Oxyde de butyle et de 2,3-époxypropyle (éther de butyle normal et glycidyle) (BGE)

Numéro d'enregistrement CAS 2426-08-6

De quoi s'agit-il?

  • L'oxyde de butyle et de 2,3-époxypropyle, également connu sous les appellations éther de butyle normal et glycidyle et BGE, est un produit chimique industriel.

Comment est-il utilisé?

  • Le BGE est utilisé comme diluant pour la résine époxyde, comme produit chimique servant à la fabrication d'autres substances chimiques et comme stabilisant pour les solvants chlorés.
  • Au Canada, il est principalement utilisé dans les formules de résines époxydes, dont les applications comprennent les revêtements, les adhésifs, les liants, les agents d'étanchéité, les matières de remplissage et les résines.
  • Le BGE n'est pas fabriqué au Canada, mais il y est importé.

Pourquoi le gouvernement du Canada l'a-t-il évalué?

  • Précédent l'évaluation, il a été déterminé que le BGE présentait un danger potentiel pour la santé humaine en raison de sa classification, par des organisations internationales, comme substance pouvant causer le cancer et des dommages génétiques chez les animaux de laboratoire, et en fonction d'un potentiel modéré d'exposition (excluant l'exposition en milieu de travail) pour la population canadienne.

Comment les Canadiens y sont-ils exposés?

  • L'exposition de la population canadienne au BGE devrait être faible et se produire principalement par inhalation d'air contaminé.

Quels sont les résultats de l'évaluation?

  • Le gouvernement du Canada a effectué une évaluation scientifique du BGE, appelée évaluation préalable.
  • Le gouvernement du Canada a conclu que le BGE peut être dangereux pour la santé humaine.
  • Le gouvernement du Canada a également conclu que le BGE ne pénètre pas dans l'environnement en quantité ou dans des conditions de nature à mettre en danger l'environnement.
  • Les évaluations préalables déterminent le risque potentiel pour la population générale (excluant l'exposition en milieu de travail).

Que fait le gouvernement du Canada?

  • Bien que l'exposition de la population générale soit actuellement considérée comme faible, le gouvernement du Canada prend des mesures afin qu'elle le demeure.
  • Le gouvernement du Canada examinera l'utilité de mettre en place un outil de notification d'utilisation future. Cela exigerait que toute nouvelle fabrication, importation ou utilisation proposée de cette substance fasse l'objet d'une évaluation plus approfondie avant que ces nouvelles activités soient autorisées.
  • Le rapport final d'évaluation préalable ainsi que les documents relatifs aux démarches de gestion des risques proposés ont été publiés le 6 mars 2010. La publication du document sur l'approche proposée en matière de gestion des risques sera suivie d'une période de consultation publique de 60 jours, qui se terminera le 5 mai 2010.

Que peuvent faire les Canadiens?

  • Les risques pour la santé d'une substance chimique dépendent du type de danger que la substance est susceptible de présenter (son potentiel de causer des effets nocifs) et de la dose (le degré d'exposition à la substance).
  • Bien que l'exposition de la population générale au BGE soit faible, par mesure de précaution, on rappelle aux Canadiens, lorsqu'ils utilisent un produit, d'observer attentivement les mises en garde et les modes d'emploi.
  • Les Canadiens qui manipulent du BGE en milieu de travail doivent consulter leur représentant en matière de santé et de sécurité au travail pour connaître les pratiques de manipulation sécuritaires, les lois applicables ainsi que les exigences en vertu du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :