Le gouvernement du Canada prend d’autres mesures pour s’attaquer à la crise des opioïdes en Colombie-Britannique

Communiqué de presse

Les fonds permettront d’appuyer l’éducation, la réduction des méfaits, le traitement et la recherche

Le 24 avril 2019 - Vancouver (C.-B.) - Santé Canada

La crise des opioïdes demeure l’un des problèmes de santé publique les plus graves de l’histoire récente du Canada. Malheureusement, entre janvier 2016 et septembre 2018, plus de 10 300 Canadiens sont morts d’une surdose apparemment liée aux opioïdes.

La ministre de la Santé, l’honorable Ginette Petitpas Taylor, a aujourd’hui annoncé du financement pour de nouvelles initiatives visant à renforcer les connaissances sur la consommation d’opioïdes et les traitements possibles, à réduire les méfaits associés à l’utilisation d’opioïdes et à accroître l’accès à des traitements fondés sur des données probantes. La ministre Petitpas Taylor a fait cette annonce lors d’une rencontre avec des représentants de la St. Paul’s Foundation of Vancouver.

Voici les nouveaux investissements de 15,3 millions au total annoncés aujourd’hui :

  • 9,6 millions pour sept projets qui seront axés sur l’éducation et l’échange d’information sur les traitements efficaces des troubles liés à la consommation d’opioïdes;
  • 1,3 million de dollars en vue d’appuyer quatre initiatives qui permettront de réduire les risques d’infection par le VIH et l’hépatite C chez les personnes partageant du matériel de consommation de drogues, tout en orientant les gens vers les services de traitement et de soutien;
  • 4,4 millions de dollars en vue d’appuyer quatre projets de recherche visant l’élaboration d’options de traitement novatrices et efficaces adaptées aux collectivités et aux peuples autochtones de la Colombie-Britannique. 

Le financement annoncé aujourd’hui s’appuie sur de récents investissements ayant pour but d’accroître l’accès aux services de traitement à l’intention des Canadiens qui demandent de l’aide pour une consommation problématique de substances. En septembre 2018, les gouvernements du Canada et de la Colombie-Britannique ont signé une entente bilatérale dans le cadre du Fonds de traitement d’urgence du gouvernement du Canada, qui prévoit plus de 71,7 millions de dollars pour des options de traitement novatrices et complètes dans la province.

Citations

« Cette crise demeure toujours un des enjeux sanitaires les plus sérieux dans l’histoire récente du Canada et les organismes en place peuvent aider à renverser sa tendance. Voilà pourquoi nous investissons davantage en eux. Nous savons que la solution miracle à cette crise n’existe pas et que les services et l’éducation diffusés par ces organismes sont si importants. Nous devons poursuivre le travail collectif afin de sauver des vies. » 

L’honorable Ginette Petitpas Taylor

Ministre de la Santé

« L’hôpital St. Paul’s se trouve à l’épicentre de la crise d’opioïdes à Vancouver, ce qui nous a donné un aperçu unique et un sens de responsabilité très profond. Nous savons que la recherche, la sensibilisation et l’éducation peuvent réduire les méfaits de façon significative, réaliser des épargnes financières et surtout, améliorer la santé et la vie des personnes, des familles et des collectivités touchées par la consommation de substances partout au Canada. »

Dick Vollet

Président et directeur général, St. Paul’s Foundation

Faits en bref

  • Le budget de 2018 prévoit plus de 230 millions de dollars sur cinq ans pour lutter contre la crise des opioïdes. Ce financement comprend 150 millions de dollars pour un fonds de traitement d’urgence à frais partagés.

  • Dans le budget de 2019, le gouvernement du Canada s’engage à accorder un financement supplémentaire de 30,5 millions de dollars sur cinq ans, à compter de 2019-2020, et 1 million de dollars par année par la suite, pour des mesures ciblées visant à combler les écarts persistants dans la réduction des méfaits et le traitement.

  • Depuis juin 2017, les données déclarées à Santé Canada révèlent qu’il y a eu plus de 327 000 visites aux sites de consommation supervisée et aux centres de prévention des surdoses à l’échelle du pays, qu’aucun décès n’est survenu dans les établissements, et que près de 3 600 surdoses signalées ont été inversées.

  • Par l’entremise des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC), le gouvernement du Canada investit dans des chercheurs qui contribuent à recenser des données probantes sur les interventions les plus efficaces pour prévenir les surdoses d’opioïdes, la façon de traiter les troubles liés à la consommation d’opioïdes et la façon de promouvoir la réduction des méfaits.

  • Le Programme sur l’usage et les dépendances aux substances (PUDS) de Santé Canada prévoit environ 50 millions de dollars par année pour appuyer des initiatives favorisant la prévention, le traitement et la réduction de toutes les formes de méfaits liés à la consommation problématique de substances, y compris les opioïdes, le cannabis, l’alcool et le tabac.

  • Le Fonds de réduction des méfaits de l’Agence de la santé publique du Canada investit 7 millions de dollars par année afin de soutenir des projets partout au Canada qui contribueront à réduire les taux de transmission du VIH et de l’hépatite C chez les personnes qui consomment des drogues. 

  • Le gouvernement du Canada mène une campagne nationale de sensibilisation du public aux opioïdes. La campagne vise à accroître la sensibilisation du public aux risques associés aux opioïdes, à la stigmatisation qui empêche les toxicomanes à recevoir de l’aide et aux mesures à prendre si vous êtes témoin d’une surdose d’opioïdes.

Produits connexes

Liens connexes

Personnes-ressources

Thierry Bélair

Cabinet de Ginette Petitpas Taylor

Ministre de la Santé

613-957-0200


Relations avec les médias

Santé Canada

613-957-2983 

hc.media.sc@canada.ca


Demande de renseignements :

613-957-2991

1-866-225-0709


Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :