Substances de diisocyanates de méthylènediphényle et de méthylènediphényldiamines (DMD/MDD) – fiche d’information

Mis à jour

L'évaluation préalable finale du groupe de substances DMD/MDD a été publiée le 10 juin 2017 dans le cadre de l'Initiative des groupes de substances du Plan de gestion des produits chimiques (PGPC). L'évaluation est résumée dans la présente fiche d'information (auparavant appelée sommaire public) et n'a pas été modifiée. La section intitulée « Mesures préventives et réduction des risques » de la présente fiche d'information présente les renseignements à jour sur les activités de gestion des risques, à savoir :

  • Le 15 mai 2019 : Publication d'un décret final visant l'inscription 5 substances DMD à l'annexe 1 de la Loi canadienne sur la protection de l'environnement (1999) [LCPE (1999)].
  • Le 6 avril 2019 : Publication d'un Code de pratique proposé pour une période de commentaires du public de 60 jours se terminant le 5 juin 2019.

Sur cette page

Aperçu

  • Le gouvernement du Canada a réalisé une évaluation scientifique, appelée évaluation préalable, afin de déterminer le potentiel de risque posé aux Canadiens et à l'environnement par 5 substances DMD et de 2 substances MDD.
  • En vertu de la LCPE (1999) le risque que pose une substance est déterminé en considérant à la fois ses propriétés dangereuses (la capacité de causer les effets nocifs sur la santé humaine ou l'environnement) et les niveaux d'exposition des personnes ou de l'environnement. Une substance peut avoir un potentiel de danger élevé, mais le risque pour la santé humaine et l'environnement dépend du niveau d'exposition à la substance.
  • Suite à l'évaluation préalable, le gouvernement a conclu que les 5 substances DMD ont des effets nocifs sur la santé humaine, mais pas sur l'environnement. Quant aux 2 substances MDD, il a été conclu qu'elles n'avaient pas d'effets nocifs sur la santé humaine ou l'environnement aux niveaux d'exposition mesurés au moment de l'évaluation.

À propos de ces substances

  • L'évaluation des risques portait sur 5 substances faisant partie des diisocyanates de méthylènediphényle (DMD) et 2 substances faisant partie des méthylènediphényldiamines (MDD), lesquelles forment ensemble le Groupe de substances DMD/MDD.
  • Ces 7 substances DMD et MDD ont été évaluées conjointement en raison des similitudes qu'elles présentent sur le plan de la structure chimique, des propriétés et des profils d'emploi.
  • Les substances de ce groupe sont des substances chimiques synthétiques et ne devraient pas être présentes à l'état naturel dans l'environnement.
  • Le 4,4'-DMD, le pDMD et le DMD présent dans des mélanges sont principalement utilisés dans la fabrication des polyuréthanes et des produits contenant du polyuréthane, notamment les adhésifs, les enduits, les mousses isolantes, les pellicules stratifiées d'emballage souple et les blocs de mousse utilisés dans les meubles. Ils sont utilisés comme adhésifs dans la fabrication de produits de bois d'ingénierie, tels que les panneaux de copeaux orientés (panneaux de bois utilisés dans le domaine de la construction).
  • Les DMD sont également utilisés dans les produits de bricolage, tels que les adhésifs, les agents d'étanchéité et produits isolants, y compris les produits contenant de la mousse de polyuréthane giclé.
  • De façon générale, les substances MDD sont surtout utilisées pour la production de DMD.

Exposition des êtres humains et de l'environnement

  • L'évaluation a révélé que les Canadiens pourraient être exposés aux DMD principalement lors de l'utilisation de produits contenant des DMD inaltérés ou « libres », comme des adhésifs et des agents d'étanchéité, y compris les produits contenant de la mousse de polyuréthane giclé.
  • L'exposition des Canadiens aux MDD issus de l'environnement devrait être faible, car ces substances ne sont pas fabriquées au Canada et leur utilisation est limitée à quelques applications industrielles. De plus, aucune exposition aux MDD découlant de l'utilisation de produits de consommation n'est à prévoir.
  • Au Canada, les DMD peuvent être rejetés dans l'environnement, principalement dans l'atmosphère, dans le cadre d'utilisations industrielles comme la production de bois d'ingénierie et de produits contenant du polyuréthane.
  • Le rejet des DMD dans l'atmosphère peut également entraîner le dépôt de ces substances dans le sol et/ou les eaux de surface, dans les zones situées à proximité du lieu de rejet.
  • Aucun rejet de MDD n'est à prévoir dans l'environnement; cependant, de petites quantités de MDD pourraient être issues de la décomposition du DMD lorsque celui-ci réagit avec l'eau présente dans l'environnement.

Effets principaux (dangers) sur la santé et l'environnement

  • D'après les renseignements disponibles et les classifications internationales, les effets importants ou « critiques » utilisés pour la caractérisation des risques pour la santé humaine associés à l'exposition aux DMD étaient la cancérogénicité (capacité potentielle de causer le cancer), les effets sur les voies respiratoires, y compris la sensibilisation respiratoire, et la sensibilisation cutanée. La sensibilisation peut entraîner des problèmes respiratoires ou des effets sur la peau.
  • L'effet critique utilisé pour caractériser les risques pour la santé humaine du 4,4′-MDD et du pMDD était la cancérogénicité (capacité potentielle de causer le cancer).
  • Pour ce qui est de l'évaluation des effets sur l'environnement, les études en milieu aquatique semblent indiquer que tant le 4,4′-DMD que le pDMD présentent une faible toxicité pour les espèces aquatiques. Les substances DMD présentent également une faible toxicité pour les espèces d'invertébrés terricoles et les végétaux étudiés.
  • Selon les études, le 4,4'-MDD présente une toxicité modérée à élevée pour divers organismes aquatiques, y compris les algues, les micro-organismes, les invertébrés et les poissons. Le 4,4′-MDD présente une toxicité faible à modérée pour les organismes vivant dans le sol et les végétaux, et une toxicité modérée pour les organismes vivant dans les sédiments et les oiseaux.

Résultats de l'évaluation des risques

  • Suite à l'évaluation préalable, il a été déterminé que les 5 substances DMD peuvent présenter un risque pour la santé humaine en raison de l'exposition possible à certains produits de polyuréthane giclé à deux constituants à faible pression. Le risque pour la santé humaine associé au 4,4'-MDD et au pMDD a été jugé faible.
  • Les substances DMD ne devraient pas persister dans l'environnement pendant une longue période ni s'accumuler dans les organismes. Les quantités de DMD qui pourraient être rejetées dans l'environnement étaient inférieures au seuil censé être nocif pour les organismes.
  • De même, les quantités de MDD qui pourraient être rejetées dans l'environnement étaient inférieures au seuil censé être nocif pour les organismes.
  • Il a été déterminé qu'aucune de ces 5 substances DMD ou de ces 2 substances MDD ne satisfait aux critères de persistance et de bioaccumulation énoncés dans le Règlement sur la persistance et la bioaccumulation de la LCPE (1999).
  • Le gouvernement a publié l'Évaluation préalable finale du Groupe de substances DMD/MDD le 10 juin 2017.

Conclusions de l'évaluation préalable

  • Au terme de l'évaluation, le gouvernement a conclu que les 5 substances DMD ont des effets nocifs sur la santé humaine. Il a également conclu que les 2 substances MDD n'ont pas d'effets nocifs sur la santé humaine aux niveaux d'exposition mesurés au moment de l'évaluation.
  • Le gouvernement a conclu qu'aucune de ces 5 substances DMD et de ces 2 substances MDD ne pénètre dans l'environnement à des concentrations nocives pour l'environnement.

Mesures préventives et réduction des risques

  • Le gouvernement a publié l'Approche de gestion des risques proposée pour les DMD le 10 juin 2017 pour une période de commentaires du public de 60 jours. Les commentaires reçus ont été pris en considération et ont éclairé les mesures proposées de gestion des risques résumées ci-dessous.
  • Le décret final visant l'inscription 5 substances DMD à l'annexe 1 de la LCPE (1999), également appelée la Liste des substances toxiques a été publié le 15 mai 2019.
  • Le 6 avril 2019, un Code de pratique proposé pour certains diisocyanates de méthylènediphényle présents dans les mousses en polyuréthane giclé à deux composants et à faible pression a été publié dans la Gazette du Canada, Partie I pour une période de commentaires du public de 60 jours se terminant le 5 juin 2019.
  • Ce Code de pratique vise à réduire, chez la population canadienne, l'exposition aux DMD qui pourrait découler de l'utilisation de produits offerts aux canadiens contenants du polyuréthane giclé à deux constituants à faible pression. Il énonce les mesures qui doivent être prises par toute personne qui fabrique, importe ou vend ces produits, à savoir :
    • fournir aux utilisateurs des renseignements généraux sur l'utilisation et la manipulation en toute sécurité;
    • communiquer des renseignements généraux sur les procédures de santé et de sécurité, y compris l'équipement de protection individuelle approprié;
    • faciliter l'accès au matériel de formation afin de promouvoir l'utilisation appropriée des produits;
    • fournir aux détaillants des renseignements généraux pour promouvoir l'utilisation et la manipulation en toute sécurité des produits.
  • Le gouvernement a élaboré le Code de pratique proposé en collaboration avec les intervenants pour tirer profit de leurs connaissances et de leur expertise, dans le but de mettre au point un outil de gestion des risques efficace et pratique.
  • Bien que le gouvernement ait conclu que les 2 substances MDD ne présentent pas d'effets nocifs pour la santé humaine ou l'environnement, une exposition accrue pourrait être préoccupante, car ces substances peuvent présenter des effets nocifs potentiels préoccupants sur la santé humaine et des effets négatifs potentiels sur l'environnement.
  • Par conséquent, en juin 2017, le gouvernement a publié un avis d'intention visant à appliquer les dispositions relatives aux nouvelles activités (NAc) de la LCPE (1999) à ces 2 substances MDD. La publication de cet avis était assortie d'une période de commentaires du public 60 jours.
  • En vertu des dispositions relatives aux NAc, toute personne proposant de nouvelles activités visant ces 2 substances MDD serait tenue d'en informer le gouvernement afin que celui-ci détermine les risques potentiels pour la santé humaine et/ou l'environnement associés aux nouvelles activités avant leur réalisation.
  • Pour obtenir de plus amples renseignements et des mises à jour sur les mesures de gestion des risques pour les substances dans le cadre du PGPC, consulter le tableau des mesures de gestion des risques et l'échéancier des activités de gestion des risques et des consultations sur un horizon mobile de deux ans.

Renseignements connexes

  • Les DMD sont présents dans les produits de consommation. Les Canadiens devraient respecter les mises en garde et le mode d'emploi sur l'étiquette des produits, et éliminer les produits de manière responsable.
  • Veuillez consulter la page Maison saine pour de plus amples renseignements sur l'utilisation sécuritaire des produits chimiques à l'intérieur et autour de la maison.
  • Afin de réduire au minimum l'exposition aux DMD, les Canadiens peuvent envisager d'engager un entrepreneur professionnel compétent pour l'application de produits de polyuréthane giclé à deux constituants à faible pression plutôt que de le faire eux-mêmes. Les directives de l'entrepreneur devraient être suivies pour déterminer ce qu'il faut faire pendant l'application du produit, notamment quitter les lieux, et à quel moment il est possible d'y revenir.
  • S'ils utilisent des produits de polyuréthane giclé à deux constituants à faible pression, les Canadiens devraient suivre les directives d'utilisation du produit et communiquer avec le fabricant pour obtenir les renseignements sur les pratiques d'utilisation et de manipulation sécuritaires. Il est important de porter l'équipement de protection individuelle approprié (par exemple, des vêtements de protection et le dispositif de protection respiratoire recommandé) pour éviter l'inhalation de substances ainsi que tout contact cutané avec le produit. Des mesures devraient également être prises pour préparer le lieu de travail à une utilisation et à une application sécuritaires du produit (par exemple, en assurant une ventilation adéquate).
  • Les Canadiens qui pourraient être exposés aux substances DMD ou MDD au travail devraient consulter leur employeur et un représentant en santé et sécurité au travail (SST) au sujet des pratiques sécuritaires de manipulation, des lois applicables, ainsi que des exigences applicables en vertu de la législation en matière de SST et du Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT).
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :