Les symboles provinciaux du Québec

Situé dans le centre-est du Canada, le Québec est la seule province canadienne dont la population est majoritairement de langue française et la seule dont le français est l’unique langue de la province.

Origines du nom

Le nom de « Québec », qui vient du mot algonquin signifiant « passage étroit » ou « détroit », désigne à l'origine le rétrécissement du fleuve Saint‑Laurent en face de l'actuelle ville de Québec. La province de Québec a été rebaptisée plusieurs fois au cours de son histoire, portant tour à tour les noms de Canada, Nouvelle‑France, Bas‑Canada et Canada‑Est.

Population (2006) : 7 651 500

Superficie – 1 356 790 km2

Eaux douces – 183 890 km2

Total – 1 650,680 km2

Capitale : ville Québec

Date d’entrée dans la Confédération : 1er juillet 1867

La province de Québec mise en évidence sur la carte du Canada

Histoire

Avant l'arrivée des Européens, ce sont d'abord des nations autochtones, membres pour la plupart des familles linguistiques et culturelles algonquiennes et iroquoiennes, qui se sont établies sur le territoire actuel du Québec et en ont grandement influencé l'histoire. La nation inuite vivait dans le nord du Québec et y est encore aujourd'hui concentrée.

Le Québec a été l'une des premières régions du Canada qu'ont explorées et colonisées les Européens. Jacques Cartier accoste à Gaspé en 1534 et prend possession, au nom du roi de France, du territoire qui s'appellera le Canada. En 1608, Samuel de Champlain fonde la ville de Québec. Quelques années plus tard, Paul Chomedey de Maisonneuve fonde Ville-Marie (1642) qui deviendra Montréal à la fin du XVIIIe siècle.

En 1759, la bataille des plaines d'Abraham marque la défaite des troupes françaises aux mains de l'armée anglaise. Par le traité de Paris (1763), le roi de France cède la Nouvelle‑France à la Couronne d'Angleterre. Cette cession entraîne une importante immigration de colons anglais, irlandais et écossais.

En 1774, l'Acte de Québec permet le libre exercice de la religion catholique et l'usage de la langue française et du droit civil français au Québec. L'Acte constitutionnel (1791) établit deux provinces : le Haut‑Canada (l'Ontario), à majorité anglophone, et le Bas‑Canada (le Québec), à majorité francophone. La signature de la Loi constitutionnelle de 1867 consacre la fédération de quatre provinces du Canada : le Québec, l'Ontario, le Nouveau‑Brunswick et la Nouvelle‑Écosse.

Une précision est apportée au territoire de la province de Québec en 1898 par la reconnaissance de ses limites septentrionales à la suite d'une décision judiciaire rendue en 1884. Le territoire est ensuite modifié en 1912 pour y inclure le district d'Ungava, qui faisait anciennement partie des Territoires du Nord-Ouest. En 1927, le Comité judiciaire du Conseil privé britannique est prié de rendre un avis sur une dispute entre le Canada et Terre-Neuve concernant l'emplacement de la frontière séparant Terre‑Neuve et le Québec au Labrador.

Le Québec est la plus grande province du Canada. Il pourrait contenir trois fois la France et sept fois la Grande‑Bretagne. Il est parsemé d'un million de lacs et de rivières, et traversé sur 1 200 kilomètres par le Saint-Laurent, l'une des plus grandes voies navigables du monde. On y trouve différents types de végétations : la forêt boréale au sud, la taïga au centre et la toundra plus au nord.

Créé en 1792, le Parlement québécois est l'un des plus anciens au monde. Le système politique québécois est d'inspiration britannique alors que son système juridique se caractérise par la cohabitation du droit privé d'origine française (droit codifié), inspiré à l'origine, dans une certaine mesure, du Code Napoléon, et du droit public d'origine anglaise (common law).

Carte de la province de Québec

Armoiries

Les armoiries du Québec sont adoptées par décret de Sa Majesté la reine Victoria en 1868 et modifiées par décret du lieutenant‑gouverneur en conseil en 1939.

L'écu s'orne de trois fleurs de lis d'or sur champ d'azur, qui rappellent la domination qu'exerçait autrefois la France royaliste sur le Québec (les armoiries originales qu'avait accordées la reine Victoria, portaient deux fleurs de lis bleues sur champ d'or). Un rameau d'érable à trois feuilles de sinople, représentant le produit le plus caractéristique du Canada, apparaît dans la partie inférieure, et un léopard d'or, symbolisant la couronne britannique, qui a accordé l'écu, figure au centre.

Les armoiries  du Québec

Devise

Je me souviens

Drapeau

Le drapeau du Québec est adopté en 1948 par décret du lieutenant-gouverneur en conseil et sanctionné par la législature de la province en 1950. Les dimensions du drapeau sont trois de longueur sur deux de largeur.

Le drapeau du Québec est généralement désigné sous le nom de fleurdelisé. Sa croix blanche sur un champ d'azur rappelle une ancienne bannière de l'armée française, et les quatre fleurs de lis symbolisent la France.

Selon la légende, l'usage de la fleur de lis comme emblème de la royauté française remonte à 496, année où Clovis, premier roi chrétien de France, fut baptisé par saint Rémi et où il aurait adopté la fleur de lis comme emblème personnel.

Le drapeau du Québec

Emblème floral

L’iris versicolore (Iris versicolor) est la fleur emblématique du Québec, en vertu de la Loi sur le drapeau et les emblèmes du Québec sanctionnée le 5 novembre 1999.

L'iris versicolore est une fleur printanière indigène qui pousse dans plus de la moitié du territoire québécois, de la vallée du Saint-Laurent jusqu'à la baie James. De 1963 à 1999, le lis blanc de jardin est l'emblème floral de la province.

L'emblème floral du Québec, l'iris versicolore

Autres symboles de la province

Oiseau

Le harfang des neiges (Nyctea scandiaca) est adopté comme oiseau emblématique du Québec en 1987. Contrairement aux autres hiboux, le harfang des neiges n’est pas exclusivement nocturne. Il chasse jour et nuit et se nourrit principalement de lemmings. Le Québec a choisi le harfang des neiges pour témoigner de son appui envers la protection de la faune.

L'oiseau du Québec, le harfang des neiges

Tartan

Le tartan du Québec a été créé à partir des armoiries de la province, qui sont un reflet de son histoire. On y retrouve les couleurs des trois divisions horizontales de l'écu. Le bleu rappelle le champ du haut (bleu avec fleurs de lys); le vert représente le rameau d'érable du bas; tandis que l'or symbolise le lion de la partie centrale, de même que la couronne de l'écu. Le blanc fait référence au listel portant la devise « Je me souviens ».

Arbre

Le bouleau jaune (Betula alleghaniensis) joue un rôle essentiel dans l’industrie du meuble au Québec depuis les débuts de la colonisation. On le retrouve en abondance dans toutes les régions du sud de la province et il suscite l’admiration tant par sa beauté que par son caractère pratique.

L'arbre du Québec, le bouleau jaune
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :