Groupe des composés hétérocycliques – fiche d’information

Sur cette fiche

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique, appelée évaluation préalable, de 3 substances du Groupe des composés hétérocycliques afin de déterminer leur potentiel d'effets nocifs sur les Canadiens ou l'environnement.
  • En vertu de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) [LCPE (1999)], le risque posé par une substance est déterminé en tenant compte de ses propriétés dangereuses (son potentiel à causer des effets nocifs sur la santé humaine ou l'environnement) et des niveaux d'exposition des personnes ou de l'environnement. Une substance peut avoir des propriétés dangereuses, mais le risque pour la santé humaine ou l'environnement peut être faible en fonction du niveau d'exposition à cette substance.
  • Le danger pour l'environnement et les potentiels d'exposition aux substances du Groupe des composés hétérocycliques ont été classés au moyen de l'Approche de classification des risques écologiques des substances organiques.
  • Les substances du Groupe des composés hétérocycliques peuvent être associées à des effets sur la santé humaine et/ou l'environnement. Toutefois, le risque pour la santé humaine ou l'environnement a été déterminé comme faible aux niveaux actuels d'exposition. Il a été conclu que les substances du Groupe des composés hétérocycliques ne sont pas dangereuses pour la santé humaine ni pour l'environnement aux niveaux actuels d'exposition.

À propos de ces substances

  • L'évaluation préalable a été centrée sur 3 des 7 substances appelées collectivement Groupe des composés hétérocycliques dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC). Les substances traitées dans cette évaluation préalable sont la méthénamine, la morpholine et la substance de numéro de registre du Chemical Abstracts Service (Nº CAS) 4174-09-8.
  • La substance imidazolidine-2-thione, aussi appelée éthylènethiourée (ETU), était visée par l'Ébauche d'évaluation préalable du Groupe des hétérocycles publiée le 11 novembre 2017. Toutefois, des activités d'évaluation associées à l'utilisation de l'ETU comme pesticide sont en cours et, en conséquence, la conclusion pour l'ETU sera fournie dans une évaluation préalable finale distincte.
  • En suivant d'autres approches, il a été déterminé que les trois autres substances de ce groupe sont peu préoccupantes pour la santé humaine ou l'environnement. Les conclusions pour les substances de Nº CAS 132-65-0, 28984-69-2 et 68909-18-2 sont données dans les documents intitulés Évaluation préalable des substances jugées comme étant peu préoccupantes au moyen de l'approche de la Classification du risque écologique des substances organiques et l'Approche fondée sur le seuil de préoccupation toxicologique (SPT) pour certaines substances.
  • D'après les renseignements collectés par le gouvernement, la méthénamine, la morpholine et la substance de Nº CAS 4174-09-8 sont des substances synthétiques et ne sont pas présentes naturellement dans l'environnement.
  • Ces substances sont largement utilisées au Canada.
  • La méthénamine est utilisée pour la production de résines et de caoutchoucs, et elle est consommée durant le processus de production. Elle est aussi utilisée pour produire certains explosifs et certaines tablettes de combustible. De plus, elle peut être utilisée dans certains cosmétiques en tant qu'agent de conservation.
  • La morpholine est utilisée pour la production de caoutchoucs, de produits pharmaceutiques, de produits antiparasitaires, d'azurants optiques, d'antioxydants et comme solvant industriel.
  • La morpholine est ajoutée dans certaines cires utilisées pour revêtir des produits frais, comme des pommes.
  • La substance de Nº CAS 4174-09-8 est utilisée pour colorer des matières plastiques, des vernis ou des revêtements.

Exposition des êtres humains et de l'environnement

  • La méthénamine, la morpholine et la substance de No CAS 4174-09-8 peuvent être utilisées dans certains matériaux d'emballage alimentaire au Canada. Toutefois, l'exposition due à une telle utilisation est jugée faible ou négligeable.
  • Les Canadiens peuvent être exposés à la méthénamine ou à de la morpholine en raison de l'utilisation de produits disponibles pour les consommateurs, tels que des produits en caoutchouc, des cosmétiques et des cires/produits à polir pour la maison ou l'automobile.
  • L'exposition à la morpholine peut aussi avoir lieu par l'alimentation, des aliments pouvant être traités ou désinfectés par pulvérisation avec cette substance, comme des pommes cirées.
  • D'après les renseignements pris en compte lors de l'Approche de classification des risques écologiques des substances organiques, la morpholine et la substance de Nº CAS 4174-09-8 ont été identifiées comme présentant un faible potentiel d'exposition dans l'environnement.
  • La méthénamine a été identifiée comme présentant un fort potentiel d'exposition dans l'environnement en raison de sa capacité à se maintenir dans l'environnement pendant de longues périodes et des grandes quantités utilisées rapportées lors d'une enquête récente.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l'environnement

  • Afin d'identifier les effets sur la santé humaine des substances du Groupe des composés hétérocycliques, des rapports nationaux ou internationaux ont été étudiés. Les renseignements ainsi obtenus ont été utilisés pour étayer l'évaluation préalable.
  • Pour la méthénamine, les effets potentiels sur le développement ont été considérés être les effets importants ou « critiques » utilisés pour la caractérisation des risques pour la santé humaine de la présente évaluation.
  • La morpholine a été identifiée comme ayant des effets nocifs potentiels sur la thyroïde. 
  • D'après les renseignements pris en compte pour l'Approche de classification des risques écologiques des substances organiques, la méthénamine et la morpholine ont été identifiées comme présentant un faible potentiel de danger pour l'environnement, alors que la substance de Nº CAS 4174-09-8 aurait un fort potentiel de danger pour l'environnement, basé sur son écotoxicité et son potentiel modéré de bioaccumulation dans les réseaux trophiques aquatiques.

Résultats de l'évaluation des risques

  • En se basant sur des évaluations nationales et internationales, ainsi que sur les renseignements présentés dans la présente évaluation préalable, les risques posés à la santé humaine par la méthénamine, de morpholine ou de la substance de Nº CAS 4174-09-8 sont faibles.
  • En se basant sur les résultats de l'Approche de classification des risques écologiques des substances organiques, il est improbable que, la méthénamine, la morpholine et le Nº CAS 4174-09-8 aient des effets nocifs sur l'environnement.
  • Le gouvernement du Canada a publié l'Évaluation préalable finale des substances du Groupe des composés hétérocycliques le 8 juin 2019.

Conclusions de l'évaluation préalable

  • Suite à cette évaluation, le gouvernement a conclu que la méthénamine, de la morpholine et de la substance de Nº CAS 4174-09-8 ne sont pas nocives pour la santé humaine aux niveaux actuels d'exposition.
  • Le gouvernement a aussi conclu que ces 3 substances ne pénètrent pas dans l'environnement à des niveaux qui sont nocives pour l'environnement.

Renseignements connexes

  • Santé Canada a évalué la sécurité de l'utilisation de la morpholine dans des revêtements pour les pommes et a déterminé qu'une telle utilisation ne pose pas de risque pour la santé humaine.
  • Il est toujours bon de laver les produits frais à l'eau courante, puis de les essuyer. Ceci contribuera à éliminer tout résidu de produit antiparasitaire présent en surface et, de manière encore plus importante, toute poussière ou bactérie qui pourrait se trouver à la surface des aliments.
  • Les substances du Groupe des composés hétérocycliques peuvent se retrouver dans certains produits disponibles pour les consommateurs. Les Canadiens devraient suivre tout avertissement de sécurité et toute directive se trouvant sur l'étiquette du produit et éliminer de tels produits de manière responsable.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés à ces substances sur leur lieu travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manipulation sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :