Groupe des substances contenant de l’antimoine – fiche d’information

Sur cette page

Aperçu

À propos de ces substances

  • Cette évaluation préalable porte sur les 11 substances appelées collectivement  dans le cadre du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC) le Groupe des substances contenant de l’antimoine.
  • Le gouvernement collecte des renseignements sur les substances, y compris des détails sur leurs statuts commerciaux au Canada, afin d'étayer l'évaluation des risques et la gestion des risques des substances en vertu du PGPC.
  • L’antimoine (Sb) est un semi-métal présent naturellement dans l’environnement dans de divers états d’oxydation (niveau d’oxydation d’un composé chimique). Il se trouve plus fréquemment dans les états trivalent et pentavalent. Certaines des substances contenant de l’antimoine sont fabriquées par l’homme.
  • Ces 11 substances ont des utilisations et fonctions diverses au Canada, tel que dans les ignifugeants, les textiles, les plastiques, les lubrifiants, les graisses et dans la sidérurgie, par exemple.
  • Le trioxyde de diantimoine (Nº CAS 1309-64-4) a été évalué dans le neuvième lot du Défi et, par conséquent, ne fait pas partie de cette évaluation.

Exposition des Canadiens et de l’environnement

  • Les Canadiens peuvent être exposés à ces substances contenant de l’antimoine dans l’environnement (par exemple, l’eau potable). Les données sur la quantité d’antimoine total (toutes les formes d’antimoine ajoutées ensemble) dans l’environnement ont été utilisées pour évaluer le niveau d’exposition.
  • L’exposition humaine est prévue principalement à partir des aliments (incluant le lait maternel et les breuvages) et, dans une moindre mesure, à partir de l’eau potable.
  • Les Canadiens peuvent être exposé à ces substances à partir des produits offerts aux consommateurs, tel que les textiles, les jouets, les lubrifiants et les graisses.
  • Les substances contenant de l’antimoine peuvent être rejetées dans l’environnement à la suite d’activités telles que la combustion de combustibles fossiles, la sidérurgie, ou quand ces substances sont utilisées dans le processus de fabrication.
  • L’exposition de l’environnement à ces 11 substances a été caractérisé dans l’approche de CRE-I, en utilisant de données obtenues à la suite des mises à jour de l’inventaire de la Liste intérieure, obtenus à partir de l’Inventaire national des rejets de polluants, de l’Agence des services frontaliers du Canada, et d’un certain nombre de bases de données de surveillance de la qualité de l’eau fédérales et provinciales.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l’environnement

  • L’évaluation préalable pour la santé humaine est centrée sur les effets de l’exposition à, à la fois, les substances contenant de l’antimoine trivalent et de l’antimoine pentavalent. Les effets développementaux associés à une certaine forme de l’antimoine pentavalent ont été considérés « critiques » ou importants pour la caractérisation du risque posé par ces 11 substances à la santé humaine.
  • L’évaluation préalable pour la santé humaine a également considérée l’exposition par inhalation (respirer les substances) avec l’inflammation pulmonaire en tant qu’un effet potentiel.
  • Le danger pour l’environnement de ces 11 substances a été caractérisé par l’approche de CRE-I. Une approche comparative, utilisant de produits chimique semblables, appelée une approche de références croisées, a été utilisé évaluer les effets sur l’environnement potentiels.

Résultats de l’évaluation des risques

  • D'après une comparaison des niveaux de substances contenant de l’antimoine auxquels les Canadiens peuvent être exposés et des niveaux associés à des effets sur la santé, il a été déterminé que le risque d’effet nocif de ces 11 substances sur la santé humaine est faible.
  • L’approche de CRE-I a permis de déterminer que ces 11 substances présentent un risque faible de causer des effets nocifs pour l'environnement.
  • Le gouvernement du Canada a publié l’Ébauche d’évaluation préalable du Groupe des substances contenant de l’antimoine le 15 septembre 2018. Cette publication est suivie d’une période de commentaires du public de 60 jours se terminant le 14 novembre 2018.

Conclusions de l’évaluation préalable

  • Par suite de cette évaluation, le gouvernement propose de conclure que ces 11 substances contenant de l’antimoine ne sont pas nocifs pour la santé humaine aux niveaux d’exposition actuels.
  • Le gouvernement propose aussi de conclure que ces substances ne pénètrent pas dans l’environnement à des niveaux qui sont nocifs pour l’environnement.

Important à savoir

  • Les substances contenant de l’antimoine peuvent se trouver dans des produits offerts aux consommateurs. Les Canadiens devraient respecter les mises en garde et les instructions inscrites sur les étiquettes des produits, et éliminer les produits de manière responsable.
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés à ces substances en milieu de travail devraient consulter leur employeur et leur représentant en santé et sécurité au travail (SST) en ce qui a trait aux pratiques de manutention sécuritaires et aux lois et exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :