Dinosèbe.  – fiche d'information

2-(Butane-2-yl)-4,6-dinitrophénol (DNBP)
Numéro d’enregistrement du CAS 88-85-7

Sur cette page

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique appelée une évaluation préalable, afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l’environnement par le dinosèbe.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement (1999) [LCPE (1999)], le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer des effets nocifs sur la santé humaine ou l’environnement) et les niveaux d’exposition des personnes et de l’environnement. Une substance peut avoir des propriétés dangereuses, mais le risque pour la santé humaine ou l’environnement peut être faible selon le niveau d’exposition.
  • Suite à l’évaluation préalable, le gouvernement a conclu que le dinosèbe est nuisible pour l’environnement, mais pas nocif pour la santé humaine aux niveaux d’exposition qui prévalaient au moment de l’évaluation. Bien que les effets du dinosèbe soient préoccupants pour la santé humaine, il a été déterminé que le risque associé à cette substance est faible pour les Canadiens, étant donné que l’exposition humaine devrait être nulle.

À propos de cette substance

  • L’évaluation préalable portait sur la substance 2-(butane-2-yl)-4,6-dinitrophénol, aussi appelée dinosèbe. Cette substance a été évaluée dans le cadre de la troisième phase du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC).
  • Selon les renseignements recueillis lors de l’évaluation, le dinosèbe était le plus utilisé dans le secteur industriel.
  • Le dinosèbe n’est pas présent naturellement dans l’environnement. Il a par le passé été employé au Canada comme pesticide, plus particulièrement comme herbicide. L’homologation de son utilisation comme pesticide a été suspendue en 1990 en raison de préoccupations pour la santé et aucune autre utilisation n’a été homologuée après l’année 2000. L’utilisation du dinosèbe comme herbicide a été abandonnée le 31 décembre 2001.

Exposition des humains et de l’environnement

  • Le dinosèbe n’est plus utilisé comme pesticide au Canada ni dans les produits disponibles aux consommateurs. Aucune des données sur l’eau potable au Canada, examinées lors de l’évaluation préalable, ne portait sur le dinosèbe. L’exposition des Canadiens au dinosèbe par l’air et les aliments devrait être nulle.
  • Le volet environnemental de l’évaluation préalable était axé sur le rejet possible du dinosèbe dans les eaux de surface par suite de son utilisation dans le secteur industriel. Le dinosèbe se dégradera lentement dans l’eau, où il devrait persister. Cependant, il ne devrait pas s’accumuler dans les organismes aquatiques. Il ne devrait y avoir aucun rejet important dans l’air.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l’environnement

  • Le dinosèbe est examiné à l’étranger par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans le cadre du Programme d’évaluation coopérative des produits chimiques. Le Rapport d’évaluation initial de l’ensemble des données préalables (SIAR) a été utilisé pour éclairer l’évaluation des effets du dinosèbe sur la santé humaine et l’environnement.
  • La Commission européenne a classé le dinosèbe comme toxique pour la reproduction (peut nuire à l’enfant à naître). Des effets sur le développement, pris en compte dans l’évaluation des risques, ont également été considérés comme critiques.
  • Dans l’environnement, le dinosèbe est un produit chimique réactif qui peut perturber la production d’énergie chez les animaux, les végétaux et les champignons. En raison de ses effets sur la reproduction, la survie et la croissance à de très faibles concentrations, le dinosèbe est dangereux pour plusieurs organismes aquatiques ainsi que pour les oiseaux et les mammifères.

Résultats de l’évaluation des risques

  • L’exposition des Canadiens au dinosèbe devrait être nulle. Par conséquent, le risque pour la santé humaine est considéré comme faible.
  • Pour l’évaluation des effets de cette substance sur l’environnement, des expositions dans les eaux de surface ont été modélisées à partir de rejets industriels estimatifs. En raison de la gravité des effets du dinosèbe sur les organismes aquatiques, ainsi que sur les oiseaux et les mammifères, une exposition, même à de très faibles concentrations, peut poser un risque pour l’environnement.
  • Compte tenu de tous les renseignements présentés, il a été déterminé que le dinosèbe pose un risque de nuire à l’environnement.
  • Le gouvernement du Canada a publié l’Évaluation préalable finale du dinosèbe le 6 février 2021.

Conclusions de l’évaluation préalable

  • Par suite de l’évaluation préalable, le gouvernement du Canada a conclu que le dinosèbe n’est pas nocif pour la santé humaine aux concentrations d’exposition prises en compte dans l’évaluation.
  • Cependant, le gouvernement a conclu que le dinosèbe pénètre ou peut pénétrer dans l’environnement à des concentrations qui peuvent être nuisibles à l’environnement.
  • Il a été déterminé que le dinosèbe satisfait aux critères de persistance, mais non à celui de la bioaccumulation, comme énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation pris en application de la LCPE (1999).

Mesures préventives et réduction des risques

Renseignements connexes

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :