Déclaration de l’administratrice en chef de la santé publique du Canada, le 3 décembre 2021

Déclaration

Le 3 décembre 2021 Ottawa (Ontario) Agence de la santé publique du Canada

La pandémie de COVID-19 continue d'être une source de stress et de causer de l'anxiété à de nombreux membres de la population canadienne, particulièrement à ceux qui n'ont pas accès à leur réseau de soutien habituel. Le portail Espace mieux-être Canada offre aux personnes de tous âges partout au pays un accès immédiat à du soutien en matière de santé mentale et de toxicomanie sans frais et de façon confidentielle. Ces services sont accessibles 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Aujourd'hui, le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) a formulé des conseils révisés sur les doses de rappel des vaccins à ARNm contre la COVID-19 de même que des recommandations sur l'utilisation des vaccins à ARNm contre la COVID-19 chez les adolescents et les jeunes adultes en particulier.

Le CCNI a réitéré que les avantages d'un vaccin à ARNm contre la COVID-19 continuent de l'emporter sur les risques d'effets secondaires rares associés à un vaccin à ARNm, ce qui comprend le faible risque d'une myocardite et/ou d'une péricardite à la suite d'une immunisation, le plus souvent observée chez les hommes âgés de 12 à 29 ans. Le CCNI recommande également, et les autorités sanitaires du Canada sont d'accord, que l'immunisation des personnes admissibles - mais qui n'ont pas encore reçu leur première série de vaccins - continue d'être la priorité absolue, au Canada et partout dans le monde.

Concernant les doses de rappel, le CCNI a tenu compte des nouvelles données probantes sur le déclin de la protection des vaccins avec le temps ainsi que sur l'innocuité et les possibles avantages des doses de rappel des vaccins à ARNm. Dans le contexte du variant Delta, selon les données probantes dont nous disposons, l'efficacité du vaccin contre les infections et les maladies symptomatiques, et possiblement aussi contre les maladies graves, diminue avec le temps, surtout chez les personnes d'un certain âge. Aucune préoccupation supplémentaire relative à l'innocuité n'a été relevée à la suite de l'administration de doses de rappel des vaccins à ARNm. Le risque rare de myocardite et/ou de péricardite semble être plus faible après la dose de rappel qu'après la deuxième dose de la série primaire - quoique plus élevé qu'après la première dose. En fonction de cette information, le CCNI a augmenté la force de ses recommandations et affirme désormais qu'une dose de rappel d'un vaccin à ARNm autorisé contre la COVID-19 devrait être administrée 6 mois ou plus après la fin d'une première série de vaccins contre la COVID-19. Cette forte recommandation a également été élargie afin d'inclure les adultes dans les populations suivantes :

  • Les personnes âgées de 50 ans et plus;
  • Les adultes résidant dans un établissement de soins de longue durée ou dans un autre lieu d'habitation collective qui fournit des soins aux personnes âgées;
  • Les personnes ayant reçu une série de vaccins contre la COVID-19 à vecteur viral, soit uniquement le vaccin contre la COVID-19 AstraZeneca/COVISHIELD et/ou Janssen;
  • Les adultes qui vivent dans des communautés des Premières Nations, des Inuits et des Métis ou qui en proviennent;
  • Les travailleurs de la santé de première ligne qui ont un contact physique direct avec les patients.

Le CCNI recommande également qu'une dose de rappel d'un vaccin à ARNm autorisé contre la COVID-19 soit offerte 6 mois ou plus après la fin d'une première série de vaccins contre la COVID-19 aux adultes de 18 à 49 ans, compte tenu du risque actuel dans le territoire où ils vivent et de leur risque individuel.

Enfin, pour ce qui est de la vaccination des adolescents et des jeunes adultes, le CCNI a tenu compte de nouvelles données canadiennes et internationales qui donnent à croire que le rare risque de myocardite à la suite de l'administration d'un vaccin à ARNm contre la COVID-19 pourrait être plus faible avec le vaccin Pfizer-BioNTech Comirnaty sous la forme de doses de 30 microgrammes comparativement au vaccin Moderna Spikevax, administré en doses de 100 microgrammes. Les données démontrent également qu'un intervalle posologique plus long entre la première et la deuxième dose de la série primaire du vaccin développerait une réponse immunitaire plus forte et une meilleure efficacité du vaccin, et que des intervalles plus longs pouvaient également être associés à un risque plus faible de myocardite et/ou de péricardite.

Par conséquent, pour les adolescents et les jeunes adultes âgés de 12 à 29 ans, le CCNI recommande désormais l'administration du vaccin Pfizer-BioNTech Comirnaty plutôt que le vaccin Moderna Spikevax pour amorcer ou terminer une série primaire de vaccins. En outre, le CCNI recommande que la deuxième dose d'une série primaire de vaccins à ARNm contre la COVID-19 soit administrée 8 semaines après la première dose.

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) continue de surveiller les indicateurs épidémiologiques de la COVID-19 pour rapidement déceler, comprendre et communiquer les enjeux émergents et préoccupants. Voici un bref sommaire des dernières données et tendances à l'échelle du pays.

Depuis le début de la pandémie, il y a eu au Canada 1 798 872 cas de COVID-19 et 29 737 décès. Ces chiffres cumulatifs indiquent le fardeau que représente la COVID-19 jusqu'à présent, alors que le nombre de cas actifs, qui se situe maintenant à 26 611, et les moyennes mobiles sur sept jours indiquent l'évolution de la maladie et les tendances liées à la gravité.

Les données de surveillance continuent de montrer que l'activité de la maladie à coronavirus (COVID-19) présente des variations régionales considérables à la grandeur du pays. Le nombre de cas signalés à l'échelle nationale chaque jour a connu une augmentation graduelle, les taux d'infection restant toujours élevés dans de nombreuses régions. Durant la plus récente période de sept jours (du 26 nov. au 2 déc.), 2 821 nouveaux cas ont été signalés en moyenne, ce qui représente une augmentation de 8 % par rapport à la semaine précédente. Les tendances actuelles montrent que le nombre d'hospitalisations et d'admissions aux soins intensifs diminue toujours lentement. Cependant, advenant une augmentation des taux d'infection, les tendances pourraient recommencer à augmenter. Les dernières données provinciales et territoriales montrent que, en moyenne, 1 540 personnes touchées par la COVID-19 recevaient des soins en milieu hospitalier chaque jour au cours de la période de sept jours la plus récente (du 26 nov. au 2 déc.), ce qui représente une baisse de 4 % comparativement à la semaine dernière. Cela comprend notamment une moyenne de 465 personnes aux soins intensifs, soit 1 % de moins que la semaine précédente, et une moyenne de 19 décès signalés chaque jour, du 26 nov. au 2 déc. Au cours des semaines et des mois à venir, il demeurera crucial de maintenir un faible taux d'infection pour éviter une nouvelle hausse des tendances relatives aux cas graves et pour alléger le fardeau qui continue de peser sur le système de santé, particulièrement dans les régions fortement affectées.

Bien que la grande majorité des récents cas de COVID-19 au Canada continue d'être attribuable au variant Delta, en date du 2 décembre 2021, 11 cas du nouveau variant préoccupant Omicron ont été signalés en Ontario, au Québec, en Alberta et en Colombie-Britannique. Alors que nous continuons à évaluer l'importance et l'incidence de ce nouveau variant préoccupant, les Canadiens sont priés de demeurer vigilants et de continuer de se protéger.

Quel que soit le variant du SARS-CoV-2 qui domine dans une région, nous savons que la vaccination, combinée aux mesures de santé publique et aux pratiques individuelles, favorise toujours la réduction de la transmission de la COVID-19 et des complications graves. Plus particulièrement, les données probantes continuent d'indiquer qu'une série complète de vaccins contre la COVID-19 approuvée par Santé Canada fournit une protection importante contre la maladie grave surtout parmi les groupes d'âge jeunes. Selon les dernières données provenant des 9 provinces et territoires portant sur les populations âgées de 12 ans et plus, dans les dernières semaines (du 17 octobre au 13 novembre 2021), la moyenne hebdomadaire ajustée selon l'âge indique que les personnes non vaccinées étaient nettement plus nombreuses à être hospitalisées pour la COVID-19 que les personnes entièrement vaccinées.

  • Chez les jeunes et les adultes âgés de 12 à 59 ans, les personnes non vaccinées étaient 37 fois plus nombreuses à être hospitalisées que les personnes entièrement vaccinées.
  • Chez les adultes de 60 ans et plus, les personnes non vaccinées étaient 18 fois plus nombreuses à être hospitalisées que les personnes entièrement vaccinées.

En date du 2 décembre 2021, les provinces et les territoires ont administré plus de 60,8 millions de doses de vaccins contre la COVID-19. À la suite de la récente autorisation du vaccin pédiatrique Comirnaty contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech chez les enfants de 5 à 11 ans, la population admissible à la vaccination au Canada représente désormais 95 % de la population totale. Selon les dernières données provinciales et territoriales, près de 80 % de l'ensemble de la population a reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 et près de 76 % est entièrement vaccinée. Selon les données de couverture vaccinale par âge, en date du 27 novembre 2021, plus de 89 % des personnes âgées de 40 ans ou plus ont reçu au moins une dose et plus de 86 % sont pleinement vaccinées, tandis que 86 % des jeunes adultes âgés de 18 à 39 ans ont reçu au moins une dose et plus de 81 % sont pleinement vaccinés. Avec le début du déploiement du programme de vaccination pédiatrique partout au Canada, j'encourage les parents et tuteurs à chercher de l'information crédible de sources fiables telles que Canada.ca pour prendre des décisions éclairées au sujet de la vaccination contre la COVID 19. J'invite également les fournisseurs de soins de santé et autres intervenants à soutenir les enfants et leurs fournisseurs de soins en les écoutant, en partageant de l'information crédible et en entretenant un dialogue respectueux.

La COVID-19 continue de circuler au Canada et à l'étranger, et la vaccination, combinée au cumul de mesures de santé publique ciblées et définies et aux mesures de protection individuelle, demeure cruciale pour freiner les taux d'infection au virus de la COVID-19 et réduire le fardeau imposé au système de soins de santé. Si vous avez des symptômesrestez chez vous ou isolez-vous; soyez au fait des risques associés à divers environnements; respectez les directives locales de santé publique et continuez à suivre les mesures de protection individuelle. Le port d'un masque bien conçu et bien ajusté dans les lieux publics et lorsque vous êtes dans un lieu privé en compagnie de personnes ne faisant pas partie de votre ménage immédiat, notamment, ainsi que l'évitement des regroupements et l'utilisation de la meilleure ventilation intérieure possible constituent des couches de protection à employer ensemble pour réduire encore davantage le niveau de risque, peu importe le contexte. Nous pouvons également rester en meilleure santé en recevant les vaccins recommandés, comme le vaccin contre la grippe et ceux prévus au calendrier de vaccination pour les enfants et les adultes.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur la vaccination dans votre région, communiquez avec l'autorité locale en santé publique, votre médecin ou toute autre source crédible de renseignements, tels que Canada.ca et Immunize.ca. Vous pouvez accéder à un vaste éventail de renseignements sur Canada.ca pour en savoir plus sur les bienfaits associés à la vaccination contre la COVID-19.

Les membres de la population canadienne peuvent également en faire plus en diffusant des renseignements crédibles sur les risques de la COVID-19 et sur les mesures à prendre pour réduire la transmission de la COVID-19 dans les collectivités. Je vous invite à lire mon document d'information pour obtenir de plus amples renseignements et ressources sur la COVID-19, ainsi que sur les moyens de réduire les risques, de vous protéger et de protéger les autres, y compris de l'information sur la vaccination contre la COVID-19.

Coordonnées

Relations avec les médias
Agence de la santé publique du Canada
613-957-2983
media@hc-sc.gc.ca

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :