Ce que les professionnels de la santé doivent savoir sur la grippe pandémique

Sur cette page

Contexte

Bien qu'il existe quatre types de virus grippaux (A, B, C et D), seuls les virus de la grippe A sont reconnus causer des pandémies. Les pandémies de grippe surviennent lorsqu'un virus de la grippe A, contre lequel la majorité des humains ont peu d'immunité, sinon aucune, acquiert la capacité de se transmettre de manière soutenue d'une personne à l'autre, ce qui donne lieu à des épidémies de grande envergure dans une ville ou une région et se répandant rapidement dans le monde entier.

Ces nouveaux virus grippaux peuvent apparaître à la suite d'un réassortiment génétique (les gènes des virus de la grippe humaine et animale se mélangent) ou d'une mutation génétique (lorsque les gènes d'un virus animal changent, ce qui lui permet d'infecter facilement les humains). Les porcs peuvent contracter des virus de la grippe provenant de différentes espèces, comme les oiseaux, et servir de « creuset » pour faciliter le réassortiment des gènes de divers virus.

Les oiseaux aquatiques constituent les hôtes naturels des virus de la grippe de type A. Cependant, un large éventail d'espèces peuvent être infectées et d'importantes épidémies de la maladie peuvent survenir chez les volailles, les porcs et d'autres espèces. La plupart de ces souches de grippe animale ne causent pas de maladie chez les humains, sauf parfois lorsqu'ils ont des contacts étroits avec des animaux infectés.

Les nouveaux virus grippaux n'évoluent pas tous en virus pandémiques. Certains nouveaux sous-types, comme le virus de la grippe aviaire de type A (H5N1), causent des infections sporadiques chez les humains, mais n'ont pas développé la capacité de se propager facilement d'une personne à l'autre. Comme le taux global de mortalité chez l'humain en raison des infections de type A (H5N1) est supérieur à 50 %, certains s'inquiètent de la possibilité d'une pandémie humaine aux répercussions élevées si ce virus acquiert la capacité de se transmettre facilement d'une personne à l'autre.

Quelles sont les caractéristiques typiques des pandémies?

  • Le profil de la maladie dans le cas des pandémies diffère de celui de la grippe saisonnière.
  • Les pandémies peuvent avoir lieu en dehors de la saison grippale habituelle et elles sont généralement associées à plus d'une vague de maladie.
  • La durée totale probable d'une pandémie est de 12 à 18 mois.
  • Le nouveau virus pandémique remplace les autres souches de virus grippal en circulation. Par la suite, la souche pandémique s'intègre au groupe des virus de la grippe saisonnière de type A (et peut même dominer ces derniers).
  • Pendant la grippe saisonnière, la plupart des hospitalisations et des décès concernent des personnes âgées ou ayant des problèmes médicaux sous-jacents. En période de grippe pandémique, on constate une augmentation disproportionnelle des cas de décès et de maladie grave parmi les jeunes et les personnes sans problèmes médicaux sous-jacents.
  • Après une pandémie, il y a un retour graduel à la morbidité et à la mortalité saisonnières normales.

Nature imprévisible des pandémies

La grippe est imprévisible. Chaque saison grippale et chaque pandémie sont différentes. Ces incertitudes font qu'il est difficile de planifier l'intervention en cas de pandémie et mettent en évidence la nécessité de faire preuve de souplesse et d'adaptabilité.

Quand et où se produira la prochaine pandémie?

Même si, historiquement, les pandémies se produisent trois ou quatre fois par siècle, il n'y a pas d'intervalle prévisible.

Une pandémie grippale pourrait apparaître n'importe où dans le monde, et le Canada pourrait ne disposer que de très peu de temps avant d'être considérablement touché. Bien que la plupart des souches de la grippe saisonnière apparaissent en Extrême-Orient ou en Asie du Sud-Est, ce n'est pas le cas pour la grippe pandémique. En effet, la pandémie de 2009 est apparue en Amérique du Nord.

Comment la pandémie se propagera-t-elle?

Les pandémies apparaissent souvent en dehors de la saison grippale habituelle (p. ex., à la fin du printemps ou en été) et présentent généralement plus d'une vague d'infection. Toutefois, ce n'est pas le cas dans toutes les circonstances ou dans toutes les régions. Une première petite vague pandémique est souvent suivie d'une deuxième plus grande, mais l'ampleur relative des vagues peut différer. La vitesse de transmission peut également varier. Les vagues pandémiques peuvent être intenses ou plutôt échelonnées dans le temps. Une vague intense exercerait encore plus de pressions sur le système de santé.

Quelles seront les caractéristiques de la pandémie?

Les caractéristiques de base du prochain virus pandémique sont inconnues, notamment son type antigénique (p. ex., H2, H5, H7), sa transmissibilité et sa virulence, ainsi que les populations les plus touchées.

Les interventions contre la grippe saisonnière seront-elles efficaces contre la grippe pandémique?

On s'attend à ce que les interventions habituelles contre la grippe saisonnière soient efficaces durant la pandémie. Toutefois, le nouveau virus pourrait être résistant aux antiviraux ou la production du vaccin antipandémique pourrait être retardée ou infructueuse. Le taux d'utilisation du vaccin et le degré d'adoption des mesures de santé publique sont également inconnus.

Répercussions de la pandémie

Aux fins de la planification en cas de pandémie au Canada, le terme « répercussions » de la pandémie (répercussions faibles, modérées ou élevées) est utilisé plutôt que « gravité » pour se référer aux effets d'une pandémie sur la population.

Les pandémies ont des répercussions variables, tout comme les éclosions de grippe saisonnière, mais les retombées des pandémies sont généralement d'une plus grande magnitude. À ce titre, le Canada doit se préparer à un large éventail de scénarios de planification en cas de pandémie, avec des répercussions variant de faibles à élevées :

  • Une pandémie aux répercussions faibles s'apparenterait à des éclosions de grippe saisonnière modérées ou graves, mais son profil épidémiologique serait différent de bien des façons. Ce scénario suppose un virus de la grippe avec une faible transmissibilité et une faible virulence. Ce scénario pourrait exercer une certaine pression sur les services de santé.
  • Une pandémie aux répercussions modérées ou élevées pourrait causer des taux élevés de maladie et de décès dans l'ensemble du pays, entraîner d'importants défis pour le secteur des soins de santé et perturber le fonctionnement normal de la société. Les personnes ayant des ressources et des systèmes de soutien limités pourraient se retrouver dans un état encore plus vulnérable.

De nombreux facteurs peuvent influer sur les répercussions d'une pandémie, comme la transmissibilité et la virulence du virus, la vulnérabilité de la population (p. ex., immunité préexistante dans la population, présence de problèmes de santé sous-jacents), l'efficacité des interventions (p. ex., vaccins, antiviraux, mesures de santé publique), la réponse du système de santé et la communication des risques. Le degré d'adoption par le public des comportements souhaités (p. ex., la pratique de l'hygiène des mains et de l'étiquette respiratoire, rester chez soi en cas de maladie) et la mobilisation sociale sont aussi des facteurs importants.

Planification en cas de pandémie au Canada

Au Canada, les activités de planification en cas de pandémie ont débuté dans les années 1980. Des contrats pour des vaccins contre la grippe pandémiques sont en place depuis 2001. Le Plan canadien de lutte contre la pandémie d'influenza pour le secteur de la santé a été publié pour la première fois en 2004. Les travaux de planification de la préparation en cas de pandémie au Canada ont été mis à l'essai pour la première fois en 2009, face à l'émergence de la pandémie de grippe A (H1N1).

De nombreuses leçons utiles ont été tirées de cette expérience, dont la reconnaissance de l'importance de renforcer les mesures de surveillance et de contrôle de la grippe saisonnière.

Le document actualisé Préparation du Canada en cas de grippe pandémique : Guide de planification pour le secteur de la santé (PCGP) fournit des conseils de planification aux responsables fédéraux, provinciaux et territoriaux du secteur de la santé. Il repose sur une approche de la gestion du risque et permet une réponse plus souple et adaptable aux futures pandémies. Le PCGP est principalement destiné aux ministères fédéraux, provinciaux et territoriaux de la Santé, mais il sert aussi de document de référence aux organisations et aux intervenants du domaine de la santé. Bien que le PCGP fournisse une orientation stratégique et un cadre pour appuyer une préparation et une intervention en cas de pandémie uniformes et coordonnées parmi les provinces et les territoires, ces derniers ont la responsabilité ultime de la planification et de la prise de décisions dans leurs territoires de compétence respectifs.

Les fournisseurs de soins de santé peuvent en apprendre davantage sur le plan de lutte contre la pandémie de la province ou du territoire où ils exercent leur profession.

Principaux éléments de la préparation et de l'intervention en cas de grippe pandémique

Surveillance

Le Canada participe à des activités de surveillance nationales et internationales pour surveiller et détecter la propagation de la grippe saisonnière, de la grippe animale et des pathogènes respiratoires émergents.

Le programme Surveillance de l'influenza est le système national de surveillance de la grippe qui surveille de façon continue la propagation de la grippe et des syndromes grippaux. Il permet également de détecter rapidement l'activité grippale au Canada et de fournir en temps opportun de l'information à jour à cet égard. Le Laboratoire national de microbiologie (LNM), le plus important laboratoire canadien de santé publique pour les maladies infectieuses, reçoit des laboratoires provinciaux une partie des échantillons positifs pour la grippe, afin de caractériser les souches et de mener des tests de résistance aux antiviraux.

Les systèmes de surveillance du Canada pour l'innocuité des vaccins contre la grippe saisonnière seraient mis à profit pendant une pandémie. Il pourrait être nécessaire d'accroître les activités de surveillance pendant une pandémie, comme une surveillance ciblée dans les villages éloignés et des études sur la séroprévalence et sur l'efficacité des vaccins contre la grippe pandémiques.

Les agents pathogènes des voies respiratoires émergents comprennent soit de nouvelles variantes de pathogènes respiratoires connus (comme la grippe A (H3N2)) ou l'émergence de pathogènes nouvellement identifiés (comme la grippe aviaire A (H7N9)) ou inconnus.

Les fournisseurs de soins de santé jouent un rôle crucial dans la détection et la déclaration des agents pathogènes respiratoires émergents et des infections respiratoires aiguës sévères.

Pour obtenir des informations détaillées sur la surveillance de la grippe pandémique, veuillez consulter le PCGP.

Laboratoires

Les analyses en laboratoire pendant une pandémie appuient la surveillance de la santé publique en suivant la propagation géographique et les tendances épidémiologiques de la pandémie, en surveillant la résistance aux antiviraux, en facilitant la prise en charge clinique et en soutenant les études sur l'efficacité des vaccins.

Le Réseau des laboratoires de santé publique du Canada (RLSPC) est une association nationale de professionnels des laboratoires de santé publique dont le mandat est d'assurer la détection précoce des maladies infectieuses et de faciliter une intervention rapide et coordonnée par l'intermédiaire de son réseau. Le RLSPC prêtera assistance aux laboratoires de santé publique et de diagnostic en leur fournissant des recommandations et des pratiques exemplaires pour les prélèvements d'échantillons et les analyses de détection du nouveau virus grippal. Le LNM partagera les protocoles, les réactifs et les tests de compétence utilisés pour garantir que les méthodes d'analyse permettent la détection du nouveau virus. L'épreuve moléculaire est la principale méthode utilisée pour le diagnostic de la grippe.

Dans le cas où un nouvel agent pathogène est détecté, le Canada collabore avec la communauté internationale par l'entremise du Règlement sanitaire international, qui protège la santé publique mondiale contre la propagation de maladies infectieuses telles que les nouveaux virus grippaux de type A.

Pour obtenir des informations détaillées sur la planification à l'intention des laboratoires en cas de grippe pandémique, veuillez consulter le PCGP.

Vaccination

La vaccination antigrippale des personnes sensibles constitue le moyen le plus efficace pour prévenir la maladie et les décès provoqués par la grippe. L'effet global de la stratégie de vaccination contre la grippe pandémique dépendra de l'efficacité du vaccin et de son utilisation, de même que du délai écoulé avant qu'il ne devienne disponible par rapport à l'activité pandémique. Les technologies actuelles permettent la mise au point et la production d'un vaccin contre la grippe pandémique en quatre à six mois. Il est donc peu probable qu'un vaccin soit disponible lorsque la première vague de pandémie atteindra le Canada. En outre, comme il sera disponible par étapes, il pourrait être nécessaire de prioriser l'approvisionnement initial en vaccins contre la grippe pandémiques.

Le premier contrat de vaccins contre la grippe pandémique a été accordé en 2001 et a servi à fournir l'approvisionnement en vaccins du Canada pendant la pandémie de grippe de 2009. En 2011, le Canada a signé un nouveau contrat d'approvisionnement de dix ans afin de garantir un accès rapide et prioritaire à des stocks de vaccins avec adjuvant contre la grippe pandémique, produits au pays. Il prévoit également un approvisionnement secondaire distinct en vaccins.

Les recommandations nationales sur l'utilisation du vaccin contre la grippe pandémique, notamment en ce qui concerne les groupes prioritaires pour les stocks initiaux, seront fournies par le Comité consultatif national de l'immunisation.

Chaque province et territoire est responsable de la distribution et de l'administration du vaccin à ses habitants.

D'autres éléments clés de la stratégie canadienne de vaccination contre la grippe pandémique, comme la surveillance de l'utilisation et de l'innocuité des vaccins, tireront parti des infrastructures déjà en place pour les programmes de vaccination contre la grippe saisonnière.

Pour obtenir des informations détaillées sur la vaccination contre la grippe pandémique, veuillez consulter le PCGP.

Antiviraux

Les médicaments antiviraux servent à traiter les personnes atteintes de la grippe ou à prévenir la grippe chez les personnes exposées. Il s'agit de la seule mesure d'intervention susceptible d'atténuer les répercussions d'une pandémie avant qu'un vaccin ne soit disponible.

La stratégie antivirale du Canada comprend des réserves fédérales, provinciales et territoriales d'antiviraux à utiliser en cas de pandémie de grippe, principalement pour le traitement précoce et le contrôle des éclosions dans des établissements fermés (comme les établissements de soins de longue durée ou les hôpitaux). On recommande le traitement précoce des cas de grippe, de préférence dans les 48 heures, pour réduire la gravité et la durée de la maladie, et notamment pour limiter les complications, les hospitalisations et les décès liés à la grippe.

Des lignes directrices cliniques sur l'utilisation d'antiviraux contre la grippe saisonnière ont été élaborées par l'Association pour la microbiologie médicale et l'infectiologie Canada. Des lignes directrices similaires seront fournies pour la grippe pandémique lors de la prochaine pandémie.

Pour obtenir des informations détaillées sur la planification des antiviraux en cas de grippe pandémique, veuillez consulter le PCGP.

Mesures de santé publique

La réponse de la santé publique en cas de pandémie comprend la mise en œuvre de mesures non pharmaceutiques, comme la promotion de stratégies individuelles (tousser dans sa manche, se laver les mains, etc.) et de l'isolement social (p. ex., les personnes malades restent à la maison) afin de réduire la propagation de la maladie dans les ménages et l'ensemble de la société. D'autres mesures de santé publique pourraient inclure des restrictions visant les rassemblements de masse (comme les concerts) ou la fermeture d'écoles. En cas de pandémie, les mesures recommandées dépendront des répercussions de la pandémie et pourront changer à mesure que l'on accédera à de nouvelles informations sur l'épidémiologie.

Pour obtenir de plus amples informations sur les mesures de santé publique en cas de pandémie, veuillez consulter le PCGP.

Services de soins de santé

Toutes les composantes du secteur de la santé, notamment la santé publique, seront mises à rude épreuve durant une pandémie. Aussi, la planification, la formation et les exercices d'entraînement préalables aideront grandement le secteur à mieux faire face à une demande accrue de services de santé, de personnel, de ressources et de matériel, ainsi qu'à favoriser les meilleurs résultats cliniques possible chez les personnes atteintes de la grippe.

La poursuite des opérations et la planification des capacités d'intensification sont des composantes clés de la préparation du secteur de la santé, de concert avec de solides programmes de prévention et lutte contre les infections et de santé au travail dans toutes les organisations prodiguant des services de santé.

Dans la planification de la prestation des services de santé, il est important de prendre en compte le spectre complet des soins, depuis les soins en consultation externe jusqu'aux soins intensifs, en passant par les soins de longue durée, et d'inclure les partenaires communautaires de la santé publique.

Pour obtenir des informations détaillées sur la coordination des services de santé pendant une pandémie, veuillez consulter le PCGP.

Communications

La communication d'informations et de conseils est souvent la première et la plus importante des interventions en santé publique lors de situations d'urgence. Les fournisseurs de soins de santé instaureront un dialogue bilatéral pour s'assurer que les produits et les messages répondent à leurs besoins en matière de communications pertinentes, opportunes, claires et concises. Au cours d'une pandémie de grippe, les fournisseurs de soins de santé pourront accéder à des informations et à des directives opportunes et fiables auprès de Canada.ca/grippe ainsi que des sites Web et comptes de médias sociaux des gouvernements provinciaux et territoriaux.

Pour obtenir des informations détaillées sur la communication pendant une pandémie, veuillez consulter le PCGP.

Recherche

La recherche est essentielle pour combler le manque de connaissances relativement au virus de la grippe et aux mesures efficaces de prévention, de traitement et de contrôle de la grippe à la fois durant la saison grippale et pendant une pandémie.

Certaines recherches peuvent être menées durant la période interpandémique, mais d'autres ne peuvent être réalisées que pendant une pandémie. Les réseaux créés pour mener des recherches entre les pandémies sont bien placés pour lancer rapidement les recherches durant une pandémie. Par exemple, le Réseau canadien de recherche sur l'immunisation (en anglais seulement), un réseau national de chercheurs clés sur les vaccins, participera activement aux projets de recherche en cours sur les vaccins antigrippaux.

Pour obtenir des informations détaillées sur la recherche pendant une pandémie, veuillez consulter le PCGP.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :