Jour du Souvenir | 9. Salves d'honneur

A. HISTOIRE

Depuis des siècles, on tire des salves d’honneurs pour rendre hommage aux souverains ou aux personnes de haut rang, ou encore pour souligner une occasion spéciale. Cette pratique s’inscrit dans la tradition navale. À l’époque des grands voiliers, les canons des navires étaient toujours chargés afin d’être prêts à servir en cas de bataille. Avant d’entrer au port, les navires « déchargeaient » leur canons. Pendant que les matelots procédaient au nettoyage, à la recharge et à la décharge des canons, le vaisseau était exposé aux tirs de batteries en provenance du rivage. Ainsi, cette pratique témoignait des intentions amicales de l’équipage. D’autres salves sont aussi tirées en l’honneur de dignitaires. Il est intéressant de noter qu’un nombre impair de coups est tiré lors du salut, soit 21. Une vieille superstition voulait que les nombres impairs portent chance et soient utilisés pour souligner les événements heureux tandis que l’utilisation des nombres pairs était traditionnellement réservée aux occasions solennelles telles des funérailles. Avant 1731, aucune convention ne régissait le nombre de coups tirés pendant les saluts; l’Amirauté britannique a alors remédié à cette lacune en décrétant que le « nombre de coups tirés lors du salut royal était laissé à la discrétion du capitaine, dans la mesure où ce nombre ne dépasse pas 21 ». De nos jours, les Forces canadiennes et l’Artillerie royale canadienne tirent des salves à partir des navires et des stations de salut désignées à cet effet à l’échelle du pays. Une liste de ces stations se trouve dans la PFC A-AD-200-000/AG-000 La structure du patrimoine des Forces canadiennes, chapitre 13, section 2, paragraphe 9.

B. SALUT COMMÉMORATIF DU JOUR DU SOUVENIR

RÉFÉRENCE :

A-AD-200-000/AG-000 La structure du patrimoine des Forces armées canadiennes, Chapitre 13, Section 2, Paragraphe 17

  1. Toutes les stations de salut doivent tirer une salve de 21 coups de canon à titre de salut commémoratif, au commencement de la sonnerie du Réveil, à 11 h 02 heure locale, le 11 novembre, jour du Souvenir. L’intervalle entre les coups doit être de 60 secondes. Il faut mettre les drapeaux en berne, conformément aux dispositions du chapitre 9, paragraphe 8.

NOTA

On peut tirer un coup distinctif afin de signaler le début des deux minutes de silence; ce coup ne fait pas partie des 21 coups de la salve d’honneur. Ce protocole a été accepté par la Légion royale canadienne. Les deux minutes de silence sont sacrées.

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :