Vaccination des enfants : Choisir de faire vacciner son enfant

La vaccination constitue l’une des plus grandes réussites en matière de santé publique au niveau international avec l’assainissement, les antibiotiques et l’eau potable.

Depuis plus de 50 ans, les vaccins ont contribué à prévenir et à contrôler la propagation de maladies mortelles au Canada et à l’étranger.

Choisir de faire vacciner son enfant

En tant que parents, il est normal de se poser des questions au sujet des vaccins. Découvrez comment fonctionnent les vaccins, pourquoi ils sont nécessaires et comment ils sont administrés afin de vous rassurer et d’être bien informé en ce qui concerne la vaccination de votre enfant.

Sur cette page

Comment fonctionnent les vaccins

Les vaccins aident à réduire les risques d’infection chez votre enfant. Ils agissent avec les défenses naturelles de l’organisme en vue d’acquérir une immunité à la maladie.

Les vaccins se composent d’une très petite quantité de germes morts ou affaiblis qui imitent une infection. Une fois dans l’organisme, ces germes entraînent une réaction du système immunitaire qui crée alors :

  • des anticorps
  • une mémoire immunitaire

Ce qui permet de renforcer le système immunitaire de votre enfant. Les anticorps demeurent dans l’organisme où ils reconnaissent rapidement les germes. Cela leur donne la possibilité de se « rappeler » comment combattre ceux-ci lorsqu’ils se trouvent en leur présence. Le système immunitaire renforcé de votre enfant permet d’éliminer la menace avant même qu’elle ne puisse avoir des conséquences dangereuses, prévenant de ce fait la maladie ou en minimisant les effets.

Si votre enfant n’est pas vacciné contre ces germes, il peut tomber gravement malade. C’est parce que son système immunitaire n’ayant pas été préparé à combattre les germes, leur donne la possibilité de se multiplier et de déclencher la maladie.

Efficacité des vaccins

Les vaccins actuellement disponibles au Canada peuvent protéger votre enfant contre 14 maladies graves. La plupart de ces vaccins destinés aux enfants offrent une protection à plus de 90 % contre la maladie.

Bien que la plupart des enfants acquièrent une forte immunité après la vaccination, certains peuvent acquérir seulement une protection partielle. Plusieurs facteurs peuvent avoir une influence sur l’efficacité des vaccins, notamment :

  • l’âge de la personne vaccinée
  • l’état de santé général de la personne vaccinée
  • la réponse immunitaire au vaccin de la personne vaccinée
  • le degré de correspondance entre les composants de vaccins et le type de bactérie ou de virus qui circule dans la population
  • des types de germes (virus ou bactérie) contenus dans le vaccin

Dans de rares cas, ceux qui n’ont acquis qu’une protection partielle après la vaccination peuvent être infectés et contracter la maladie. Toutefois, la vaccination permet de prévenir des maladies graves et des conséquences sérieuses, y compris la mort.

Un autre moyen de protéger ceux dont l’immunité est partielle ou nulle est d’augmenter la couverture vaccinale de la population en générale. Lorsque de larges groupes de personnes se font vaccinés, il se produit ce que l’on appelle une « immunité collective » (ou immunité de groupe).

Plus de personnes se font vaccinées dans la communauté, plus le risque d’infection est faible pour celles n’ayant pas été vaccinées ou celles ayant seulement acquis une immunité partielle après avoir reçu le vaccin. Cela signifie que lorsque vous êtes vacciné, vous vous protégez ainsi que votre entourage.

L’immunité collective aide à protéger les personnes plus à risque de contracter la maladie et d’être victimes de graves complications ou même d’en mourir, comme les :

  • nourrissons et les enfants trop jeunes pour avoir reçu tous leurs vaccins
  • personnes âgées de 65 ans et plus
  • personnes dont l’état de santé affecte leur système immunitaire (comme celles recevant un traitement de chimiothérapie contre le cancer ou celles souffrant d’autres maladies graves)

Les vaccins ont réussi à abaisser considérablement les taux d’incidence de la maladie dans les pays dotés de solides programmes de vaccination. Certaines maladies, comme la polio, ont disparu au Canada et dans le reste des Amériques grâce aux vaccins. Malheureusement, la polio, tout comme d’autres maladies infantiles représente encore une menace du fait qu’elle persiste toujours dans d’autres pays à travers le monde.

Lorsque les taux de vaccination sont maintenus à un niveau élevé dans la population, l’apparition de la maladie est rare tout comme les éclosions de celle-ci. D’un autre côté, lorsque les taux de vaccination sont faibles, le nombre de cas de la maladie et la mortalité liée à celle-ci augmentent. Ce qui fait que nous ne sommes plus protégés dorénavant des éclosions ou des conséquences de maladies graves, y compris les risques d’invalidité ou de décès.

Pourquoi la vaccination est nécessaire

Pour certaines des maladies évitables par la vaccination (comme la rougeole, les oreillons et la polio), il n’existe aucun traitement ni cure. Les enfants peuvent tomber gravement malades, souffrir d’un handicap permanent ou décéder des complications de maladies évitables par la vaccination.

Malgré l’amélioration des conditions de vie et des pratiques d’hygiène, la vaccination reste essentielle pour la prévention et le contrôle des maladies infectieuses.

En plus des maladies comme la polio qui ont disparu au Canada, d’autres sont devenues rares au pays grâce à des taux élevés de vaccination à long terme parmi la population. Parmi celles-ci, on trouve notamment :

  • la rubéole
  • la diphtérie

Néanmoins, ces maladies existent toujours ailleurs dans le monde. Les personnes qui habitent ou qui voyagent dans des pays où ces maladies sont toujours présentes peuvent être infectées. Si la chose se produit au moment de leur retour au pays, il y a un risque d’importation et de dissémination de ces maladies au Canada. Maintenir des taux élevés de vaccination contre ces maladies permet de prévenir une nouvelle propagation ou de nouvelles éclosions.

Ce sont, pour donner quelques exemples :

La rougeole

À l’échelle mondiale, la rougeole reste une cause importante de mortalité chez les enfants (89 780 cas en 2016). Une seule personne atteinte de rougeole peut infecter très rapidement de 12 à 18 personnes non vaccinées.

La rougeole est une maladie très contagieuse. Vous pouvez la contracter en entrant dans une pièce où une personne infectée a éternué une heure après que cette personne ait quitté la pièce.

La coqueluche

Au Canada, les infections comme la coqueluche sont en hausse. Il s’agit d’une maladie grave et potentiellement mortelle, en particulier pour les bébés. Environ la moitié des bébés infectés doivent être hospitalisés.

Le tétanos

Le tétanos est un risque toujours présent car il est causé par un germe que l’on trouve partout dans la terre et la poussière. Toute personne non vaccinée peut contracter la maladie si elle a une plaie ouverte et qu’elle entre en contact avec ces germes. Bien que cette maladie soit rare au Canada, si elles ne sont pas vaccinées, les personnes qui se trouvent exposées aux bactéries du tétanos peuvent contracter une maladie grave et potentiellement mortelle pour laquelle il n’existe aucun traitement.

Le meilleur moyen de protéger la santé de vos enfants est de prévenir ces maladies en tenant à jour leur calendrier de vaccination.

Affiche à partager

Les vaccins fonctionnent

Compare le nombre de cas de 6 maladies évitables par la vaccination au Canada avant et après l’introduction des vaccins.

Comment sont administrés les vaccins

La plupart des vaccins sont administrés par injection au moyen d’une aiguille dans le bras ou la cuisse de votre enfant. Certains vaccins, comme le vaccin contre le rotavirus, sont administrés par voie orale. Le vaccin antigrippal peut être administré dans le nez par vaporisation.

Quelques vaccins, comme ceux contre la rougeole, la rubéole et les oreillons (RRO) protègent contre plusieurs maladies en une seule injection (3 en 1). D’autres sont administrés séparément. Le système immunitaire de votre enfant peut recevoir plusieurs vaccins à la fois de façon sécuritaire et efficace.

En fait, un bébé a la capacité de produire jusqu’à un milliard d’anticorps. On estime donc qu’un bébé normal pourrait supporter sans inquiétude jusqu’à 10 000 vaccins en une seule visite.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Please select all that apply:

Thank you for your help!

You will not receive a reply. For enquiries, contact us.

Date de modification :