Manuel de l'exercice et du cérémonial | Chapitre 10 Gardes, sentinelles et escortes

A-DH-201-000/PT-000

Formations et mouvements des gardes à pied ou montées lors des cérémonies. Diagrammes montrant les bonnes positions.

SECTION 1 GÉNÉRALITÉS

INTRODUCTION

  1. Une garde est un détachement de troupes affecté à la protection matérielle de biens ou à la sécurité d’un dignitaire ou encore chargé de rendre les honneurs à un dignitaire. L’effectif d’une garde dépend de sa tâche. Aux fins des cérémonies, il peut s’agir :
    1. d’une garde d’honneur, qui est constituée pour un dignitaire (section 2);
    2. d’une garde d’arrivée ou de départ, qui peut être constituée à la place d’une garde d’honneur pour marquer l’arrivée ou le départ d’un dignitaire (section 3);
    3. d’une garde de caserne (initialement une garde de caserne, de baraquement ou de campement, y compris une garde privée pour les dignitaires comme le gouverneur général en tant que chef d’État), qui est constituée pour un baraquement, un campement ou un bâtiment, mais qui peut également être chargée de rendre les honneurs à un dignitaire de passage (section 4).
  2. En règle générale, une garde d’honneur est constituée :
    1. à l’occasion de cérémonies d’État;
    2. pour recevoir de façon officielle un officier général d’un pays du Commonwealth ou d’un pays étranger en visite officielle au Canada;
    3. lorsqu’il est souhaitable de tenir une cérémonie de bienvenue à l’intention de dignitaires canadiens dans le cadre d’événements très officiels, mais qu’il n’est pas approprié ou pas possible de passer l’unité en revue.
  3. En d’autres circonstances, y compris les visites des colonels en chef à leurs unités, il est plus habituel de constituer une garde de caserne et d’y avoir recours si l’on désire une cérémonie.
  4. Une escorte, autre qu’une escorte pour le drapeau consacré ou une escorte du drapeau consacré (voir chapitres 8 et 9), est un corps de troupes à pied ou montées qui sont chargées d’assurer la sécurité d’un dignitaire en déplacement ou de lui rendre les honneurs. L’effectif d’une escorte dépend de sa tâche. Les escortes exigent beaucoup de personnel et ne sont plus guère utilisées, sauf lors de funérailles (voir chapitre 11); ainsi, à part dans ce contexte particulier, elles ne sont pas traitées plus en détail dans le présent manuel.

DRAPEAUX CONSACRÉS

  1. Les drapeaux consacrés peuvent être portés par une escorte, une garde d’honneur ou une garde privée.

RASSEMBLEMENT DES GARDES

  1. Les gardes se rassemblent habituellement sur deux rangs, en ligne, épaule à épaule. Toutefois, le commandant de la garde peut modifier cette formation au besoin pour l’adapter aux circonstances. Par exemple, la garde d’honneur peut se former en colonne de divisions ou de sections si les dimensions du terrain de rassemblement ou l’espace disponible l’exigent. Comme l’effectif d’une garde dépend de la tâche qu’elle doit accomplir, le nombre de militaires qui participent au rassemblement est plus important que la formation adoptée.
  2. Les gardes doivent rendre les honneurs en ordre de revue (voir chapitre 9, section 2, paragraphes 13 à 17). On peut amener les drapeaux consacrés sur le terrain de rassemblement directement à leur position, en ordre de revue dans le cas des gardes d’honneur et des gardes privées formées en ligne, ou dans le cas des gardes formées en colonne de divisions, lorsque les officiers sont déjà en ordre de revue.

SECTION 2 GARDES D’HONNEUR

GÉNÉRALITÉS

  1. On forme des gardes d’honneur pour rendre les honneurs aux personnages de marque et aux officiers généraux conformément aux indications de l’A-AD-200-000/AG-000, Les décorations, drapeaux et la structure du patrimoine des FC (qui deviendra bientôt l’A-DH-200-000/AG-000, La structure du patrimoine des Forces armées canadiennes), annexe A, chapitre 13.
  2. Une garde d’honneur royale ou d’État de 100 personnes comprend les éléments suivants :
    1. un major;
    2. deux capitaines ou lieutenants;
    3. un adjudant-maître;
    4. un adjudant;
    5. deux sergents;
    6. quatre-vingt-seize caporaux/soldats.
  3. Une garde d’honneur générale (de 50 personnes) comprend les éléments suivants :
    1. un capitaine;
    2. deux capitaines ou lieutenants;
    3. un adjudant-maître;
    4. un adjudant;
    5. deux sergents;
    6. quarante-huit caporaux/soldats.
  4. S’il est impossible de réunir les effectifs indiqués ci-dessus, on peut réduire le nombre de membres de la garde à condition que cela ne nuise pas aux honneurs auxquels a droit le personnage de marque. S’il faut réduire l’effectif de plus d’un quart, le commandant devrait envisager la possibilité de constituer plutôt une garde de caserne.
  5. Dans certaines circonstances, lorsqu’il serait approprié de constituer une garde d’honneur, mais que l’effectif réel de l’unité n’est pas assez important pour ce faire et que le commandant ne souhaite pas constituer une garde de caserne à la place, on peut envisager la possibilité de faire défiler toute l’unité aux fins de la revue. Selon les circonstances, la revue pourrait être abrégée.

FORMATIONS DE GARDES

  1. La garde doit se former en deux divisions, comme dans le cas de l’exercice de compagnie (figure 10-2-1). Les adjudants et les sous-officiers supé­rieurs doivent être placés par ordre de grade ou selon l’ancienneté dans le grade, comme suit :
    1. guide de droite;
    2. guide de gauche;
    3. guide de droite de la division de gauche;
    4. guide de gauche de la division de droite.
  2. Les divisions de l’ensemble de la garde peuvent être elle-mêmes subdivisées en deux sections pour faciliter la manœuvre.
  3. Si une musique participe à la cérémonie, elle devrait être placée à l’arrière de la garde d’honneur et centrée par rapport à celle-ci, mais si cela est impossible faute d’espace, la musique peut être placée sur un flanc.
  4. La musique peut être une musique militaire, un corps de tambours (clairons) ou un corps de cornemuses et tambours. S’il y a à la fois une musique militaire et une autre musique, elles peuvent être combinées, mais seule la musique militaire doit jouer au cours des saluts.
  5. Si les divisions doivent manœuvrer indépen­damment, les commandements leur sont donnés par leur commandant respectif, comme dans le cas de l’exercice de compagnie.

RASSEMBLEMENT DE LA GARDE

  1. L’adjudant-maître doit procéder au rassemble­ment de la garde de la même façon que pour l’exercice de compagnie, les guides de gauche de la division agissant comme adjudants ou sous-officiers de peloton. L’adjudant-maître doit remettre le commandement au commandant de la garde, qui doit ordonner aux officiers de prendre position. Il doit faire avancer les drapeaux consacrés ou les drapeaux et rendre les honneurs appropriés.
  2. Lorsque la garde arrive en face du centre de l’estrade d’honneur, le commandant doit lui donner l’ordre de s’arrêter, de tourner vers l’avant et de se reformer sur deux rangs. Puis, il doit faire ouvrir les rangs et procéder à l’alignement par la droite (vers l’intérieur). L’alignement doit se faire épaule à épaule, sans espace entre les divisons ou les sections, ni entre les divisions et la garde des drapeaux consacrés ou des drapeaux. Les officiers et les porte-drapeaux consacrés doivent se placer en ordre de revue. La garde doit alors être mise à la position en place repos en attendant l’arrivée du dignitaire en l’honneur duquel elle a été constituée.
  3. Si le rassemblement se fait en face de l’estrade d’honneur sans que les troupes aient à se déplacer pour s’y rendre, la garde peut être formée sur deux rangs, en ordre de revue.

FAÇON DE RENDRE LES HONNEURS

  1. À l’arrivée du dignitaire, le commandant de la garde donne les commandements « GARDE D’HONNEUR, GARDE-À – VOUS »; et « À L’ÉPAULE – ARMES ».
  2. Lorsque le dignitaire a pris place sur l’estrade d’honneur, le commandant de la garde donne le commandement « GARDE D’HONNEUR, SALUT ROYAL (D’ÉTAT) (GÉNÉRAL), PRÉSENTEZ – ARMES ». La musique doit commencer à jouer au dernier mouvement du présentez armes.
  3. Le commandant de la garde donne ensuite les commandements « À L’ÉPAULE – ARMES »; et « AU PIED – ARMES », puis s’approche du dignitaire, salue, décline son grade et son nom ainsi que le nom de l’unité, de la base ou de la station d’appartenance de la garde et demande au dignitaire s’il désire passer la garde en revue.
  4. Les drapeaux consacrés demeurent à la position au port chaque fois que la garde d’honneur met les armes au pied.

REVUE

  1. Si le dignitaire souhaite passer la garde d’honneur en revue, il doit le faire en considérant la garde comme  une seule unité plutôt que de procéder par divisions. À moins que le dignitaire n’exprime le désir de procéder autrement, il ne passe en revue que le front de chaque rang, se déplaçant de la droite vers la gauche le long du rang avant et de la gauche vers la droite le long du rang arrière. Le dignitaire et sa suite doivent prendre place dans l’ordre suivant :
    1. le dignitaire se place le plus près de la garde et du rang qu’il doit passer en revue ou à la droite du commandant de la garde;
    2. le commandant de la garde se place à côté du dignitaire;
    3. dans certains cas, le dignitaire peut déjà avoir été accueilli officiellement par un autre dignitaire, comme un ministre du Cabinet du gouvernement du Canada lorsqu’il s’agit de ministres étrangers de passage. Dans ce cas, le dignitaire du pays hôte peut accompagner le dignitaire étranger, en marchant immédiatement derrière lui, le quatrième membre de la suite se plaçant derrière le commandant de la garde. Si le dignitaire est Sa Majesté la reine, seul le commandant de la garde l’accompagne au cours de la revue, conformément au désir exprimé par la souveraine.

Figure 10-2-1 Formations de gardes d’honneur

  1. Lorsque le dignitaire arrive au flanc droit pour commencer la revue, la musique doit commencer à jouer une pièce appropriée.
  2. Au cours de la revue du rang avant, le commandant de la garde doit saluer le drapeau consacré ou le drapeau national, épée en main, en tournant la tête vers le drapeau consacré ou le drapeau national.
  3. Les musiques qui participent à la cérémonie ne sont habituellement pas passées en revue et les chefs de musique ne sont pas présentés, à moins que le dignitaire n’en fasse expressément la demande.
  4. À la fin de la revue de la garde d’honneur, la musique cesse de jouer, le commandant de la garde raccompagne le dignitaire directement à l’estrade d’honneur, le salue et retourne à sa place initiale.

DÉPART ET DISPERSION DE LA GARDE

  1. La garde peut demeurer en place si le dignitaire participe à une activité prévue à cet endroit. Par exemple, une garde d’honneur constituée pour le gouverneur général au Parlement à l’occasion du discours du trône peut demeurer en place pendant que le gouverneur général entre au Parlement et prononce le discours; si l’attente est longue, on peut ordonner aux troupes d’adopter la position en place repos ou on peut même leur faire quitter temporairement le lieu de la revue.
  2. Lorsque sa tâche en tant que garde d’honneur est terminée, que ce soit après une activité prévue ou immédiatement après la revue, la garde doit rendre les honneurs au dignitaire au moment du départ. Le commandant de la garde donne les commandements « À L’ÉPAULE – ARMES »; et « GARDE D’HONNEUR, SALUT ROYAL (D’ÉTAT) (GÉNÉRAL), PRÉSENTEZ – ARMES ». La musique commence à jouer au dernier mouvement du présentez armes. À la fin du salut, le commandant de la garde donne l’ordre « À L’ÉPAULE – ARMES ».
  3. La garde doit habituellement attendre que le dignitaire quitte les lieux avant de sortir du terrain de rassemblement et de se disperser. Si le dignitaire demeure sur place et si les circonstances l’exigent, la garde peut défiler devant le dignitaire soit en colonne de divisions (sections), soit en colonne de route au moment de quitter les lieux.

SECTION 3 GARDES DE CASERNE ET SENTINELLES

GÉNÉRALITÉS

  1. En temps de paix, on forme une garde de caserne en vue d’une cérémonie plutôt qu’à des fins pratiques. La garde de caserne peut également servir à rendre les honneurs à des dignitaires de passage lorsqu’il est impossible de former une garde d’honneur, faute de personnel.

DÉFINITIONS

  1. Poste de guet. Endroit où l’on affecte une ou deux sentinelles.
  2. Poste de sentinelle. Emplacement où se tient une sentinelle devant sa guérite lorsqu’elle ne patrouille pas dans son secteur.
  3. Grandes rondes. Visites faites à une garde par l’officier supérieur de service pendant sa période de service. L’officier lance l’appel aux armes afin de procéder à l’inspection.
  4. Rondes d’inspection. Visites faites à une garde par l’officier de service pendant sa période de service. L’officier lance l’appel aux armes afin de procéder à l’inspection.

COMPOSITION DES GARDES

  1. L’effectif d’une garde de caserne dépend du nombre de postes simples et de postes doubles à doter pendant une période de service normale de 24 heures. Chaque sentinelle demeure en poste pendant une période de deux heures, toutes les quatre heures, et une ou deux sentinelles sont tenues en réserve (voir tableau 10-3-1).
  2. Les gardes formées essentiellement pour rendre les honneurs à des dignitaires de passage au cours d’une cérémonie, c’est-à-dire les gardes de caserne de cérémonie, doivent se composer du nombre de militaires nécessaires pour doter deux postes de guet doubles, c’est-à-dire d’un total de 17 personnes.
  3. Afin de transmettre les signaux sonores énoncés aux paragraphes 30 à 32, les sentinelles de cérémonie doivent être armées du fusil C7 seulement.
Table 10-3-1 Composition des gardes de caserne

Serial

Numéro

Number of Posts

Nombre de postes

Double Sentries

Postes doubles

Single Sentries

Postes simples

Spares

Suppléants

Trumpeter/ Bugler

Trompette ou clairon

Guard commander

Commandant de la garde

Guard Second in Command

Commandant adjoint de la garde

Total Strength

Effectif total

1 3 18 - 2 1 1 1 23
2 2 12 - 2 1 1 1 17
3 1 6 - 1 1 1 1 10
4 3 - 9 1 1 1 1 13
5 2 - 6 1 1 1 1 10
6 1 - 3 1 1 1 1 7
  1. Le commandant de la garde de caserne de cérémonie, un sergent, est assisté par un adjoint, habituellement le caporal de la garde, qui est chargé de poster les sentinelles. Les membres de la garde sont des caporaux et des soldats. Conformément aux coutumes des FAC, un trompette ou un clairon doit participer aux appels officiels.

NOTA

Lorsque l'unité qui monte la garde est une unité écossaise ou irlandaise, qu'elle porte l'uniforme correspondant et qu’elle est autorisée en tant que corps de cornemuses, on peut ordonner à un cornemuseur de se joindre à la garde de caserne pour toute musique autre que les appels officiels.

CONSIGNES DE LA GARDE

  1. Les consignes de la garde doivent être publiées dans les ordres permanents de l’unité. On doit les lire à haute voix à chaque sentinelle au moment de la poster. Les consignes doivent comprendre :
    1. les raisons pour lesquelles la sentinelle occupe le poste;
    2. l’étendue de son secteur de surveillance;
    3. l’emplacement des postes voisins;
    4. tout ordre particulier non indiqué dans les ordres permanents de l’unité.
  2. Une sentinelle qui, en plus de ses fonctions au cours d’une cérémonie, est chargée d’assurer la protection, doit sommer les intrus ou les personnes qui s’approchent sans y être expressément autorisées. La sentinelle doit tenir l’arme au port et procéder à la sommation habituelle de la façon suivante : « HALTE; AVANCEZ UN PAR UN ET IDENTIFIEZ-VOUS »; elle doit également demander le mot de passe s’il y a lieu. Si la personne est autorisée à entrer, la sentinelle doit lui rendre les honneurs appropriés.

SALUTS

  1. La garde doit être appelée aux armes (paragraphes 48 à 59) dans les cas suivants :
    1. pour saluer les détachements armés, y compris les véhicules blindés de combat;
    2. pour rendre les honneurs aux officiers généraux entre le réveil et la retraite;
    3. pour rendre les honneurs au commandant une fois par jour entre le réveil et la retraite;
    4. à l’occasion des grandes rondes et des rondes d’inspection;
    5. au réveil et à la retraite pour l’inspection effectuée par le commandant de la garde;
    6. dans les cas indiqués dans les ordres permanents de l’unité.
  2. La garde n’est pas appelée aux armes pour les détachements qui ne sont pas armés.
  3. La garde rend les honneurs de la façon suivante :
    1. Officiers généraux. La garde est appelée aux armes et présente les armes. Les sentinelles présentent les armes.
    2. Officiers supérieurs (colonels, lieutenants-colonels et majors). La garde présente les armes. Les sentinelles présentent les armes.
    3. Officiers subalternes (capitaines et lieutenants). Les membres de la garde mettent l’arme à l’épaule et le commandant de la garde salue avec l’arme à l’épaule. Les sentinelles doivent avoir l’arme à l’épaule.
    4. Détachements armés
      1. La garde doit présenter les armes à un bataillon ou à une formation équivalente ou encore à une batterie d’artillerie avec ses canons.
      2. Dans le cas d’une formation moins importante, les membres de la garde doivent mettre l’arme à l’épaule et le commandant de la garde doit saluer s’il y a lieu.
  4. Les sentinelles qui se trouvent dans leur guérite doivent rendre les honneurs simplement en se mettant au garde-à-vous.
  5. Les sentinelles doivent mettre l’arme à l’épaule au son d’un hymne national. S’il y a une garde à proximité qui présente les armes, elles doivent le faire également au même moment que la garde.
  6. Lorsqu’une sentinelle fait sa ronde, elle doit s’efforcer de la terminer et s’arrêter à son poste avant de saluer.
  7. Lorsqu’un officier de service visite une sentinelle, celle-ci doit saluer et indiquer le numéro de son poste comme suit : « Poste no 1, Monsieur. »
  8. Lorsque la garde descendante et la garde montante défilent ensemble et qu’elles doivent rendre les honneurs, les commandements sont donnés aux deux gardes par le militaire le plus haut gradé sur le terrain de rassemblement ou, si les deux gardes sont commandées par des militaires du même grade, par le commandant de la garde descendante jusqu’à ce que la relève des sentinelles soit terminée, puis par le commandant de la garde montante.

EXERCICES DES SENTINELLES

  1. Au cours des exercices des sentinelles, on doit faire précéder les commandements de l’avertissement « EN FACTION », pour indiquer l’exécution d’une combinaison de plusieurs mouvements. Les commandements indiqués dans le présent article sont utilisés pour l’instruction des sentinelles. Les signaux décrits aux paragraphes 30 à 32 sont utilisés à titre de commandements par les sentinelles servant à un poste de guet double.
  2. Une sentinelle se poste habituellement à un pas de sa guérite, directement devant celle-ci. Elle peut se tenir à l’intérieur de sa guérite par mauvais temps, les deux sentinelles d’un poste double travaillant ensemble.
  3. Lorsqu’elle est à son poste et dans sa guérite, la sentinelle adopte la position en place repos.
  4. Lorsqu’elle fait sa ronde, la sentinelle :
    1. se déplace normalement au pas cadencé l’arme à l’épaule;
    2. tourne vers l’extérieur lorsqu’elle fait demi-tour à la fin de sa ronde;
    3. ne s’arrête qu’une fois rendue à son poste.

Figure 10-3-1 Poste de guet double

  1. Au commandement « EN FACTION, VERS L’AVANT, SALU – EZ » :
    1. la sentinelle qui est en place repos à son poste se met au garde-à-vous, met l’arme à l’épaule, salue, remet l’arme au pied et adopte la position en place repos, en faisant une pause réglementaire entre chacun des mouvements;
    2. la sentinelle qui est en train de faire sa ronde regagne son poste, s’arrête, se tourne vers l’avant, salue, met l’arme au pied et adopte la position en place repos, en faisant une pause réglementaire entre chaque mouvement.
  2. Au commandement « EN FACTION, PRÉSENTEZ – ARMES », la sentinelle exécute les mouvements décrits au paragraphe 24, sauf qu’elle présente les armes au lieu de saluer avec l’arme à l’épaule.
  3. Au commandement « EN FACTION, VERS LA DROITE (GAUCHE), PAS CADENCÉ – MARCHE », la sentinelle qui est à son poste se met au garde-à-vous, met l’arme à l’épaule, tourne à droite (gauche) et se met en marche au pas cadencé. Elle doit observer une pause réglementaire entre chaque mouvement. La sentinelle qui est dans sa guérite, après s’être mise au garde-à-vous, fait un pas en avant pour sortir de la guérite, puis exécute les mouvements décrits ci-dessus.
  4. Au commandement, « EN FACTION, DEMI-TOUR, TOUR – NEZ », donné au moment où le pied gauche est en avant et au sol, la sentinelle doit s’arrêter, tourner par l’extérieur vers la droite (gauche), tourner encore vers la droite (gauche) pour faire face à la direction d’où elle vient et se mettre en marche au pas cadencé dans la nouvelle direction. Elle doit observer une pause réglementaire entre chaque mouvement. Le personnel militaire entraîné peut exécuter un demi-tour en marchant; cette façon de procéder s’acquiert avec la pratique étant donné que les sentinelles doivent toujours tourner vers l’extérieur et qu’elles doivent donc parfois faire demi-tour à gauche.
  5. Au commandement « EN FACTION, EN PLACE, RE – POS », la sentinelle qui est en marche s’arrête à son poste, tourne vers l’avant, met l’arme au pied et adopte la position en place repos, en faisant une pause réglementaire entre chacun des mouvements. Si elle retourne à son poste dans la guérite, après avoir mis l’arme au pied, elle doit reculer d’un pas et adopter la position en place repos.

POSTE DE GUET DOUBLE

  1. Un poste de guet double est un poste patrouillé simultanément par deux sentinelles (figure 10-3-1). Les deux doivent exécuter leurs mouvements en même temps, la cadence étant dictée par la sentinelle en chef (celle de droite). La sentinelle en chef est celle qui a la responsabilité du poste.
  2. La sentinelle en chef donne des signaux de la main ou des signaux sonores afin d’assurer la coordination des mouvements. L’autre sentinelle donne les signaux uniquement lorsqu’un officier s’approche par la gauche.
  3. Les sentinelles utilisent les signaux de la main lorsqu’elles patrouillent. Le signal se donne lorsque les sentinelles se font face, au moment où le pied droit est en avant et au sol; il est répété au moment où le pied droit touche le sol de nouveau et l’arrêt se fait lorsque le pied gauche touche le sol de nouveau. Les signaux de la main, qui se donnent de la main gauche, sont les suivants :
    1. un doigt étendu — en place repos;
    2. deux doigts étendus — saluez;
    3. toute la main étendue — présentez armes.
  4. Les signaux sonores sont utilisés lorsque les sentinelles sont à l’arrêt. Ils se donnent en frappant légèrement la crosse du fusil au sol. Les signaux suivants sont utilisés lorsque la sentinelle est à la position en place repos :
    1. à son poste de sentinelle :
      1. un coup de crosse — vers la droite (gauche), pas cadencé, marche,
      2. deux coups de crosse — saluez,
      3. trois coups de crosse — présentez armes,
      4. quatre coups de crosse — un pas vers l’arrière – marche;
    2. dans sa guérite :
      1. deux coups de crosse — garde-à-vous ou en place de repos,
      2. quatre coups de crosse — un pas vers l’avant, marche;
    3. au moment de la relève : un coup de crosse — à l’épaule armes.

FORMATION DE LA GARDE

  1. La garde doit former les rangs sous les ordres du caporal de la garde, dans un endroit approprié, (figure 10-3-2).
  2. Après avoir été inspectée par le caporal, la garde se rend sur le terrain de rassemblement, le caporal prenant place derrière elle. Le sergent se rend seul au terrain de rassemblement pendant l’inspection de la garde.
  3. À son arrivée sur le terrain de rassemblement, la garde s’arrête à un endroit déterminé à l’avance et demeure à la position arme à l’épaule.

Figure 10-3-2 Formation de la garde sous les ordres du caporal de la garde

  1. Le caporal se présente au sergent, puis va prendre position à la gauche du rang avant. Le sergent se présente à son tour au sergent de service et va prendre position sur le flanc droit de la garde (figure 10-3-3).
  2. Le sergent de service se présente à l’adjudant-chef (adjuc), puis va prendre position à six pas à la droite du sergent de la garde et donne l’ordre à la garde de mettre l’arme au pied et d’adopter la position en place repos. Il se tourne vers l’avant et adopte la position en place repos. L’adjuc va alors prendre position à 24 pas en avant du sergent de la garde et se tourne de façon à lui faire face.
  3. Dans certaines circonstances, il peut y avoir plus d’une garde; par exemple, les fonctions du bataillon au cours de la période de 24 heures qui suit peuvent comprendre une garde privée, une garde de caserne pour les baraquements et un piquet (par exemple, un piquet d’incendie). Dans ce cas, les gardes doivent défiler selon cet ordre de préséance, normalement en colonne, et le sergent de service doit attendre que toutes les gardes soient présentes avant de se présenter à l’adjuc. L’exercice de compagnie doit être exécuté s’il y a lieu. Lorsqu’elles reçoivent l’ordre d’accomplir leurs tâches, les gardes doivent suivre un parcours différent une fois qu’elles ont dépassé le capitaine-adjudant, comme il est indiqué aux numéros 30 à 33 du tableau 10-3-2.

RELÈVE DE LA GARDE

  1. Le tableau 10-3-2 indique la marche à suivre pour relever la garde :
Table 10-3-2 Relève de la garde
No Commandement Donné par Exécution Observations
1 « COMMANDANT(S) DE LA GARDE »
(ou sergent(s), sous-officier(s) de la garde si des gardes privées doivent être commandées par la suite par des officiers; voir no 29).
Adjuc Le cmdt de la garde et le sergent (sgt) de service se mettent au garde-à-vous. Le cmdt de la garde met l’arme à l’épaule et, accompagné du sgt de service, avance de 15 pas et s’arrête. Le cmdt de la garde met l’arme au pied. Tous deux demeurent au garde-à-vous. L’adjuc s’avance, passe le cmdt de la garde en revue et retourne à son poste, neuf pas en avant du cmdt de la garde, face à lui. Seules les gardes privées (voir paragraphes 63 à 69) sont commandées par des officiers.
2 « COMMANDANT DE LA GARDE, POUR L’INSPECTION, PORTEZ – ARMES » Adjuc Le cmdt de la garde exécute le commandement reçu. L’adjuc inspecte le fusil du cmdt de la garde et retourne à son poste, de la façon décrite au no 1.n
3 « COMMANDANT DE LA GARDE, RELÂCHEZ LA –  CULASSE » Adjuc Le cmdt de la garde relâche la culasse.
4 « COMMANDANT DE LA GARDE, AU PIED – ARMES » Adjuc Le cmdt de la garde met l’arme au pied. S’il y a plus d’une garde ou d’un détachement rassemblé aux fins de la revue, les cmdt reçoivent l’ordre d’adopter la distance appropriée.
5 « COMMANDANT DE LA GARDE, EN PLACE RE – POS » Adjuc Le cmdt de la garde et le sgt de service adoptent la position en place repos. L’adjuc tourne à droite et va se placer à neuf pas devant la future position de la garde, en se centrant par rapport à celle-ci, s’arrête et tourne à gauche.
6 « GARDE, RASSEMBLEMENT – MARCHE » Adjuc Le cmdt de la garde, le sgt de service, le clairon et les membres de la garde se mettent au garde-à-vous. Le cmdt de la garde et la garde mettent l’arme à l’épaule. La garde et le clairon avancent de 15 pas et s’arrêtent, le clairon prenant place à un pas à la droite du cmdt de la garde (voir #figure-10-3-4). Lorsqu’il s’agit d’une garde de cérémonie, la musique prend place à 24 pas à la droite de la garde et s’aligne sur celle-ci.
7 « GARDE, AU PIED –  ARMES » Adjuc Les membres de la garde mettent l’arme au pied. -
8 « GARDE, OUVREZ LES RANGS –  MARCHE » Adjuc La garde exécute le comman­dement reçu. -
9 « GARDE, PAR LA DROITE, ALI – GNEZ » Adjuc Le cmdt de la garde reste immobile. La garde s’aligne par la droite. Le clairon s’aligne sur le commandant de la garde. Le sgt de service tourne à gauche et aligne normalement chaque rang de la garde.
10 « GARDE – FIXE » Adjuc Tous exécutent le commandement reçu. Le sgt de service reprend sa position initiale.
11 « GARDE, BAÏONNETTES AU CANON, FI – XEZ » Adjuc Les membres de la garde fixent la baïonnette au canon. Le cmdt de la garde et le sgt de service demeurent immobiles.
12 « GARDE, BAÏON – NETTES » Adjuc La garde exécute le commandement reçu. -
13 « GARDE, GARDE-À –VOUS » Adjuc La garde exécute le commandement reçu. Le capitaine-adjudant (capt adjt) vient prendre place à deux pas derrière l’adjuc. Ce dernier fait demi-tour, salue et indique au capt adjt que la garde est présente et prête pour la revue. Après avoir reçu l’ordre de prendre position, l’adjuc salue, se rend derrière le capt adjt, en passant à sa droite. Le capt adjt avance de deux pas et l’adjuc va prendre position trois pas derrière lui en effectuant une série de conversions. Dès que l’adjuc est en place, après une pause réglementaire, le capt adjt et l’adjuc se mettent en marche ensemble, passent la garde en revue et reprennent leur place initiale. Pendant la revue, la musique, si elle est présente, joue des pièces appropriées.
14 « GARDE, BAÏONNETTES AU FOURREAU, REMET –TEZ » Capt adjt Les membres de la garde remettent la baïonnette au fourreau. Le sgt de service et le cmdt de la garde demeurent immobiles.
15 « BAÏON – NETTES » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu.
16 « GARDE, GARDE-À –VOUS » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. -
17 « GARDE, POUR L’INSPECTION, PORTEZ – ARMES » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. Le cmdt de la garde met l’arme à l’épaule, l’inspection de son fusil ayant déjà été faite. Le capt adjt et l’adjuc se mettent en marche ensemble, inspectent les fusils de la garde et reprennent leur place initiale.
18 « GARDE, RELÂCHEZ LA – CULASSE » Capt adjt Les membres de la garde relâchent la culasse. -
19 « GARDE, AU PIED – ARMES » Capt adjt Les membres de la garde mettent l’arme au pied. Le cmdt de la garde passe de la position armes à l’épaule à la position armes au pied. Ayant été jugée prête à accomplir sa tâche, à partir de ce stade, la garde prend le nom de « garde montante ».
20 « GARDE MONTANTE BAÏONNETTES AU CANON, FI – XEZ » Capt adjt Les membres de la garde fixent la baïonnette au canon. Le cmdt de la garde et le sgt de service demeurent immobiles..
21 « BAÏON – NETTES » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. -
22 « GARDE MONTANTE, GARDE-À – VOUS » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. -
23 « GARDE MONTANTE, À L’ÉPAULE – ARMES » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. -
24 « GARDE MONTANTE, FERMEZ LES RANGS – MARCHE » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. -
25 « GARDE MONTANTE, PAR LA DROITE, ALI – GNEZ » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. Voir no 9.
26 « GARDE MONTANTE – FIXE » Capt adjt La garde exécute le commandement reçu. Voir no 10.
27 « ADJUDANT-CHEF, FAITES ROMPRE LES RANGS AU SERGENT DE SERVICE » Capt adjt L’adjuc indique en saluant qu’il a reçu l’ordre et le capt adjt lui rend son salut. L’adjuc peut être appelé par son grade, son nom ou sa fonction.
28 « SERGENT DE SERVICE, ROM – PEZ » Adjuc Le sgt de service tourne à droite, salue, se met en marche et, en faisant une conversion à droite, quitte le terrain de rassemblement. Le capt adjt rend le salut.
29 « COMMANDANT DE LA GARDE, À VOTRE  – POSTE » ou « COMMANDANTS DE GARDE, À VOS – POSTES » (si certaines gardes doivent être commandées par des officiers) Capt adjt

1. Le cmdt et le caporal (cpl) de la garde se mettent en marche ensemble, au pas cadencé, effectuent une conversion vers l’extérieur, le cmdt de la garde prenant place à trois pas derrière la garde, en se centrant par rapport à celle-ci. Le cpl de la garde, qui suit le cmdt de la garde, prend la place qu’occupait auparavant le cmdt de la garde et devient le guide de droite de la garde.

2. Si certaines gardes sont commandées par des officiers, ces derniers doivent prendre place trois pas devant leur garde, en se centrant par rapport à celle-ci; les sous-officiers restent à leur poste. Les officiers dégainent leur épée au commandement « À VOTRE POSTE » donné par le capt adjt.
Pendant que le cmdt et le cpl de la garde se rendent à leur nouveau poste, le capt adjt et l’adjuc tournent vers la gauche et vont prendre place à neuf pas du flanc droit de la garde et font demi-tour (voir la figure 10-3-5). Pendant ce temps, la musique prend position à 20 pas devant la garde.
30 « GARDE MONTANTE, À VOS POSTES, PAR LA DROITE, PAS CADENCÉ – MARCHE » Capt adjt La garde et la musique se mettent en marche ensemble et la musique joue. -
31 « GARDE MONTANTE, TÊTE À – DROITE » Cmdt de la garde Le clairon et le sous-officier de droite de la garde regardent devant eux, les autres membres de la garde tournent la tête à droite et le cmdt de la garde salue comme s’il avait un fusil. (Si c’est un officier qui commande la garde, il doit avoir l’épée en main et la tête tournée vers la droite; les sous-officiers ne saluent pas avec leur fusil.) Le capt adjt salue jusqu’à ce que la garde soit passée.
32 « GARDE MONTANTE – FIXE » Cmdt de la garde La garde exécute le commandement reçu. Le capt adjt quitte le terrain de rassemblement accompagné de l’adjuc et attend l’arrivée de la garde descendante (voir paragraphe 40).
33 La garde montante se rend au corps de garde pour y relever la garde descendante. La garde doit marcher en ligne, en se rassemblant pour changer de direction dans la mesure du possible; sinon, elle marche en file.
34 « GARDE, AU – POSTE » Sentinelle de la garde descendante - Voir les paragraphes 48 à 59. La garde peut prendre sa place selon les procédures habituelles.
35 « GARDE, AUX – ARMES » Sentinelle de la garde descendante La garde exécute le commandement reçu. La garde sort au pas de gymnastique, à la position au port, baïonnettes au canon, se forme en rangs ouverts, met l’arme à l’épaule et s’aligne automatiquement. Le clairon prend place à un pas à la droite du cmdt de la garde descendante.
36 « GARDE MONTANTE – HALTE » Cmdt de la garde montante La garde montante s’arrête. Si l’espace le permet, la garde montante s’arrête face à la garde descendante à 15 pas de celle-ci. Si cela est impossible, la garde montante prend place à 6 pas de la garde descendante, à sa gauche et alignée sur celle-ci, et face à la même direction. Les sentinelles qui sont à portée de voix du cmdt de la garde descendante exécutent les mêmes mouvements que les autres membres de leur garde au cours de la relève. La musique prend place à l’écart de l’endroit que vont occuper les gardes pendant la relève et joue une pièce de circonstance.
37 « GARDE MONTANTE, OUVREZ LES RANGS – MARCHE » Cmdt de la garde montante La garde exécute le commandement reçu. -
38 « GARDE MONTANTE, PAR LA DROITE, ALI – GNEZ » Cmdt de la garde montante La garde s’aligne par la droite, le personnel du flanc droit gardant la tête vers l’avant. Le cmdt de la garde, ou l’adjudant/le sgt de la garde si la garde est commandée par un officier, va prendre position à six pas à la droite du rang avant, s’arrête et tourne à gauche. Le cpl de la garde, à moins qu’il ne soit déjà en place sur le flanc gauche, se met en marche et, par une série de conversions, contourne l’arrière de la garde, passant à la droite du cmdt de la garde pour reprendre sa position initiale un pas à gauche du rang avant. Il aligne la garde.
39 « GARDE MONTANTE – FIXE » Cmdt de la garde montante La garde exécute le commandement reçu. Le cmdt de la garde ou l’adjudant/le sgt prend position un pas à la droite du rang avant de la garde.
40 « GARDE DESCENDANTE, À LA GARDE MONTANTE, PRÉSENTEZ – ARMES » Cmdt de la garde descendante Les membres de la garde descendante présentent les armes. -
41 « GARDE MONTANTE, À LA GARDE DESCENDANTE, PRÉSENTEZ –  ARMES » Cmdt de la garde montante Les membres de la garde montante présentent les armes. Le clairon de la garde montante sonne le « salut général ».
42 « GARDE DESCENDANTE, À L’ÉPAULE – ARMES » Cmdt de la garde descendante Les membres de la garde descendante mettent l'arme à l'épaule. -
43 « GARDE MONTANTE, À L’ÉPAULE – ARMES » Cmdt de la garde montante Les membres de la garde montante mettent l'arme à l'épaule. -
44 « GARDE DESCENDANTE, AU PIED – ARMES » Cmdt de la garde descendante Les membres de la garde descendante, y compris le cmdt, mettent l’arme au pied. -
45 « GARDE MONTANTE, AU PIED – ARMES » Cmdt de la garde montante Les membres de la garde montante, y compris le cmdt, mettent l’arme au pied. Le cmdt de la garde descendante indique alors le nombre de sentinelles en faction, par exemple, deux de jour, quatre de nuit. Le cmdt de la garde montante répète le nombre de sentinelles en faction. Les cmdt de garde privée peuvent échanger leurs clés.
46 « GARDE DESCENDANTE, EN PLACE RE – POS » Cmdt de la garde descendante Les membres de la garde descendante adoptent la position en place repos. Le cmdt de la garde montante et celui de la garde descendante placent ensuite l’arme à l’épaule, se mettent en marche et prennent position à trois pas en avant de leur garde, en se plaçant au centre par rapport à celle-ci, le cmdt de la garde descendante faisant face à l’avant et celui de la garde montante faisant face à sa garde.
47 « GARDE MONTANTE, EN FACTION, NUMÉRO – TEZ » Cmdt de la garde montante Les membres de la garde montante se numérotent de l’avant vers l’arrière, en commençant par le flanc droit, comme il est indiqué à la figure 10-3-6. Le cmdt de la garde montante désigne alors les relèves de sa garde, par exemple no 1 à 4, première relève, etc.
48 « PREMIÈRE RELÈVE EN POSTE, LES AUTRES, EN PLACE RE – POS » Cmdt de la garde montante Les nos 1 à 4 (ou les numéros désignés comme première relève) demeurent au garde-à-vous; les autres adoptent la position en place repos. Après ce commandement, le cmdt de la garde descendante et celui de la garde montante se tournent et se dirigent vers le corps de garde. Le cpl de la garde montante met l’arme à l’épaule et se place à trois pas devant la garde montante, en se centrant par rapport à celle-ci, et demeure en position arme à l’épaule.
49 « PREMIÈRE RELÈVE, À L’ÉPAULE – ARMES » Cpl de la garde montante Les membres de la première relève mettent l’arme à l’épaule. Le cpl de la garde descendante, qui dirige la relève à son poste, va se placer à un pas du flanc droit de la première relève. Le cpl de la garde montante se place à trois pas en avant de la première relève, en se centrant par rapport à celle-ci.
50 « PREMIÈRE RELÈVE, VERS LA DROITE, EN FILE, À DROITE, TOUR – NEZ » Cpl de la garde montante Les membres de la première relève tournent à droite. -
51 « PREMIÈRE RELÈVE, PAS CADENCÉ – MARCHE » Cpl de la garde montante Les membres de la relève se mettent en marche et le cpl de la garde montante se place à un pas à la gauche du militaire qui porte le dernier numéro. Le cpl de la garde descendante conduit la première relève au poste no 1 en empruntant le parcours le plus direct.
52 « RELÈVE – HALTE » Cpl de la garde montante La relève s’arrête. La sentinelle de la garde descendante se met au garde-à-vous et met l’arme à l’épaule à l’approche de la relève.
53 « SENTINELLE No 1, À VOTRE – POSTE » Cpl de la garde montante La nouvelle sentinelle va se placer à un pas à gauche de la sentinelle relevée et fait demi-tour. Les deux caporaux vont se placer devant les sentinelles. Le cpl de la garde descendante fait lecture des consignes de la sentinelle et s’assure qu’elles sont comprises.
54 « SENTINELLE, PAS – SEZ » Cpl de la garde montante La sentinelle relevée avance tout droit et, en faisant une série de conversions, va se placer derrière la relève. Dès que la sentinelle relevée quitte le poste, la nouvelle sentinelle y prend place en faisant deux pas vers la droite. Les caporaux reprennent leur position et répètent les manœuvres indiquées aux nos 51 à 54 inclusivement, jusqu’à ce que la relève des postes soit terminée.
55 Lorsque toutes les sentinelles sont en poste, les caporaux des gardes changent de place; le cpl de la garde descendante prend le commandement.
56 « SENTINELLES RELEVÉES, PAS CADENCÉ – MARCHE » Cpl de la garde descendante Les sentinelles relevées exécutent le commandement reçu. Les sentinelles relevées retournent au corps de garde. Le cpl de la garde montante, obéissant à ses commande­ments, raccompagne les sentinelles relevées en empruntant le parcours le plus direct.
57 « SENTINELLES RELEVÉES – HALTE » Cpl de la garde descendante Les sentinelles relevées s’arrêtent entre les deux gardes. Les sentinelles relevées reçoivent alors l’ordre de se tourner dans la même direction que la garde descendante.
58 « SENTINELLES RELEVÉES, REJOIGNEZ LES –  RANGS » Cpl de la garde descendante Les sentinelles relevées et les deux caporaux tournent à droite et, après avoir observé une pause réglementaire, regagnent leur place au sein de leur garde respective, mettent l’arme au pied et adoptent la position en place repos. Les sentinelles relevées prennent place à la gauche de la garde descendante et les deux caporaux, à la gauche de leurs gardes respectives.
59 Après la prise en charge et la mise en place de la première relève, les cmdt des gardes prennent place à la droite de leur garde respective. La musique, si elle est présente, se place de façon à précéder la garde descendante lorsque celle-ci se mettra en marche.
60 « GARDE DESCENDANTE, GARDE-À – VOUS » Cmdt de la garde descendante La garde descendante se met au garde-à-vous. -
61 « GARDE MONTANTE, GARDE-À – VOUS » Cmdt de la garde montante La garde montante se met au garde-à-vous. -
62 « GARDE DESCENDANTE, À L’ÉPAULE – ARMES » Cmdt de la garde descendante La garde descendante met l’arme à l’épaule. -
63 « GARDE MONTANTE, À L’ÉPAULE – ARMES » Cmdt de la garde montante La garde montante met l’arme à l’épaule. Si la garde n’est pas comman­dée par des officiers, après le mouvement à l’épaule armes, le cmdt et le cpl de la garde descendante se placent de la façon indiquée au no 29.
64 « GARDE DESCENDANTE, FERMEZ LES RANGS – MARCHE » Cmdt de la garde descendante La garde descendante ferme les rangs. -
65 «  GARDE DESCENDANTE, CHANGEZ DE DIRECTION VERS LA DROITE (GAUCHE), À DROITE (GAUCHE), FOR – MEZ »; « PAS CADENCÉ –  MARCHE »; et « VERS L’A – VANT » Cmdt de la garde descendante La garde descendante exécute le commandement reçu. Cette manœuvre est effectuée lorsque les gardes se font face.
65a Autres circonstances - - Si la garde descendante est en ligne, elle peut se diriger directement vers l’avant ou, dans d’autres circonstances, elle peut tourner à droite et, après s’être mise en marche, exécuter deux conversions vers la gauche et passer devant le front de la garde montante. Dans un cas comme dans l’autre, la musique, si elle est présente, commence à jouer au commandement « MARCHE ». Si la tradition locale l’exige, la garde descendante peut quitter les lieux au pas ralenti et adopter le pas cadencé après être passée devant le corps de garde ou la barrière.
66 « GARDE MONTANTE À LA GARDE DESCENDANTE, PRÉSENTEZ –  ARMES » Cmdt de la garde montante Les membres de la garde montante, y compris le cmdt, présentent les armes. -
67 « GARDE DESCENDANTE, TÊTE À – DROITE (GAUCHE) » Cmdt de la garde descendante Le cmdt de la garde descendante salue, le reste de la garde tourne la tête vers la droite (gauche). -
68 « GARDE DESCENDANTE –  FIXE » Cmdt de la garde descendante La garde exécute le commandement reçu. Voir paragraphe 40.
69 « GARDE MONTANTE À L’ÉPAULE – ARMES » Cmdt de la garde montante Les membres de la garde montante mettent l’arme à l’épaule. -
70 « GARDE MONTANTE, FERMEZ LES RANGS – MARCHE » Cmdt de la garde montante La garde montante ferme les rangs. Si la garde est commandée par un sous-officier, le cmdt et le cpl se rendent à leur poste. Le cmdt de la garde conduit la garde à l’endroit où se trouvait la garde descendante et explique la procédure de l’appel aux armes. Il revoit cette procédure et d’autres consignes. Il doit donner les mêmes renseignements à la première relève une fois sa faction terminée.
71 « GARDE, AU CORPS DE GARDE, ROM –  PEZ » Cmdt de la garde La garde exécute le commandement reçu. S’il y a un officier, les membres de la garde le saluent l’arme à l’épaule. La garde descendante étant partie, la garde montante redevient simplement la « garde ».

Figure 10-3-3 Formation adoptée au moment de la relève de la garde

Figure 10-3-4 Relève de la garde (#table-10-3-2-6)

Figure 10-3-5 Relève de la garde (no 29)

Figure 10-3-6 Relève de la garde (no 47)

  1. Une fois que la garde montante a pris la relève, la garde descendante se rend au terrain de rassemblement et prend place à l’endroit occupé précédemment par la garde montante pendant l’inspection effectuée par le capitaine-adjudant. Lorsque la garde est arrêtée, le cmdt de la garde lui ordonne de mettre l’arme au pied, d’ouvrir les rangs et de s’aligner par la droite.
  2. Si le commandant de la garde n’est pas un officier, il va prendre place à six pas à droite du rang avant, s’arrête et tourne à gauche. Le caporal se rend à sa place à la gauche du rang avant. Le commandant aligne sa garde.
  3. Le commandant de la garde donne le commandement Fixe et fait rapport au capitaine-adjudant qui, à ce stade, se trouve en avant de la garde. En même temps, à moins que le commandant de la garde ne soit un officier, le caporal de la garde met l’arme à l’épaule et passe derrière la garde pour prendre place à la droite du rang avant. Le capitaine-adjudant inspecte la garde descendante de la même façon qu’il l’a fait pour la garde montante, sauf que le commandant de la garde l’accompagne pendant l’inspection. Le capitaine-adjudant n’ordonne pas à la garde de fixer les baïonnettes aux canons. Après l’inspection, le capitaine-adjudant fait retirer les drapeaux consacrés et ordonne aux officiers de rompre les rangs s’il y a lieu (par exemple, dans le cas d’une garde privée) ou ordonne au sous-officier qui agit comme commandant de la garde de se rendre à son poste. Le capitaine-adjudant va prendre place à l’écart du flanc droit de la garde.
  4. Le capitaine-adjudant ordonne à l’adjudant et au sergent de la garde ou au commandant de la garde de ramener sa garde dans le secteur de la compagnie et de rompre les rangs. Le commandant de la garde exécute l’ordre reçu en passant devant le capitaine-adjudant et en donnant les commandements « TÊTE À – DROITE » et « FIXE ».

MISE EN FACTION ET RELÈVE DES SENTINELLES

  1. Le caporal de la garde doit poster les sentinelles et en assurer la relève de la façon décrite au tableau 10-3-2, du no 49 au no 56 inclusivement, exception faite des manœuvres qui incombent au caporal de la garde descendante. Le caporal de la garde doit faire lecture des consignes de la sentinelle.
  2. Les sentinelles de la relève font l’objet d’une inspection au corps de garde avant d’être affectées à leur poste.
  3. Lorsqu’une sentinelle est affectée à un poste où il n’y a pas encore de sentinelle, elle reçoit l’ordre de s’arrêter à cinq pas de son poste. Puis, au commandement « À VOTRE – POSTE », la sentinelle avance de cinq pas, s’arrête à son poste et fait demi-tour.
  4. Lorsqu’elles sont relevées, les sentinelles se rendent au corps de garde, s’arrêtent et font l’objet d’une inspection par le caporal, qui leur donne ensuite le commandement « AU CORPS DE GARDE, ROM – PEZ ». Les sentinelles exécutent alors le commandement reçu.

APPEL AUX ARMES

  1. La sentinelle qui est de faction au poste le plus près du corps de garde avertit le commandant et la garde de l’approche des personnes à qui la garde doit rendre les honneurs (voir les paragraphes 12 à 19) en lançant l’appel « GARDE, AU – POSTE ». La garde se prépare alors à répondre à l’appel aux armes.
  2. Si la sentinelle est en train de faire sa ronde, elle la termine avant de lancer l’appel « GARDE, AUX –  ARMES ».
  3. La garde sort du corps de garde au pas de gymnastique, les armes au port et les baïonnettes aux canons, se forme en rangs ouverts, l’arme à l’épaule, et s’aligne immédiatement. L’adjudant ou le sergent supérieur de la garde ne met pas la baïonnette au canon.
  4. Les sentinelles qui sont à portée de voix du commandant de la garde s’arrêtent à leur poste et exécutent les ordres donnés par le commandant de la garde.
  5. Les gardes constituées uniquement pour rendre les honneurs à des dignitaires de passage peuvent poster leur sentinelle à l’extérieur du corps de garde. Si l’espace disponible au corps de garde ou dans le voisinage immédiat de la barrière ne permet pas d’y tenir la cérémonie, la garde peut être formée à un endroit approprié. Dans ce cas, les instructions données aux paragraphes 48 à 50 ci-dessus ne s’appliquent pas, et la garde se met simplement en ligne avant l’arrivée du dignitaire.
  6. Le commandant de la garde ordonne « GARDE, SALUT GÉNÉRAL (ROYAL), PRÉSENTEZ – ARMES » au moment où le dignitaire arrive devant la garde. On peut marquer la position de ce dernier à environ 10 pas devant la garde (au centre) ou ériger une estrade d’honneur peu élevée s’il s’agit d’une garde formée uniquement dans le cadre d’une cérémonie.
  7. Le commandant de la garde ordonne « À L’ÉPAULE – ARMES » et, de sa position sur le flanc droit, annonce que la garde est prête pour la revue. Si le dignitaire désire la passer en revue, il doit s’avancer à ce moment; le commandant de la garde demeure à sa place, à moins que le dignitaire ne lui demande de l’accompagner. Si le dignitaire ne désire pas passer la garde en revue, il en informe le commandant. (Les dignitaires civils arrivent souvent accompagnés d’un membre de l’unité visitée qui, par simple courtoisie, informe le dignitaire de la façon de procéder.)
  8. Si le dignitaire demande au commandant de la garde de l’accompagner pendant la revue, celui-ci se tient à la droite du dignitaire pendant la revue du rang avant et à sa gauche pendant la revue du rang arrière.
  9. À la fin de la revue, le dignitaire retourne à sa position devant la garde ou sur l’estrade d’honneur. Si le commandant de la garde a accompagné le dignitaire, il retourne à son poste sur le flanc droit de la garde.
  10. Le commandant de la garde donne les commandements « GARDE, SALUT GÉNÉRAL (ROYAL), PRÉSENTEZ – ARMES » et « À L’ÉPAULE – ARMES ». Le dignitaire quitte ensuite les lieux.
  11. Un dignitaire qui passe devant une garde en faction à l’entrée d’une caserne ou d’un autre endroit peut répondre au salut sans s’arrêter. Dans ce cas, la garde termine normalement son salut une fois que le dignitaire est passé.
  12. Si la garde est appelée aux armes à l’occasion d’une ronde d’inspection, l’officier de service peut vouloir inspecter le corps de garde, les cellules, etc. Dans ce cas, il doit demander au commandant de la garde de l’accompagner.

RENVOI AU CORPS DE GARDE

  1. Après le départ du dignitaire ou de l’officier de service, le commandant de la garde donne l’ordre « AU CORPS DE GARDE, ROM – PEZ ». La garde exécute le commandement reçu.
  2. Les gardes formées uniquement aux fins d’une cérémonie à d’autres endroits, comme dans le cas signalé au paragraphe 52, peuvent simplement recevoir l’ordre de rompre les rangs, s’il y a lieu.
  3. L’officier de service peut également demander au commandant de la garde d’ordonner à la garde de rompre les rangs après la revue.

GARDES PRIVÉES

  1. Les gardes privées se rassemblent et exécutent leurs fonctions de la même façon que les gardes de caserne, exception faite des formalités signalées ci-dessous.
  2. Comme les gardes privées sont constituées à l’intention d’un dignitaire, à l’instar d’une garde d’honneur (tableau 10-2-1), leur composition et leur taille dépendent du grade du dignitaire et non du nombre de postes à doter. Lorsque le dignitaire est absent de sa résidence, la taille de la garde peut être réduite, tout en maintenant en fonction suffisamment de sentinelles pour doter les postes prévus.
  3. Les gardes privées, comme les gardes d’honneur, doivent être commandées par des officiers et doivent, s’il y a lieu, porter le drapeau consacré de l’unité intéressée. Dans le cas des unités qui possèdent un ensemble de drapeaux consacrés, seulement un drapeau consacré doit être porté : le drapeau consacré de la Reine pour les gardes royales, les gardes d’un représentant de la reine et les gardes de chefs d’État lorsque le dignitaire est à sa résidence; et le drapeau du commandement, du collège ou du régiment dans d’autres circonstances.
  4. La relève des gardes privées doit se dérouler de la façon indiquée au tableau 10-3-2. Au moment approprié au cours de la cérémonie, le capitaine-adjudant doit ordonner aux officiers de la garde montante de prendre leur poste et à ceux de la garde descendante, de rompre les rangs.
  5. Si la garde montante et la garde descendante appartiennent toutes les deux à la même unité qui possède un ensemble de drapeaux consacrés, chaque garde peut porter un drapeau consacré. Pour s’assurer que la garde de service porte le drapeau consacré approprié, les drapeaux consacrés peuvent devoir être échangés au cours de la relève en même temps que les clés, les listes des périodes de service, etc.

Figure 10-3-7 Garde de caserne après avoir répondu à l’appel aux armes

  1. Once the new guard has taken up its duties and turned in to the guard room, the Colour shall be lodged with the junior officer of the guard. Junior non-commissioned officers or other selected members of the guard shall act as Colour escorts; when not escorting the Colour, they shall be positioned in one file of the guard.
  2. The guard will turn out in a size commensurate with the rank of the person being honoured. Standing orders shall detail the size of the guard or guard detachment, in each case.

SECTION 4 - GARDES D’ARRIVÉE ET DE DÉPART LORS DES CÉRÉMONIES

GÉNÉRALITÉS

  1. Les gardes d’arrivée peuvent être formées en ligne à une entrée, dans un escalier ou le long d’un corridor pour rendre les honneurs à des dignitaires qui entrent dans un immeuble, ou le long des derniers mètres du parcours qu’ils empruntent à leur départ. On ne doit pas former de garde d’arrivée lorsqu’une garde d’honneur a été constituée pour l’occasion.
  2. Les gardes d’arrivée et de départ peuvent être armées ou non.

GARDE D’ARRIVÉE

  1. Les gardes peuvent être placées en ligne à l’entrée d’un immeuble, dans un escalier ou le long d’un corridor pour rendre les honneurs à un dignitaire auquel une garde de caserne présenterait habituellement les armes (voir section 3, paragraphe 11).
  2. Les gardes d’arrivée doivent être d’une taille qui convient à leur tâche. Si l’espace où elles doivent être placées en ligne est approprié, elles sont composées de la même façon qu’une garde de caserne de cérémonie (voir section 3, paragraphe 7). On peut réduire l’effectif si l’espace est limité, par exemple, lorsqu’on forme un cordon le long d’un petit escalier. Si des alertes et des saluts doivent être sonnés, le clairon/le cornemuseur doit être posté près de la porte ou de l’entrée. S’il y a une musique ou s’il n’y a ni alerte ni salut à sonner, la présence du clairon/du cornemuseur n’est pas nécessaire.
  3. Les gardes d’arrivée ne sont normalement fournies qu’à des occasions officielles, par exemple, à Rideau Hall, la résidence du gouverneur général à Ottawa, lors de l’accueil d’un chef d’État de passage ou d’une investiture.

GARDE DE DÉPART

  1. Une garde de départ peut être formée pour rendre les honneurs à un dignitaire militaire ou civil au moment de son départ en avion, à bord d’un navire, en train ou en véhicule automobile. On forme une garde de départ seulement pour les dignitaires qui ont droit à une garde d’honneur (tableau 10-2-1).
  2. La composition d’une garde de départ est la même qu’une garde de caserne de cérémonie (voir section 3, paragraphe 7) qui est commandée par un officier subalterne secondé par un sergent, mais clairon ou cornemuseur en moins; elle se compose donc d’un officier subalterne, d’un sergent et de 14 caporaux et soldats.

MISE EN PLACE DE LA GARDE

  1. La garde doit être formée sur deux rangs et marcher jusqu’à l’emplacement déterminé.
  2. À son arrivée, la garde reçoit l’ordre de s’arrêter et de demeurer en place ou, dans le cas d’une garde placée le long d’un escalier ou d’un corridor, elle doit se disposer selon des positions prédéterminées le long du passage ou à la manière d’un cordon le long d’une rue (voir chapitre 12).
  3. Dans le cas d’un véhicule ou d’un immeuble, la garde s’arrête une fois que le rang avant s’est aligné sur le côté droit de la porte. Si un dignitaire part en avion, la garde doit s’aligner sur le côté droit de la rampe d’embarquement et ne pas dépasser le bout de l’aile de l’appareil (voir la #figure-10-4-1). Le commandant de la garde donne alors les commandements « GARDE VERS L’AVANT, À GAUCHE, TOUR – NEZ »; « RANG ARRIÈRE – IMMOBILE »; « RANG AVANT, TROIS PAS VERS L’AVANT – MARCHE »; et « RANG AVANT, DEMI-TOUR, TOUR – NEZ ».
  4. Le commandant de la garde aligne ensuite la garde en donnant le commandement « RANG ARRIÈRE, PAR LA DROITE, RANG AVANT, PAR LA GAUCHE, ALI – GNEZ ». Le guide et le militaire de droite du rang arrière s’assurent qu’ils sont bien l’un en face de l’autre. S’il s’agit d’une garde de départ près d’un avion, le militaire de droite du rang arrière veille à ce que les rangs formés ne dépassent pas le bout de l’aile de l’avion.
  5. Après que le commandement « GARDE – FIXE » a été donné, la garde, si elle est armée, reçoit l’ordre « AU PIED – ARMES » et adopte la position en place repos jusqu’à l’arrivée du dignitaire auquel elle doit rendre les honneurs.
  6. S’il s’agit d’une garde d’arrivée, le commandant de la garde doit se placer près de l’entrée du côté droit des dignitaires au moment où ceux-ci entrent. Le commandant adjoint doit se placer du côté opposé. Si la garde d’arrivée reste sur place pour rendre les honneurs aux dignitaires au moment de leur sortie, le commandant et le commandant adjoint changent de place de façon que le commandant se trouve à la droite des dignitaires lorsqu’ils sortent.
  7. Dans le cas d’une garde de départ, le commandant de la garde doit se placer sur le flanc droit du rang arrière, c’est-à-dire à la droite du dignitaire qui s’en va; le sergent se place sur l’autre flanc du rang avant, le plus près du point d’arrivée du dignitaire, en faisant face à la direction opposée à celle du commandant.
  8. La musique, si elle est présente, doit se placer à l’endroit le plus approprié.
  9. Lorsqu’une garde de départ est formée, les drapeaux suivants doivent être hissés à deux mâts comme le montre la figure 10-4-1 :
    1. le drapeau national du Canada;
    2. soit le drapeau national du pays du dignitaire, soit, si cela n’est pas approprié, l’enseigne des Forces armées canadiennes ou un drapeau de commandement, conformé­ment aux directives de l’A-AD-200-000/AG-000, Les décorations, drapeaux et la structure du patrimoine des FC (qui deviendra bientôt l’A-DH-200-000/AG-000, La structure du patrimoine des FAC), chapitre 13, annexe A.

Figure 10-4-1 Garde de depart

SALUTS

  1. Lorsqu’une garde d’arrivée est constituée pour rendre les honneurs à un certain nombre de dignitaires, par exemple lors d’une investiture, il faut donner des instructions claires au commandant de la garde sur les différents types de salut à exécuter selon les dignitaires, c’est-à-dire lui préciser le moment où la garde doit recevoir l’ordre d’adopter la position en place repos ou de se mettre au garde-à-vous et, si la garde est armée, le moment où elle devra mettre l’arme à l’épaule ou présenter les armes (dans le cas des épées, le moment où elle devra adopter la position épée en main, replacez l’épée ou saluez).
  2. Pour un dignitaire qui a droit à tous les honneurs à son arrivée ou à son départ, lorsque le véhicule à bord duquel il se trouve s’arrête, le commandant de la garde doit ordonner à la garde et à la musique de se mettre au garde-à-vous et procéder comme suit :
    1. Avec armes. Le commandant de la garde doit donner le commandement « À L’ÉPAULE – ARMES » et, au moment où le dignitaire s’approche pour passer au milieu de la garde sans faire de pause, donner le commandement « GARDE, PRÉSENTEZ – ARMES ». La musique doit jouer une pièce appropriée discrè­tement. Après le passage du dignitaire, le commandant de la garde doit donner le commandement « GARDE, À L’ÉPAULE – ARMES ».
    2. Sans armes. Après que la garde et la musique ont reçu l’ordre de se mettre au garde-à-vous, la musique doit jouer une pièce appropriée discrètement. Tandis que le dignitaire passe dans les rangs, seul le commandant de la garde salue. Ce dernier doit cesser de saluer lorsque le dignitaire est passé, et la musique doit alors arrêter de jouer.
  3. Les commandements donnés à une garde d’arrivée placée le long d’un escalier ou d’un corridor à l’intérieur d’un immeuble doivent être lancés assez fort pour que la garde les entende, sans plus. Des signaux prédéterminés peuvent être utilisés à la place des commandements.

RENVOI DE LA GARDE

  1. Après le départ du dignitaire ou des dignitaires, le commandant peut ordonner à la garde de quitter les lieux et de rompre les rangs.
  2. Pour des raisons de sécurité, lorsqu’un dignitaire part en avion, immédiatement après qu’on a fermé la porte de l’appareil, le commandant de la garde doit donner les commandements « RANG AVANT, TROIS PAS VERS L’AVANT – MARCHE »; et « GARDE, VERS LA GAUCHE, À DROITE ET À GAUCHE, TOUR – NEZ » (chaque rang tournant du côté opposé à l’avion). Il ramène ensuite la garde et la musique dans la zone de dispersion.
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :