Monument aux Valeureux

Une rangée de cinq bustes de bronze au Monument des Valeureux
Monument aux Valeureux

Le Monument aux Valeureux, au centre-ville d’Ottawa, est un ensemble de neuf bustes et cinq statues représentant des personnes qui ont pris part à des conflits majeurs de notre histoire. Il comprend aussi une murale de bronze portant l’inscription « Rien ne vous effacera jamais de la mémoire du temps », tirée de l’Énéide, de Virgile.

Le monument rend hommage aux personnes qui ont servi ce pays lors de guerres qui ont façonné le Canada d’aujourd’hui. Ces 14 hommes et femmes ont été choisis en raison de leur héroïsme, mais aussi parce qu’ils rappellent des moments importants de notre histoire militaire.

Le Monument aux Valeureux a été créé par Marlene Hilton Moore et John McEwen en 2006.

Les quatorze personnes valeureuses et les époques qu’elles représentent sont les suivantes :

Le Régime français (1534-1763)

Le courage et la ténacité des habitants de l’Acadie et de la Nouvelle France ont assuré la pérennité des sociétés de langue française en Amérique du Nord malgré les nombreuses guerres de l’époque entre la France et l’Angleterre.

Le comte de Frontenac

Le comte de Frontenac
(1622–1698)

Frontenac est le plus connu des gouverneurs de la Nouvelle France. Il défend Québec contre l’attaque des Anglais en 1690. Sommé de se rendre, il réplique cette phrase célèbre : « Allez dire à votre maître que je répondrai par la bouche de mes canons. »

Pierre Le Moyne d’Iberville

Pierre le Moyne d’Iberville
(1661–1706)

Commandant exceptionnel, né à Montréal, Iberville combat les Anglais hardiment, souvent alors qu’ils sont supérieurs en nombre. En 1697, lorsque trois vaisseaux anglais attaquent son navire, le Pélican, dans la baie d’Hudson, il en coule un, monte à l’abordage d’un autre et s’empare de fort York.

La Révolution américaine (1775-1783)

Ce conflit, impitoyable et sanglant, s’est déroulé le long d’une frontière étendue et a divisé le continent en deux entités : les États-Unis d’Amérique et l’Amérique du Nord britannique.

Thayendanegea (Joseph Brant)

Thayendanegea (Joseph Brant)
(1742–1807)

Illustre guerrier, homme d’État mohawk et principal chef de guerre des Six Nations, il est, avec les siens, un fidèle allié des Anglais. Après la guerre, il a conduits son peuple au Canada pour s’établir près de ce qui est aujourd’hui Brantford.

Le lieutenant-colonel John Butler

Le lieutenant-colonel John Butler
(1728–1796)

John Butler recueille des renseignements de première main, mène des Autochtones au combat et lève une troupe de réfugiés loyalistes — les Rangers de Butler — pour combattre avec les Anglais. Sous son commandement, les Rangers se battent depuis le Kentucky jusqu’à la région du Niagara, où bon nombre d’entre eux se sont établis.

La guerre de 1812 (1812-1814)

Cette guerre, engagée principalement pour résoudre des querelles anglo-américaines et caractérisée par la résistance victorieuse de l’Amérique du Nord britannique à l’expansion américaine, a été suivie d’une paix durable.

Le général sir Isaac Brock, K.C.B.

Le général sir Isaac Brock, K.C.B.
(1769–1812)

Commandant les forces d’un Haut Canada profondément défaitiste, il renverse le cours de l’invasion américaine en s’emparant de Détroit, en 1812. Il est tué plus tard lors de la bataille de Queenston Heights, mais son exemple, son énergie et son talent permettront de sauver le Haut Canada.

Découvrez l’histoire du monument Général Sir Isaac Brock dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Découvrez l’histoire du monument Général Sir Isaac Brock dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Découvrez l’histoire du monument Général Sir Isaac Brock dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Le lieutenant-colonel Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry, C.B.

Le lieutenant-colonel Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry, C.B.
(1778–1829)

Militaire de carrière exceptionnel, Salaberry met sur pied les célèbres Voltigeurs canadiens. En 1813, il use de stratégie et défait des troupes américaines largement supérieures en nombre à la bataille de Châteauguay, contribuant ainsi à préserver le Bas Canada de l’invasion.

Découvrez l’histoire du monument LCol Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Découvrez l’histoire du monument LCol Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Découvrez l’histoire du monument LCol Charles-Michel d’Irumberry de Salaberry dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Laura Secord, U.E.

Laura Secord, U.E.
(1775–1868)

Grâce à Laura Secord, près de cinq cents Américains capitulent à Beaver Dams en 1813, et une défaite anglaise est évitée. Mme Secord avait entendu une conversation à propos d’une attaque surprise et s’était frayé un chemin, seule, à travers des kilomètres de forêt dense pour avertir le commandant de l’avant poste britannique.

Découvrez l’histoire du monument Laura Secord dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Découvrez l’histoire du monument Laura Secord dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

Découvrez l’histoire du monument Laura Secord dans cette vidéo Décod’Art.

Transcription | Visionner sur Youtube

La Première Guerre mondiale (1914-1918)

Le Canada a fait d’énormes sacrifices financiers et humains pour soutenir la Grande-Bretagne et la France dans cette guerre effroyable. Les exploits de l’armée nationale — le Corps canadien — ont permis au Canada d’être représenté à la Conférence de la paix de Paris et d’être reconnu sur la scène internationale.

L’infirmière-major Georgina Pope, R.R.C.

L’infirmière-major Georgina Pope, R.R.C.
(1862–1938)

Infirmière militaire pionnière, elle est la première Canadienne à recevoir la Croix Rouge royale pour service insigne sur un champ de bataille et, en 1908, elle devient la première infirmière en chef du Corps de santé de l’Armée canadienne. En 1917, elle retourne sur les champs de bataille en France.

Le général sir Arthur Currie, G.C.M.G., K.C.B., V.D.

Le général sir Arthur Currie, G.C.M.G., K.C.B., V.D.
(1875–1933)

Officier courageux et inventif, il contribue à planifier la grande victoire à la crête de Vimy. Puis, à titre de premier commandant canadien du Corps canadien, son leadership remarquable permet aux forces canadiennes de remporter des victoires éclatantes pendant les cent derniers jours de la guerre.

Le caporal Joseph Kaeble, V.C., M.M.

Le caporal Joseph Kaeble, V.C., M.M.
(1892–1918)

En juin 1918, près d’Arras, en France, ce membre du 22e bataillon (canadien-français), seul de sa section à ne pas être blessé, saute par dessus le parapet avec sa mitrailleuse et repousse à lui seul une cinquantaine d’Allemands. Blessé mortellement, il recevra la Croix de Victoria à titre posthume pour son courage.

La Deuxième Guerre mondiale (1939-1945)

Dans cette lutte épique contre le fascisme, le Canada a mobilisé son économie et a engagé dans la bataille d’importants contingents des armées de terre, de mer et de l’air. Avec leur courage habituel, les troupes ont contribué à la victoire dans tous les théâtres d’opérations. Grâce à ces efforts, le Canada a pu faire entendre une voix forte et autonome dans le monde.

Le lieutenant Hampton Gray, V.C., D.S.C.

Le lieutenant Hampton Gray, V.C., D.S.C.
(1917–1945)

Pilote canadien servant dans l’aéronavale de la Marine royale, décoré auparavant pour son héroïsme en Norvège et dans le Pacifique, il recevra la Croix de Victoria à titre posthume en 1945. Malgré le feu nourri de l’ennemi, il bombarde et coule un contre torpilleur japonais avant que son avion s’embrase.

Le capitaine John Wallace Thomas, C.B.E.

Le capitaine John Wallace Thomas, C.B.E.
(1888–1965)

Ce Terre Neuvien sert dans la marine marchande avec héroïsme au cours des deux guerres mondiales. En tant que capitaine de l’Empress of Scotland en 1940, il manœuvre habilement lors d’une attaque aérienne au large de l’Irlande et sauve le navire et les troupes qu’il transporte.

Le major Paul Triquet, V.C.

Le major Paul Triquet, V.C.
(1910–1980)

Triquet reçoit la Croix de Victoria en 1943 pour s’être emparé de Casa Berardi, en Italie, un poste d’une grande importance tactique. Cerné par l’ennemi, il avait dit à ses hommes : « Il ne reste qu’un endroit sûr, l’objectif. » Lorsqu’il s’est lancé à l’attaque, ses hommes l’ont suivi.

Le sous lieutenant d’aviation Andrew Mynarski, V.C.

Le sous lieutenant d’aviation Andrew Mynarski, V.C.
(1916–1944)

Mitrailleur dans un bombardier Lancaster en flammes, il fait de vains efforts héroïques pour libérer le mitrailleur arrière, bloqué à son poste. Celui-ci, qui finit par dire à Mynarski de sauver sa propre vie et de sauter en parachute, survit miraculeusement à l’écrasement. Mynarski meurt de ses blessures et recevra la Croix de Victoria à titre posthume.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :