Bulletin de la littératie financière – mars 2023

Prévenir la fraude dans un monde numérique

Bannière - bulletin électronique de mars 2023

Mot de l'ACFC

Bienvenue au numéro du Mois de la prévention de la fraude (#MPF2023) du Bulletin de la littératie financière. Cette année marque le 19e anniversaire de cette campagne annuelle de sensibilisation qui vise à aider les Canadiens à détecter, contrer et signaler la fraude.

Comprendre comment les fraudeurs pensent et agissent devient une compétence de plus en plus importante pour protéger ses finances. C’est pourquoi, cette année, le thème du Mois de la prévention de la fraude est « Les ruses des fraudeurs : comment déjouer leurs stratagèmes? ». En mettant en lumière les principales techniques employées par les fraudeurs, nous vous permettons de les reconnaître plus rapidement, ce qui est la première étape pour prévenir la fraude, et celle qui est la plus importante.

Dans ce numéro du bulletin, vous découvrirez les huit signes qui caractérisent la fraude dans un monde numérique, les astuces des fraudeurs immobiliers, ce que vous pouvez faire pour vous protéger contre le vol d’identité, la fraude en ligne, et la fraude liée aux placements.

Les fraudeurs sont bons dans ce qu’ils font. Il peut être difficile de reconnaître une arnaque, surtout si une communication semble provenir d’une entreprise avec laquelle vous faites affaire, comme votre banque. Comme les communications se font de plus en plus par voie numérique, il est important de savoir que les banques ne vous demanderont jamais de fournir des renseignements personnels, des identifiants de connexion ou d’autres informations sur votre compte par courrier électronique ou par message texte. Certains fraudeurs prétendent même être le gouvernement du Canada, surtout lors de la saison des impôts.

La meilleure façon de vous protéger contre la fraude est de vous tenir au courant et de faire preuve de vigilance. En approfondissant vos connaissances sur la fraude et les arnaques et en vous sensibilisant à cet enjeu, vous pourrez reconnaître et combattre la fraude et les arnaques et éviter de devenir une victime.

Enfin, si vous avez été victime d’une fraude, la meilleure chose à faire est de la signaler aux autorités ainsi qu’à votre banque ou autre institution financière. En faisant cette démarche, vous pourrez peut-être récupérer une partie de vos pertes et vous contribuerez à éviter que d’autres personnes ne deviennent une cible.

Vous trouvez l’un des articles de ce bulletin particulièrement intéressant? N’hésitez pas à le partager au sein de votre réseau. Vous pouvez également nous suivre sur les médias sociaux. Nous sommes présents sur Facebook, Twitter et Instagram, de même que sur YouTube et LinkedIn.

Bonne lecture!

Huit signes pour détecter une fraude dans un monde numérique

Par : Agence de la consommation en matière financière du Canada

Il est difficile pour une personne de ne pas se laisser déstabiliser dans un contexte où il y a une multitude de fraudes et d’arnaques dont elle doit se méfier dans un monde numérique. Le Centre antifraude du Canada en répertorie plus de 80 dans son outil Fraudes par index A-Z, qui est mis à jour régulièrement. Heureusement, la plupart des fraudes sur le Web se caractérisent par quelques signes faciles à déceler qui peuvent vous aider à reconnaître rapidement la fraude et vous permettre de rester sur vos gardes.

Voici huit signes pour détecter une fraude dans un monde numérique :

Signe 1 : On vous demande de prendre une décision rapide ou immédiate.

« Vous devez agir maintenant. Demain, il sera trop tard. »

Signe 2 : L’offre semble trop belle pour être vraie.

« Le rendement de ce placement est élevé et vous ne courez presque aucun risque. Je vous le garantis! »

Signe 3 : On vous demande de fournir des renseignements financiers (numéro d’identification personnel (NIP), numéro de carte de crédit, mot de passe, renseignements sur votre compte bancaire, etc.) ou des renseignements personnels (numéro d’assurance sociale, date de naissance, adresse, nom de jeune fille de votre mère, etc.) par téléphone, par courriel, sur les réseaux sociaux, ou sur un site Web que vous ne connaissez pas.

« Nous devons confirmer les renseignements vous concernant. »

Signe 4 : On vous demande de ne pas en parler.

« N’en parlez pas à personne. Sinon, cette occasion en or va prendre fin. »

Signe 5 : On vous fait sentir coupable si vous refusez d’effectuer la transaction.

« Vous regretterez d’avoir laissé passer cette chance. » OU « Je suis désespéré. Vous êtes la seule personne qui peut m’aider avec ce problème urgent. »

Signe 6 : On vous donne des renseignements « privilégiés ».

« Très peu de personnes sont au courant. Voilà pourquoi c’est une aussi bonne astuce. »

Signe 7 : Il y a des fautes d’orthographe et de grammaire. (Ce n’est pas toujours un indicateur de fraude, mais cela devrait vous inciter à être attentif à d’autres signes).

Signe 8 : L’adresse du site Web commence par « http » plutôt que par « https » (le « s » signifie « sécurisé »). 

Vous ne savez pas si un message est une fraude? En cas de doute, ne cliquez pas sur les liens, les pièces jointes ou les codes QR. Communiquez plutôt avec l’expéditeur par un autre moyen pour confirmer qu’il vous a contacté. Vous pouvez par exemple le faire par téléphone, ou visiter le site Web de la compagnie en entrant manuellement l’adresse URL dans votre navigateur ou en le cherchant dans un moteur de recherche.

Transactions frauduleuses : bénéficiez-vous d’une protection?

Par : Agence de la consommation en matière financière du Canada

Les transactions frauduleuses sur vos cartes de débit ou de crédit sont une forme commune de fraude financière dans un monde numérique. La bonne nouvelle, c’est que vous bénéficiez d’une protection contre les transactions non autorisées à condition de prendre des mesures raisonnables pour protéger vos cartes et vos informations financières.

Répondez à ce jeu-questionnaire pour savoir si vous connaissez bien vos droits et responsabilités en lien avec les transactions frauduleuses qui pourraient être portées à votre carte de crédit ou de débit.

1. Une transaction par carte de débit ou de crédit non autorisée est :

  1. Une transaction apparaissant sur votre relevé de carte de crédit ou de compte bancaire que vous n’avez pas effectuée ou approuvée
  2. Une transaction configurée comme un débit préautorisé
  3. Une transaction qui a entraîné un dépassement de votre limite de crédit ou de débit
  4. Aucune de ces réponses
Réponse à la question 1

Réponse : A

En règle générale, toute transaction bancaire ou par carte crédit que vous n'avez pas faite ou approuvée est une transaction non autorisée.

Des transactions non autorisées peuvent avoir lieu si votre carte de débit ou de crédit a été perdue ou volée. Quelqu'un peut aussi voler votre identité et utiliser vos renseignements pour faire des transactions sans que vous le sachiez ou sans que vous le vouliez.

Chaque institution financière, comme une banque, peut définir une transaction non autorisée différemment. Lisez votre convention de compte, de carte de débit ou crédit pour reconnaître les transactions non autorisées.

Visa, Mastercard, American Express et Interac se sont engagés à vous protéger contre les pertes financières. Cela s’applique en cas d’utilisation non autorisée de votre carte de crédit ou de débit.

Vous devez prendre des précautions raisonnables pour protéger les renseignements de votre compte et votre numéro d’identification personnel (NIP). Si vous l’avez fait, ils vous remboursent habituellement en totalité.

Apprenez-en davantage sur leurs engagements et politiques.

Le saviez-vous?

Saviez-vous que vous ne pouvez pas divulguer votre NIP à qui que ce soit, même à une personne de confiance comme votre partenaire de vie ou un membre de votre famille? Votre banque pourrait ne pas vous rembourser vos pertes en cas de fraude si vous n’avez pas gardé secret le NIP de votre carte de crédit ou de débit. Ne le révélez à PERSONNE!

2. Les institutions financières sous réglementation fédérale vous protègent contre les pertes financières liées à la fraude par carte de débit qui :

  1. Sont liées à un achat en magasin
  2. Sont dues à un problème technique, comme un guichet automatique qui ne vous donne pas le montant que vous avez demandé en entier
  3. Surviennent après que vous avez déclaré votre carte comme perdue ou volée
  4. Toutes ces réponses
Réponse à la question 2

Réponse : D

Vous pouvez utiliser votre carte dans un magasin, à un terminal de point de vente ou à un guichet automatique sans souci. Dans ces cas, vous êtes protégé contre les transactions non autorisées. Par contre, vous devez immédiatement signaler à votre banque toute transaction non autorisée.

Vous n’êtes pas tenu responsable des pertes si les circonstances sont indépendantes de votre volonté, notamment :

  • En cas de problèmes techniques (par exemple, le guichet automatique ne vous a pas donné le montant demandé, mais il a été déduit de votre compte)
  • En cas de transactions non autorisées, si vous avez pris les mesures nécessaires pour protéger votre NIP

Vous n’êtes pas responsable des pertes financières dues à des situations indépendantes de votre contrôle. Par exemple, des problèmes techniques ou l’utilisation de votre carte après que vous l’aviez déjà signalée comme perdue ou volée.

Vous pourriez être tenu responsable des pertes si vous avez facilité l’utilisation non autorisée de votre carte.

3. Si vous prenez bien soin de protéger votre carte de crédit et les renseignements qui y sont associés, le montant maximal que vous serez responsable de payer pour une transaction par carte de crédit non autorisée est :

  1. Le montant de la limite de votre carte de crédit 
  2. 1 000 $
  3. 50 $
  4. Aucune de ces réponses
Réponse à la question 3

Réponse : C

Il existe un montant maximal dont vous serez responsable si quelqu'un utilise votre carte de crédit sans votre autorisation.

Si l’émetteur de votre carte de crédit est une banque, ce montant est de 50 $, sauf si vous avez fait preuve de négligence grossière (ou faute lourde au Québec) dans la protection de :

  • Votre carte de crédit et les renseignements au sujet de votre compte de carte de crédit
  • Vos renseignements personnels que vous utilisez pour vous authentifier. Cela comprend votre NIP, vos mots de passe ou tout autre renseignement personnel utilisé pour vérifier votre identité

Une institution financière sous réglementation fédérale autre qu’une banque a peut-être émis votre carte de crédit. Dans ce cas, le montant maximal est le moins élevé des montants suivants :

  • 50 $
  • Le montant maximal établi dans votre convention de carte de crédit

Avec les cartes de débit, habituellement, le montant maximal dont vous êtes responsable de payer ne peut pas dépasser la limite de retrait de votre carte de débit. Dans certaines situations, vous pourriez être responsable d’un montant supérieur au solde de votre compte, par exemple si votre compte :

  • Est lié à une marge de crédit ou muni d’une protection de découvert
  • Est lié à un ou plusieurs autres comptes

4. Vous pourriez être tenu responsable de l’utilisation frauduleuse de votre carte de crédit ou de débit par voie électronique si vous :

  1. Utilisez votre date de naissance ou votre numéro de téléphone comme NIP
  2. Divulguez votre NIP à une autre personne et ce, même s’il s’agit d’un membre de votre famille
  3. Faites des dépôts frauduleux dans le compte associé à votre carte de débit
  4. Seulement a et b sont vrais
  5. a, b et c sont vrais
Réponse à la question 4

Réponse : E

Vous pourriez être tenu responsable des pertes si vous avez facilité l’utilisation non autorisée de votre carte si vous avez :

  • Utilisé votre date de naissance ou votre numéro de téléphone comme NIP
  • Donné votre NIP à quelqu’un, même s’il s’agit d’un membre de votre famille
  • Noté le NIP près de la carte, notamment au verso de la carte
  • Signalé que votre carte est perdue ou volée selon après le délai du contrat de votre carte
  • Refusé de coopérer à l’enquête sur l’utilisation non autorisée
  • Fait des dépôts frauduleux avec votre carte
  • Omis de prendre les mesures nécessaires pour protéger votre NIP

5. Si vous pensez qu’une transaction non autorisée a été effectuée au moyen de votre carte de débit ou de crédit, vous devriez :

  1. Changer vos mots de passe et aviser votre banque ou l’émetteur de votre carte de crédit sur le champ
  2. Cesser d’utiliser votre carte
  3. Communiquer avec l’emplacement où la transaction non autorisée a été effectuée pour signaler la fraude
  4. Aucune de ces réponses
Réponse à la question 5

Réponse : A

Si une transaction non autorisée a été faite ou pourrait être faite avec votre carte ou de votre compte, vous devez :

  • Changez vos mots de passe immédiatement
  • Communiquez immédiatement avec votre banque ou votre émetteur de carte
  • Signalez toute transaction que vous n’avez pas faite ou approuvée
  • Vérifiez votre dossier de crédit pour trouver toute demande de crédit que vous n’avez pas faite

Selon votre convention, vous devrez peut-être signaler l’incident dans un délai précis. À défaut de le faire, vous pouvez être tenu responsable de la transaction et ne pas être entièrement remboursé.

Dans le cas des comptes de dépôt, comme un compte-chèques ou un compte d’épargne, vous avez généralement 30 jours à compter de la date inscrite sur votre relevé pour contester une transaction. Toutefois, ce délai pourrait être différent d’une banque à l’autre.

6. Vous avez le droit de demander une enquête en lien avec une transaction non autorisée portée à votre carte de crédit ou de débit :

  1. Si le montant de la transaction non autorisée dépasse 50 $
  2. Si vous pensez que vous pourriez avoir vous-même effectué la transaction, mais vous n’en avez pas la certitude
  3. Chaque fois que vous constatez une transaction que vous n’avez pas effectuée ou approuvée dans votre compte de carte de débit ou de crédit
  4. Aucune de ces réponses
Réponse à la question 6

Réponse : C

Les institutions financières sous réglementation fédérale doivent toujours mener une enquête approfondie sur une transaction que vous signalez et contestez.

Cela s’applique peu importe la façon dont la personne l’a effectuée, y compris en utilisant :

  • Votre NIP
  • Un lecteur de carte magnétique
  • Une autre technologie

Votre institution devrait prendre en considération tous les facteurs ayant contribué à l’utilisation non autorisée de votre carte de crédit ou de débit. Ces facteurs comprennent les circonstances indépendantes de votre contrôle, par exemple :

  • Vous avez été forcé
  • Votre carte a été volée
  • Le système a mal fonctionné
  • Quelqu’un a obtenu votre NIP en regardant par-dessus votre épaule quand vous utilisiez votre carte à un guichet automatique ou tout autre endroit

7. Une plainte auprès de votre banque ou de votre coopérative de crédit fédérale en ce qui concerne une décision prise à l’égard d’une transaction de crédit ou de débit non autorisée doit être résolue :

  1. Dans un délai d’un an
  2. Dans un délai de 6 mois
  3. Dans un délai de 56 jours
  4. Il n’y a pas de délai prescrit
Réponse à la question 7

Réponse : C

Si vous avez un problème avec une institution financière sous réglementation fédérale, vous avez le droit de déposer une plainte. Vous pouvez notamment vous plaindre d’une décision prise par l’institution à l’égard de toute transaction non autorisée portée à votre carte de débit ou de crédit. Vous pouvez le faire en utilisant le processus de traitement des plaintes de l'institution financière. Une banque doit examiner votre plainte dans un délai maximal de 56 jours.

Comment déposer une plainte auprès de votre institution financière

Vérifiez si votre institution financière est une institution financière sous réglementation fédérale

Apprenez-en plus : Transactions par carte de crédit et de débit non autorisées : connaissez vos droits et responsabilités

Qu’est-ce qu’il y a dans la boîte à outils d’un fraudeur immobilier?

Par : Agence de la consommation en matière financière du Canada

Le prix élevé de l’immobilier attire les fraudeurs et les escrocs. Les fraudes immobilières peuvent causer d’importantes pertes financières. Les victimes de fraude immobilière peuvent découvrir qu’elles ne sont plus propriétaires de leur maison ou qu’une autre hypothèque a été contractée à leur nom.

La fraude liée au transfert de titres est un type de fraude immobilière. Elle se produit lorsque le titre d’une propriété est volé et qu’ensuite, le fraudeur la vend ou demande une nouvelle hypothèque sur celle-ci.

Voici quatre trucs courants que les arnaqueurs peuvent utiliser pour vous frauder. Soyez-en à l’affût pour vous protéger contre la fraude liée au transfert de titres.

1. Les fraudeurs peuvent voler vos renseignements personnels afin de pouvoir usurper votre identité

Pour protéger vos renseignements personnels :

2. Un fraudeur peut cibler une propriété vacante pour que la fraude soit détectée le plus tard possible

Pour protéger votre maison vacante :

3. Un fraudeur peut cibler votre propriété de location parce que cela lui donne un accès physique aux lieux

Si vous louez votre propriété, sélectionnez soigneusement les locataires en :

4. Les fraudeurs vendent souvent des maisons à un prix inférieur à leur valeur sur le marché afin de pouvoir déménager rapidement et cacher leurs actifs

Pour vous protéger contre une perte découlant d’une fraude liée au transfert de titres :

Si vous pensez être victime de fraude immobilière :

Apprenez-en plus sur la fraude immobilière.

Quoi de neuf

Dans l’actualité

Réduction des exigences en matière de remboursement pour les prêts aux étudiants dans le cadre du Programme d’aide au remboursement

Emploi et Développement social Canada (EDSC) a apporté des modifications au Programme d’aide au remboursement du Programme canadien de prêts aux étudiants. Celles-ci sont entrées en vigueur le 1er novembre 2022. Ces améliorations donneront un répit financier important aux jeunes Canadiens qui commencent leur carrière.

Supplément de 500 $ à l’Allocation canadienne pour le logement offert aux locataires à faible revenu

L’Agence du revenu du Canada (ARC) a annoncé que la période pour demander le nouveau supplément unique de 500 $ à l’Allocation canadienne pour le logement est maintenant ouverte. Les personnes admissibles peuvent faire une demande au moyen de « Mon dossier » de l’ARC.

Campagnes et événements

Concours sur la gestion de l’argent organisé par l’ACFC et ChatterHigh

Les élèves qui complètent le module de l’ACFC sur la gestion de l’argent et l’établissement d’un budget d’ici le 15 mars 2023 peuvent remporter des prix. Pour participer, les élèves n’ont besoin que d’un compte ChatterHigh gratuit.

Concours de rapports de recherche de l’ACFC — les étudiants peuvent maintenant soumettre un rapport

Le Défi Bâtir de meilleurs avenirs financiers de l’ACFC est un concours de rapports qui s’adresse aux étudiants postsecondaires. Il vise à promouvoir la création de solutions réalisables et fondées sur des données probantes à des enjeux financiers d’actualité. La date limite pour soumettre un rapport est le 30 avril 2023.

Semaine mondiale de l’argent : une campagne d’éducation en littératie financière pour les jeunes

La Global Money Week (semaine mondiale de l’argent) (page en anglais seulement) est une campagne de sensibilisation annuelle visant à aider les jeunes à acquérir les connaissances, les compétences, les attitudes et les comportements dont ils ont besoin pour prendre des décisions financières éclairées. La #GMW2023 se déroulera du 20 au 26 mars 2023.

Connaissez-vous une personne talentueuse qui enseigne l’économie aux élèves entre la 6e et la 12e année?

Proposez sa candidature pour le Prix d’excellence en enseignement de l’économie du Musée de la Banque du Canada! Vous avez jusqu’au 12 mars 2023 pour le faire.

Outils d’apprentissage

Publication de nouveaux renseignements par l’ACFC pour aider les gens à gérer leur santé financière lors de périodes difficiles

La page Gérer sa santé financière lors de périodes difficiles contient des renseignements sur les mesures à prendre pour passer à travers une période financière difficile, gérer son argent lorsque les taux d’intérêt augmentent et éviter les difficultés financières.

Nouvelle série de balados sur le bien-être financier des Autochtones

L’AFOA Canada aborde des sujets liés au bien-être financier des Autochtones avec des experts dans sa série de balados sur le bien-être financier des Autochtones. Cette série, qui s’adresse aux membres des communautés autochtones, leur permettra de mieux comprendre leurs finances et d'améliorer leur bien-être financier. Deux séries sont maintenant disponibles : « Déclaration de revenus » et « Autogestion financière ».

Webinaires gratuits de l’Agence du revenu du Canada (ARC)

Cet hiver, l’ARC est l’hôte de webinaires gratuits sur les prestations et les crédits qui s’adressent à divers publics. La prochaine séance sur les prestations et les crédits pour les peuples autochtones aura lieu le 29 mars. Inscrivez-vous aujourd’hui!

Publication de nouvelles ressources en littératie financière par Question d’argent

Question d’argent est un programme gratuit de notions de base en littératie financière pour les apprenants adultes mis au point par ABC Alpha pour la vie Canada en partenariat avec le gouvernement du Canada et le Groupe Financier Banque TD. Question d’argent a récemment mis en ligne trois nouvelles ressources :

Nouveau guide sur la résilience financière des femmes

La Commission des services financiers et des services aux consommateurs du Nouveau-Brunswick a publié un guide et une présentation sur demande sur le thème de la résilience financière des femmes.

Les Comptables professionnels agréés du Canada lancent une nouvelle série de webinaires financiers pour donner du pouvoir aux femmes

Les Comptables professionnels agréés du Canada ont récemment mis en ligne la série de webinaires Les femmes et les finances, qui vise à permettre aux femmes de prendre en main leurs finances.

Quelques mots de nos collaborateurs

Le Centre antifraude du Canada signale des niveaux record de fraude financière

Par: Centre antifraude du Canada

Depuis 2020, le Centre antifraude du Canada (CAFC) a vu le nombre de victimes de fraude atteindre des sommets alarmants. La pandémie de COVID-19 a révélé de nouvelles vulnérabilités et augmenté le potentiel de victimisation par la fraude, mais les pertes qui y sont associées continuent d’augmenter. Les pertes signalées au CAFC ont atteint le montant record de 383 M$ en 2021 et ont fracassé ce record en 2022, se chiffrant à plus de 530 M$.

Le Mois de la prévention de la fraude est une campagne menée chaque année en mars pour informer le public sur l’importance de se protéger contre la fraude. Le thème de cette année, « Les ruses des fraudeurs : comment déjouer leurs stratagèmes? », vise à faire connaître les tactiques courantes des fraudeurs afin que le public puisse les reconnaître et se protéger. Nous comptons aussi équiper le public de sa propre « boîte à outils » en lui donnant des conseils pour éviter la fraude. Pour en savoir plus sur les outils des fraudeurs, consultez : Les ficelles du métier : Qu’y a-t-il dans la boîte à outils d’un fraudeur? Qu’y a-t-il dans la vôtre?

L’ARC a-t-elle vraiment communiqué avec vous?

Par: Agence du revenu du Canada

En tant que contribuable, vous devez faire preuve de vigilance pour vous assurer que toute communication que vous recevez de l’Agence du revenu du Canada (ARC) vous demandant des renseignements personnels provient bel et bien de cet organisme.

Voici ce à quoi pourrait ressembler un cas de communication frauduleuse :

Il est important que vous sachiez comment et quand l’ARC peut communiquer avec vous afin de pouvoir faire la différence entre une communication légitime de l’ARC et une fraude.

Voici une liste non exhaustive de signaux d’alarme qui indiquent qu’une communication est frauduleuse :

Ne donnez pas de renseignements à une personne qui vous offre de faire une demande de prestations en votre nom! Vous pouvez demander toute prestation à laquelle vous avez droit directement sur un site Web du gouvernement du Canada ou par téléphone.

Les arnaques sont de plus en plus complexes et crédibles. Pour vous tenir au courant des arnaques où l’identité de l’ARC est usurpée, consultez la page Alertes à l’arnaque de l’ARC. En vous informant sur les tactiques utilisées par les fraudeurs, vous pouvez éviter de devenir une victime.

Consultez la page Arnaques et fraudes pour savoir à quoi vous attendre lorsqu’un ministère ou organisme du gouvernement du Canada comme l’ARC communique avec vous, et de quoi vous méfier.

Fraude liée aux placements : comment un fraudeur pourrait vous contacter

Par: Commission des valeurs mobilières de l’Ontario

Un fraudeur peut vous contacter de plusieurs façons. Ils pourraient vous envoyer un courriel, un message texte ou vous téléphoner. Ils peuvent aussi prétendre connaître les mêmes personnes que vous. Découvrez les façons dont un fraudeur pourrait se servir pour entrer en contact avec vous et les conseils pour vous protéger.

Les courriels ou les messages textes

D’innombrables escroqueries sont envoyées par courriels et messages textes.

Une des manières courantes est l’hameçonnage. C’est le cas lorsqu’un inconnu se fait passer pour une personne de confiance pour essayer d’obtenir vos informations privées, comme vos mots de passe ou vos informations bancaires.

Ils peuvent vous inciter à cliquer sur un lien ou une pièce jointe. Par exemple, ils peuvent se faire passer pour une institution financière ou un service d’abonnement et vous demander de mettre à jour les informations relatives à votre compte.

La meilleure façon de traiter les courriels suspects ou les pourriels est de les supprimer. En répondant pour demander d’être retiré de la liste, vous indiquez aux fraudeurs que votre adresse de courriel est valide. Ils vous enverront donc encore plus de messages.

Utilisez cette liste de vérification pour protéger vos informations financières en ligne et aider à prévenir le vol d’identité.

Canaux de médias sociaux ou sites Web

De nombreuses escroqueries utilisent les canaux des médias sociaux ou les sites Web. Les fraudeurs peuvent créer de faux comptes. Ils peuvent aussi accéder au compte de quelqu’un d’autre et utiliser les informations de cette personne dans le cadre d’un vol d’identité. D’autres peuvent essayer de tisser des relations en ligne qui semblent authentiques, mais qui peuvent aussi mener à des fraudes par affinité.

Pour vous protéger de la fraude sur les réseaux de médias sociaux, supprimez les demandes des personnes que vous ne connaissez pas. Vérifiez que leur compte ne présente pas de signes suspects, comme un faible taux d’engagement ou peu de publications par rapport à un grand nombre de comptes suivis. Revoyez les paramètres de confidentialité et de sécurité de vos comptes de médias sociaux afin de limiter les personnes qui peuvent vous voir ou se connecter à vous en ligne.

Pour éviter d’être victime d’une fraude en ligne, apprenez à repérer les sites Web frauduleux et à vérifier les sites légitimes.

Apprenez-en davantage auprès du Centre antifraude du Canada sur les escroqueries liées aux médias sociaux.

Téléphone

De nombreuses escroqueries commencent par un appel téléphonique d’une personne que vous ne connaissez pas. Ils peuvent prétendre appartenir à une entreprise avec laquelle vous faites affaire ou à une agence gouvernementale. Ensuite, ils peuvent vous demander de vérifier des informations personnelles comme les numéros de banque ou de carte de crédit.

Les escrocs téléphoniques peuvent modifier l’identification de l’appelant pour faire croire que c’est une entreprise légitime qui vous appelle.

Pour lutter contre la fraude téléphonique, ne faites pas d’affaires par téléphone à moins que vous n’ayez passé l’appel vous-même et que vous sachiez que l’entreprise et le numéro de téléphone sont légitimes. En cas de doute, raccrochez et appelez directement l’entreprise.

Soyez prudent lorsque vous donnez vos coordonnées. Les fraudeurs obtiennent souvent des informations de contact à partir de listes qui sont échangées, vendues et réutilisées. Parfois, ils trompent les victimes une deuxième fois dans le cadre d’une revictimisation où les victimes pensent récupérer leur argent.

Groupes

Les fraudeurs utilisent leur association avec un groupe, et vos intérêts communs, pour gagner votre confiance — et ensuite prendre votre argent. Ils peuvent aussi tisser des liens avec les responsables du groupe pour bien s’y intégrer et ainsi gagner la faveur des autres. La fraude par affinité et les combines à la Ponzi fonctionnent souvent par le biais de groupes d’affinité.

Les victimes ne signalent pas souvent une fraude par affinité de crainte d’éprouver de l’embarras ou que le groupe ne se retourne contre elles. Elles peuvent essayer de résoudre les problèmes au sein du groupe, ce qui peut rendre d’autres groupes vulnérables à la même escroquerie.

Rencontres d’information sur les placements

Dans certaines rencontres d’information sur les placements, on fait la promotion de stratégies de placement qui promettent des rendements élevés. Les produits associés à des rendements élevés ont également tendance à comporter un niveau de risque plus élevé. Les produits de placement eux-mêmes ne sont pas nécessairement frauduleux, mais ce type de promotion devrait éveiller vos soupçons.

Les personnes qui présentent l’information sont souvent des spécialistes de la motivation et peuvent recourir à des tactiques de vente sous pression. Si on vous présente une offre d’une durée limitée ou qu’on fait pression sur vous, laissez tomber.

Essayez l’outil Détecteur d’escroquerie.

Vérifier l'inscription

De nombreux fraudeurs ne sont pas inscrits en tant que courtiers en placements. Vérifiez l’inscription du vendeur et obtenez un deuxième avis d’un conseiller, avocat ou comptable qualifié.

Si vous pensez être victime d’une fraude liée aux placements en Ontario, communiquez avec Commission des valeurs mobilières de l'Ontario (CVMO) au 1 877 785-1555 ou à l'adresse inquiries@osc.gov.on.ca. Vous pouvez également contacter la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario si vous avez des questions au sujet de l’investissement ou une plainte contre une société, un produit d’investissement ou la conduite de votre conseiller financier.

Abonnez-vous au Bulletin aux investisseurs. Ce bulletin populaire de la Commission propose sur Gerezmieuxvotreargent.ca des articles sur la culture financière et des liens vers des outils sur le sujet.

Soyez sur vos gardes : ne devenez pas complice de la fraude hypothécaire

Par: Société canadienne d'hypothèques et de logement

La fraude hypothécaire est un crime financier qui peut avoir de graves conséquences. Ce type de fraude est plus courant que la plupart des gens ne le pensent.

Qu’est-ce que la fraude hypothécaire?

Il y a fraude hypothécaire lorsqu’une personne fait de fausses déclarations ou omet des renseignements délibérément dans une demande de prêt hypothécaire afin d’obtenir un financement auquel elle ne serait pas admissible autrement. La fraude hypothécaire peut aussi comprendre des activités comme celles-ci :

La SCHL estime que la fraude hypothécaire coûte chaque année des milliards de dollars au secteur des prêts hypothécaires au Canada.

Fraudes hypothécaires courantes

Il est important de comprendre les différents types de fraudes afin d’éviter de devenir une victime ou un complice. Voici certaines fraudes hypothécaires courantes :

Les emprunteurs qui font de fausses déclarations et les prête-noms qui permettent l’achat d’une propriété en leur nom commettent une fraude hypothécaire. Ils sont responsables de toute perte financière en cas de défaut. Ils peuvent aussi être tenus criminellement responsables de leurs fausses déclarations.

Conseils pour vous protéger

La meilleure façon de vous protéger contre la fraude hypothécaire est de connaître les signaux d’alarme. En ayant conscience des signaux d’alarme potentiels, vous pouvez contribuer à mettre fin à la fraude avant qu’elle ne commence.

Voici quelques conseils pour vous aider à éviter d’être victime ou complice de fraude hypothécaire :

Être bien informé donne les moyens d’agir lorsqu’il s’agit de se protéger contre la fraude hypothécaire. Mars est le Mois de la prévention de la fraude. Cependant, vous devriez toujours garder ces informations en tête pendant votre processus d’achat d’une habitation.

La SCHL offre plusieurs ressources pour vous aider à reconnaître les signes avant-coureurs potentiels de fraude hypothécaire et à les signaler.

La fraude hypothécaire : comment vous protéger lorsque vous achetez une habitation ou obtenez un prêt de refinancement

Renseignements pour vous protéger contre la fraude hypothécaire.

Prévenir la fraude et l’exploitation financière

Reconnaître, prévenir et signaler les fraudes qui ciblent les personnes âgées.

Comment signaler une fraude hypothécaire

Si vous soupçonnez que vous avez été victime de fraude hypothécaire, communiquez avec le service de police local. Vous pouvez aussi communiquer avec le Centre antifraude du Canada.

Téléphone : 1-888-495-8501

Comptes de médias sociaux et hameçonnage : deux stratagèmes des fraudeurs

Par: Campagne Pensez cybersécurité du Centre de la sécurité des télécommunications

Pensez cybersécurité est une campagne nationale de sensibilisation publique conçue pour sensibiliser les Canadiens à la cybersécurité et les informer des étapes à suivre pour se protéger en ligne.

Voici deux ressources pour apprendre à rester en sécurité en ligne :

1. Comment les fraudeurs utilisent-ils vos comptes de médias sociaux à leurs profits

Le nombre de Canadiens qui utilisent les médias sociaux est en hausse. En effet, on estime que 89 % des Canadiens utilisent les diverses plateformes. Bien que les médias sociaux soient excellents pour rester en contact avec vos amis et vos proches, si vous ne faites pas attention à la façon dont vous les utilisez, les fraudeurs peuvent utiliser les informations qu'ils obtiennent de vous pour commettre divers cybercrimes. Pensez cybersécurité en vous informant sur les risques auxquels vous êtes exposé et en apprenant à utiliser les médias sociaux en toute sécurité.

2. Combattez l’hameçonnage et gâchez la journée d’un fraudeur

Si vous avez une adresse électronique ou un cellulaire, si vous utilisez les médias sociaux ou si vous naviguez sur internet, il y a de fortes chances que vous ayez reçu un message d’hameçonnage. L’hameçonnage est une tentative du fraudeur d'obtenir des informations sensibles en se faisant passer pour un expéditeur légitime comme une banque ou une organisation gouvernementale. Mais il n'est pas toujours facile de repérer un message d’hameçonnage. Écoutez le chant marin Pensez cybersécurité en boucle pour que les signes d'un message suspect vous restent en mémoire.

Mois de la sensibilisation à la cybersécurité

Pensez cybersécurité, au nom du Centre de la sécurité des télécommunications (CST), est le chef de file du gouvernement du Canada pour le Mois de la sensibilisation à la cybersécurité (Mois de la cybersécurité), une campagne internationale qui se tient chaque année en octobre pour informer le public de l'importance de la cybersécurité. Visitez le site Pensezcybersecurite.ca et suivez-les sur les médias sociaux pour obtenir des conseils systématiques en matière de cybersécurité et pour en savoir plus sur le thème et sur les activités prévues du Mois de la cybersécurité de cette année (des informations sur le Mois de la cybersécurité 2023 seront bientôt disponibles!)

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :