Forces prêtes au combat

Description

Déployer des forces prêtes au combat et pouvant réussir dans un environnement de sécurité imprévisible et complexe en exécutant des opérations concomitantes liées à toutes les missions confiées officiellement.

Faits saillants de la planification

Le programme de préparation interarmées assure que différents éléments des Forces armées canadiennes (FAC) sont prêts à mener des opérations complexes dans des environnements contestés, dégradés et limités sur le plan opérationnel grâce à la participation et à l’exécution d’exercices et d’événements de formation canadiens et internationaux.

L’AF 2022-2023 verra le début d’un changement important dans la façon dont la génération et l’entraînement des forces sont menés dans les FAC. La formation individuelle et la production de leadership seront davantage ciblées à mesure que la capacité augmentera.

Pour tester les réponses, les systèmes et les équipements, le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD) effectue régulièrement des exercices et des inspections de préparation qui couvrent une gamme de scénarios pour s’assurer que les FAC sont prêtes à répondre à un éventail complet de menaces. Au cours de l’AF 2022-2023, les FAC participeront à une série d’événements de l’opération NOBLE DEFENDER et AMALGAM DART qui démontrent l’emploi agile et dynamique de la force le long des approches nord de l’Amérique du Nord en plus de l’exercice VIGILANT SHIELD, un exercice annuel de défense du territoire démontrant l’état de préparation et la capacité pour défendre le Canada et les États-Unis.

Le NORAD mène des opérations de défense aérienne dans la région de l’Arctique

Une B-52 Stratofortress, de la 5e Escadre de bombardiers, Minot, Dakota du Nord, États-Unis, un F-16 Fighting Falcon de la 140e Escadre, Colorado Air National Guard, Buckley Air Force Base, Colorado, États-Unis, et deux avions de combat de l’Aviation royale canadienne CF-18, se joignent à une mission d’interception aérienne au cours de l’opération NOBLE DEFENDER, une opération de défense aérienne de l’Arctique du NORAD, à la 5e Escadre, Goose Bay, Terre-Neuve-et-Labrador, le 20 septembre 2020.

(Photo : Sergent-chef principal John Rohrer, US Air National Guard)

Alors que nous continuons d’améliorer l’état de préparation du commandement, du contrôle, des communications, des ordinateurs, du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance (C4ISR), les domaines d’intérêt des FAC comprendront :

  •  Commandement et contrôle (C2), ainsi que la coopération avec les pays arctiques, y compris les États-Unis, par l’intermédiaire du NORAD et de l’USNORTHCOM, pour l’exécution des opérations ou des missions en Arctique;
  •  Améliorer le niveau de préparation des FAC en évaluant les tendances, les menaces et les possibilités en matière de technologie et en exploitant les technologies émergentes, y compris l’environnement virtuel aérien, maritime, spatial, cyberspatial et d’information de guerre pour l’instruction au combat, les essais et l’expérimentation des FAC, du NORAD et de la coalition à l’égard des opérations de C2 multidomaines; et
  •  Participer à plusieurs activités d’instruction dans le domaine du cyberespace des FAC et d’autres ministères du gouvernement du Canada visant à appuyer la défense canadienne et continentale et à protéger les intérêts internationaux contre les cybermenaces, comme l’exercice VIGILANT SHIELD du NORAD, l’exercice CYBER WARRIOR dirigé par le ministère de la Défense du Royaume-Uni et l’exercice CYBER COALITION de l’OTAN.

Soutenir les développeurs de forces de commandement et de contrôle, de renseignement, de surveillance et de reconnaissance (C2ISR) avec un soutien technique et une gestion de projet comme suit :

  • Améliorations continues à l’interopérabilité alliée des communications unifiées, guidées par le Combined Defence Information Management Panel et le Combined Communications-Electronics Board du NORAD. 

Analyse comparative entre les sexes plus (ACS Plus)

Le Ministère continuera de travailler avec les partenaires afin de s’assurer que les conseillers en matière d’égalité entre les sexes et les responsables de la coordination pour l’égalité des sexes sont formés afin de s’acquitter de leurs fonctions pendant leur déploiement. Le Ministère élabore une doctrine sur le genre dans les opérations militaires qui mènera au développement de la formation des conseillers en genre et des points focaux en genre, et à l’intégration de l’ACS Plus dans toutes les formations des FAC. De plus, les leçons d’ACS Plus tirées des opérations des FAC seront intégrées dans le didacticiel actuel afin de poursuivre l’intégration des perspectives des genres dans les opérations. Offrir une formation améliorée en plus du cours en ligne sur l’ACS Plus sur les femmes et l’égalité des genres améliorera la compréhension collective du Ministère de l’ACS Plus et des objectifs de Femmes, paix et sécurité, encouragera tous les membres à appliquer les conclusions de l’ACS Plus dans leur travail quotidien et sera mieux préparé à rencontrer la demande des défis de sécurité d’aujourd’hui. Le MDN et les FAC examineront également les exigences en matière d’emploi et de formation et s’efforceront d’adopter une approche plus ciblée lors du processus de nomination pour tous les postes déployés afin de permettre le déploiement et l’emploi d’une force plus diversifiée, en vue de répondre aux Objectifs du Plan d’action national pour la paix et la sécurité des femmes du Gouvernement du Canada.

De plus amples renseignements sur l’ACS Plus se trouvent dans le « Tableau des renseignements supplémentaires sur l’ACS Plus», dans la section Tableaux de renseignements supplémentaires du présent rapport.

Programme de développement durable à l’horizon 2030 et les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies

L’Aviation royale canadienne (ARC) continuera de répondre à la Stratégie énergétique et environnementale de la Défense, spécifiquement les objectifs 7 et 11, en faisant ce qui suit :

  • Cible 7– Élaborer une stratégie pour les carburants d’aviation qui appuie l’objectif du gouvernement d’atteindre zéro émission nette GES d’ici 2050;
  • Cible 11 – Évaluer les répercussions des changements climatiques sur les activités de l’ARC d’ici 2023. De plus, l’ARC s’alignera sur les cibles/objectifs de la Stratégie fédérale de développement durable et la Stratégie pour un gouvernement vert, ainsi que les objectifs de développement durable 7, 12 et 13 des Nations Unies.

Expérimentation

Au cours de l’AF 2022-2023, le MDN et les FAC continueront l’expérimentation relative au développement de forces interarmées prêtes grâce à quatre initiatives clés : l’Expérience interarmées dans l’Arctique 2022, BOLD QUEST 22, les expériences limitées réactives et l’Expérience de fusion de données de renseignement, surveillance et reconnaissance interarmées. L’Expérience interarmées dans l’Arctique 2022 poursuivra les essais d’équipement et les initiatives de développement des capacités, tirant parti de l’expérience interarmées pour soutenir la résolution des défis opérationnels dans l’environnement arctique. BOLD QUEST 22 est une série de démonstrations et d’évaluations de la capacité de la coalition, au cours de laquelle les nations, les services et les programmes mettent leurs ressources en commun, ce qui facilite l’interopérabilité des capacités interarmées dans leur phase finale de développement. L’initiative des expériences limitées réactives est conçue pour résoudre les problèmes à court terme et vise à travailler dans tous les domaines, grâce à une expérimentation actuelle de renseignement, surveillance et reconnaissance interarmées (JISR) et de commandement et contrôle (C2). L’Expérience de fusion de données de renseignement, de surveillance et de reconnaissance interarmées diffère des expériences limitées réactives quant à l’étude de problèmes de plus longue durée spécialement destinée à apprendre, à adapter et à exploiter les nouvelles capacités de fusion des données à l’appui du Centre d’opérations et de renseignement de la Défense nationale et de divers projets de renseignement, de surveillance et de reconnaissance des FAC. Ensemble, les quatre initiatives contribueront à l’acquittement de la responsabilité à l’égard de l’élaboration des concepts, des conceptions organisationnelles et de la doctrine pour les défis interarmées attribués.

D'autres activités d'expérimentation liées à la défense sont décrites dans le présent rapport, dans la section Responsabilité essentielle 4 – Concept de force la de l'avenir.

Principaux risques ministériels

De nombreux risques sont associés à la responsabilité essentielle Forces prêtes au combat. L'un des principaux risques ministériels est énoncé ci-dessous :

Maintenance du matériel – il y a un risque que le MDN et les FAC aient de la difficulté à maintenir leurs capacités matérielles au bon niveau pour appuyer les opérations.

Le risque ci-dessus peut avoir une incidence sur la capacité du Ministère d’atteindre les résultats ministériels associés à la responsabilité essentielle Forces prêtes au combat.

Étant donné que le Cadre ministériel des résultats de la Défense reflète une chaîne de prestation de la conception des forces armées requises, à leur élaboration, puis à l’exécution des opérations, les activités visant à atténuer les risques pour la responsabilité essentielle Forces prêtes au combat se trouvent également dans d’autres responsabilités essentielles qui fournissent des éléments constitutifs permettant de réaliser les résultats de la responsabilité Forces prêtes au combat.

Résultat ministériel 2.1 – les Forces armées canadiennes sont prêtes à mener des opérations concomitantes

Les FAC doivent trouver un équilibre entre l’exigence de générer des soldats prêts et la nécessité d’appliquer des mesures de santé publique. Au cours de l’AF 2022-2023, les FAC continueront de mettre en œuvre les meilleures pratiques lors des événements d’entraînement pour s’assurer que les membres des FAC suivent toutes les mesures de santé publique à proximité de nos secteurs d’entraînement. Les médecins spécialistes des FAC continueront de conseiller les planificateurs d’exercices sur la meilleure façon de mener l’entraînement dans un environnement de pandémie. Dans tous les cas, les mesures sont basées sur les conditions sanitaires locales et ajustées en concertation avec les autorités locales. Cela continuera tant que les conditions de la pandémie de la COVID-19 persisteront.

Les FAC mèneront des scénarios d’entraînement et y participeront dans des contextes nationaux, continentaux et internationaux avec d’autres ministères et organismes gouvernementaux, des alliés et des pays partenaires afin d’améliorer l’intégration, l’interopérabilité et la préparation interarmées. Les plans incluent les exercices suivants durant l’AF 2022-2023 :

  •  Exercice ARCTIC EDGE : un exercice biennal de guerre dans l’Arctique dirigé et exécuté par les FAC, le NORAD et par le Commandement de l’Alaska des États-Unis, pour pratiquer et affiner les tactiques de guerre dans l’Arctique et faciliter la force interarmées et l’état de préparation combiné, accroître la familiarisation avec les opérations par temps extrêmement froid, exercer une défense aérienne et antimissile intégrée, mener des expériences dans l’Arctique, favoriser l’interopérabilité et le C4ISR entre les alliés de l’Arctique;
  •  BOLD QUEST : un exercice collaboratif interarmées et multinational dans lequel les nations, les services et les programmes mettent leurs ressources en commun, facilitant l’interopérabilité des capacités interarmées dans leurs dernières étapes de développement, avec l’objectif global d’améliorer l’interopérabilité et l’échange d’information entre un éventail de capacités de combat de la coalition;
  • Exercice JOINTEX : des activités de développement des capacités et de formation militaire professionnelle pour apprendre comment les FAC, et l’ensemble de l’équipe de sécurité nationale du Canada, peuvent s’adapter pour répondre plus efficacement aux exigences de sécurité du gouvernement du Canada et défendre les intérêts nationaux du Canada dans l’environnement pandomaine. Un élément clé sera le Symposium sur les opérations interarmées;
  • Exercice VIGILANT SHIELD : un exercice annuel entre le NORAD, le United States Northern Command et les FAC axé sur la défense et la sécurité de l’Amérique du Nord;
  • Exercice Rim of the Pacific (RIMPAC) : un exercice d’entraînement en campagne combiné et interarmées biennal qui compte une importante participation maritime, terrestre et aérienne des FAC. Il s’agit d’une activité d’engagement majeure des FAC dans la région Indo-Asie-Pacifique et offre l’occasion de travailler directement avec les États-Unis et les partenaires de défense régionaux dans le cadre d’opérations de coalition;
  • Exercice AUSTERE CHALLENGE : un exercice de commandement européen des États-Unis axé sur la planification d’une coalition avec les Alliés et les partenaires de l’OTAN, en particulier sur la concurrence mondiale et le conflit avec la Russie. La planification de crise et un exercice de poste de commandement permettront de tester la capacité du Centre d’opérations interarmées;
  • ENTERPRISE STORM : ENTERPRISE STORM est la première série de démonstrations de l’entreprise de renseignement de défense visant à promouvoir l’interopérabilité et l’intégration conjointes entre les services militaires, les agences de renseignement de la défense, les alliés du Groupe des cinq et certains partenaires de la coalition. ENTERPRISE STORM est parrainé par le Bureau du sous-secrétaire à la Défense pour le renseignement et la sécurité et est géré par la National Geospatial Agency et la National Security Agency des États-Unis. ENTERPRISE STORM consiste en une approche itérative pour démontrer et évaluer les capacités de renseignement qui ont le meilleur potentiel de transition vers des opérations réelles à court terme. ENTERPRISE STORM est une série d’événements de démonstration et d’évaluation spécialement conçus pour aider à atteindre les deux objectifs suivants : 
    • Construire une infrastructure et une architecture de renseignement modernes et résilientes; et
    •  Tirer parti des partenariats internationaux en tant que communauté combinée et interdépendante. 
  • BICES BLACKJACK : Système d’information, de collecte et d’exploitation du champ de bataille (BICES),  BICES BLACKJACK est une initiative de test opérationnel visant à faciliter l’exécution du cycle d’affectation, de collecte, de traitement, d’exploitation et de diffusion de JISR entre les nations de RSR du BICES. Il est organisé et exécuté par la CELLULE RSR du BICES pour tester l’infrastructure et les interconnexions RSR du BICES et des nations ainsi que la fonctionnalité et la conformité des diverses bases de données partagées de la coalition et des outils avec l’accord de normalisation 4559 de l’OTAN;
  • Veiller à ce que l’infrastructure des technologies de l’information permette une intégration, un test et une évaluation des capacités JISR efficients et efficaces, ainsi que la formation de professionnels JISR avec le Groupe des cinq et les partenaires de l’OTAN par l’intermédiaire de mécanismes déjà établis.

Haut de page

Exercice RIMPAC

Des navires de la marine multinationale naviguent en formation lors d’une navigation de groupe au large d’Hawaï, aux États-Unis, lors de l’exercice Rim of the Pacific (RIMPAC), le 21 août 2020.

(Photo : matelot-chef Dan Bard, caméra de combat des Forces canadiennes)

L’opération NANOOK est une démonstration stratégique de capacité et de détermination, tandis que tactiquement, c’est une occasion d’entraînement pour toutes les personnes impliquées. L’accent sera mis sur le déploiement des forces dans l’Extrême-Arctique afin de répéter et d’améliorer la capacité des FAC à se déployer et à opérer dans des environnements rudimentaires et éloignés tout en permettant l’intégration de la science et de la technologie pertinentes. Cette opération favorisera la participation par l’intermédiaire de la coopération internationale et de la coopération des partenaires, et étudiera les voies d’exercice de la connaissance tous domaines.

  •  Opération NANOOK-NUNAKPUT 22 : intégration d’autres ministères et organismes gouvernementaux régionaux dans une série d’activités de présence dans la zone d’opérations de la Force opérationnelle interarmées (Nord), avec l’appui de l’Armée canadienne (AC), de l’ARC, et le cas échéant, de la Marine royale canadienne (MRC), conçue pour accroître la connaissance du domaine, favoriser une plus grande interopérabilité et accroître la disponibilité opérationnelle globale;
  •  Opération NANOOK-NUNALIVUT 22 : les activités seront exécutées dans les Territoires du Nord-Ouest. L’accent sera mis sur le déploiement d’une force multinationale interarmées dans l’Extrême-Arctique afin de répéter et d’améliorer la capacité des FAC à se déployer et à opérer dans des environnements rudimentaires et éloignés. Cette opération doit favoriser la participation par l’intermédiaire de la coopération internationale et de la coopération des partenaires, et étudier les voies d’exercice de la connaissance tous domaines.
  •  Opération NANOOK-TATIGIIT 22 : un exercice planifié en collaboration avec d’autres partenaires gouvernementaux qui fait partie d’une réponse interorganisations à un événement/incident majeur où l’objectif principal sera l’interopérabilité et l’état de préparation des FAC, d’autres ministères et organismes gouvernementaux et de la communauté SAR de l’Arctique pour réagir efficacement;
  •  Opération NANOOK-TUUGAALIK 22 : activités de sécurité et de sûreté de la coopérative maritime multinationale LIVEX. Les participants peuvent inclure des navires d’autres gouvernements et des nations alliées.

Exercice MAPLE RESOLVE 22 : cet exercice validera les éléments de préparation nommée et d’urgence à l’aide d’une simulation en direct dans un exercice force contre force. Au cours de l’exercice, environ 2 500 soldats de l’Armée canadienne mettront à l’épreuve leurs capacités à s’intégrer aux capacités interarmées d’autres commandements des FAC ainsi qu’à des forces multinationales. L’exercice offrira aux chefs de l’AC, aux soldats, aux autres membres du personnel des FAC et aux alliés une occasion unique de valider leur état de préparation au combat au sein d’une construction de l’OTAN. L’exigence de réponses flexibles dans un éventail de situations mettra au défi les commandants à tous les niveaux.

  • Exercice UNIFIED RESOLVE 23 : le plus grand exercice de simulation assisté par ordinateur validera de nombreux niveaux de quartier général au sein d’un groupe-brigade mécanisé du Canada dans tous les aspects du commandement et du contrôle, et de la planification dans un scénario d’environnement interarmées et interallié. Grâce à l’utilisation de la simulation, un exercice stimulant assisté par ordinateur testera la planification et la prise de décision à plusieurs niveaux de l’Armée canadienne et d’autres éléments des FAC pour travailler dans un contexte pangouvernemental. Exercice de longue date, l’exercice UNIFIED RESOLVE est un précurseur de l’exercice MAPLE RESOLVE de l’AC. L’exercice UNIFIED RESOLVE est internationalement reconnu et considéré par les alliés et les partenaires comme une occasion de pratiquer l’interopérabilité. L’exercice offrira aux participants l’occasion d’améliorer les compétences collectives dans un éventail de scénarios. Pour cette raison, l’exercice sert également d’événement d’entraînement clé pour le quartier général déployable à haut niveau de préparation de la 1re Division du Canada du Commandement des opérations interarmées du Canada;
  • Joint Readiness Training Centre : ce site est un exercice d’entraînement collectif sur le terrain pour les groupements tactiques et les groupes brigades. Il s’agit d’un événement d’entraînement force contre force qui comprend des forces d’opposition à plein temps, des formateurs d’observateurs contrôleurs et des groupes de contrôle d’exercice pour assurer un environnement d’entraînement réaliste. Il s’agit de l’exercice de validation culminant à l’appui de l’exigence de l’AC de fournir un groupe-bataillon d’infanterie légère dans le cadre des forces terrestres prêtes nécessaires pour répondre aux exigences du gouvernement du Canada d’être prêt à mener des opérations de soutien national et des opérations d’évacuation de non-combattants. De plus, il améliore l’interopérabilité en permettant à un groupe-bataillon canadien d’opérer sous une brigade hébergée par les États-Unis;
  • Exercice TRADEWINDS : un exercice annuel du United States Southern Command visant à promouvoir la coopération régionale en matière de sécurité dans la région des Caraïbes en faisant appel aux forces de sécurité et aux organismes d’intervention en cas de catastrophe pour mettre l’accent sur la lutte contre les menaces et l’aide humanitaire et les secours aux sinistrés;
  • Exercice ARDENT DEFENDER : un exercice international et interagences planifié et exécuté par la Force opérationnelle interarmées contre la menace explosive de l’AC qui permet le développement des capacités, l’engagement scientifique et technologique et l’échange des meilleures pratiques;
  • Exercice RÉPONSE PRÉCISE : un exercice d’entraînement d’agents réels et d’interopérabilité mené par la capacité interarmées de défense chimique, biologique, radiologique et nucléaire de l’Armée canadienne au nom de l’OTAN avec le Centre de recherche et de développement pour la défense à la Base des Forces canadiennes Suffield, en Alberta;
  • BULLSEYE 22 : L’ARC a rajeuni l’exercice BULLSEYE comme moyen de renouveler la capacité et l’engagement stratégique. Cet exercice offrira à l’ARC et aux Forces aériennes du Commonwealth des occasions de formation multinationale pertinente sur la mobilité aérienne tactique, améliorera l’interopérabilité et renouvellera l’engagement stratégique avec les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Royaume-Uni;
  • COALITION SPACE FLAG 23-1 : un exercice annuel du Groupe des cinq dirigé par l’United States Air Force (USAF). Il est conçu pour offrir un entraînement dans des opérations de combat interarmées simulées à l’échelle du théâtre dans des environnements de combat contestés et dégradés. Cet exercice offre également l’occasion d’interagir avec des éléments terrestres, maritimes, aériens, cyberspatiaux, spatiaux et d’opérations spéciales de plusieurs pays;
  • COALITION SPACE FLAG 22/23 : un exercice de l’US Space Force conçu pour fournir aux équipages spatiaux une formation avancée dans un environnement simulé contesté, dégradé et limité sur le plan opérationnel. L’exercice offre aux opérateurs spatiaux tactiques et aux unités opérationnelles C2 la possibilité de planifier, d’informer, d’exécuter et de débriefer ensemble dans le cadre d’un scénario stimulant, réaliste et axé sur l’espace;
  • SÉRIE « DYNAMIC » (DYNAMIC MANTA, DYNAMIC MONGOOSE) : DYNAMIC MANTA facilite l’entraînement conjoint et combiné avec les partenaires de l’OTAN pour renforcer les capacités des FAC. Il s’agit du deuxième plus grand exercice de guerre anti-sous-marine conjoint/combiné (le plus grand étant RIMPAC) reflétant les opérations de guerre anti-sous-marine du monde réel. DYNAMIC MONGOOSE est similaire, avec un accent sur les principaux partenaires de l’OTAN impliqués dans des opérations de guerre anti-sous-marine dans le monde réel;
  • GLOBAL ENGAGEMENT 22 : la série biennale de jeux de guerre interarmées/combinés de l’USAF qui se concentre sur l’amélioration de l’avantage concurrentiel et des concepts de combat dans des théâtres d’opérations spécifiques. Cette itération se concentrera sur les opérations de défense du territoire et de l’Arctique. Il vise également à façonner la réflexion conceptuelle sur les problèmes complexes de la guerre au cours des 30 prochaines années;
  • GLOBAL LIGHTNING 23 : un poste de commandement et un état-major de combat dirigés par le commandement stratégique des États-Unis incorporant des éléments de dissuasion stratégique, d’opérations spatiales, d’opérations cyberspatiales, de guerre électronique interarmées, de frappe mondiale, de défense antimissile, de renseignement, surveillance et reconnaissance, ainsi que d’analyse et de ciblage; GLOBAL LIGHTNING intègre une variété de menaces stratégiques pour les États-Unis et ses alliés ainsi que la dissuasion stratégique, les opérations spatiales, les opérations dans le cyberespace, la guerre électronique conjointe, la frappe mondiale, la défense antimissile, le renseignement, la surveillance et la reconnaissance, ainsi que l’analyse et le ciblage;
  • GLOBAL SENTINEL 22 : un exercice futur de connaissance de la situation spatiale dans un environnement spatial opérationnel simulé utilisant des outils opérationnels et analytiques partagés en ligne. Il s’agit d’un exercice multinational dirigé par le Commandement stratégique américain pour déterminer les tactiques, les techniques et les procédures, pour partager les produits d’analyse et de données, et pour affiner les contingences pour les opérations futures;
  • GREEN FLAG 23 : GREEN FLAG LITTLE ROCK forme 5 000 soldats déployés dans un environnement austère aux États-Unis. L’USAF et les forces aériennes de la coalition fournissent des capacités de transport aérien et de largage aérien, une évacuation aéromédicale et une configuration et des opérations à base nue. GREEN FLAG est un exercice d’entraînement air-sol avancé, réaliste et pertinent, préparant les combattants interarmées et de coalition à répondre aux exigences des commandants de combat dans l’air, l’espace et le cyberespace;
  • JOINT WARRIOR 22-2 : un exercice biennal multinational des trois services mené par le Royaume-Uni, visant à améliorer l’interopérabilité interarmées et interalliée entre les marines alliées et partenaires et à préparer les participants à un rôle dans un environnement maritime interarmées et interallié. Les plans d’exercice individuels sont flexibles et conçus de manière à répondre aux besoins d’instruction individuelle et collective des participants;
  • NORTHERN VIKING 21 : un exercice interarmées et de coalition dirigé par le Commandement européen et mené par l’USAF en Europe, axé sur la défense de l’Islande et des lignes de communication maritimes dans les détroits GIUK;
  • SCHRIEVER WARGAME 23 : un exercice combiné se déroulant de 5 à 30 ans dans le futur, conçu pour soutenir le développement de concepts et éclairer les décisions concernant les futures responsabilités des missions spatiales et les architectures opérationnelles. L’ARC participe à cet exercice depuis plus d’une décennie, et il a entraîné des changements fondamentaux dans la façon dont le Groupe des cinq et d’autres partenaires mènent les opérations spatiales; et
  • THOR’S HAMMER WARGAME : un exercice semestriel de niveau stratégique axé sur l’espace, qui porte sur l’utilisation des activités cyberspatiales et spatiales. Il explore la gamme des opérations militaires, qui s’étendront dans l’espace.

Exercice MAPLE RESOLVE

Des véhicules blindés légers des Forces armées canadiennes traversent la zone d’entraînement au début de l’exercice MAPLE RESOLVE 21, au 3e Détachement de la Base de soutien de la Division du Canada Wainwright (Alberta), le 1er mai 2021.

(Photo : caporal Djalma Vuong-de Ramos)

En plus des exercices de préparation mentionnés, la Défense fournira un certain nombre d’efforts qui assureront le mieux la préparation des FAC, y compris les éléments suivants:

  • L’AC est une force professionnelle et inclusive axée sur le soldat et composée de membres de notre personnel de la Force régulière, de la Première réserve, des Rangers canadiens et de civils. Les Forces terrestres prêtes continueront de se positionner pour être en mesure de défendre le Canada et de répondre aux exigences du gouvernement du Canada d’être la force de dernier recours pour répondre aux crises, grâce à un commandement et un contrôle intégrés, à un maintien en puissance déployable et à la fourniture de forces prêtes sous la forme d’unités d’intervention immédiate, de groupements tactiques territoriaux, de compagnies d’intervention nationales ou de groupes de compagnies d’intervention dans l’Arctique, ainsi que de Rangers canadiens. Plusieurs efforts de modernisation sont actuellement en cours pour garantir que les exigences futures seront satisfaites tout en répondant aux besoins de génération de personnel à court terme :
    • Grâce à la stratégie de modernisation de l’AC, l’AC continue d’évoluer en vue de se préparer aux menaces et aux défis actuels et futurs, conformément à la politique de défense du Canada. Un an après la publication de la stratégie au début de 2021, des efforts sont en cours pour s’assurer que l’initiative de modernisation continue d’être alignée sur les priorités actuelles des FAC et de l’AC, ainsi que pour déterminer les efforts en cours, ceux qui évoluent, mais nécessitent plus d’attention, et ceux qui sont actuellement en attente, soit en attente de ressources, soit pour des questions de séquencement. En ce qui concerne l’AF 2022-2023, les différentes lignes d’efforts et initiatives continueront d’être mesurées, suivies et examinées par la haute direction sur une base semestrielle pour redéfinir les priorités au besoin et s’assurer que le plein potentiel de la stratégie de modernisation de l’AC est réalisé.
    • Le projet Force 2025 est l’initiative de l’AC qui examinera tous les éléments de l’AC et cherchera à optimiser et à moderniser ses structures afin de répondre aux demandes opérationnelles actuelles et prévues et de soutenir les initiatives de la politique de défense du gouvernement du Canada. L’un des objectifs du projet Force 2025 consiste à poursuivre l’intégration de la Réserve de l’Armée canadienne, des Rangers canadiens, des civils et de la Force régulière en une seule équipe inclusive. Cette inclusivité accrue améliore les relations de commandement et de contrôle et les possibilités d’instruction, et clarifie les tâches confiées et les points d’intégration, en veillant à ce que l’AC soit prête à exécuter les tâches confiées et à appuyer les opérations simultanées. Cela sera accompli en partie grâce à des efforts visant à perfectionner les initiatives d’attraction, de recrutement et de maintien en poste, conformément au plan de reconstitution des FAC à mettre en œuvre des politiques qui favorisent la capacité opérationnelle du personnel de la Réserve tout en s’assurant que l’administration est simplifiée, et à continuer d’élaborer et d’intégrer les tâches de la mission de la Réserve pour renforcer les capacités et la profondeur. Au cours de l’AF 2022-2023, le projet Force 2025 effectuera une analyse détaillée pour : mieux définir les niveaux de préparation requis de chaque unité, évaluer le réalignement du personnel nécessaire pour renforcer son soutien institutionnel et sur le terrain, et moderniser la structure de l’AC pour mieux gérer ses ressources et intégrer de nouvelles capacités.
    • Afin de répondre aux exigences de Protection, Sécurité, Engagement, l’amélioration des Rangers canadiens est une initiative visant à améliorer l’efficacité des Rangers canadiens. Les efforts réalisés au cours de l’AF 2022-2023, qui se poursuivent à partir d’une base posée au cours de l’année précédente, mettront l’accent sur la mise à jour des politiques, des processus et des mécanismes qui régissent le personnel, et la fourniture de l’équipement nécessaire aux Rangers canadiens pour exécuter leur mission maintenant et dans l’avenir. L’état final de cette initiative sera atteint lorsque les Rangers canadiens seront formés, équipés, structurés, dotés en personnel et soutenus par des politiques, des directives, des règlements et des ordonnances qui permettront de mieux remplir leur rôle, leur mission et leurs tâches.
  • Pour soutenir davantage les objectifs de préparation et de politique de défense, au cours de l’AF 2022-2023, l’AC continuera d’affiner sa capacité à générer de la puissance terrestre en engageant des partenaires et des alliés internationaux pour promouvoir la coopération, échanger les meilleures pratiques et améliorer l’interopérabilité. L’AC continuera également de promouvoir les FAC en tant que partenaire militaire crédible et fiable, et de promouvoir les valeurs et la sensibilisation canadiennes plus larges en participant à divers forums internationaux.
  • Exercice MAPLE RESOLVE

    Un officier d’infanterie de l’Armée canadienne retourne en position défensive après une simulation d’incendie lors de l’exercice MAPLE RESOLVE 21 à Wainwright, en Alberta, le 7 mai 2021.

    (Photo : matelot-chef Dan Bard, caméra de combat des Forces canadiennes)

  • La formation des futurs équipages de l’ARC (FAcT) est une occasion générationnelle pour l’ARC de moderniser et de renouveler son système de formation des équipages. Elle réorganisera la formation pour tous les pilotes de l’ARC, les officiers des systèmes de combat aérien et les opérateurs de capteurs électroniques aéroportés grâce à la prestation d’un seul programme de formation contractuel basé sur le rendement. Le contrat devrait être attribué durant l’AF 2022-2023.
  • Le Commandement des Forces d’opérations spéciales du Canada (COMFOSCAN) demeure à un niveau de disponibilité opérationnelle très élevé afin de désorganiser ou de réagir à des situations de crise émergentes ou à des menaces à l’encontre des Canadiens et des intérêts canadiens. De plus, le COMFOSCAN contribuera à la capacité des FAC d’anticiper les menaces grâce à la mise sur pied de forces conçues pour éclairer et comprendre les activités malveillantes tout en aidant à se protéger contre les menaces en reconnaissant et en supprimant ou en atténuant les points de vulnérabilité.
  • Optimiser le réseau de centres de soutien opérationnel : les FAC évalueront et optimiseront continuellement le réseau de centres de soutien opérationnel pour soutenir les opérations internationales et les exercices majeurs, au besoin. La flexibilité inhérente à l’emplacement, à la taille et aux degrés de réactivité améliorera le soutien opérationnel tout en limitant au minimum les dépenses en ressources. Le soutien opérationnel peut être fourni par l’intermédiaire d’ententes avec des alliés, des partenaires et des entrepreneurs, par opposition ou en conjonction avec la présence physique des ressources et du personnel des FAC lorsque cela est possible et efficace. 
  • En tant que capacité interarmées, l’espace intègre les membres des FAC et leurs homologues civils de l’Équipe de la Défense en travaillent ensemble pour offrir des capacités qui procurent un avantage stratégique. Intégrée par l’intermédiaire du Centre des opérations spatiales canadiennes, l’équipe des FAC continuera encore de participer aux activités des opérations spatiales avec des partenaires alliés dans le cadre de l’entente sur les opérations spatiales conjointes afin d’atteindre les objectifs liés à l’espace de la Politique de défense.
  • À mesure que nous continuons d’améliorer la disponibilité opérationnelle du C4ISR, les domaines d’intérêt des FAC seront les suivants :
    • Intégrer le C4ISR des FAC dans l’environnement de l’OTAN et du Groupe des cinq pour améliorer les capacités de communication et d’échange d’informations tout en soutenant directement le combattant et les décideurs de haut niveau;
    • C2 soutenu et coopération avec les pays de l’Arctique, y compris les États-Unis par l’intermédiaire du United States Northern Command, dans la conduite de missions, d’opérations et d’exercices dans l’Arctique; et
    • UNIFIED VISION : UNIFIED VISION est le principal événement de l’OTAN pour les activités JISR, afin d’améliorer l’interopérabilité JISR entre l’OTAN et ses États membres. Les activités de RSRI menées pendant les essais de UNIFIED VISION englobent tout le spectre de la doctrine, de l’organisation, de l’instruction, du matériel, du leadership, du personnel, des installations et de l’interopérabilité de l’OTAN.
      • La pertinence et l’importance de UNIFIED VISION pour l’OTAN et ses États membres découlent de l’environnement de sécurité dynamique d’aujourd’hui et des demandes d’information à tous les niveaux de commandement. Cela permet à l’alliance d’évaluer et d’informer les organismes et les pays de l’OTAN des recommandations de changement pour soutenir de nouvelles améliorations vers la réalisation d’une capacité JISR de l’OTAN durable; et
      • UNIFIED VISION se déroule à l’échelle internationale dans de nombreux lieux en Europe avec un soutien JISR national activé par le réseau RSR du système d’information, de collecte et d’exploitation du champ de bataille (BICES) situé dans la région de la capitale nationale au sein du laboratoire de fusion des opérations conjointes des FAC.

Progression

Des membres du 3e Bataillon du Royal Canadien Regiment effectuent un exercice aéromobile force contre force avec le soutien du 450e Escadron tactique d’hélicoptères à l’aéroport de Killaloe/Bonnechere, Killaloe, Hagarty et Richards, Ontario, Canada, pendant l’exercice ROYAL CAULDRON le 7 juin 2021.

(Photo : caporal Dean Lynam, photo des FAC)

Résultats prévus

Résultat ministériel Indicateurs de résultat ministériel Cible Date d'atteinte de la cible Résultats réels 2018-2019 Résultats réels 2019-2020 Résultats réels 2020-2021
2.1 Les Forces armées canadiennes sont prêtes à mener des opérations simultanées % des opérations pouvant être menées simultanément 100 % 31 mars 2025

100 %

100 % 100 %
% des éléments de force qui sont prêts à exécuter les opérations conformément aux objectifs établis 100 % 31 mars 2025

79 %

80,34 % 71,7*

Remarques :

* Il y a une baisse perçue de l’état de préparation par rapport à l’exercice précédent causée par la COVID-19. Cela est dû à l’expiration des compétences découlant des fermetures d’écoles et des formations annulées en raison des mesures sanitaires liées à la COVID-19. La cible de 100 %, qui devrait être atteinte d’ici 2025, représente la pleine mise en œuvre des initiatives Protection, Sécurité, Engagement qui appuient la disponibilité opérationnelle des éléments de la force.

Les renseignements sur les ressources financières, les ressources humaines et le rendement liés au Répertoire des programmes du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes sont accessibles dans l’InfoBase du GC.

Résultat ministériel 2.2 – L'équipement militaire est prêt pour l'entraînement et les opérations

L’équipement est mis à disposition pour soutenir la formation et les besoins opérationnels des FAC par l’intermédiaire du programme de soutien à l’équipement, qui est principalement financé par les comptes d’entreprise nationaux d’approvisionnement. L’approvisionnement national est le terme donné aux comptes ministériels du MDN harmonisés avec le maintien en puissance en service (la maintenance, le soutien technique, les modifications techniques et le ravitaillement des stocks) et l’aliénation de l’équipement aérospatial, terrestre et maritime, ainsi que des munitions et du matériel d’usage courant, comme les uniformes, le matériel d’essai et l’équipement des forces d’opérations spéciales. Les principales flottes désignées à l’appui de l’Initiative de préparation de l’OTAN ont été classées par ordre de priorité afin de garantir la poursuite des préparatifs au cours de l’AF 2022-2023. Le Groupe des matériels du Ministère est responsable de l’exécution du programme d’approvisionnement national (qui se trouve dans le présent rapport, sous la responsabilité essentielle 5 – Acquisition des capacités du présent rapport), qui devrait dépenser plus de 3 milliards de dollars au cours de l’AF 2022-2023.

Au cours de l’AF 2022-2023, l’ARC tirera parti de la flexibilité et de l’agilité du programme de projets mineurs des Forces armées canadiennes pour remédier aux lacunes opérationnelles déterminées par les communautés opérationnelles et d’entraînement. Un exemple d’une telle lacune concerne la fourniture d’un système de ravitaillement en carburant à portée étendue et d’un équipement de ravitaillement en carburant de zone avant pour étendre la portée opérationnelle du CH-147F Chinook et lui permettre de fonctionner comme point de ravitaillement en carburant de zone avant pour le CH-146 Griffon et les aéronefs et véhicules alliés. Ce projet améliorera la capacité de l’ARC à mener des opérations dans l’Arctique et d’autres régions éloignées où les longues distances entre les aérodromes et le manque d’alternatives convenables limitent l’accès aux options de ravitaillement.

Exercice PEGASE MOUILLÉ

Des militaires, principalement du 3e Bataillon, Royal 22e Régiment, effectuent un saut en parachute à partir d’hélicoptères Griffon CH-146 du 430e Escadron tactique d’hélicoptères dans le cadre de l’exercice PEGASE MOUILLÉ au lac Saint-Joseph à Fossambault-sur-le-Lac, Québec, Canada, le 14 juin 2021.

(Photo : caporal Geneviève Beaulieu, FAC)

L’introduction des patrouilleurs arctiques et extracôtiers améliore la capacité de la MRC d’affirmer la souveraineté du Canada dans l’Arctique, de s’intégrer à un éventail de partenaires gouvernementaux et internationaux et de soutenir les opérations internationales. La classe Harry DeWolf peut fonctionner toute l’année dans jusqu’à un mètre de glace de première année, étendant la portée de la MRC dans la région arctique. Lorsqu’ils ne sont pas dans l’Arctique, les navires peuvent être déployés au large, pour soutenir la surveillance côtière, la recherche et le sauvetage, l’interdiction de la drogue, l’aide humanitaire et les opérations de secours en cas de catastrophe, au besoin.

Au cours de l’AF 2022-2023, la MRC continuera d’opérationnaliser le Navire canadienne de Sa Majesté (NCSM) Harry DeWolf, le premier patrouilleur arctique et hauturier, tout en complétant le programme d’essais en mer du deuxième navire de la classe NCSM Margaret Brooke. Les deux navires effectueront des déploiements opérationnels dans l’Arctique pour l’opération NANOOK, opérant en consort, ainsi que des déploiements indépendants dans des eaux plus chaudes pour l’opération CARIBBE, une opération de lutte contre les stupéfiants dirigée par les États-Unis. L’opérationnalisation des navires de la classe comprendra des activités visant à intégrer davantage les navires avec le CH-148 Cyclone. La cérémonie de mise en service du NCSM Margaret Brooke est prévue pour l’automne 2022.

Le déploiement conjoint du NCSM Harry DeWolf dans l’Arctique et du NCSM Margaret Brooke contribuera aux activités de surveillance des approches maritimes du Nord du Canada, une mission du NORAD, tout en offrant des occasions de nourrir davantage la relation croissante entre les Inuits des régions arctiques affiliés à chaque navire de la classe.

La MRC prévoit également prendre livraison du troisième navire de la classe, le futur NCSM Max Bernays. La livraison du navire est prévue pour l’été 2022. L’opérationnalisation de ce navire devrait refléter l’introduction aux activités de la flotte des deux premiers navires de cette classe, en commençant par une période de travail après livraison suivie de l’instruction de base de préparation à la navigation pour un seul navire avant le début du programme d’essais et d’épreuves en mer; Le transfert côtier du NCSM Max Bernays à son port d’attache d’Esquimalt, en Colombie-Britannique, devrait avoir lieu à l’été 2023.

L’AC a mis à jour son plan de préparation de l’équipement en juillet 2021. Cette mise à jour a révisé les objectifs d’entretien à partir d’une couverture de 80 % pour tous les parcs de véhicules afin de refléter les objectifs d’entretien nécessaires pour les parcs de véhicules individuels clés afin de respecter tous les engagements de posture et de préparation de la force de l’AC. Au cours de l’AF 2022-2023, ce changement permettra à l’AC de concentrer ses efforts de maintenance pour répondre aux engagements prioritaires. L’AC continuera d’utiliser le tableau de bord d’état de fonctionnement et de maintien en puissance pour surveiller l’état de préparation de cet équipement et continuera d’encourager des taux de main-d’œuvre directe plus élevés parmi les techniciens des FAC afin d’atteindre les objectifs d’état de fonctionnement respectifs.

Exercice AGILE RAM

Des membres des Forces armées canadiennes du 1er Groupe-brigade mécanisé du Canada effectuent un champ de tir de niveau 5 lors de l’exercice AGILE RAM, au détachement de la Base de soutien de la 3e Division du Canada Wainwright, en Alberta, secteur d’entraînement, le 29 mai 2021.

(Photo : caporal Djalma Vuong-De Ramos, photo des FAC)

Résultats prévus

Résultat ministériel Indicateurs de résultat ministériel Cible Date d'atteinte de la cible Résultats réels 2018-2019 Résultats réels 2019-2020 Résultats réels 2020-2021
2.2 L’équipement militaire est prêt pour l’entraînement et les opérations % des flottes maritimes importantes qui sont en bon état de service pour répondre aux exigences d’instruction et de disponibilité opérationnelle à l’appui d’opérations simultanées Au moins 90* 31 mars 2023 91,4 % 98,2 % 94,1 %
% des flottes terrestres clés qui sont utilisables pour répondre aux exigences de l’entraînement et de préparation à l'appui d'opérations simultanées Au moins 80* 31 mars 2023

72 %

65,4 % 62,7 %**
% des flottes clés de l'aérospatiale qui sont utilisables pour répondre aux exigences de l’entraînement et de préparation à l'appui des opérations simultanées Au moins 85* 31 mars 2023

79,1 %

60,8 %

55 %***

Remarques :

* Une partie de la flotte sera normalement soumise à des réparations en raison de son utilisation et ne sera donc pas en état de fonctionnement. Ainsi, une cible de 100 % ne serait pas réaliste. Cependant, une flotte en bon état ne devrait comprendre qu’une petite partie de la flotte subissant des réparations afin de s’assurer que le niveau approprié d’instruction et d’état de préparation peut être fourni. Il est à noter que le concept de « bon état de fonctionnement » diffère de façon importante entre les environnements militaires en raison des différences inhérentes à l’ensemble des types d’équipement.

La MRC ne comprend pas les navires qui ne sont pas disponibles en raison d’une période de maintenance prévue (p. ex. courtes périodes de travail et périodes en cale sèche) lors du calcul du pourcentage de navires prêts pour l’entraînement et les opérations. L’indicateur est calculé à l’aide de la formule suivante : nombre total de navires dans une flotte clé x 365 jours (moins tous les jours consacrés à une période de maintenance prévue) divisés par le nombre réel de jours où les navires étaient en état de fonctionnement.

Dans le contexte maritime, l’indicateur fait référence au nombre total de navires en bon état de fonctionnement qui composent les flottes clés. Ces flottes correspondent aux navires des classes Halifax, Victoria, Kingston et Harry deWolf.

Dans le contexte de l’Armée de terre, l’indicateur fait référence au nombre total d’équipements qui composent les flottes terrestres.

Dans le contexte de la Force aérienne, l’indicateur fait référence au nombre total d’équipements qui composent les flottes aérospatiales.

** Au cours de l’AF 2020-2021, le niveau de fonctionnement de l’équipement opérationnel terrestre a satisfait aux attributions opérationnelles actuelles de l’AC et aux exigences des activités de génération de force. Le taux de disponibilité du plan de préparation de l’équipement de l’AC pour l’AF était de 62,7 %*. La cible n’a pas été atteinte en raison des répercussions persistantes de la COVID-19 sur les ressources de maintenance limitées, des exigences de maintenance accrues causées par l’âge avancé de la flotte et des problèmes spécifiques à la flotte, qui ont tous contribué à la baisse des niveaux de service. * Remarque – Les flottes de VBL III et de VLMR ont fait l’objet d’activités de désinvestissement au cours de l’AF 2020-2021 et ont été exclues de ce chiffre.

*** L’AF 2020-2021 a enregistré une baisse globale de l’état de service de 5,8 %, principalement en raison de l’état de service inférieur des flottes CT-144 Tutor et CF-18 Hornet. Le CT-144 a traversé une pause opérationnelle après l’écrasement de mai 2020, période au cours de laquelle l’état de fonctionnement a été signalé comme nul. Cela a entraîné une baisse annuelle de l’état de fonctionnement de 17,6 % pour le CT-114. De plus, la facilité d’entretien CF-18 a chuté de 11,8 % par rapport à l’année précédente. Cela peut principalement être attribué à l’incidence des restrictions de travail liées à la COVID-19, qui ont particulièrement touché la 3e Escadre Bagotville.

Les renseignements sur les ressources financières, les ressources humaines et le rendement liés au Répertoire des programmes du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes sont accessibles dans l’InfoBase du GC.

Dépenses budgétaires prévues pour les Forces prêtes au combat

Dépenses budgétaires 2022-2023 (telles qu’elles sont indiqués dans le Budget principal des dépenses) Dépenses prévues 2022-2023 Dépenses prévues 2023-2024 Dépenses prévues 2024-2025
10 453 990 709 10 453 990 709 10 458 121 831 10 637 852 995

Les renseignements sur les ressources financières, les ressources humaines et le rendement liés au Répertoire des programmes du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes sont accessibles dans l’InfoBase du GC.

Ressources humaines prévues pour les Forces prêtes au combats 

Nombre d’équivalents temps plein prévus
2022-2023
Nombre d’équivalents temps plein prévus
2023-2024
Nombre d’équivalents temps plein prévus
2024-2025
45 920 45 957 46 052

Les renseignements sur les ressources financières, les ressources humaines et le rendement liés au Répertoire des programmes du ministère de la Défense nationale et des Forces armées canadiennes sont accessibles dans l’InfoBase du GC.

Haut de page

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :