Groupe des benzoates – fiche d'information

Sur cette page

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique, appelée une évaluation préalable, de neuf substances du groupe des benzoates afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l'environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) [LCPE (1999)], le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer des effets nocifs sur la santé humaine ou l'environnement) et les niveaux d'exposition des personnes ou de l'environnement. Une substance peut avoir un potentiel de danger élevé, mais le risque pour la santé humaine et l'environnement dépend du niveau d'exposition à la substance.
  • Le potentiel de danger et d'exposition pour l'environnement des substances du groupe des benzoates a été classé à l'aide de l'approche Classification du risque écologique des substances organiques.
  • Les substances du groupe des benzoates ont un faible potentiel de danger pour la santé humaine et l'environnement, et l'exposition des Canadiens à ces substances est également faible. Par conséquent, on a conclu que ces neuf substances n'entraînaient pas d'effets nocifs sur la santé humaine ou l'environnement.

À propos de ces substances

  • La présente évaluation préalable porte sur neuf des dix substances qu'on appelle collectivement Groupe des benzoates dans le Plan de gestion des produits chimiques (PGPC). Ces neuf substances sont le benzoate de méthyle, le benzoate d'éthyle, le benzoate d'isobutyle, le benzoate de butyle, les huiles de tubéreuse, le tribenzoate de glycérol, le dibenzoate d'oxydiéthylène, le dibenzoate d'oxydipropyle et le dibenzoate de 2,2,4-triméthylpentane-1,3-diyle.
  • D'autres approches ont permis de déterminer que l'autre substance du Groupe des benzoates, soit l'acide isophtalique, était peu préoccupante pour la santé humaine et l'environnement. Les conclusions pour l'acide isophtalique (no CAS 121-91-5) sont présentées dans le document intitulé Substances jugées comme étant peu préoccupantes selon la Classification du risque écologique (CRE) des substances organiques et l'approche fondée sur le seuil de préoccupation toxicologique (SPT) pour certaines substances.
  • Le gouvernement du Canada recueille des renseignements sur les substances, notamment des détails sur les sources et les utilisations au Canada, pour étayer l'évaluation des risques et la gestion des substances dans le cadre du PGPC.
  • Les benzoates de méthyle, d'éthyle, de butyle et d'isobutyle sont naturellement présents dans les aliments tels que les fruits, les boissons alcoolisées et le cacao.
  • Les benzoates de méthyle, d'éthyle, de butyle et d'isobutyle, les huiles de tubéreuse et le tribenzoate de glycérol sont utilisés comme agents aromatisants alimentaires à l'échelle mondiale. Ces substances sont aussi utilisées comme parfums dans les produits d'entretien ménager et les cosmétiques.
  • Le dibenzoate d'oxydiéthylène, le dibenzoate d'oxydipropyle et le dibenzoate de 2,2,4-triméthylpentane-1,3-diyle ont été détectés dans des produits, dont des produits de calfeutrage, de la peinture et des adhésifs, ainsi que des cosmétiques et des produits de santé naturels.
  • Le dibenzoate d'oxydiéthylène et le dibenzoate d'oxydipropyle sont aussi utilisés dans la fabrication de matériaux d'emballage alimentaire.

Exposition des êtres humains et de l'environnement

  • Les Canadiens peuvent être exposés à certaines de ces substances par l'alimentation puisque les benzoates de méthyle, d'éthyle, de butyle et d'isobutyle sont naturellement présents dans les fruits (p. ex. pommes, bananes et papayes) et que le benzoate d'isobutyle pourrait l'être dans les boissons alcoolisées (p. ex. bière et cidre).
  • Les Canadiens peuvent aussi être exposés à certaines de ces substances par l'utilisation de produits disponibles pour les consommateurs, comme les cosmétiques, les produits d'entretien ménagers et les produits de bricolage (par exemple, les produits de calfeutrage et la peinture).
  • D'après la Classification du risque écologique des substances organiques, les benzoates de méthyle, d'éthyle, d'isobutyle et de butyle, le tribenzoate de glycérol, le dibenzoate d'oxydiéthylène et le dibenzoate d'oxydipropyle sont considérés comme des substances ayant un faible potentiel d'exposition dans l'environnement. Le dibenzoate de 2,2,4-triméthylpentane-1,3-diyle est quant à lui considéré comme une substance ayant un potentiel d'exposition modéré dans l'environnement en raison de sa persistance globale. On a relevé que les huiles de tubéreuse présentaient un potentiel élevé d'exposition de l'environnement en raison des grandes quantités utilisées et de leur persistance globale.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l'environnement

Résultats de l'évaluation des risques

  • Après avoir examiné des évaluations menées par des organismes à l'échelle mondiale, on considère que ces neuf substances présentent un faible risque pour la santé humaine.
  • Selon les résultats de la Classification du risque écologique des substances organiques, il est peu probable que ces neuf substances soient nocives pour l'environnement.
  • Le gouvernement a publié l'Évaluation préalable finale du Groupe des benzoates le 9 février 2019.

Conclusions de l'évaluation préalable

  • Par suite de cette évaluation, le gouvernement a conclu que ces neuf substances ne sont pas nocives pour la santé humaine aux niveaux d'exposition actuels.
  • Le gouvernement a également conclu que ces neuf substances ne pénètrent pas dans l'environnement en une quantité de nature à avoir un effet nocif sur l'environnement.

Renseignements connexes

  • Les neuf substances du groupe des benzoates peuvent être présentes dans des produits disponibles pour les consommateurs. Les Canadiens devraient respecter les mises en garde et les instructions inscrites sur les étiquettes des produits et éliminer les produits de manière responsable.
  • Visitez Maison Saine pour en savoir plus sur la sécurité relative à l’utilisation de produits chimiques à la maison.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés à ces neuf substances en milieu de travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manutention sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

.

Date de modification :