La ministre du Travail rencontre des intervenants à Windsor afin de discuter de nouvelles initiatives à venir en matière de travail

Communiqué de presse

Le 13 février 2020        Windsor (Ontario)               Emploi et Développement social Canada

Aujourd’hui, l’honorable Filomena Tassi, ministre du Travail, se trouvait à Windsor, en Ontario, pour rencontrer des intervenants afin de discuter d’un certain nombre de nouvelles initiatives stratégiques en matière de travail que le gouvernement du Canada met à l’essai. La ministre leur a parlé de santé mentale en milieu de travail, du « droit à la déconnexion » des employés et des façons de mieux protéger les travailleurs du domaine des plates‑formes numériques.

Au cours de la journée, la ministre Tassi a rencontré des représentants de la Fraternité internationale des ouvriers en électricité, section locale 773; le président et le secrétaire‑trésorier d’Unifor, section locale 444, respectivement MM. David Cassidy et James Stewart; et des représentants de l’Autorité du pont Windsor‑Détroit. La ministre a également animé une table ronde de la Chambre de commerce régionale de Windsor‑Essex, elle a assisté à une annonce concernant le programme Build a Dream, qui encouragera les jeunes femmes à faire carrière dans les métiers spécialisés, et elle a fait une visite de Bonduelle Canada Inc.

Pendant sa visite à Windsor, la ministre désirait obtenir l’avis d’intervenants sur trois nouvelles initiatives que le gouvernement met à l’essai pour l’aider à mettre au point une approche raisonnable et équilibrée en matière de politique du travail, une approche qui ferait de la santé mentale un élément central de la politique de santé et de sécurité au travail. Elle a également cherché à connaître leurs points de vue sur le « droit à la déconnexion » qui permet aux employés de profiter d’un véritable temps d’arrêt lorsqu’ils ne sont pas au travail, sans avoir à renoncer à tous les aspects positifs des communications électroniques. Enfin, la ministre a demandé de la rétroaction sur les façons de mieux protéger les travailleurs du domaine des plates‑formes numériques, qui ne sont pas visés par les normes du travail de base et qui sont plutôt traités comme des entrepreneurs indépendants même s’ils dépendent parfois d’une plate‑forme en particulier pour effectuer leur travail.

Ces initiatives, qui font partie des engagements énoncés dans la lettre de mandat de la ministre, s’appuient sur d’importants objectifs en matière de politique du travail, sur lesquels le gouvernement met l’accent depuis 2015. Ces objectifs visent notamment à promouvoir l’égalité entre les sexes au moyen de la nouvelle Loi sur l’équité salariale, à favoriser des conditions de travail souples et décentes grâce à l’amélioration des normes du travail fédérales et à assurer des milieux de travail sains et sécuritaires, tant au Canada à l’aide du projet de loi C‑65 et des lois contre le harcèlement qu’à l’étranger au moyen de la nouvelle convention de l’Organisation internationale du travail sur la violence et le harcèlement au travail.

Citations

« En tant que nouvelle ministre du Travail, je m’engage à continuer à concourir aux objectifs qui permettent d’assurer la santé et la sécurité des travailleurs et qui tiennent compte de l’évolution du monde du travail. J’aime beaucoup connaître le point de vue des employeurs, des syndicats et du public sur les questions et les défis liés à la politique du travail que notre gouvernement veut faire avancer. Les gouvernements de partout dans le monde commencent à réfléchir à ces questions et nous ne voulons pas nous laisser distancer. »
– L’honorable Filomena Tassi, ministre du Travail

Faits en bref

  • D’importants changements ont été apportés au Code canadien du travail (le Code) et au Règlement du Canada sur les normes du travail afin d’offrir des modalités de travail souples et de nouveaux types de congés et de renforcer les mesures de protection prévues dans les normes de travail pour les milieux de travail du secteur privé sous réglementation fédérale. Certains de ces changements et des changements réglementaires connexes sont déjà entrés en vigueur ou entreront en vigueur au cours de 2020.

  • La Loi sur l’équité salariale devrait contribuer à réduire, dans les milieux de travail sous réglementation fédérale, la partie de l’écart salarial entre les sexes associée à la sous-évaluation des tâches traditionnellement exécutées par des femmes. Elle a reçu la sanction royale en 2018 et entrera en vigueur cette année.

  • Le projet de loi C‑65, qui entrera en vigueur plus tard cette année, renforcera les dispositions du Code en mettant en place une approche globale qui tient compte de toutes les formes de harcèlement et de violence et étendra le champ d’application du Code aux milieux de travail parlementaires, y compris au personnel de la Colline du Parlement.

  • Le Canada a été un fer de lance dans l’adoption de la nouvelle Convention 190 de l’Organisation internationale du travail (OIT), qui vise à éliminer la violence et le harcèlement dans le monde du travail. Cette convention a été adoptée par l’OIT en juin 2019, et le gouvernement consulte actuellement les provinces et les territoires en vue de sa ratification.

Liens connexes

Personnes-ressources

Pour les demandes des médias, veuillez contacter :
Lars Wessman
Directeur des communications
Cabinet de l’honorable Filomena Tassi, C.P., députée
Ministre du Travail
873-396-0742
lars.wessman@hrsdc-rhdcc.gc.ca


Bureau des relations avec les médias
Emploi et Développement social Canada
819-994-5559
media@hrsdc-rhdcc.gc.ca
Suivez-nous sur Twitter


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :