Opérations

Description                          

Détecter, dissuader et défendre contre les menaces ou les attaques visant le Canada. Aider les autorités civiles et les organismes d’application de la Loi, y compris la lutte contre le terrorisme, en appui à la sécurité nationale, à de catastrophes nationales ou à de grandes situations d’urgence; et mener des opérations de recherche et de sauvetage.

Détecter, dissuader et défendre contre les menaces pesant sur l’Amérique du Nord, ou les attaques dirigées contre elle, de concert avec les États-Unis, notamment par l’intermédiaire du NORAD.

Diriger et/ou contribuer aux forces de l’OTAN et aux efforts de coalitions visant à dissuader et à vaincre les adversaires, y compris des terroristes, afin d’appuyer la stabilité mondiale. Diriger et/ou contribuer aux opérations de paix internationales et aux missions de stabilisation avec les Nations Unies, l’OTAN et d’autres partenaires multilatéraux. S’engager dans le renforcement des capacités afin d’appuyer la sécurité d’autres pays et les moyens dont ils disposent pour contribuer à la sûreté et la sécurité des Canadiens à l’étranger. Aider les autorités civiles et des partenaires non gouvernementaux à répondre en cas de catastrophes internationales et nationales ou de situations d’urgence de grande envergure.

Résultats

Les Forces armées canadiennes (FAC) ont continué à poursuivre les objectifs de notre pays en matière de défense afin d’assurer la protection du Canada, la sécurité en Amérique du Nord et l’engagement dans le monde.

En 2018-2019, le ministère de la Défense nationale (MDN) et les FAC ont appuyé des partenaires gouvernementaux en réponse à des crises nationales (p. ex. inondations, feux de forêt et tempêtes hivernales), ils ont veillé à défendre l’Amérique du Nord en partenariat avec les États‑Unis par l’intermédiaire du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD), et ils ont continué à apporter de précieuses contributions à la paix et à la sécurité internationales aux côtés des alliés, dans le cadre d’opérations de déploiement partout dans le monde. Le MDN et les FAC se sont associés à des partenaires et à des alliés, notamment dans le contexte du Cadre de coopération dans l’Arctique avec le NORAD et l’United States Northern Command (USNORTHCOM), pour mener des activités de planification conjointe et des exercices ainsi que pour faire progresser des initiatives comme EVONAD (évolution de la défense de l’Amérique du Nord).

Comme les conflits armés, les catastrophes naturelles et les crises humanitaires affectent différemment les diverses populations, l’examen des perspectives hommes‑femmes (et d’autres facteurs socioéconomiques tels que l’âge, l’ethnicité et la langue) améliore la compréhension des difficultés auxquelles font face les populations dans ces contextes, ce qui accroît l’efficacité opérationnelle. L’analyse comparative entre les sexes plus a été intégrée pleinement dans la planification, l’exécution et l’évaluation des opérations au cours de l’AF 2018‑2019.

Le Plan d’action national du Canada sur les femmes, la paix et la sécurité en réponse à la Résolution 1325 du Conseil de Sécurité des Nations Unies, la politique et les lignes directrices de l’OTAN ainsi que la directive du gouvernement du Canada sur l’ACS+ sont demeurés pleinement intégrés dans la planification et les opérations des FAC et ont continué d’être intégrés dans la grande institution des FAC.

Les Coûts différentiels pour les principales opérations des Forces armées canadiennesNote en fin xlii et des renseignements sur les opérations et les exercices en cours des FACNote en fin xliii sont disponibles sur le site Web du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes.

Résultat ministériel 1.1 – Les Canadiens sont protégés contre les menaces pesant sur le Canada et contre les attaques dirigées vers lui

  • Le MDN et les FAC ont continué de veiller sur leur cyberdomaine et sur la masse terrestre, les approches aériennes et maritimes ainsi que le domaine spatial du MDN et des FAC afin d’agir contre les menaces et de répondre aux demandes d’aide. Les activités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance interarmées menées, notamment au cours des patrouilles navales et aériennes effectuées dans le cadre de l’opération LIMPID, ont fourni une image claire des approches aériennes et maritimes du Canada, ce qui est essentiel afin de repérer les menaces éventuelles pour la sécurité et la souveraineté du pays, y compris dans l’Arctique. En outre, les forces opérationnelles interarmées régionales, y compris les rangers canadiens, travaillant de concert avec des organisations fédérales, provinciales et territoriales, ont accru la connaissance de la situation sur terre, sont intervenues dans des situations d’urgence et ont répondu à des demandes d’aide. Signalons ici que les changements climatiques vont influer sur la capacité du pays de détecter, de décourager et de réduire les menaces qui pèseront sur la population canadienne et ses intérêts à l’avenir, de sorte qu’il faudra sans doute accroître les ressources affectées expressément à la protection de l’Arctique.
  • Les FAC ont mis en œuvre une posture de cyberdéfense renforcée qu’elles ont mise à l’essai pendant l’exercice VIGILANT SHIELD 19. Cette posture prévoit l’emploi de nouveaux outils de cyberdéfense pour les opérations de déploiement afin de repérer les cybermenaces et de réduire les risques qu’elles comportent pour les membres des FAC en déploiement. En outre, conformément à la politique de défense du Canada Protection, Sécurité, Engagement (PSE), les FAC ont poursuivi les efforts de planification poussée de cyberopérations actives à l’appui de l’exécution des missions.
  • Le Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN) a protégé la population canadienne et les intérêts du pays en procédant au déploiement avancé de forces et en entretenant un réseau mondial efficace avec ses partenaires interorganismes stratégiques. Le COMFOSCAN a continué à surveiller les menaces éventuelles et a prépositionné des forces à un haut niveau de disponibilité opérationnelle afin de réduire ces menaces en Amérique du Nord et ailleurs dans le monde. Le COMFOSCAN a aussi exécuté des opérations interarmées avec des forces partenaires pour cerner avec elles les menaces éventuelles.
  • Les FAC ont respecté leurs engagements en s’efforçant continuellement d’améliorer l’efficacité opérationnelle avec leurs alliés et leurs partenaires interorganismes interarmées dans le but d’offrir une défense solide et exécuter avec rapidité, efficacité et adaptabilité leurs opérations à l’appui d’autres ministères et organismes fédéraux pour garantir la sécurité et la sûreté de la population et se tenir au courant de la situation dans les approches du Canada, dans tous les domaines. 
  • Le Centre des opérations de la sûreté maritime a pu mettre à profit les capacités et les mandats de ses six ministères partenaires afin de garantir une probabilité exponentiellement plus grande de détection des menaces à la sécurité des intérêts de la population canadienne et du pays. En outre, grâce au processus du Protocole d’intervention en cas d’événement maritime, les FAC et d’autres ministères et organismes fédéraux ont pu coordonner les interventions du gouvernement du Canada pour mieux décourager et réduire ces menaces.

Résultats atteints

Résultats
ministériels
Indicateurs de
rendement
Cible Date d’atteinte
de la cible
Résultats réels
2018-2019
Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
1.1 Les Canadiens sont protégés contre les menaces pesant sur le Canada et contre les attaques dirigées vers lui % des demandes d’aide répondues 100 % 31 mars 2019 100 % Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019  
Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019
% des éléments des Forces qui sont employés dans les délais fixés 100 %
31 mars 2019 100 % Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019 
Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019 
% des opérations qui atteignent les objectifs fixés 100 %
31 mars 2019 92 %*
100 %
100 %

Remarques :

* Bien que des lacunes en matière de capacité liées à la communication et des difficultés d'interopérabilité aient été rencontrées, ces défis ont été atténués par le recours à des agents de liaison. De plus, les FAC ont permis d'accroître l'efficacité, de rationaliser les délais d'intervention et d'améliorer les efforts de l'ensemble du gouvernement, en particulier pour les réponses aux demandes d'aide (DA) des centres provinciaux d'intervention en gestion des urgences.

Afin d’en savoir plus sur les indicateurs de rendement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, veuillez consulter le site InfoBase du GCNote en fin xliv.

Résultat ministériel 1.2 – Les personnes au Canada qui ont besoin d’aide par suite de catastrophes naturelles et d’autres urgences la reçoivent

  • Au cours de l’AF 2018-2019, l’opération LENTUS a été déclenchée à six occasions distinctes (évacuation de la population de Kashechewan, inondations au Nouveau‑Brunswick, inondations en Colombie‑Britannique, évacuation de la population de Little Grand Rapid, incendies de forêt en Colombie‑Britannique et évacuation de la population des îles-de-la-Madeleine) pour permettre aux FAC de répondre aux demandes d’aide des organismes provinciaux d’intervention d’urgence. Les FAC ont grandement accru leur savoir et leur expertise en matière de planification et d’organisation pour les interventions au Canada et elles ont établi de solides relations pangouvernementales. Par conséquent, des mesures efficaces ont été adoptées pour prévoir continuellement les demandes éventuelles, de sorte que les délais d’intervention ont toujours respecté les paramètres établis. 
  • Au cours de l’AF 2018‑2019, l’opération LENTUS a été déclenchée à six reprises. En voici les points saillants :

Évacuation de la réserve Kashechewan :

  • Évacuation de 101 civils par la voie aérienne.

Inondations au Nouveau‑Brunswick :

Déploiement d’équipes d’évaluation des infrastructures essentielles qui ont examiné :

  • 350 km de voies de transport;
  • 130 secteurs endommagés; et
  • Deux ponts.

Inondations en Colombie‑Britannique :

  • Les FAC ont mis en place plus de 80 000 sacs de sable; et
  • Les FAC ont installé 750 mètres de digue et une barrière Hesco de 50 mètres contre les inondations.

Opération LENTUS – Incendies de forêt en Colombie-Britannique 2018

Infographique. Opération LENTUS, incendies de forêt en Colombie-Britannique 2018. Du 13 août au 13 septembre 2018.
1 CH-124 Sea King; 1 CH-146 Griffon; transport de plus de 105 000 livres (environ 47 500 kilogrammes) d’équipement.

Little Grand Rapids :

  • Évacuation de 143 civils par la voie aérienne.

Feux de forêt en Colombie-Britannique :

  • 22 000 heures d’aide à la lutte contre les incendies; et
  • Nettoyage de 1 000 hectares de terre.

Transport aérien :

  • 105 000 livres (environ 47 500 kilogrammes) d’équipement; et
  • 115 membres du personnel.

Évacuation des Îles-de-la-Madeleine :

  • Plus de 1 000 vérifications du bien-être; et
  • Transport de 20 000 livres (environ 9 000 kilogrammes) d’équipement par la voie des airs.
  • Au cours de l’AF 2018-2019, il y a eu 8 773 cas de recherche et sauvetage (SAR), dont 1 825 avaient une classification finale de 1 (détresse) ou 2 (détresse imminente). Tous les cas de SAR confiés aux centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage ont été gérés efficacement jusqu’à leur conclusion, ou jusqu’à ce que l’organisme approprié prenne la relève.
  • Les 1 825 cas ont donné lieu à 793 missions pour les ressources aériennes de l’Aviation royale canadienne (ARC). Dans les 1 032 autres cas, les centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage ont utilisé les ressources disponibles sur place, y compris des aéronefs et des navires civils, afin de régler les cas rapidement et efficacement de façon sécuritaire et approprié. Sur les 793 missions de l'ARC, 38 missions SAR des FAC ont été retardées ou incapables de terminer la mission en raison des conditions météorologiques, de la capacité de service des aéronefs, du dégivrage, du ravitaillement ou d'autres facteurs, mais tous les cas ont été traités aussi rapidement que possible. Les coordonnateurs de mission SAR ont utilisé tous les outils à leur disposition pour s'assurer que toutes les interventions en cas d'incidents SAR au Canada étaient menées efficacement et/ou coordonnées pour conclure ou remettre à un organisme approprié.

Résultats atteints

Résultats
ministériels
Indicateurs de
rendement
Cible Date d’atteinte
de la cible
Résultats réels
2018-2019
Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
1.2 Les personnes au Canada qui ont besoin d’aide par suite de catastrophes naturelles et d’autres urgences la reçoivent % des missions de recherche et de sauvetage qui satisfont aux normes établies 100 % 31 mars 2019 95,2 %* Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019  
Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019 
% des interventions coordonnées, maritimes, aériennes et interarmées qui sont jugées efficaces en cas d’incident de recherche et de sauvetage 100 %
31 mars 2019 100 %** 100 % 100 %
% des demandes d’aide auxquelles le Ministère répond 100 %
31 mars 2019 100 % ***
Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019 
Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019  

Remarques :

* Les effectifs des FAC ont été retardés dans 38 des 793 missions leur ayant été confiées, de sorte qu’ils ont respecté les paramètres dans 95,2 % des cas. Dans 16 cas, l’aéronef a été retardé par le ravitaillement en carburant, dans cinq autres, par la météo, dans quatre autres, par une panne, et dans les 13 derniers, pour d’autres raisons (p. ex. présence d’animaux sur la piste, consultation de médecins ou d’autres organismes tels que la Garde côtière américaine et attente de l’arrivée d’équipes médicales provinciales). Le fait de « retarder » fait référence à l'incapacité de respecter les normes de délais d'intervention SAR. Ces temps de réponse signifient qu'un équipage doit être en vol en moins de 30 minutes pendant les heures normales de travail d'une semaine de 40 heures et en vol en moins de deux heures en dehors des heures normales de travail.

** 8 773 incidents (cas). De ce nombre, 1 825 cas avaient une classification finale de 1 (Détresse) ou de 2 (Détresse imminente). Tous les incidents ont été gérés efficacement. Conformément aux instructions permanentes d’opérations, tous les cas confiés aux centres conjoints de coordination des opérations de sauvetage (SAR) ont été gérés efficacement jusqu’à leur conclusion, ou jusqu’à ce que l’organisme approprié prenne la relève.

*** 1 825 des 8 773 cas qui avaient une classification finale de 1 (Détresse) ou de 2 (Détresse imminente) ont donné lieu à 793 missions pour les ressources aériennes de l’Aviation royale canadienne (ARC). Dans tous les cas, les missions de sauvetages et de recherches (SAR) ont été menées à terme, ou confiées à un organisme approprié.

Afin d’en savoir plus sur les indicateurs de rendement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, veuillez consulter le site InfoBase du GCNote en fin xlv.

Résultat ministériel 1.3 – La souveraineté du Canada dans l’Arctique est préservée et protégée

  • Les FAC ont maintenu une présence tout au long de l’année dans le Nord canadien, et ce, grâce à la Force opérationnelle interarmées (Nord), le quartier général des FAC situé le plus au nord, et à plusieurs exercices et opérations de souveraineté menés dans l’Extrême‑Arctique et dans les parties ouest et est de l’Arctique. Ces activités avaient toutes les mêmes buts : affirmer la souveraineté du Canada dans la région, renforcer la capacité des FAC de mener des opérations dans l’Arctique, et améliorer leur capacité de travailler avec les partenaires gouvernementaux dans le contexte des enjeux de la sécurité et de la sûreté dans le Nord. Signalons ici que les changements climatiques vont influer sur la capacité du pays de détecter, de décourager et de réduire les menaces qui pèseront sur la population canadienne et ses intérêts à l’avenir, de sorte qu’il faudra sans doute accroître les ressources affectées expressément à la protection de l’Arctique.
  • Le regroupement des opérations menées dans le Nord sous le nom d’opération NANOOK a été et continue d’être un effort concerté visant à améliorer et à accroître les capacités d’affirmation de la souveraineté dans l’Arctique. Cela a fait suite à l’élaboration d’un plan de campagne amélioré pour l’Arctique, dans le cadre duquel l’opération NANOOK est devenue une activité qui se poursuit toute l’année au lieu d’une opération à court terme. Ce changement a favorisé le prolongement de l’opération, créé d’autres occasions d’enrichir notre coopération et notre interopérabilité avec des partenaires internationaux en matière militaire et dans le domaine de la sécurité, et amélioré la coordination et la coopération grâce au travail accompli avec d’autres organisations ministérielles et des observateurs internationaux. Dans le contexte de la série des opérations NANOOK, les FAC ont exécuté plusieurs déploiements au cours de l’AF 2018‑2019 :
    • Passage du Nord‑Ouest : Du 16 juillet au 7 septembre 2018, des membres des FAC ont mené diverses activités d’affirmation de la présence le long du passage du Nord‑Ouest, ce qui a compris des patrouilles de présence, des activités de reconnaissance maritime et aérienne et un cours de survie.
    • Nord du Labrador, Nunavut et Groënland : Du 8 août au 4 septembre 2018, environ 300 membres des FAC ont été déployés dans le cadre de l’opération NANOOK. Ils ont participé à un exercice de défense et de sécurité dans le domaine maritime. Le Navire canadien de Sa Majesté (NCSM) Charlottetown et le NCSM Kingston se sont aussi rendus à plusieurs endroits de l’Arctique pour renforcer nos relations avec les collectivités du Nord. Les membres des FAC ont travaillé de concert avec d’autres ministères et partenaires gouvernementaux ainsi qu’avec des partenaires internationaux, y compris la Marine danoise.
    • Yellowknife (Territoires du Nord‑Ouest) : Du 17 au 21 septembre 2018, environ 270 membres des FAC ont pris part à un exercice de simulation de catastrophe aérienne à Yellowknife avec d’autres ministères, des organisations non gouvernementales et des entreprises privées. L’exercice a fait intervenir des soldats, des aviateurs, des professionnels de la santé et du personnel de soutien. Un CC‑130 Hercules, un CH‑146 Griffon et un CH‑149 Cormorant ont aussi participé à l’exercice.
    • Yellowknife et Behchokǫ̀ (Territoires du Nord‑Ouest) : Du 21 au 28 septembre 2018, des membres des FAC se sont exercés à exécuter une intervention d’urgence en cas de catastrophe naturelle en compagnie d’organisations militaires et civiles. L’exercice visant à aider le gouvernement des Territoires du Nord-Ouest et un certain nombre d’administrations municipales et de partenaires de gouvernement autochtone locaux à appliquer leurs plans de gestion des urgences. Les FAC se sont surtout préoccupées de s’exercer à évacuer des personnes en cas d’incendie de forêt.
  • Au début de mai 2018, le Canada a accueilli la Table ronde sur les forces de sécurité de l’Arctique à Halifax, en Nouvelle-Écosse. Créée en 2011, la Table ronde sur les forces de sécurité de l’Arctique vise à promouvoir la compréhension à l’échelle régionale, le dialogue et la coopération entre les pays de l’Arctique. Elle a permis de réunir des chefs militaires et des dirigeants des gouvernements de sept pays de l’Arctique et quatre pays partenaires qui jouent un rôle essentiel dans l’exécution d’opérations dans l’Arctique. Des universitaires spécialistes des questions touchant la défense et l’Arctique y ont également participé. Au cours de la rencontre, les partenaires ont parlé des menaces, des défis et des possibilités existant dans l’Arctique, de l’exécution d’opérations et du renforcement des relations avec les peuples autochtones.
  • Les trois commandements, à savoir le NORADNote en fin xlvi, le Commandement des opérations interarmées du CanadaNote en fin xlvii (COIC) et l’United States Northern CommandNote en fin xlviii (USNORTHCOM), ont poursuivi l’étude sur l’évolution de la défense de l’Amérique du Nord (EVONAD), ce qui comprend l’analyse des menaces actuelles et futures visant l’Amérique du Nord dans six domaines (aérien, maritime, cybernétique, spatial, aérospatial et terrestre) dans le but de trouver de meilleurs moyens pour les deux pays d’intégrer leurs capacités, forces et structures de commandement et de contrôle afin de mieux se préparer à relever les défis à venir en matière de défense.
  • Les FAC ont collaboré à divers égards avec l’OTAN au cours de l’AF 2018‑2019, y compris au cours d’opérations et d’exercices. Afin d’en savoir plus sur cette collaboration, veuillez consulter la page Web de l’OTANNote en fin xlix.
  • En janvier 2019, l’Armée canadienne (AC) a adopté un plan triennal sous la forme d’une directive principale de mise en œuvre en vue d’accroître et d’étendre la présence des rangers canadiens dans certaines collectivités en y établissant une patrouille ou en ajoutant des sections aux patrouilles existantes, et en vue d’améliorer leurs capacités fonctionnelles grâce à l’agrandissement du quartier général des Groupes de patrouilles des rangers canadiens. Au cours de l’AF 2018-2019, le nombre de patrouilles est passé de 180 à 186 et, au 31 mars 2019, le nombre total de rangers canadiens était de 5 231, soit une hausse de 2 % depuis le 31 mars 2018.
  • Au cours de l’AF 2018‑2019, les travaux de construction d’une installation d’amarrage et de ravitaillement en carburant à Nanisivik (Nunavut) ont progressé, l’objectif étant d’atteindre la capacité totale d’ici 2020.
  • Le Centre d'instruction arctique des FAC, géré au nom des FAC par l'AC, a atteint toutes les exigences énoncées. La salle d'opérations est établie et dotée de ressources suffisantes. Le Centre d'instruction arctique des FAC est établi en partenariat avec le Programme du plateau arctique polaire et est relié à la Force opérationnelle interarmées du Nord, à la collectivité locale de Resolute et aux autres ministères du gouvernement de la région.
  • Au cours de l’AF 2018-2019, l’AC a maintenu son concept opérationnel pour l’Arctique canadien « Le Grand Nord : le concept de l’Armée de terre dans l’Arctique en 2021 ». Bien que ce concept demeure valide dans l’ensemble, il fait l’objet d’une mise à jour dans le but d’arrimer la stratégie de l’Armée de terre relative à l’Arctique avec la politique Protection, Sécurité, Engagement et d’autres documents stratégiques. Le concept a pour but de soutenir les opérations et activités interarmées nationales, telles que l’opération NANOOK qui a lieu tous les ans et est l’opération interarmées par excellence menée dans la région de l’Arctique canadien.

Afin d’en savoir plus, veuillez vous reporter à la page Web consacrée à l’opération NANOOKNote en fin l.

Résultats atteints

Résultats
ministériels
Indicateurs de
rendement
Cible Date d’atteinte
de la cible
Résultats réels
2018-2019
Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
1.3 La souveraineté du Canada dans l’Arctique est préservée et protégée % des opérations et des exercices dans l’Arctique qui atteignent les objectifs fixés 100 % 31 mars 2019 100 % 100 % 100 % 

Afin d’en savoir plus sur les indicateurs de rendement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, veuillez consulter le site InfoBase du GCNote en fin li.

Résultat ministériel 1.4 – L’Amérique du Nord est défendue contre les attaques et les menaces

  • Afin de garantir la défense de l’Amérique du Nord, les FAC par l’entremise du NORAD ont traité, évalué et communiqué des renseignements et des informations sur les objets artificiels présents dans le domaine aérien, y compris les aéronefs, les missiles et les véhicules spatiaux.
    • Au besoin, les FAC par l’entremise du NORAD ont détecté, suivi, identifié avec certitude et intercepté des aéronefs d’intérêt qui s’approchaient de l’Amérique du Nord et qui volaient dans l’espace aérien nord‑américain.
    • En étroite collaboration avec d’autres organisations militaires, des services du renseignement, des alliés et des partenaires, les FAC par l’entremise du NORAD a traité, évalué et communiqué du renseignement et de l’information se rapportant aux approches maritimes et aux voies de navigation intérieures de l’Amérique du Nord. Grâce à ces partenariats, le NORAD a acquis une compréhension commune exhaustive des activités maritimes lui permettant de repérer les menaces maritimes éventuelles à la sécurité de l’Amérique du Nord.
  • En mai 2018, en collaboration avec Transports Canada, la zone d’identification de la défense aérienne du Canada (CADIZ) a été élargie afin qu’elle corresponde à l’espace aérien souverain du pays. La nouvelle CADIZ couvre tout l’archipel arctique canadien et permet d’avoir une meilleure connaissance de la circulation aérienne s’approchant de l’espace aérien souverain du Canada et s’y déplaçant.
  • L’opération CARIBBE représente la participation du Canada à l’opération MARTILLO, c’est‑à‑dire la campagne mondiale que dirigent les Américains contre le trafic illicite dans la mer des Caraïbes et dans la partie orientale de l’océan Pacifique. La contribution des FAC visant à endiguer l’acheminement des substances illicites destinées à l’Amérique du Nord est demeurée non seulement un moyen efficace de perturber le mouvement des stupéfiants, mais elle a aussi constitué une collaboration importante avec nos alliés (les États-Unis et le Secretaría de Marina du Mexique) et des organisations partenaires (Garde côtière des États‑Unis), ce qui a renforcé notre apport à cette mission. Il a été difficile de mesurer avec une certitude absolue les effets de cette mission sur le trafic de stupéfiants chez nous, mais les navires en déploiement ont passé 185 jours en mer, et les aéronefs ont accumulé 241 heures de vol en tout. Les ressources déployées ont permis de saisir 17 000 kilogrammes (environ 37 500 livres) de substances illicites en tout – soit la deuxième quantité en importance jamais interceptée au cours de l’histoire de la mission – dont la valeur est d’environ 750 millions de dollars américains.

Résultats atteints

Résultats
ministériels
Indicateurs de
rendement
Cible Date d’atteinte
de la cible
Résultats réels
2018-2019
Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
1.4 L’Amérique du Nord est défendue contre les attaques et les menaces % des opérations continentales qui atteignent les objectifs établis 100 % 31 mars 2019 100 % 100 % 100 % 
% des engagements et des obligations que le Canada a contractés envers le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord qui sont respectés   100 % 31 mars 2019 100 % Résultats non
disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019
 
Résultats non disponibles
Nouvel indicateur
à compter de
2018-2019

Afin d’en savoir plus sur les indicateurs de rendement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, veuillez consulter le site InfoBase du GCNote en fin lii.

Résultat ministériel 1.5 – Les Forces armées canadiennes contribuent à l’existence d’un monde plus stable et paisible

Au cours de l’AF 2018-2019, les FAC ont contribué à ce qui suit pour appuyer les mesures d’assurance et de dissuasion prises par l’OTAN :

  • L’opération REASSURANCE concerne les activités militaires menées par les FAC à l’appui des mesures d’assurance et de dissuasion prises par l’OTAN en Europe centrale et en Europe de l’Est. Le 10 juillet 2018, le premier ministre du Canada a annoncé la prolongation de la contribution du Canada à l’initiative de la présence avancée renforcée (PAR) de l’OTAN jusqu’en mars 2023. Les FAC feront aussi passer de 455 à 540 le nombre de militaires déployés en Lettonie;
  • Les FAC fournissent des capacités militaires pour l’instruction, les exercices, les démonstrations et les tâches assignées de l’OTAN. Le soutien donné par les FAC à cette mission de l’OTAN a augmenté quant à la portée, au personnel et à l’infrastructure. Le Canada a contribué sensiblement aux opérations et aux exercices terrestres, aériens et maritimes de l’OTAN; et
  • Pendant toute l’année 2018, le Canada a présidé le Comité du renseignement militaire de l’OTAN et a ainsi fait preuve de leadership stratégique en dirigeant des réformes en matière de renseignement qui ont amélioré la capacité de l’Alliance de prendre des décisions plus rapidement à l’appui de la planification, des opérations et des politiques.

Opération REASSURANCE

Image d'un hélicoptère décollant du pont d'un navire

Un hélicoptère CH-148 Cyclone décolle du NCSM Ville de Québec, dans l’océan Atlantique, au cours de l’opération REASSURANCE, le 20 juillet 2018.

Photo : Cplc André Maillet, Services d’imagerie des Forces maritimes du Pacifique (FMAR(P))

Force opérationnelle maritime : L’hélicoptère Cyclone a été utilisé pour une première fois au cours de l’opération REASSURANCE. L’aéronef s’est avéré être un important multiplicateur de force et il a permis d’accroître la portée et les capacités du Groupe maritime permanent de l’OTAN avec lequel le navire des FAC est en mission.

Force opérationnelle aérienne en Roumanie : Les changements apportés aux procédures liées à la posture ont entraîné un emploi plus efficient des ressources aériennes, ce qui a produit une augmentation du nombre d’interceptions pendant le déploiement de 2018. L’Aviation royale canadienne (ARC) a excellé dans la mission de police aérienne par suite des expériences qu’elle a acquis en exécutant des missions de défense collective du NORAD. Pendant cette opération, des mesures de cyberdéfense ont été intégrées dans l’ordre de mission et les procédures du MDN et des FAC afin d’atténuer les effets des opérations d’information de l’adversaire. La Force opérationnelle aérienne en Roumanie a aussi servi à faire des gains d’efficacité en utilisant l’aéronef pour appuyer l’entraînement lié à la PAR. Non seulement ce rôle accroît la présence des FAC en Europe, mais il fournit aussi au groupement tactique assurant la PAR des possibilités et des capacités d’entraînement sans pareilles et l’occasion pour les contrôleurs interarmées de la finale de l’attaque (CIFA) de s’entraîner et de maintenir leurs compétences.

Force opérationnelle terrestre : Les membres de l’AC ont continué à diriger le groupement tactique qui assure la PAR en Lettonie, qui comprend des militaires de plusieurs pays travaillant au sein de la Brigade d’infanterie de la Force terrestre lettone basée au Camp Adazi (Lettonie). En outre, les membres des FAC affectés à la Force opérationnelle terrestre ont profité de l’occasion offerte par la contribution-cadre du Canada pour accroître les capacités des Forces armées lettones en leur qualité de partenaire stratégique. Dans ce contexte, les membres des FAC ont contribué à la dynamisation militaire des Lettons (p. ex. cours, échanges de personnel, perfectionnement des capacités).

  • Comme le gouvernement a annoncé que le Canada réintégrera le programme du Système aéroporté d’alerte et de contrôle de l’OTAN, le pays est demeuré résolu à jouer un rôle important et constructif dans le monde en contribuant concrètement à la paix et à la sécurité internationales – y compris au sein de l’OTAN.
    • Étant donné l’annonce récente selon laquelle le Canada réintégrera le programme du Système aéroporté d’alerte et de contrôle de l’Alliance, l’ARC a commencé à se préparer à fournir des équipages aériens et d’autres militaires pour appuyer les opérations depuis une base située à Gelienkirchen en Allemagne.
    • Les programmes tels que celui du Système aéroporté d’alerte et de contrôle de l’Alliance et les services de renseignement, de surveillance et de reconnaissance interarmées qu’il fournit sont de plus en plus utiles dans l’environnement de sécurité contemporain. Afin de relever les défis que cet environnement comporte, l’OTAN a multiplié ses opérations menées à l’aide de ce système, notamment dans les régions telles que l’Europe centrale et l’Europe de l’Est où le Canada dirige un groupement tactique multinational de l’OTAN basé en Lettonie.
  • Cinq membres des FAC ont continué de contribuer aux fonctions de soutien logistique et à l’appui du quartier général du commandement à Pristina au Kosovo, dans le cadre de l’opération KOBOLD. Le commandant de la Force opérationnelle agit aussi à titre de chef du Centre interarmées des opérations logistiques de l’OTAN. Grâce à la planification et à l’exécution de diverses opérations, répétitions de missions et exercices, cette mission a contribué à établir un environnement sécuritaire et sûr et la liberté de mouvement au Kosovo. La mise au point d’une solution diplomatique se poursuit. Les FAC participent aussi à l’opération IGNITION NATO pour appuyer périodiquement les efforts visant à garantir la sécurité en Islande.
  • Les FAC ont continué à jouer un rôle de chef de file dans le cadre de l’opération ARTEMIS, elles qui viennent de commander la Force opérationnelle multinationale 150 au cours de l’AF 2018‑2019 pour exécuter des opérations de lutte contre le terrorisme et de sécurité maritime dans l’ensemble de la région de la mer d’Oman et l’océan Indien. Grâce à leurs ressources, les FAC, les alliés et les partenaires ont les moyens de décourager les activités illégales et de renforcer la sécurité. Les FAC ont aidé à saisir des substances illicites d’une valeur estimative de 1,8 milliard de dollars. L’augmentation des ressources des FAC et une couverture continue de renseignement, surveillance et reconnaissance amélioreraient les opérations de lutte contre le trafic de drogues et le terrorisme.
  • Les FAC sont demeurées un partenaire résolu de la coalition multinationale visant à démanteler et à vaincre Daech grâce à l’opération IMPACT. La majeure partie du territoire saisi par Daech a été reprise. La contribution des FAC qui était de mener des opérations aériennes consiste maintenant à offrir de la formation sur le renforcement des capacités des partenaires axé sur les opérations terrestres aux forces de défense de l’Iraq, de la Jordanie et du Liban. Bien que cette initiative n’en soit encore qu’à ses débuts, le nombre de formation et l’intérêt de la coalition, de l’OTAN et des pays partenaires à cet égard ont continué de croître au cours de l’AF 2018‑2019. Dans ce contexte, la mission de l’OTAN en Iraq nouvellement mise sur pied a confirmé cette tendance à la hausse et renforcé la capacité des forces de sécurité iraquiennes à conserver la maîtrise des anciens bastions de Daech. En Jordanie et au Liban, les engagements pris par les FAC dans le cadre du renforcement des capacités des partenaires ont contribué à accroître le succès des forces de défense des deux pays dans leur lutte pour réduire la capacité de Daech de s’étendre au‑delà de la frontière. Parmi les difficultés, il y a eu un recours plus grand que prévu aux avions C‑130J (demande de trois à cinq fois supérieure à celle qui était planifiée), ce qui a eu pour effet, après coup, de rendre nécessaire l’adoption de mesures pour protéger l’efficacité à long terme de cette ressource contre la fatigue et l’obtention d’un nombre suffisant de visas auprès de ces pays a aussi comporté des difficultés.
  • Dans leurs activités, les Forces d’opérations spéciales du Canada ont mis à profit les relations avec d’autres ministères, alliés et partenaires du gouvernement de manière à garantir l’adoption d’une approche coordonnée et concertée en vue d’atteindre les objectifs du gouvernement du Canada en matière de sécurité nationale et de défense. Les Forces d’opérations spéciales du Canada ont aussi maintenu une présence mondiale en déployant des forces au Moyen-Orient, dans les Caraïbes, en Afrique et en Asie du Sud-Est. Au cours de l’année écoulée, ses interventions mondiales ont compris un large éventail d’activités, notamment des contributions à des coalitions multinationales, le renforcement des capacités par le biais de forums bilatéraux et multinationaux, des dialogues avec des dirigeants clés, des activités d’instruction multinationales et le maintien d’un solide réseau de liaison international. De plus, le Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada a continué d’appuyer la Coalition mondiale contre Daech en fournissant une force opérationnelle spéciale chargée d’offrir de la formation, des conseils et de l’aide aux forces de sécurité iraquiennes.
  • L’opération UNIFIER constitue la contribution du Canada au soutien des forces ukrainiennes par le biais du renforcement des capacités en collaboration avec les États-Unis et d’autres pays qui offrent une aide semblable en matière d’instruction. Des membres des FAC ont continué à appuyer les soldats des forces de sécurité ukrainiennes (FSU) en leur offrant de l’instruction : 4 771 membres des FSU (forces armées ukrainiennes et garde nationale) ont été formés par les FAC au cours de l’AF 2018‑2019. Au cours de l’année, l’opération UNIFIER a exploité la réussite des rotations antérieures et a de plus en plus mis l’accent sur la formation des formateurs, l’élaboration de normes de qualification et l’instruction ciblée pour faciliter la transition des FSU à la norme d’interopérabilité de l’OTAN. Après être passées de l’entraînement de base à la formation des formateurs et au mentorat, les FAC ont surtout mis l’accent sur le renforcement des capacités de combat des FSU et sur leur perfectionnement professionnel aux niveaux tactique et institutionnel à la faveur de certaines initiatives militaires : entraînement tactique au niveau de la brigade mécanisée, adresse au tir, génie de combat, police militaire, instruction médicale en situation de combat, modernisation de la logistique, et perfectionnement professionnel et leadership des officiers subalternes et des sous‑officiers. Malheureusement, le taux d’attrition est supérieur à 60 % chez ces soldats, car beaucoup retournent à leur emploi civil, une fois terminée leur période de conscription de deux ans.
  • Les FAC ont joué un rôle important dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies en contribuant à la concrétisation des objectifs globaux du gouvernement et aux efforts pangouvernementaux visant à prévenir les conflits, à stabiliser des situations fragiles et à lutter contre les menaces. En prenant les moyens suivants, nous avons appuyé les opérations de paix des Nations Unies :
    • Par l’opération PRESENCE, les FAC soutiennent la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Cela fait partie des efforts généraux que le gouvernement du Canada déploie afin d’aider à établir les conditions pour une paix, un développement et une prospérité durables au Mali. L’opération a commencé en août 2018;
    • Au 31 mars 2019, la Force opérationnelle au Mali avait exécuté huit missions d’évacuation sanitaire depuis le début de son déploiement dans le cadre de l’opération PRESENCE. Sept d’entre elles étaient des évacuations sanitaires aériennes de l’avant à l’appui de la MINUSMA, et une s’est faite dans le cadre de l’opération BARKHANE. Les hélicoptères CH‑146 Griffon et CH‑147 Chinook de la Force opérationnelle au Mali ont transporté plus de 5 700 personnes et plus de 350 000 livres (environ 159 000 kilogrammes) de matériel à l’appui d’évacuations sanitaires et d’opérations délibérées avec des hélicoptères utilitaires pour la MINUSMA. Depuis leur arrivée au Mali, nos CH‑146 Griffon ont accumulé plus de 1 850 heures de vol, tandis que les CH‑147F Chinook en ont enregistré 840;
    • Le CC‑130J Hercules du Détachement de transport aérien tactique a accumulé plus de 1 150 heures de vol et transporté plus de 1,9 million de livres (environ 862 000 kilogrammes) de matériel à l’appui de l’opération PRESENCE au Mali. Cet avion n’exécute aucune tâche pour la MINUSMA, mais il opère depuis le carrefour provisoire de soutien opérationnel à Dakar au Sénégal, à l’appui de la Force opérationnelle au Mali; et
    • Cette opération a permis de cerner des leçons retenues clés relativement à l’emploi opérationnel et tactique futur des ressources des forces opérationnelles d’évacuation aérienne de l’avant. Les hélicoptères CH‑146 Griffon et CH‑147 Chinook se sont principalement chargés d’évacuations sanitaires (toutes les missions menées à l’appui de la MINUSMA ont été couronnées de succès), mais ils ont aussi procuré à cette dernière une ressource très utile qui a permis d’étendre la portée tactique des Nations Unies jusque dans des collectivités auparavant inaccessibles. En outre, le soutien d’un niveau particulièrement élevé fourni aux contingents de l’Allemagne, de la France et des Pays-Bas a contribué à renforcer la relation du Canada avec ces alliés.
  • Le Ministère a continué à respecter l’engagement qu’il a pris d’élaborer et d’exécuter un programme novateur d’instruction pour les opérations de paix en contribuant à l’amélioration de l’efficacité globale des opérations des Nations Unies, notamment en soutenant l’Initiative Elsie sur les femmes dans les opérations de paix :
    • L’Initiative Elsie sur les femmes dans les opérations de paix fait partie du secteur d’activité sur la formation novatrice. C’est une entreprise pangouvernementale visant à élaborer et à mettre en œuvre et à l’essai une gamme de démarches pour surmonter les obstacles à la participation significative des femmes aux opérations de paix des Nations Unies; et
    • En ce qui concerne l’Initiative Elsie, Affaires mondiales Canada (AMC) avait choisi le Ghana comme pays partenaire du Canada pour constituer une capacité de défense. Après l’annonce faite à cet égard, les FAC ont procédé à une analyse des options à l’automne afin de définir les éléments qui, en leur sein, avaient trait au déploiement d’équipes canadiennes d’assistance et d’entraînement. Il a été établi qu’en un premier temps, ces équipes mèneraient des activités de soutien de l’instruction au Ghana.
  • Les FAC ont mené des activités, y compris des analyses des options pour définir les besoins particuliers des Nations Unies au sujet desquels elles possédaient une expertise précise. Les FAC ont collaboré avec AMC pour cerner les moyens à prendre afin de complémenter les programmes de ce ministère.
  • Le MDN et les FAC ont continué d’intégrer les perspectives hommes-femmes dans la planification de la défense. Nous avons aussi continué à intégrer les orientations fournies dans les résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies (RCSNU), dans le Plan d’action national canadien sur la RCSNU 1325, dans la politique et les directives de l’OTAN et dans la directive du gouvernement du Canada sur l’ACS+ plus dans la planification et les opérations des FAC et à l’échelle de ces dernières en tant qu’institution. Au cours de l’AF 2018-2019, les activités suivantes ont été menées à l’appui du Plan d’action du Canada :
    • Le groupe de travail intraministériel pour la mise en œuvre de la RCSNU 1325 s’est réuni trois fois afin d’avoir des échanges sur les pratiques exemplaires, les leçons retenues et les défis, à mesure que nous continuons à faire progresser les perspectives hommes-femmes dans l’ensemble du MDN et des FAC; et
    • Les FAC ont affecté des conseillers pour les questions de genre dans le cadre des opérations PRESENCE au Mali, REASSURANCE en Lettonie, UNIFIER en Ukraine, SOPRANO au Soudan du Sud et dans celui de la Mission de l’OTAN en Iraq. Dans toutes les autres petites missions des FAC, un coordonnateur des questions de genre a été désigné afin de garantir l’application et l’intégration des perspectives hommes-femmes dans tous les théâtres opérationnels. Au Canada, de tels coordonnateurs ont été désignés dans le contexte de l’opération LENTUS et d’autres opérations.
  • Le Ministère a continué de collaborer avec AMC afin que les contributions du Canada permettent d’accroître la stabilité et la paix dans le monde par le biais d’initiatives visant à renforcer les capacités des partenaires (RCP). Plus précisément, le MDN a collaboré avec les responsables des programmes de sécurité d’AMC, y compris le Programme d’aide au renforcement des capacités de lutte contre la criminalité, le Programme d’aide au renforcement des capacités antiterroristes, le Programme pour la stabilisation et les opérations de paix et le Programme de réduction des menaces liées aux armes, afin de concrétiser les efforts de RCP à l’échelle mondiale. Cela comprend, entre autres, les grandes opérations telles que les opérations IMPACT (Moyen‑Orient), ACKEE (Caraïbes) et UNIFIER (Ukraine). En outre, l’instruction visant le RCP a été intégrée dans une seule opération (Opération EDIFICE) afin de rentabiliser les efforts et d’améliorer les effets opérationnels.
  • Au cours de l’année dernière, d’importants efforts ont servi à redéfinir la portée et la zone de l’opération IMPACT. Cela a entraîné l’agrandissement de la zone d’opération interarmées de manière à inclure le Liban et la Jordanie. L’unification de ces efforts régionaux n’est entrée en vigueur que récemment, mais les premiers signes de cette approche plus globale portent à croire que des gains d’efficacité sont à prévoir. Au‑delà des avantages opérationnels des efforts de régionalisation contre les organisations extrémistes violentes, cela a permis au Ministère de réduire ses dépenses en réalisant des gains d’efficacité dans toute la région.
  • Les FAC ont déployé de nombreux efforts afin de se tenir informées sur la situation au Canada et à l’étranger. Cherchant à optimiser leurs processus, les FAC ont continué à élaborer une façon plus efficiente d’évaluer les besoins en production de renseignements et de gérer les activités de collecte de renseignements à l’appui de toutes les opérations canadiennes. En outre, la coordination entre tous les niveaux de la fonction du renseignement des FAC s’est améliorée, ce qui a favorisé un meilleur emploi des ressources analytiques d’une façon crédible et opportune. Le Centre de renseignement de ciblage interarmées a franchi de nouveaux jalons vers le stade de la capacité opérationnelle totale en mettant en œuvre son cycle de traitement, d’exploitation et de diffusion. Afin de parfaire la connectivité et la relation avec nos alliés, le Commandement des opérations interarmées du Canada a affecté de nouveaux officiers de liaison pour le renseignement auprès de l’OTAN et des commandements des États-Unis pour l’Europe et l’Afrique.

Afin d’en savoir plus, veuillez vous reporter à la page Web consacrée aux opérations militairesNote en fin liii .

Résultats atteints

Résultats ministériels Indicateurs de
rendement
Cible Date d’atteinte
de la cible
Résultats réels
2018-2019
Résultats réels
2017-2018
Résultats réels
2016-2017
1.5 Les Forces armées canadiennes contribuent à l’existence d’un monde plus stable et paisible % des opérations internationales qui atteignent les objectifs fixés 100 % 31 mars 2019 93 %* 97 % 98 % 

Remarques :

* La différence essentielle entre les résultats de l’AF 2018-2019 et de 2017-2018 s’explique par un changement de méthodologie. L’interopérabilité avec d’autres partenaires alliés pendant l’opération PRESENCE a mis des lacunes en lumière. Afin d’y remédier, le MDN lancera des projets qui porteront sur des questions telles que le transport aérien stratégique; des contrats combleront les lacunes, et des exercices avec des partenaires et des officiers de liaison aideront à atténuer les problèmes d’interopérabilité. L’exploitation du succès des opérations UNIFIER et IMPACT et la mise en œuvre des leçons retenues ont amélioré et continueront d’améliorer le renforcement des capacités et le perfectionnement professionnel.

Afin d’en savoir plus sur les indicateurs de rendement du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes, veuillez consulter le site InfoBase du GCNote en fin liv.

Ressources financières budgétaires (en dollars)

Budget principal des dépenses 2018-2019
Dépenses prévues
2018-2019

Autorisations totales
pouvant être utilisées
2018–2019
Dépenses réelles
(autorisations utilisées)
2018–2019
Écart (dépenses
réelles moins
dépenses prévues)
2018-2019
752 722 921 752 722 921 1 213 674 330 1 424 919 741 672 196 820

Ressources humaines (équivalents temps plein)

Nombre d’équivalents temps plein prévus
2018–2019
Nombre d’équivalents temps plein réels
2018-2019

Écart (nombre d’équivalents temps plein réels moins nombre d’équivalents temps plein prévus)
2018-2019
2 477 4 884 2 407

Des renseignements sur les finances, les ressources humaines et le rendement concernant le Répertoire des programmes du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes sont disponibles dans l’InfoBase du GCNote en fin lv.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :