Guide sur les Syndromes associés aux ITS : Prise en charge syndromique

Le présent guide fournit un aperçu de la prise en charge et du traitement empirique des syndromes associés aux infections transmissibles sexuellement (ITS).

Sur cette page :

Introduction

Le présent guide fournit un aperçu de la prise en charge des syndromes suivants associés aux infections transmissibles sexuellement (ITS) : les ulcérations anogénitales, la cervicite, l'épididymite, l'atteinte inflammatoire pelvienne (AIP), la rectite, l'urétrite et la vaginite.

Ces syndromes peuvent être attribuables à une ITS, une infection non liée aux ITS ou à une cause non-infectieuse. La probabilité qu'un syndrome soit attribuable à une ITS, à une infection non sexuellement transmissible ou à une cause non infectieuse varie selon le syndrome et le risque auquel est exposée la personne.

Bien que n'importe quelle ITS puisse se manifester sous la forme d'un syndrome, de nombreuses ITS sont souvent asymptomatiques. Grâce au dépistage des ITSS, il est possible de détecter et de traiter précocement les infections asymptomatiques, ce qui permet de prévenir ou de limiter les complications et de réduire le potentiel de transmission. Lorsqu'une ITS est identifiée, consulter les guides spécifiques à l'étiologie pour connaître :

Dans le présent guide, la prise en charge syndromique des ITS fait référence à une prise en charge fondée sur les signes et les symptômes, et réalisée avant la confirmation en laboratoire d'agent(s) étiologique(s). Les traitements empiriques recommandés sont fondés sur les ITS les plus fréquentes qui sont associées à chaque syndrome. Dans certains cas, le traitement empirique peut différer du traitement recommandé dans le guide propre à l'étiologie, parce qu'un traitement antibiotique plus long ou une combinaison différente d'antibiotiques est nécessaire pour traiter de manière adéquate les infections compliquées (p. ex. celles qui sont fréquemment polymicrobiennes) et profondes.

Consulter le site de Santé Canada et les monographies de produits pour connaître les mises en garde, les contre-indications et les effets secondaires des traitements décrits dans le présent guide.

Syndromes couramment associés aux ITS

Agent pathogène Syndromes associés
Chlamydia trachomatis(CT)Note de bas de page 1
  • Cervicite
  • Urétrite
  • Épididymite
  • AIP
  • Rectite
  • Ulcérations anogénitales (CT de sérotype L1, L2 ou L3 causant une lymphogranulomatose vénérienne)
Neisseria gonorrhoeae (GC)Note de bas de page 2
  • Cervicite
  • Urétrite
  • Épididymite
  • AIP
  • Rectite
Virus Herpes simplex (VHS)Note de bas de page 3
  • Ulcérations anogénitales
  • Cervicite
  • Urétrite
  • Rectite
Mycoplasma genitaliumNote de bas de page 4
  • Cervicite
  • AIP
  • Urétrite
  • Rectite
Treponema pallidum, sous-espèce pallidum (Syphilis)
  • Ulcérations anogénitales
  • Rectite
Trichomonas vaginalis
  • Vaginite
  • Cervicite
  • Urétrite

Remarque : De nombreux agents pathogènes peuvent également expliquer des manifestations extragénitales (p. ex. les pharyngites causées par CT ou GC, les lésions orolabiales causées par le VHS, la neurosyphilis ainsi que les éruptions cutanées, l'alopécie et les plaques muqueuses associées à la syphilis).

Prise en charge des personnes symptomatiques

Évaluation clinique

L'évaluation clinique des personnes symptomatiques devrait comprendre :

Un syndrome peut avoir plus d'une cause infectieuse. Le mode de transmission est semblable pour plusieurs ITSS et la co-infection est fréquente. Toute personne soupçonnée d'être atteinte d'une ITS spécifique devrait faire l'objet de dépistage d'ITSS. Selon les pratiques sexuelles de la personne, il peut s'avérer nécessaire de prélever des échantillons au niveau de plusieurs sites anatomiques.

L'infection à chlamydia et l'infection gonococcique sont les ITS bactériennes les plus fréquentes au Canada et la co-infection est courante. Effectuer des tests de dépistage de CT et de GC si la présence de l'un ou l'autre de ces agents pathogènes est suspectéNote de bas de page 5. Les tests d'amplification des acides nucléiques (TAAN) peuvent détecter à la fois la présence de GC et de CT à partir d'un seul échantillonNote de bas de page 5Note de bas de page 6. Des TAAN validés pour les échantillons extragénitaux sont disponibles dans la plupart des provinces et des territoires. En raison des taux de plus en plus élevés de souches de GC résistantes aux antimicrobiens (GC-RAM), il est nécessaire d'obtenir l'information sur la sensibilité aux antibiotiques. Lorsque la GC est suspectée, procéder à un écouvillonnage pour mise en culture, si disponible (en plus des échantillons pour TAAN). Vérifier auprès du laboratoire local pour obtenir des renseignements sur les méthodes d'analyse disponibles.

Traitement empirique

La décision de traiter de façon empirique ou d'attendre les résultats des tests devrait être fondée sur :

Le traitement empirique est utile pour prendre en charge les symptômes, limiter la transmission et prévenir les complications. Par ailleurs, différents micro-organismes peuvent se manifester de la même manière ou, à l'inverse, le même micro-organisme peut se manifester de différentes manières. L'attente des résultats des tests avant l'instauration d'un traitement permet une utilisation appropriée des antibiotiques, ce qui peut améliorer les résultats de santé, réduire la résistance aux antimicrobiens (RAM) et éviter tout traitement inutile ou inadéquat. Il peut être préférable de retarder le traitement jusqu'à l'obtention des résultats des tests lorsque l'état clinique n'est pas grave; que les symptômes et les facteurs de risque semblent indiquer qu'une ITS n'est probablement pas la cause des symptômes; et que la personne est consentante à s'abstenir de toute activité sexuelle jusqu'à l'obtention des résultats des tests.

En tant que mesure préventive de santé publique, envisager un traitement empirique pour prévenir le développement d`une infection chez une personne ayant eu un contact sexuel avec une personne ayant une ITS confirmée. Par exemple, plusieurs provinces et territoires canadiens connaissent une augmentation notable de cas de syphilis infectieuse et congénitale et, par conséquent, le traitement empirique des contacts de cas suspect de syphilis infectieuse peut être approprié. Si un traitement empirique est donné pour une ITS suspectée, conseiller à la personne de s'abstenir de toute activité sexuelle jusqu'à ce que le traitement soit complété, que les symptômes soient résolus et que tous ses partenaires aient terminé leur traitement. En cas de doute concernant l'abstinence, recommander l'utilisation de méthode de barrière lors des relations sexuelles orales, vaginales et anales.

Suivi

Un test de contrôle peut être recommandé selon l'agent pathogène en cause, le site d'infection et le schéma thérapeutique. Dans le cas de certains agents pathogènes, le recours à un test de contrôle est toujours recommandé, tandis que pour d'autres agents pathogènes, ce test n'est recommandé que dans des situations spécifiques. Pour les cas de syphilis, la réponse au traitement peut être évaluée au moyen de tests sérologiques post-traitement. Ceux-ci devraient être réalisés aux intervalles recommandés selon le stade de l'infection.

En présence de symptômes persistants ou récurrents, tenir compte des causes ou des facteurs contributifs suivants :

Offrir des tests de dépistage répétés d'ITSS selon les facteurs de risque persistants et le potentiel d'exposition. Il est généralement recommandé de répéter le dépistage 3 à 6 mois après le traitement d'une ITS en raison du risque de réinfection.

Intégrer aux soins des stratégies de prévention des ITSS telles que le counseling, la vaccination et l'éducation sur les pratiques préventives. Les mesures suivantes devraient être prises si elles sont indiquées sur le plan clinique :

Déclaration et notification aux partenaires

La recherche de cas, la notification aux partenaires et le traitement sont essentiels pour réduire la propagation des ITSS. La notification des partenaires présente des avantages pour la santé publique (p. ex. surveillance et contrôle des maladies infectieuses) et réduit le risque de réinfection.

Les exigences de déclaration des ITSS varient selon les provinces et les territoires. Consulter la réglementation provinciale et territoriale pour connaître les exigences de déclaration suivant le diagnostic d'une ITSS.

Références

Note de bas de page 1

Hsu K. Clinical manifestations and diagnosis of Chlamydia trachomatis infections. UpToDate 2019.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Note de bas de page 2

Ghanem KG. Clinical manifestations and diagnosis of Neisseria gonorrhoeae infection in adults and adolescents. UpToDate 2020.

Retour à la référence de la note de bas de page 2

Note de bas de page 3

Albrecht MA. Epidemiology, clinical manifestations, and diagnosis of genital herpes simplex virus infection. UpToDate 2019.

Retour à la référence de la note de bas de page 3

Note de bas de page 4

David H Martin. Mycoplasma genitalium infection in men and women. UpToDate 2019.

Retour à la référence de la note de bas de page 4

Note de bas de page 5

Lyss SB, Kamb ML, Peterman TA, Moran JS, Newman DR, Bolan G, et al. Chlamydia trachomatis among patients infected with and treated for Neisseria gonorrhoeae in sexually transmitted disease clinics in the United States. Ann Intern Med2003;139(3):178-185.

Retour à la référence de la note de bas de page 5

Note de bas de page 6

Creighton S, Tenant-Flowers M, Taylor CB, Miller R, Low N. Co-infection with gonorrhoea and chlamydia: how much is there and what does it mean? Int J STD AIDS 2003;14(2):109-113.

Retour à la référence de la note de bas de page 6

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :