Ressources sur la qualité de l’air intérieur pour les professionnels

Familiarisez-vous avec les lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur et sur les limites d’exposition pour les contaminants de l’air intérieur.

Sur cette page

Lignes directrices et directives sur les contaminants de l’air intérieur

Nous publions des documents qui résument les risques pour la santé de certains contaminants de l’air intérieur et qui fournissent des renseignements sur :

  • les sources de contaminants de l’air intérieur
  • les recommandations visant à réduire l’exposition aux contaminants de l’air intérieur

Ces documents comprennent :

  • les lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur résidentiel
  • d’autres lignes directrices

Lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur résidentiel

Les Lignes directrices sur la qualité de l’air intérieur résidentiel présentent les limites d’exposition recommandées (aussi appelées valeurs recommandées) pour les contaminants. Une limite d’exposition représente la concentration de contaminants dans l’air intérieur en deçà de laquelle il est peu probable que des effets sur la santé se produisent. Les lignes directrices comprennent :

  • des limites d’exposition à long terme
    • pour les problèmes de santé qui peuvent découler d’une exposition continue ou répétée pendant plusieurs mois ou années
  • des limites d’exposition à court terme
    • pour les problèmes de santé qui peuvent survenir immédiatement après une brève exposition

Nous avons élaboré des lignes directrices sur certains contaminants de l’air intérieur. La liste suivante présente la limite d’exposition recommandée selon le temps d’échantillonnage (entre parenthèses) :

  • acétaldéhyde
    • limite d’exposition à long terme (24 heures) : 280 µg/m3 (157 ppb)
    • limite d’exposition à court terme (1 heure) : 1 420 µg/m3 (795 ppb)
  • acroléine
    • limite d’exposition à long terme (24 heures) : 0,44 µg/m3
    • limite d’exposition à court terme (1 heure) : 38 µg/m3
  • dioxyde de carbone
    • limite d’exposition à long terme (24 heures) : 1 800 mg/m3 (1 000 ppm)
  • monoxyde de carbone
    • limite d’exposition à long terme (24 heures) : 11,5 mg/m3 (10 ppm)
    • limite d’exposition à court terme (1 heure) : 28,6 mg/m3 (25 ppm)
  • formaldéhyde
    • limite d’exposition à long terme (8 heures) : 50 µg/m3 (40 ppb)
    • limite d’exposition à court terme (1 heure) : 123 µg/m3 (100 ppb)
  • naphtalène
    • limite d’exposition à long terme (24 heures) : 10 µg/m3 (1,9 ppb)
  • dioxyde d’azote
    • limite d’exposition à long terme (24 heures) : 20 µg/m3 (11 ppb)
    • limite d’exposition à court terme (1 heure) : 170 µg/m3 (90 ppb)
  • ozone
    • limite d’exposition à long terme (8 heures) : 40 µg/m3 (20 ppb)
  • radon
    • limite d’exposition : 200 Bq/m3
  • toluène
    • limite d’exposition à long terme (24 heures) : 2,3 mg/m3 (0,6 ppm)
    • limite d’exposition à court terme (8 heures) : 15 mg/m3 (4,0 ppm)

*Vous pouvez demander les évaluations scientifiques sur lesquelles ces limites d’exposition sont fondées.

Documents d’orientation sur certains contaminants de l’air intérieur

Dans certains cas, nous ne pouvons pas déterminer une limite d’exposition à partir des données scientifiques connues. Dans une telle situation, nous élaborons des lignes directrices axées sur les mesures à prendre pour réduire l’exposition à l’intérieur.

Nous avons conçu des lignes directrices sur les contaminants de l’air intérieur comme les suivants :

  • la moisissure
  • le benzène
  • les particules fines (PM2,5)

Niveaux de référence dans l’air intérieur (NRAI)

Nous avons également déterminé des niveaux de référence dans l’air intérieur (NRAI) pour 25 composés organiques volatils (COV) couramment présents dans l’air intérieur.

Établissement des priorités pour l’évaluation des risques

Nous avons mis au point un processus d’établissement des priorités pour l’évaluation des risques posés par les contaminants de l’air intérieur selon les risques qu’ils posent pour la santé à des niveaux qui se trouvent dans les résidences du Canada. Nous menons ce processus d’établissement des priorités environ tous les 3 ans.

Lignes directrices sur les espaces intérieurs non résidentiels (publics)

Nous avons élaboré des lignes directrices détaillées à utiliser dans des environnements intérieurs non résidentiels. Ces documents fournissent des recommandations fondées sur des données probantes sur le maintien et l’amélioration de la qualité de l’air dans les espaces intérieurs publics. Ils peuvent être utilisés par les autorités locales, les fonctionnaires, les gestionnaires, les employés et toute personne ayant un rôle à jouer dans la qualité de l’air intérieur. Ces documents comprennent les suivants :

Communiquez avec nous pour obtenir de plus amples renseignements.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :