Les symboles provinciaux de l'Ontario

Située dans le centre est du Canada, l’Ontario est la province la plus peuplée et la deuxième plus vaste.

Origines du nom

Le nom Ontario vient du mot iroquois kanadario qui signifie eau « miroitante ». Ce nom est fort bien choisi, car les lacs et les rivières occupent le cinquième de sa superficie. En 1641, le mot Ontario désignait le territoire le plus à l'est sur la rive nord des Grands Lacs. Plus tard, on appela la partie sud de la province « Old Ontario ». La modification du nom marqua le début d'une ère nouvelle, puisque la région devenait une province en 1867.

Population (2006) : 12 687 000

Superficie :

Terre – 891 190 km2

Eaux douces – 177 390 km2

Total – 1 068 580 km2

Capitale : Toronto

Date d’entrée dans la Confédération :

La province de l'Ontario mise en évidence sur la carte du Canada

Histoire

L'Ontario a d'abord été habité par des nations de langues algonquiennes et iroquoiennes. La plus importante est celle des Ojibway, qui vivent dans le nord de la province. Il existe deux grandes confédérations iroquoises : les Iroquois et les Hurons. Les cinq nations d’Iroquois (Sénéca, Oneida, Onondage, Cayuga et Mohawk) sont établies près du lac Ontario et du lac Érié. La nation huronne habite la région avoisinant le lac Simcoe.

Ces peuples sont très évolués du point de vue politique et culturel au moment où les Européens font leur apparition dans la région. En 1610, Henry Hudson est le premier Européen à pénétrer en Ontario. Samuel de Champlain et Étienne Brûlé établissent les premiers contacts avec les Premières Nations du sud de l'Ontario en 1613.

En 1774, les Britanniques règnent sur ce qu'on appelle maintenant le sud de l'Ontario, qui faisait alors partie de la province de Québec. Après la Révolution américaine, l'arrivée de loyalistes dans la région entraîne la création d'une nouvelle province. Dans l'Acte constitutionnel de 1791, qui divise la province en deux, cette région est rebaptisée le Haut-Canada.

Les rébellions qui éclatent en 1837 dans le Haut et le Bas-Canada pour dénoncer le manque de démocratie incitent les Britanniques à déléguer lord Durham pour enquêter sur la situation. En 1840, pour faire suite à ses recommandations, on ratifie l'Acte d'Union, qui réunit à nouveau le Haut et le Bas-Canada, cette fois sous le nom de Province du Canada. Cette union permet d'établir un gouvernement plus démocratique et plus responsable, mais elle n'a toutefois pas le succès escompté : les deux régions, Canada-Est et Canada-Ouest, demeurèrent distinctes. Elles participent au débat de 1864 sur la Confédération en leur nom propre et, au moment de l'entrée en vigueur de la Confédération en 1867, elles deviennent deux provinces distinctes : l'Ontario et le Québec.

L'Ontario est la plus peuplée des provinces canadiennes et la deuxième plus grande. Au moment de la Confédération, les frontières de la province ne dépassent pas de beaucoup celles de la région actuelle du sud de l'Ontario. Le territoire situé au nord du lac Supérieur est rattaché à l'Ontario en 1889, mettant ainsi fin aux conflits acharnés avec le Manitoba. La province atteint sa superficie actuelle en 1912, lorsqu'on y annexe le reste du nord de l'Ontario.

Carte de la province de l'Ontario

Armoiries

L'Ontario reçoit ses armoiries par décret de la reine Victoria en 1868. Le cimier, les supports et la devise sont accordés par décret du roi Édouard VII en 1909.

La croix rouge de Saint-Georges, symbole de l'Angleterre, apparaît dans le tiers supérieur de l'écu. L'emblème du Canada, un rameau d'érable à trois feuilles dorées, sur fond vert, en occupe la portion inférieure. Un élan (orignal) et un cerf de Virginie (chevreuil) soutiennent l'écu, et un ours noir se trouve sur le cimier.

Les armoiries de l'Ontario

La devise latine sur les armoiries – Ut incepit fidelis sic permanent – signifie « Fidèle elle a commencé, fidèle elle demeure ». Elle fait référence aux loyalistes de l’Empire-Uni qui se sont établis en Ontario à la fin du XVIIIe siècle.

L'Ontario est l'unique province ou territoire dont les armoiries soient stylisées.

Devise

Ut incepit fidelis sic permanent (Fidèle elle a commencé, fidèle elle demeure)

Drapeau

La législature adopte le drapeau de l'Ontario en 1965. Cette même année, la reine Elizabeth II approuvait l'utilisation du drapeau royal de l'Union (Union Jack). Le drapeau est hissé pour la première fois le 21 mai 1965.

Ce drapeau ressemble beaucoup au Red Ensign canadien. Le drapeau royal de l'Union occupe le quart supérieur près de la hampe, et les armoiries sont placées sur le battant, au centre de sa partie la plus éloignée. Ses proportions sont deux de longueur sur une de largeur.

Le drapeau de l'Ontario

Emblème floral

L'adoption d'un emblème floral en Ontario découle d'un mouvement qui a pris naissance pendant la Première Guerre mondiale et qui cherchait une fleur officielle qu'on pourrait planter sur les tombes des soldats canadiens morts à l'étranger.

Le trillium blanc (Trillium grandiflorum), également appelé trille à grande fleur, a été officiellement adopté comme emblème en 1937, à la suite de la suggestion d’un comité spécial de botanistes de l'Association horticole de l'Ontario. Un ouvrage britannique de botanique, publié en 1760, affirme que le trille est « l'herbe de l'amour vrai au Canada ».

L'emblème floral de l'Ontario, le trille blanc

Le trillium blanc pousse dans les forêts de feuillus et les boisés de l'Ontario et fleurit à la fin d'avril et en mai. Ses fleurs sont très sensibles à la lumière et se tournent généralement vers le soleil, suivant sa course dans le firmament. Contrairement à la croyance populaire, il n'est pas illégal de cueillir un trillium blanc en Ontario, mais il faut toutefois l'éviter, car cela risque de causer un tort grave à la plante, qui peut prendre des années à s'en remettre.

Autres symboles de la province

Oiseau

Le plongeon huard (Gavia immer) a été désigné oiseau officiel de l'Ontario le 23 juin 1994.

Trouvé dans les lacs et les rivières de toute la province, son cri étrange évoque la beauté et la solitude des régions sauvages de l'Ontario. Le huart peut plonger à une profondeur de 70 mètres à la recherche de nourriture et rester sous l’eau pendant 3 minutes.

En 1987, le Canada a remplacé son billet d’un dollar par une pièce dont le revers arbore un huard nageant sur un plan d’eau. On a d’ailleurs rapidement surnommé cette pièce le « huard ».

L'oiseau de l'Ontario, le huard

Couleurs

Vert et jaune.

Pierre fine

L'améthyste est adoptée comme minéral officiel de l’Ontario en 1975 afin de représenter la richesse minérale de la province.

Type de quartz, on trouve l'améthyste en grappes partout dans le nord de l’Ontario, de façon plus concentrée dans la région de Thunder Bay. Près de cette région, les cristaux d’améthyste se forment dans des cavités créées il y a plus d’un milliard d’années.

Le minerai de l'Ontario, l'améthyste

Tartan

Adopté en 2000, le tartan de l'Ontario est composé de quatre bandes de couleurs : le rouge, le blanc, trois nuances de vert et deux nuances de bleu. Les verts symbolisent les forêts et les champs de l'Ontario, tandis que les bleus représentent les eaux de la province, le rouge, les Premières Nations, et le blanc, le ciel au-dessus de la province.

Le tartan de l'Ontario

Arbre

La province a adopté le pin blanc (Pinus strobus linnaeus) comme symbole officiel le 1er mai 1984.

Trouvé partout en Ontario, le pin blanc, le plus grand arbre de la province, peut vivre plus de 250 ans et représente bien les vastes forêts ontariennes. Connu comme « l’arbre de la grande paix » par les Premières Nations Haudenosaunee du sud de l'Ontario, le pin blanc fut aussi une importante source de revenus et commerciale au début de la province.

L'arbre de l'Ontario, le pin blanc
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :