août 2016.

Retour à la référence de la note de bas de page 57

Note de bas de page 58

A. Mueller, M. Eden, J. Oakes, C. Bellini et L. Fernandez, « Quantitative method for comparative assessment of particle removal efficiency of fabric masks as alternatives to standard surgical masks for PPE », Matter, vol. 3, n° 3, pp. 950-962, septembre 202

Retour à la référence de la note de bas de page 58

Note de bas de page 59

Groupe des sciences émergentes de l'Agence de la santé publique du Canada, « Revue rapide sur les caractéristiques des masques non médicaux ou des couvre-visages efficaces pour réduire le risque de transmission du SRAS-CoV-2 », janvier 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/fr/covid-19/covid-19-revues-rapides/261. [Consulté le 24 juin 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 59

Note de bas de page 60

Y. Yoon, K. Kim, H. Park, S. Kim et Y. Kim, « Stepwise school opening and an impact on the epidemiology of COVID-19 in the children », Journal of Korean medical science, vol. 35, n° 46, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 60

Note de bas de page 61

The ABC Science Collaborative, « The Reopen Our Schools Act of 2021, (S.L. 2021-4) », 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 61

Note de bas de page 62

H. Huppertz, R. Berner, R. Schepker, M. Kopp, A. Oberle, T. Fischbach, B. Rodeck, M. Knuf, M. Keller, A. Simon et J. Hübner, « Use of masks in children to prevent infection with SARS-CoV-2 », 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 62

Note de bas de page 63

S. Feng, C. Shen, N. Xia, W. Song, M. Fan et B. Cowling, « Rational use of face masks in the COVID-19 pandemic », The Lancet: Respiratory medicine, vol. 8, n° %15, pp. 434-436, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 63

Note de bas de page 64

Centers for Disease Control and Prevention, «Your Guide to Masks,» 29 June 2021. [En ligne]. Available: https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/prevent-getting-sick/about-face-coverings.html. [Accès le 8 July 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 64

Note de bas de page 65

J. Howard, A. Huang, Z. Li, Z. Tufekci, V. Zdimal, H. van der Westhuizen, A. von Delft, A. Price, L. Fridman, L. Tang et V. Tang, «An evidence review of face masks against COVID-19,» Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 118, n° 4, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 65

Note de bas de page 66

D. Coclite, A. Napoletano, S. Gianola, A. Del Monaco, D. D'Angelo, A. Fauci, L. Lacorossi, R. Latina, G. La Torre, C. Mastroianni, C. Renzi, G. Castellini et P. Iannone, « Face Mask Use in the Community for Reducing the Spread of COVID-19: A systematic Review », National Library of Medicine, vol. 7, n° 594269, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 66

Note de bas de page 67

Organisation mondiale de la Santé, « Advice on the use of masks in the context of COVID-19: interim guidance », 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 67

Note de bas de page 68

Organisation mondiale de la Santé, Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), « Advice on the use of masks for children in the community in the context of COVID-19: annex to the advice on the use of masks in the context of COVID-19 », 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 68

Note de bas de page 69

S. Del Valle, R. Tellier, G. Settles et J. Tang, « Can we reduce the spread of influenza in schools with face masks? », American journal of infection control, vol. 38, n° 9, pp. 676-7, 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 69

Note de bas de page 70

M. Eberhart, S. Orthaber et R. Kerbl, « The impact of face masks on children—A mini review », Acta Paediatrica, vol. 110, n° 6, pp. 1778-83, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 70

Note de bas de page 71

R. Lubrano, S. Bloise, A. Testa, A. Marcellino, A. Dilillo, S. Mallardo, S. Isoldi, V. Martucci, M. Sanseviero, E. Del Giudice et C. Malvaso, « Assessment of respiratory function in infants and young children wearing face masks during the COVID-19 pandemic », JAMA Network Open, vol. 4, n° 3, p. e210414, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 71

Note de bas de page 72

Z. Qin, L. Shi, Y. Xue, H. Lin, J. Zhang, P. Liang, Z. Lu, M. Wu, Y. Chen, X. Zheng et Y. Qian, « Prevalence and Risk Factors Associated With Self-reported Psychological Distress Among Children and Adolescents During the COVID-19 Pandemic in China », JAMA Network Open, vol. 4, n° 1, p. e2035487, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 72

Note de bas de page 73

A. Ruba et S. Pollak, « Children’s emotion inferences from masked faces: Implications for social interactions during COVID-19 », PloS one, vol. 15, n° 12, p. e0243708, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 73

Note de bas de page 74

R. Lubrano, S. Bloise, A. Testa, A. Marcellino, A. Dilillo, S. Mallardo, S. Isoldi, V. Martucci, M. Sanseviero, E. Del Giudice et C. Malvaso, « Assessment of respiratory function in infants and young children wearing face masks during the COVID-19 pandemic », JAMA network open, vol. 4, n° 3, pp. e210414-, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 74

Note de bas de page 75

N. Jones, Z. Qureshi, R. Temple, J. Larwood, T. Greenhalgh et L. Bourouiba, « Two metres or one: what is the evidence for physical distancing in covid-19? », British Medical Journal, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 75

Note de bas de page 76

D. Chu, E. Akl, S. Duda, K. Solo, S. Yaacoub, H. Schünemann et C.-1. S. U. R. G. E. (. s. authors, « Physical distancing, face masks, and eye protection to prevent person-to-person transmission of SARS-CoV-2 and COVID-19: a systematic review and meta-analysis », Lancet (London, England), vol. 395, n° 10242, pp. 1973-1987, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 76

Note de bas de page 77

National Collaborating Centre for Methods and Tools, « Public Health Agency of Canada Emerging Science Group: Evidence brief on SARS-CoV-2 virus dispersion distance » 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 77

Note de bas de page 78

Z. Berger, N. Evans, A. Phelan et R. Silverman, « COVID-19: Control measures must be equitable and inclusive », British Medical Journal, vol. 368, n° m1141, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 78

Note de bas de page 79

A. Braunack-Mayer, R. Tooher, J. E. Collins, J. M. Street et H. Marshall, « Understanding the school community’s response to school closures during the H1N1 2009 influenza pandemic », BMC Public Health, vol. 13, n° 1 doi: 10.1186/1471-2458-13-344, pp. 1-15, 2013.

Retour à la référence de la note de bas de page 79

Note de bas de page 80

A. Bish et S. Michie, « Demographic and attitudinal determinants of protective behaviours during a pandemic: A review », British journal of health psychology, vol. 15, n° 4 DOI: 10.1348/135910710X485826, pp. 797-824, 2010.

Retour à la référence de la note de bas de page 80

Note de bas de page 81

H. Seale, C. E. Dyer, I. Abdi, K. M. Rahman, Y. Sun, M. O. Qureshi et M. S. Islam, « Improving the impact of non-pharmaceutical interventions during COVID-19: examining the factors that influence engagement and the impact on individuals », BMC Infectious Diseases, vol. 20, n° 1, pp. 1-13, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 81

Note de bas de page 82

P. Lunn, C. Belton, C. Lavin, F. McGowan, S. Timmons et D. Robertson, « Using Behavioral Science to help fight the Coronavirus », Journal of Behavioral Public Administration,, vol. 3, n° 1, pp. 1-15, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 82

Note de bas de page 83

X. Y. Yang, R. N. Gong, S. Sassine, M. Morsa, A. S. Tchogna, O. Drouin et P. Jantchou, « Risk Perception of COVID-19 Infection and Adherence to Preventive Measures among Adolescents and Young Adults. Children », vol. 7, n° 12, p. 311, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 83

Note de bas de page 84

G. Berg-Beckhoff, J. Dalgaard Guldager, P. Tanggaard Andersen, C. Stock et S. Smith Jervelund, « What Predicts Adherence to Governmental COVID-19 Measures among Danish Students? », International journal of environmental research and public health, vol. 18, n° 4 https://doi.org/10.3390/ijerph18041822, p. 1822, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 84

Note de bas de page 85

M. Fendrich, J. Becker, C. Park, B. Russell, L. Finkelstein-Fox et M. Hutchison, « Associations of alcohol, marijuana, and polysubstance use with non-adherence to COVID-19 public health guidelines in a US sample », Substance Abuse, vol. 42, n° 2, pp. 220-226, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 85

Note de bas de page 86

S. F. Tapert, G. A. Aarons, G. R. Sedlar et S. A. Brown, « Adolescent substance use and sexual risk-taking behavior », Journal of Adolescent Health, vol. 28, n° 3, https://doi.org/10.1016/S1054-139X(00)00169-5, pp. 181-189, 2001.

Retour à la référence de la note de bas de page 86

Note de bas de page 87

J. Cressy, « The roles of physical activity and health in enhancing student engagement: implications for leadership in post secondary education », College Quarterly, vol. 14, n° 4, 2011.

Retour à la référence de la note de bas de page 87

Note de bas de page 88

L. Fenton, C. White, B. Hamilton-Hinch et R. Gilbert, « The impacts of recreation programs on the mental health of postsecondary students in North America: An integrative review », Leisure Sciences, 2018.

Retour à la référence de la note de bas de page 88

Note de bas de page 89

K. Young et C. Prematunge, « Evidence Brief on the Risk of COVID-19 and Non-Professional Sports. Emerging Sciences Group Public Health Agency of Canada », 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/covid-19/covid-19-evidence-reviews/195.

Retour à la référence de la note de bas de page 89

Note de bas de page 90

L. Waddel et A. Otten, « Evidence Brief of SARS-CoV-2 Risk in Arenas », Emerging Sciences Group Public Health Agency of Canada, 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : phac.evidence-donnees.probantes.aspc@canada.ca.

Retour à la référence de la note de bas de page 90

Note de bas de page 91

J. O'Keefe, « COVID-19 risk and precautions for the performing arts », National Collaborating Centre for Environmental Health, Vancouver, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 91

Note de bas de page 92

Santé publique Ontario, « La COVID-19 et les risques de transmission par le chant et les instruments à vent - Ce que nous savons jusqu'à présent », juillet 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/covid-wwksf/2020/07/what-we-know-transmission-risks-singing-wind-instruments.pdf?la=fr. [Consulté le 12 avril 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 92

Note de bas de page 93

J. O'Keefe, « COVID-19 risks and precautions for choirs », National Collaborating Centre for Environmental Health, Vancouver, 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 93

Note de bas de page 94

Santé publique Ontario, « Le chant et les instruments à vent - Analyse du contexte en lien avec la COVID‑19 », 8 janvier 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/main/2021/01/covid-19-environmental-scan-singing-wind-instruments.pdf?la=fr. [Consulté le 12 avril 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 94

Note de bas de page 95

National Collaborating Centre for Methods and Tools, « What is known about the risk of transmission of COVID-19 during musical activities such as singing or playing a wind instrument, and how can these risks be mitigated? », 3 février 2021. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.nccmt.ca/uploads/media/media/0001/02/68803f097a535fbcd2bc9c32e06c336528c80526.pdf. [Consulté le 5 mai 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 95

Note de bas de page 96

C. Anderson, C. Leeson, A. Valcourt et D. Uranjik, « COVID-19 Pandemic: Implications for First Nations Communities in Northern Ontario », University of Toronto Medical Journal, vol. 98, n° 2, 2021.

Retour à la référence de la note de bas de page 96

Note de bas de page 97

Société canadienne de pédiatrie, « En appui à un retour à l'école sécuritaire pour les enfants et les adolescents au Canada », 23 juin 2020. [En ligne]. Accessible à l'adresse : https://www.cps.ca/uploads/advocacy/Supporting_a_Safe_Return_to_School_-_FR.pdf. [Consulté le 9 avril 2021].

Retour à la référence de la note de bas de page 97

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :